Financement des écoles privées et des écoles publiques - Les libéraux défendent la liberté de choix des parents québécois.

Madame Francine Charbonneau, porte-parole de l'opposition officielle, le 16 octobre 2012, n'a fait que répéter la position d'Équipe autonomiste, en concluant que «Sous prétexte que l'on veut éliminer la sélection des élèves sur la performance, on décourage ceux qui visent l'excellence. Pourtant, même les écoles publiques ont des mesures de sélection pour les programmes internationaux, les écoles alternatives ou encore les programmes enrichis.» En effet, Équipe autonomiste prône même qu'il faudrait que le système scolaire public retourne à l'ancienne division des étudiants pour continuer à encourager nos meilleurs éléments à avancer allègrement. Sous prétexte de vouloir intégrer les enfants handicapés ou plus lents, le système actuel augmente l'embauche d'enseignant spécialisé pour un ou deux étudiants par classe et pénalise les élèves plus performants en les nivelant vers le bas. Équipe autonomiste propose davantage des classes scindées mais des activités communes intégrantes.

Par contre, Équipe autonomiste ne suit pas le discours de madame Charbonneau quand elle dit que «Le gouvernement doit agir pour la collectivité, mais toujours en laissant aux personnes la liberté de faire les choix qui leur conviennent. Les orientations que propose la ministre auront pour conséquence de restreindre le droit des parents de faire le choix de l'école où ils envoient leurs enfants.» Toute législation gouvernementale vient brimer le droit de quelqu'un, quelque part, même si elle accorde des droits pour d'autres en retour. Équipe autonomiste est bien consciente de ça et ne désire légiférer que pour l'essentiel, poussant les citoyens et les entreprises vers l'autonomie. D'où l'idée d'entreprendre un bon ménage de l'État, de ses services à ses lois.