avril 2014

Pas de procréation assistée gratuite sans raison médicale

Le programme de procréation assistée, mis en place au Québec en 2010, est admissible pour toutes femmes, seules ou en couple avec un homme ou une femme (réf. 1 et 2), qui décident d'avoir un bébé. Ainsi, le gouvernement paye, avec notre argent, l'insémination artificielle aux femmes fertiles, mais dont la contrainte est de ne pas trouver ou de ne pas vouloir de géniteur masculin connu. Jusqu'à preuve du contraire, l'homosexualité ou la solitude ne sont pas des maladies, il n'est donc pas logique de payer pour ce service.

Réduire le déficit par de meilleures approches que les coupures d'emplois à l'aveugle

Monsieur Couillard,

C'est trop simple et pas tout à fait correct de geler l'embauche dans la fonction publique (1), tout simplement parce que parfois il est nécessaire de combler certains postes essentiels en embauchant.

Est-ce que la violence faite aux enfants vaut moins chère que celle faite aux animaux?

Équipe autonomiste ne peut approuver une attitude comme celle de l'employé de Pont-Rouge envers des veaux (1) (2). Elle s'interroge sur l'agressivité gratuite de cette personne qui a visiblement des problèmes personnels à régler. C'est évident que cette personne n'est pas à sa place. Pourquoi tant de violence contre des victimes innocentes?

Nouvelles dépenses faussement en santé : 122 millions/an pour inciter les médecins spécialistes à assister à des réunions

Quelle infamie! Les médecins spécialistes seraient rémunérés pour assister à des réunions dans leurs hôpitaux (1). Premièrement, le montant est outrageant, dans le contexte financier actuel du système de santé, pour une tâche qui va de soi avec l'emploi. Deuxièmement, une personne qui n'assiste pas à une assemblée doit subir les décisions des autres, mais les médecins et leur lobbyisme sont au-dessus de tout ça, tout le monde le sait bien. C'est ainsi qu'ils peuvent faire la pluie et le beau temps, même...

Règlement statutaire 2013

Le règlement statutaire a été modifié lors de notre congrès qui s'est tenu le 18 février 2013.
Télécharger le document ici.


Le Québec et ses enfants : une société hypocrite et sans coeur

Avant-hier, le 9 avril 2014 (réf.1), on a rapporté le cas d'un homme ruiné parce qu'il doit continuer à payer des pensions alimentaires, même s'il a perdu son emploi, et qu'il a dû verser 50 000 $ de frais d'avocats pour conserver la garde de ses enfants. En plus, suite à de fausses accusations, il a été arrêté par la police, devant ses enfants, dans la cour d'école. Il pense même au suicide, tellement il est découragé de sa lutte contre le système. Il est facile de conclure que cette mésaventure a des conséquences négatives sur...

La FFQ veut imposer des quotas de candidates aux partis politiques

Madame Alexa Conradi, de la Fédération des femmes du Québec, constate (1) que «moins de femmes ont été élues qu'en 2008». Elle déclare que «passer de 33% à 27% [de femmes élues] n'est pas acceptable». Elle réclame que «le PLQ, le PQ et la CAQ [présentent] un nombre égal de femmes et d'hommes». Moi, je vous pose une question et je vous replonge dans la réalité concrète de ce que sont un homme et une femme. Où sont les femmes? Nous avons beau faire des pieds et des mains la gente féminine n'est majoritairement pas attirée par le défi politique, pour...

Les médias complices du manque de choix politiques

À l'émission Les coulisses du pouvoir de dimanche, les chroniqueurs soulignaient que les journalistes étaient confrontés à «Toujours les mêmes programmes de partis» et défendaient, un court instant, le rôle des médias dans cette campagne électorale qui s'achève. Je ne soulèverais qu'un point: je déplore, par exemple, que Les coulisses du pouvoir n'aient jamais invité, ne serait-ce qu'une fois, les 15 autres partis, ceci aurait pu être comme panel pour confronter les principaux partis ou pour expliquer leur programme.

Pages