juillet 2018

Équipe Autonomiste est en faveur de l'abolition de la taxe de bienvenue

La taxe dite de bienvenue existe par une loi provinciale appelée Loi concernant les droits sur les mutations immobilières. La taxe n'est donc pas vraiment une taxe municipale. À quelques exceptions près, le taux d'imposition est le même à la grandeur de la province, tel que défini dans la loi, et ne dépend pas de la volonté des politiciens municipaux. C'est essentiellement une taxe provinciale, dont les revenus vont entièrement aux municipalités, et qui ne rapporte rien au gouvernement provincial. La taxe représente environ… (Lire la suite)

Abolir toutes les lois sur la discrimination positive

Abolir toutes les lois sur la discrimination positive ainsi que les programmes qui en font la promotion et garantir l’application de celles visant l’égalité hommes/femmes, afin de respecter les valeurs du parti Équipe Autonomiste qui vise l'égalité hommes/femmes dans les deux sens.

Réduire le nombre de députés à 78

Modifier la Loi électorale pour réduire à 78, le nombre de circonscriptions et viser à utiliser le même découpage qui est en vigueur au fédéral.

Abaisser le nombre d’immigrants à 31 000 par an et mieux les sélectionner

Abaisser le nombre d’immigrants permanents total annuel à 31 000 au Québec, ouvrir la porte à plus d’immigrants temporaires pour combler les urgences de travail et sélectionner des immigrants permanents qui peuvent contribuer au développement de notre société et qui ont des valeurs compatibles avec l’occident ou qui acceptent d’y adhérer entièrement.

Réunion publique Équipe Autonomiste samedi le 11 août à Brossard

Il nous fait plaisir de vous convier à un brunch de 10h à 15h (consommations à vos frais) pour rencontrer les membres et les dirigeants du parti.

Sujets de discussion : à venir

Événement organisé par Florent Portron, futur candidat dans Marie-Victorin et porte-parole en Santé

Les services de santé servent-ils les médecins ou les patients ?

Tout gestionnaire de services de santé s'attend à avoir, sous sa direction, un système performant, efficient, avec un délai de traitement des patients raisonnable, tout en ayant un contrôle efficace des dépenses opérationnelles et des salaires.              

Au Québec, plus de 38 % (données de 2016-2017) des dépenses gouvernementales s'en va en santé (réf. 1). Il est compréhensible de voir la rémunération occuper la place la plus importante des dépenses, mais, sur un budget de 35 G $, comment la masse salariale peut-elle représenter aujourd’hui 70 % (24,6 G $) du budget, alors qu'il n'y a pas plus de lits disponibles ? Notre ministre de la Santé mentionne, en plus, que ...tout va pour le mieux et que l'attente dans les urgences diminue  Notre ministre de la Santé mentionne, en plus, que ... (Lire la suite)