septembre 2018

Soirée électorale Équipe Autonomiste le 1er octobre à Québec

Invitation pour tous

Lundi le 1er octobre dès 19 h30 , au N bar (sous-sol) du Restaurant Normandin

Refuser les accommodements idéologiques ou religieux

Toute personne peut croire en ce qu’elle veut et pratiquer la religion qui lui plaît, mais à condition que ses comportements en société respectent les lois et règles de vie québécoises.  Le respect des lois et des règles de vie en société doit toujours être au-dessus des religions et idéologies diverses. La société doit refuser les accommodements idéologiques et religieux. Équipe autonomiste propose d’utiliser la clause dérogatoire pour se soustraire à la Charte canadienne des droits et libertés et corriger la charte québécoise en limitant la liberté dès qu’elle est confrontée aux us et coutumes québécois. Cette situation doit... (Lire la suite)

Cesser le dénigrement des hommes et valoriser les deux sexes

Une fois de plus, à l'émission 24/60 du 26 septembre 2018, on achevait le programme, en questionnant des candidates, sous-entendant qu'avec des femmes au pouvoir tout serait différent et irait tellement mieux.  Comme homme, je suis las d'entendre l'influence négative du mouvement féministe à l'égard de la gente masculine.  À écouter ce mouvement, les hommes sont la plaie du monde et je trouve malsain que l'on encourage ce discours qui finit par décourager bien des hommes à réussir à satisfaire une femme.  Dites-moi donc pourquoi la majorité des femmes cherchent alors un partenaire de vie, si ces partenaires masculins sont si horribles?  Je sais que mesdames Céline Galipeau et Anne-Marie Dussault sont en couple: vos maris sont-ils si abominables?  Je suis conscient que les lois doivent viser la plus grande égalité possible entre les hommes et les femmes, mais il ne faut pas toujours dénigrer ce sexe, que le mouvement féministe traite avec…. (lire la suite)

Lutter contre la rectitude politique, la censure et la dictature des minorités

Présentement la plupart des politiciens acceptent à peu près n’importe quoi et rampent devant ceux qui font des demandes absurdes. Par exemple, ils acceptent la théorie des genres selon laquelle, le genre n’est pas lié au sexe, mais un choix personnel. C’est pourquoi, les employés du gouvernement ne doivent plus utiliser « monsieur » ou « madame ». Ce qui est totalement absurde.

Punir sévèrement les fausses accusations d'agression sexuelle, de violence conjugale, etc

Encore un cas d’un homme faussement accusé d’agressions sexuelles par une femme à qui il a refusé les avances (réf. 1). Et comme dans l’affaire Ghomeshi, il existe des preuves des agissements et de la mauvaise foi de cette femme. L’accusé dans ce dossier n’a pas eu droit à la présomption d’innocence, qui est l'un des droits les plus importants de notre système de justice. Cet homme a été expulsé de l’Université Laval sur une simple plainte dès le début de l’enquête et sa réputation a été détruite par les médias (réf. 2).

Obliger les cyclistes à utiliser les pistes cyclables

Les automobilistes sont exaspérés d’avoir des cyclistes dans la circulation lorsqu’il y a une piste cyclable en marge de la voie D’autant plus qu’ils ont payé pour ces pistes cyclables. Ils ne comprennent pas que les cyclistes puissent avoir le droit de ne pas utiliser ces pistes cyclables.

Retirer le matériel électronique des classes jusqu’en secondaire III

Le but est d’améliorer l’acquisition des connaissances et développer la créativité des élèves. Cela permettra aussi d’économiser beaucoup qui pourra être utilisé pour la rénovation des écoles.

Référence

https://www.journaldemontreal.com/2017/03/14/lecole-a-lancienne

 

Abolir les partis politiques dans la loi électorale et à l’Assemblée nationale

Ceci pour réduire l’importance de la ligne de parti dans les décisions des élus, donner plus d’autonomie aux élus pour représenter leurs électeurs et valoriser le rôle des députés.

Éliminer l’avantage excessif dont profitent les gros partis bien implantés au détriment des partis émergents.

Abolir les élections partielles

Lors du départ d’un député, peu importe la raison, l’Assemblée nationale offrirait le poste au candidat arrivé en deuxième place lors de l’élection générale précédente. Ceci jusqu’à l’utilisation complète de la liste des candidats. Chaque élection partielle coûte à l’État environ 600 000 $ et le taux de participation est déplorable. Il nous apparaît donc pertinent de couper cette dépense et d’obliger les partis à prendre conscience de l’impact de ces départs.

Refuser les accommodements idéologiques ou religieux

Toute personne peut croire en ce qu’elle veut et pratiquer la religion qui lui plaît, mais à condition que ses comportements en société respectent les lois et règles de vie québécoises.

Pages