Le blog de Stéphan Pouleur

Réprimer les abus des syndicats pour le bien de tous

Actuellement, les syndicats abusent souvent des employeurs, de la société et des syndiqués. Le syndicalisme est maintenant devenu une idéologie mature qui dérape trop souvent. Les syndicats interviennent dans plein de domaines autres que la protection des travailleurs. Par exemple, ils dépensent de l'argent pour influencer le vote (1) , financent des grèves étudiantes, font de la gestion de capital de risque, veulent dicter le contenu des cours à l'école (2) , etc. Ils dépensent beaucoup d'argent des syndiqués sans demander leur avis.

Les syndicats qui ont été d'une grande utilité pour l'évolution des conditions de travail des employés, sont devenus pratiquement une plaie financière et humaine qui nuit à ...

Instaurer un cours d'économie familiale et de vie citoyenne

Une des valeurs d'Équipe autonomiste est l'équité entre les génération. Et pour nous, une des composantes de cette valeur est de transmettre des connaissances à nos descendants pour qu'ils deviennent des citoyens adultes autonomes et responsables.  Le cours d'économie familiale a été aboli en 2009 et son contenu dilué dans les autres matières (1). Nous considérons, comme bien d'autres (2 et 3), que cette erreur doit ...

Revoir le financement des universités

Actuellement les université sont subventionnées en fonction du nombre d'étudiants inscrits (1). Cela les incite à accepter des gens n'ayant pas les connaissances ou les capacité suffisantes pour réussir dans certains domaines qui ne coûtent pas cher en formation dans le but de financer les domaines qui coûtent plus chers. Ce manque de sélectivité pour l'admission serait peut-être une des causes du taux élevé de décrochage (2). Ainsi, ce mode de fonctionnement cause un gaspillage d'argent pour la société et ne rend pas service aux...

Thèmes pour les partielles du 8 juin 2015 dans Chauveau et Jean-Talon

Éducation :  créer des classes spéciales pour les élèves avec des problèmes d'apprentissage graves

                      instaurer un cours d'éducation à la citoyenneté

                      réformer la méthode de financement des universités

Élections partielles dans Richelieu : appel de candidature

Prenez la parole!

Équipe autonomiste (ÉA), un parti créé par des citoyens qui ont décidé d'agir pour améliorer la situation au Québec, autant présente que future, recherche un candidat local pour cette élection. Le parti offre la chance à un électeur de vivre une expérience unique et enrichissante, en faisant de la politique sur le terrain.

Pas besoin d'expérience, ni d'être riche. Seulement d'être honnête et motivé à vouloir agir, en adhérant aux cinq valeurs de base du parti et à sa vision. Le reste s'apprend au quotidien et nous avons une équipe pour vous aider.

Gaspillage et incompétence du Parti Libéral du Québec

Le gouvernement offre 600 000 $ (1) pour faire de la recherche sur la violence conjugale faite aux femmes et toujours 0 $ pour la violence psychologique, verbale ou économique faite aux hommes. Ce que dénonce Équipe autonomiste qui vise l’équité entre hommes et femmes, dans les deux sens. De plus, le Parti libéral du Québec prétend ne pas savoir où couper pour équilibrer son budget et il est prêt à gaspiller pour de la recherche sur des choses déjà connues.

Finances publiques, les syndicats doivent faire leur part

Les gens qui payent une cotisation syndicale, pendant l'année, reçoivent un rabais de cotisation au moment de faire leur déclaration d'impôt. Ce rabais est remis sous forme de crédit d'impôt que leur accorde le gouvernement. Cela veut dire que le gouvernement prend de l'argent qui est à tout le monde pour le redonner seulement à ceux qui sont syndiqués. Donc, les non-syndiqués financent les syndicats malgré eux parce que le gouvernement a décidé de faire une faveur aux syndicats. Ce cadeau, que le gouvernement fait, constitue une dépense de 200 millions $ par an, soit 25 $ par personne, enfant compris. Équipe autonomiste considère que cette procédure est anormale et injuste. Les non-syndiqués n'ont pas à payer pour...

Équipe autonomiste demande l'annulation de la taxe de carbone sur l'essence

En janvier 2015, entrera en vigueur, au Québec, une taxe de 2,8 cents par litre d'essence, dans le cadre de la lutte contre les gaz à effet de serre (GES), suite à une entente avec la Californie (réf. 1). Cette taxe, qui sera prélevée dans les poches des contribuables, rapportera 500 millions $ par an au gouvernement du Québec. Le rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques, demandé par le Parti québécois, recommande pourtant clairement de suspendre cette entente tant que d'autres signataires n'y auront pas adhéré (réf. 2, p. 20). D'après la commission, cela risque de nous coûter très cher et même de nous faire financer la lutte aux GES faite par la Californie, car...

Subventions aux organismes communautaires : un cancer qui ronge notre système de santé

Un total de 463 millions de dollars a été distribué en subventions à 3 600 organismes communautaires en 2011 (réf. 1) par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). En 2003, il y avait 3 100 organismes de ce genre et 30 en 1973. La distribution de subventions paraît bien pour la solidarité sociale, l'aide aux démunis et aux gens qui ont des problèmes. Mais quelle proportion de cet argent se rend vraiment en aide concrète ? Et combien cela nous coûte-t-il pour distribuer cet argent qui vient de nos poches de contribuables ?

Pour estimer la proportion réelle des subventions qui se rendent vraiment en aide, il faut déduire les coûts de fonctionnement de chaque organisme : leurs conseils d'administration ainsi que...

L'instruction confiée aux professeurs, mais surtout pas aux municipalités

Avec la demande des municipalités de vouloir s'occuper de l'éducation (réf. 1), les limites de l'illogisme viennent d'être dépassées. Les conseils municipaux deviendraient le lieu de débats pour améliorer l'école. Les commissions scolaires et leur bureaucratie sont déjà trop loin des élèves et déconnectées des besoins des professeurs. Ce sera encore pire avec les conseillers municipaux qui ont déjà de la difficulté à bien gérer les villes.

Pages

Souscrire à RSS - Le blog de Stéphan Pouleur