Éducation

Proposition 16 : Limiter le nombre d'années des prêts et bourses.

Limiter le nombre d'années des prêts et bourses.

La durée de l’aide correspondrait à la durée prévue du programme. Les changements d'orientation de l'étudiant seront dorénavant à ses frais, à l’exception de la première session.

Proposition 17 : Encadrer les dépenses administratives dans les universités.

Encadrer les dépenses administratives dans les universités.

Limiter notamment les primes de départ des dirigeants. Donner au vérificateur général un mandat de surveillance des dépenses d'administration et des nouveaux projets universitaires.

Proposition 18 : Recadrer le mandat des commissions scolaires et ajuster leur taille en conséquence.

Recadrer le mandat des commissions scolaires et ajuster leur taille en conséquence.

Définir quel est le rôle des commissions scolaires et comment elles doivent s’en charger.

L’objectif est de réduire les dépenses en éducation et d’augmenter la qualité de la formation des élèves qui obtiennent un diplôme. L’abolition des commissions scolaires a été suggérée par plusieurs pour y arriver, mais cela demeure un moyen parmi tant d’autres et non un objectif. Ce moyen n’est pas exclu non plus.

Proposition 19 : Offrir des programmes enrichis pour les élèves performants, et des programmes spécialisés pour les élèves en troubles d'apprentissage.

Offrir des programmes enrichis pour les élèves performants, et des programmes spécialisés pour les élèves en troubles d'apprentissage, de façon à pouvoir offrir un service personnalisé correspondant à la capacité d'apprentissage de chacun.

Proposition 20 : Revaloriser les cours professionnels et techniques.

Revaloriser les cours professionnels et techniques.

Les perspectives d’emploi et les salaires des programmes d’études professionnelles et des diplômes d’études collégiales sont souvent aussi intéressants que les perspectives des diplômés universitaires.

Proposition 23 : Abolir les « faux diplômes » que sont certaines attestations et certificats d’études secondaires.

Abolir les « faux diplômes » que sont certaines attestations et certificats d’études secondaires.

Depuis 2008, dans le but de « donner une chance » aux décrocheurs du secondaire, le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport a créé des diplômes de type Certificat préparatoire au marché du travail (CPMT).

Pour l’élève, ces formations consistent à assister à un certain nombre d’heures de cours sans avoir à faire d’examen. Le ministère utilise ensuite le nombre de diplômes de ce genre, qu’il a distribués, pour faire baisser artificiellement le taux de décrochage et se montrer performant.

En réalité, cette pratique est du nivellement par le bas, un gaspillage de fonds publics et un mensonge aux élèves et à la population.

Proposition 24 : Favoriser le bilinguisme dès la première année.

Enseigner l’anglais (le français pour les anglophones) à partir de la première année du primaire afin de favoriser le bilinguisme.

Proposition 25 : Cesser l’obligation d’assister aux cours d’éthique et culture religieuse dans les écoles publiques.

Cesser l’obligation d’assister aux cours d’éthique et culture religieuse dans les écoles publiques.

Les écoles privées seraient libres d’enseigner la religion de leur choix à condition d’enseigner également les autres religions, et ce, à partir du secondaire.