Communiqués de presse

Compilation des communiqués envoyés aux médias par Équipe Autonomiste.

Équipe Autonomiste a déjà 5 ans d’existence

C’est le 21 mars 2012 que le parti a été officiellement autorisé par le Directeur général des élections du Québec. Le tout avait débuté au printemps 2011 quand les rumeurs d’absorption de l’ADQ par la CAQ-EFL ont commencé à circuler. Plusieurs membres actifs de l’ADQ, dont moi-même, ne voulaient pas embarquer dans le projet de François Legault et ont entrepris les démarches pour créer Équipe Autonomiste. En cinq ans, le parti a participé à deux élections générales et 12 élections partielles. Il a rédigé plusieurs mémoires et publié des dizaines de communiqués. Il y a eu des hauts et des bas, mais un noyau de gens motivés a persévéré et l’Équipe est en croissance.

Actuellement, nous sommes en route vers les élections générales d’octobre 2018. Plusieurs futurs candidats sont déjà en préparation et d’autres annonces seront faites prochainement. La construction du programme autour des valeurs fondamentales progresse constamment. C’est grâce à la participation de nombreux citoyens, dont la majorité n’avait aucune expérience en politique, que nous avons pu parcourir ce chemin. Le comité organisateur les remercie pour leur implication et les efforts qu’ils ont consacrés à ce projet. Par la même occasion, il invite les citoyens qui veulent participer au changement à consulter les visions du parti et à se joindre à l’Équipe pour agir.

Stéphan Pouleur, chef d’Équipe Autonomiste

Contre toute logique, Lise Thériault dit oui au tchador

Quelle ne fut pas ma stupéfaction devant ces affirmations venues de la Ministre de la Condition féminine. Elle a fini par emboîter ouvertement le pas aux autres groupes qui se disent féministes, mais qui se fichent éperdument de la réalité dans laquelle sont propulsées les femmes québécoises devant l'acceptation de l'avilissant tchador et autres méprisables signes de répression politico-religieuse!

Ne lui est-il pas venu à l'esprit qu'en mettant de l'avant la femme musulmane voilée, c'est envoyer un message d'acceptation de la soumission de la femme? Totalement contraire à la condition féminine du Québec.  En acceptant ces épouvantails noirs, c'est dire qu'il est acceptable que les femmes québécoises soient considérées comme inférieures aux hommes.  Encore contradictoire du mandat de la condition féminine.  Mme Thériault ne semble pas comprendre que la femme musulmane, qui vit selon la charia, est complètement soumise à l'homme musulman qui l'utilise, comme une servante bien obéissante et que cette tenue vestimentaire distinctive en fait la démonstration.  

Quand on sait que des féministes musulmanes sont passées en commission parlementaire sur le projet de loi 62 (ou PL 59?), pour s'exprimer sur le sujet concernant les services publics à visages découverts et qu’elles mentionnaient que l'obligation de porter le voile intégral n'est pas dans le Coran, confirmant ainsi que ces femmes ne sont pas tenues d'avoir le voile dans la religion musulmane, on se demande comment Mme Thériault peut encore insister sur cette question.  Ne voit-elle pas le non-sens de son raisonnement?

Mettre ces femmes endoctrinées sur les sièges du pouvoir, c'est reculer notre évolution sociale de plusieurs décennies en arrière.  C'est cracher sur les efforts, les travaux et le dévouements des féministes des générations précédentes (oui oui, les vraies qui avaient un vrai mandat d'émancipation).  Celles qui ont ouvert la voie aux femmes d'aujourd'hui.  Celles qui ont réussi à faire reculer les curés hors des chaumières.  Celles qui ont œuvré pour obtenir des écoles non-confessionnelles, où la propagande religieuse a été éliminée. 

Pendant que nos idiotes et idiots utiles de la politicaillerie féministe font l'apologie de la femme voilée, c'est toute la société occidentale qui est secouée et mise en danger par la flambée de l'intégrisme musulman.  La femme ensevelie sous ce voile immonde est une personne fermée à sa société d’accueil.  Ces femmes sont des intégristes, qui refusent même l'idée de montrer une oreille et qui sont sont prêtes à faire changer les règles (encore une fois) au nom de la "religion".  Accepter que ces vêtements fondamentalistes circulent partout dans les institutions et endroits publics, c'est déjà s'être couché face à la montée de l'islam chez nous.  

Comment une femme telle que Mme Thériault, cultivée et très au fait des débats et combats qu’ont mené nos mères et grands-mères, peut-elle aujourd’hui, venir nous jeter au visage son mépris pour la liberté des femmes, en démontrant une telle ouverture envers un islam répressif et radical?

Comment peut-elle se regarder dans le miroir et affirmer la tête haute qu'elle représente l'ensemble des femmes, jeunes filles et fillettes du Québec?  Elle ouvre toute grande la porte à l'instauration d'un régime totalitaire et destructeur, dont les femmes seront les victimes de première ligne!  Et ensuite, elle nous rabat les oreilles avec les actions pour contrer la violence faite aux femmes??? Ben voyons!  Discours contradictoire pour le moins déstabilisant auquel il devient impossible de croire.

Mme Thériault ne mérite pas ce titre de « Ministre de la Condition Féminine du Québec ».  Elle en est complètement indigne, tout comme le gouvernement libéral, tant au Québec qu'au Canada.  C'est de la traîtrise au peuple Québécois et Canadien, que de vouloir "intégrer" l'islam à notre culture.  Non seulement l'islam n'est pas intégrable à l'Occident, mais en plus, il exige que l'Occident s'intègre à sa doctrine! 

L'islam est incompatible avec nos valeurs et nous coutumes.  Inviter les loups à la grande table de la démocratie, c'est leur donner le peuple Québécois (et Canadien) en pâture pour les rassasier.  Mais un jour, ces même loups dévoreront également l'élite, peut importe à combien de repas ils auront été conviés et peu importe tous les services rendus.
En bon entendeur, salut!

Lien du texte intégral : http://suzannecantin.blogspot.ca/2016/11/lise-theriault-dit-oui-au-tchador.html

Suzanne Cantin (auteur), porte-parole pour la famille et candidate dans Arthabaska

et appuyé par :

Florent Portron, candidat dans Marie-Victorin  

Louis Chandonnet, candidat dans Saint-Jérôme

Sébastien Poirier, candidat dans Verdun

Stéphan Pouleur, chef d'Équipe Autonomiste

 

Équipe Autonomiste se hisse au niveau des grands partis

Il y a 19 partis politiques provinciaux en existence au Québec. Aux élections générales de 2014, seulement 5 partis ont présenté des listes de candidats complètes ou presque complètes. Équipe Autonomiste est l'un des 8 partis qui présentent une liste complète de candidats aux élections partielles du 5 décembre 2016.  De ce fait, Équipe Autonomiste se joint au peloton de tête des partis pour les futures élections.

Équipe autonomiste demande le retrait du projet de loi 62

Supposément pour encadrer les accommodements, le gouvernement libéral a déposé le projet de loi 62 qui vise à obliger les employés de l’État à travailler à visage découvert (réf. 1). La réalité est que ce projet permettra aux employés de l’État, y compris les policières et les enseignantes, de garder leurs vêtements (ou autres signes évidents) religieux au travail (réf. 2). Ce qui est complètement à l’encontre de ce que veut la majorité des gens, à savoir que les employés n’affichent pas leurs convictions, qu’elles soient religieuses, politiques ou autres. Cette loi serait aussi un grave recul pour notre société qui prône l’égalité-homme femme, puisqu’il officialise la permission de porter des vêtements qui symbolisent la soumission des femmes (réf. 3). La question de circuler ou travailler à visage à découvert ne devrait même pas se poser dans notre société occidentale.

Les employeurs, publics ou privés, devraient pouvoir exiger un code vestimentaire qui respecte les conventions de notre société, sans être ennuyés par des lois de protection des croyances ou des idéologies. Si les lois sont désuètes et erronées, qu’on les corrige tout simplement. Les personnes qui ne trouvent pas d’emploi ou qui sont congédiées parce qu’elles refusent de respecter un code vestimentaire sont les seules responsables de leur sort.

Équipe autonomiste demande donc le retrait du projet de loi 62 et propose de corriger les lois actuelles (chartes) pour y exclure la protection des idéologies religieuses puisqu’on ne naît pas avec une idéologie, contrairement au sexe, la couleur de la peau ou un handicap.

 

Stéphane Pouleur, chef d’Équipe autonomiste

Références :

1- Vallée sommée de refaire ses devoirs, 18 octobre 2016

http://www.journaldequebec.com/2016/10/18/quebec-mise-sur-la-neutralite-religieuse-plutot-que-sur-la-laicite

2- Policières voilées! Enseignantes voilées! Mathieu Bock-Côté, 20 octobre 2016

http://www.journaldemontreal.com/2016/10/20/policieres-voilees-enseignantes-voilees

3- Neutralité religieuse: Fatima Houda-Pépin passe à l’attaque, Journal de Montréal, 27 octobre 2016

http://www.journaldemontreal.com/2016/10/27/accommodements-religieux-fatima-houda-pepin-taille-le-projet-de-loi-62-en-pieces

Dénigrement des hommes et condition masculine, Équipe autonomiste avait vu juste

Les événements des derniers jours mettent en évidence que la condition des hommes n’est pas très reluisante au Québec. La grande réaction des gens pour approuver la plainte contre l’avocate qui a tenu des propos misandres (réf. 1) ou encore pour dénoncer l’absurdité des manifestations sur la supposée culture du viol (réf. 2) montre une prise de conscience de la population sur la condition des hommes au Québec.

Les problèmes que vivent les hommes ne sont pas nouveaux et les fondateurs d’Équipe autonomiste en étaient conscients en 2012 quand ils ont établi les valeurs du parti. Ainsi, une des valeurs du parti est « l’Égalité homme-femme dans les deux sens » - ou égalité réciproque-, car la condition masculine est aussi importante que la condition féminine (réf. 3). C’est pourquoi la lutte à la culture du dénigrement des hommes et l’état de la condition masculine en général feront partie des thèmes des élections partielles du 5 décembre prochain. Le choix de ce thème n’est pas de l’opportunisme électoral puisque les preuves sont là que ce sujet est une priorité pour le parti, depuis ses débuts.

Nous sommes fiers d’avoir persisté à conserver cette orientation même si bien des gens nous suggéraient de la retirer de notre discours, car selon eux, ce n’était « pas vendeur électoralement ». Les faits prouvent que nous avons été visionnaires et que nous avons bien fait de respecter nos convictions. À ce jour, Équipe autonomiste est encore le seul parti qui se préoccupe de la condition masculine.

Stéphane Pouleur, chef d’Équipe autonomiste

Références :

1- Anne-France Goldwater visée par une plainte, Journal de Montréal, 1er novembre 2016

http://www.journaldemontreal.com/2016/11/01/anne-france-goldwater-visee-par-une-plainte

2- L’euphorie anti-viol, Journal de Québec, Journal de Montréal, 28 octobre 2016

http://www.journaldemontreal.com/2016/10/28/leuphorie-anti-viol

3-Les valeurs d’Équipe autonomiste

http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/244

Appel de candidatures pour les élections partielles dans Arthabaska et Verdun

Équipe autonomiste est un parti politique provincial qui vise l'autonomie des individus et de la province tout en restant dans le Canada.

Avec l’arrivée des élections partielles, nous offrons l'occasion aux citoyens de se joindre à notre Équipe afin de vivre une expérience unique et enrichissante en s'impliquant politiquement sur le terrain. Les qualifications exigées pour les candidats sont d'adhérer aux valeurs du parti, à sa mission et être motivés à agir pour le bien de la société. L'expérience en politique n'est pas requise. Nous avons une équipe qui aidera les candidats dans leur campagne électorale. Idéalement, nous recherchons des personnes qui résident dans les circonscriptions visées, mais ce n’est pas obligatoire.

L’invitation s'adresse aux électeurs qui n'en peuvent plus des vieux partis et des politiciens professionnels qui ne sont plus à l'écoute de la population. Le parti Équipe autonomiste offre une solution autre que de se plaindre, soit celle de s’impliquer directement dans l'action en faisant la promotion des valeurs du parti et de solutions simples et réalistes. Bien entendu, le candidat travaillera aussi à répondre aux besoins de sa circonscription.

Pour informations ou pour proposer votre candidature, veuillez  communiquer avec :

Stéphane Pouleur, chef d’Équipe autonomiste (intérim) tél : 418-262-5285

Courriel : info@equipeautonomiste.ca

Site web d’ÉA : http://equipeautonomiste.ca/

Pour la consigne généralisée et la récupération centralisée

Réutiliser ou recycler les déchets plutôt que de les enfouir est une pratique approuvée par la majorité des gens. Pour les contenants réutilisables et certains à usage unique, il existe un système de consigne. Toutefois, il est inefficace puisque le gouvernement doit payer des publicités pour convaincre les gens de retourner plus de contenants. C’est sans doute pourquoi la valeur de la consigne, inchangée depuis 40 ans sera augmentée prochainement (réf. 1).

Pour les matières recyclables, on a mis en place un système de récupération et de collecte à domicile auquel la plupart des citoyens participent. Par contre, leurs efforts sont en grande partie annulés puisque beaucoup de matières aboutissent quand même aux sites d’enfouissements (réf. 2). La cause de cet échec provient de l’absurdité de cette approche. Les citoyens prennent des matières propres et triées et les balancent pêle-mêle dans des bacs qui seront ramassés par des camions qui les acheminent à des centres de triage qui tenteront de séparer correctement ces matières qui l’étaient pourtant au départ. Ainsi, de grandes quantités de matières rendues inséparables sont jetées. Les matières triées sont livrés aux usines de recyclage, mais comme elles sont souvent encore trop contaminées pour permettre la rentabilité de ces entreprises, la plupart ont fermé leurs portes (réf. 3).

Pour régler le problème du recyclage, Équipe autonomiste suggère d’étendre la consigne à tous les contenants et d’inciter l’implantation de centres de récupérations privés comme cela se fait en Alberta (réf. 4). Les citoyens rapporteraient tous les contenants consignés, qu’ils soient réutilisables ou non, à ces centres, libérant ainsi totalement les commerçants du fardeau de la gestion des contenants consignés. Étant séparées à la source, les matières recyclables seraient d’assez bonne qualité pour permettre de rentabiliser les usines de recyclage.

Les économies faites suite à l’abolition de la collecte à domicile des matières recyclables et de l’arrêt des publicités incitatives entraîneraient des baisses de taxes et d’impôts pour les citoyens. Cela valoriserait leurs efforts et les laisserait libres de choisir entre : 1-Aller porter leurs contenants pour reprendre leur consigne, 2-Donner leurs contenants à d’autres qui se chargeront de les retourner, 3- Jeter leurs contenants aux ordures régulières. Au total, toute la société serait gagnante, sauf les entreprises de collecte de matières, les gestionnaires de sites d’enfouissement et les entreprises de publicités qui vivent à nos dépends grâce à un système inefficace et coûteux.

Références :

1-Canettes et bouteilles: la consigne passera de 5 à 10 cents, 18 octobre 2016, La Presse. ca

http://www.lapresse.ca/actualites/201610/17/01-5031512-canettes-et-bouteilles-la-consigne-passera-de-5-a-10-cents.php

2- Le recyclage… une grande illusion ?, Le Havre, 13 avril 2016

http://www.journallehavre.ca/actualites/2016/4/13/le-recyclage_-une-grande-illusion---.html

3-Coup dur pour l'industrie du recyclage au Québec, 5 décembre 2014

http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201412/05/01-4825465-coup-dur-pour-lindustrie-du-recyclage-au-quebec.php

4- La consigne ailleurs au Canada : comment ça se fait en Alberta,

http://www.pro-consigne.org/fr/nouvelles/la-consigne-ailleurs-au-canada-:-comment-ca-se-fait-en-alberta-180.htm

 

Louis Chandonnet, porte-parole en environnement, candidat dans Saint-Jérôme

Stéphane Pouleur, chef d’Équipe autonomiste (intérim)

Un nouveau chef à Équipe autonomiste

Après plus de quatre ans de dévouement au poste de chef du parti Équipe autonomiste, monsieur Guy Boivin doit maintenant se retirer de ses fonctions. La direction du parti regrette infiniment ce départ et tient à remercier sincèrement son ancien chef pour son engagement et la patience qu'il a manifestées au cours de ces années. Par la même occasion, le conseil d'administration du parti m'a nommé chef intérimaire. J'espère être à la hauteur des qualités de mon prédécesseur.

Stéphane Pouleur, chef intérimaire

Appel de candidature pour les élections partielles dans Saint-Jérôme

Quelqu’un serait-il intéressé à se présenter dans la circonscription de Saint-Jérôme, aux prochaines élections partielles?  Équipe autonomiste a un candidat en vue, mais celui-ci n’est pas de l’endroit.  Équipe autonomiste est donc prête à considérer toute nouvelle offre, se réservant alors les services de cet excellent candidat potentiel pour une autre opportunité.

Pour donner votre nom, veuillez-vous adresser à equipeautonomiste@gmail.com ou au 418-262-5285.

Dans l’attente de la vôtre, tentez l’expérience, ça vaut le coup!

Élections partielles dans Marie-Victorin, Équipe autonomiste présente son candidat

Équipe autonomiste a la joie de vous annoncer la candidature de monsieur Florent Portron, sous sa bannière, dans la circonscription de Marie-Victorin, pour les prochaines élections partielles.  Soyez attentif à la date de déclenchement, car Équipe autonomiste est sur la ligne de départ avec un excellent candidat du secteur.

Merci à monsieur Portron et votez avec enthousiasme pour lui ... pour que les choses changent, profitez des élections partielles pour donner une nouvelle voix à l'Assemblée nationale!

Équipe autonomiste prône la protection des liens entre les pères et leurs enfants suite à une séparation

En général, il est reconnu que, lors des séparations, la majorité des gens s'entendent relativement bien sur le partage de «la garde» de leurs enfants. Par contre lors de désaccords, si la mère veut avoir une garde exclusive et que le père insiste pour maintenir des liens avec ses enfants, le système judicaire a encore tendance à favoriser la mère. Aussi, le parent, souvent le père, qui tient à la garde partagée, doit aller en cour et débourser de gros montants pour tenter de gagner son point. Dans certains cas, il arrive que pour mettre fin aux discussions, la mère décide d'accuser faussement le père d'agressions contre elle ou contre les enfants. À noter que ce genre de fausses accusations est rarement puni. Une fois le jugement rendu, le parent qui a la garde, souvent la mère, peut déménager où il veut, coupant ainsi toute possibilité, aux enfants, de revoir son autre parent. Il y aurait un enfant sur cinq qui ne reverrait plus son père suite à une séparation (réf. 1).

Dans le but d’éveiller la population à ce problème de garde partagée et éventuellement de faire changer les lois pour qu'elles soient justes envers les deux parents et les enfants, un père, monsieur Étienne van Steenburghe, en partenariat avec Lise Bilodeau de l'ANCQ (L'action des nouvelles et nouveaux conjoints du Québec, réf. 2),  a déposé à l'Assemblée nationale une pétition intitulée : «Garde partagée des enfants appliquée par défaut en cas de séparation» (réf. 3). Équipe autonomiste félicite l'action de cet homme qui a décidé d'agir et incite les gens à s'informer sur le sujet puisque le bien-être des enfants ainsi que le respect de l’égalité des droits des hommes et des femmes font partie des valeurs d’Équipe autonomiste.

Cependant, Équipe autonomiste tient à être très clair sur le point suivant : il n'est pas question d'obliger des parents à s'occuper de leurs enfants s'ils ne le veulent pas, comme peut le laisser entendre le titre de la pétition.

La position d'Équipe autonomiste est qu'il faille empêcher qu'un des parents puisse décider de priver les enfants du lien parental avec l'autre parent lors de séparation. Actuellement, le système judiciaire semble protéger davantage le parent qui veut priver l'enfant de l'autre parent qui, lui, doit faire maintes démarches et en assumer les coûts pour maintenir le lien avec son enfant. Équipe autonomiste demande d'inverser les rôles pour que ce soit la garde partagée par défaut lorsqu'il y a un conflit susceptible d’aboutir à la cour et que ce soit au parent qui veut la garde exclusive de faire les démarches pour démontrer et prouver hors de tout doute que l'autre parent doit perdre le droit d'être en contact avec son enfant.

Références :

1-Divorce : 1 enfant sur 5 ne voit jamais son père

http://www.journaldesfemmes.com/maman/magazine/garde-enfants-divorce.shtml

2-Action des nouvelles et nouveaux conjoints du Québec, ANCQ

http://ancq.qc.ca/

3- Pétition : Garde partagée des enfants appliquée par défaut en cas de séparation

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-6015/index.html

 

Stéphan Pouleur, responsable du comité politique d'Équipe autonomiste

Pour la liberté d'opinion et de parole, Équipe autonomiste refuse la loi 59

Le projet de loi 59 concerne, supposément, la prévention et la lutte contre les discours haineux ou les discours incitant à la violence, alors qu’il existe déjà des lois claires sur, entre autres, la diffamation et certaines menaces contre des individus ou des groupes. La loi 59 serait dangereuse, voire répressive, car elle ne pose pas de principes encadrant et limitant son droit d’exercice, et attribuerait un jugement de valeur, dans son application, à des comités arbitraires (réf. 1). La définition d’un «discours haineux» serait laissée à la discrétion d'un organisme étatique, peu imputable, qui posséderait des pouvoirs de censure et de profilage de la population, ainsi que des pouvoirs répressifs. Cette situation constituerait un recul net pour la liberté d'expression et les libertés civiles en général. De plus, avec une telle loi, la société courrait un grand risque; bien des groupes pourraient profiter de cette législation et du système mis en place, pour promouvoir des idées que personne ne pourraient critiquer sous peine de sanction.

Étant donné ces faits, Équipe autonomiste s'oppose totalement à ce projet de loi qui serait même nuisible pour notre société en plus d'entraîner, une fois de plus, une augmentation de la taille de l'État pour gérer tous ces éventuels dossiers.

Référence:

1- Projet de loi 59: liberticide, dangereux, inutile, Johanne Marcotte, Huffington Post, 21 septembre 2015

http://quebec.huffingtonpost.ca/joanne-marcotte/projet-loi-59-liberticide-dangereux-propos-haineux-liberte-expression_b_8159532.html

 

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Steve Lapointe, militant, Équipe autonomiste

Émeute à Montréal : il est temps de faire respecter la loi et l'ordre

Le 7 avril 2016, les policiers de Montréal-Nord ont reçu l'ordre de laisser des casseurs saccager un poste de police, détruire des biens privés et même blesser un résident (réf. 1). Selon la mairesse et «responsable» de la sécurité publique, la stratégie était «d'éviter la provocation que les casseurs attendaient de la police». Est-ce possible d'avoir un raisonnement aussi tordu et absurde ? Ce comportement est tout simplement une DÉMISSION face à l'intimidation. Les citoyens devraient exiger sa démission dès maintenant.

Le chef de la police de Montréal est tout aussi incohérent quand il prétend que les policiers n'ont pas reçu l'ordre de ne rien faire. Mais, le rôle de la police n’est-il pas justement, de son propre chef, d’intervenir sur le terrain ? Ce chef de police n'a pas fait une de ses tâches : protéger la population; point final. Un des rôles des élus et des policiers est donc de protéger la population en arrêtant les criminels surtout lorsqu'ils attaquent, même si cela risque de faire des blessés dans les deux camps. Ça fait partie du boulot policier qui n'est pas de donner seulement des contraventions routières ou d’aller dans les écoles faire de la prévention.

Le syndicat des policiers a parfaitement raison d'affirmer que, de baisser les bras face aux criminels, ne rend pas service à la population et risque de faire empirer les choses. Il est grand temps que la sécurité de la population passe avant la peur de déplaire. Équipe autonomiste prône une application ferme des lois et demande aux policiers de faire leur travail pour lequel ils sont payés.

 

Réf. :

1-  Le syndicat des policiers dénonce la stratégie du SPVM à Montréal-Nord. Ici-Radio-Canada, 12 avril 2016

http://ici.radio-canada.ca/regions/montreal/2016/04/12/004-montreal-nord-casse-police-fraternite-lettre-securite-publique.shtml

 

Stéphan Pouleur, responsable comité politique

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Emplois, réserve écologique, et chasse aux phoques : oui c'est possible

Équipe autonomiste fait, depuis longtemps, la promotion d'un «plan phoque» (réf. 1) pour utiliser la ressource naturelle que sont les phoques de l'Atlantique. C'est pourquoi elle approuve le projet d'une usine de produits du phoque aux Îles-de-la-Madeleine. Les Madelinots veulent investir dans la production d'omégas-3 à partir des produits du phoque (réf. 2) et créer des emplois tout en contrôlant la population de phoques en croissance excessive. Pour alimenter l'usine, ils devraient chasser des phoques sur une île qui est classée réserve écologique.

Le gouvernement du Québec veut déclasser l'île, ce qui risque de faire fâcher les écologistes, alors que le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, souhaite que l'on puisse chasser le phoque gris sur l'île Brion tout en laissant le statut de réserve écologique (réf. 3). Il semble y avoir de la confusion sur la possibilité de pouvoir chasser dans une réserve et les délais, causés par ces discussions, pourraient faire rater le projet. Pourtant, il existe des réserves où l'on peut chasser. La preuve est la réserve du Cap-Tourmente où la chasse se pratique à chaque automne (réf. 4).

Équipe autonomiste ne voit donc pas de problème dans ce dossier. Il y a trop de phoques (cela nuit à la croissance de la morue), une industrie peut être créée pour utiliser la ressource (oméga-3, collagène, fourrure et viande) et créer des emplois et il est aussi possible de garder le statut de réserve pour l'île tout en faisant de la chasse contrôlée.

Selon Équipe autonomiste, le rôle du gouvernement n'est pas de créer des emplois, mais bien de créer un contexte qui incite les entrepreneurs à développer des entreprises. Dans le présent dossier, le gouvernement doit agir et accélérer les procédures administratives pour faciliter la mise en place de cette industrie.

 

Références :

1-Un «Plan Phoque» pour stimuler l'économie, août 2013

http://www.equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/493

2- Production d'omégas-3 à partir du phoque : des Madelinots prêts à investir 700 000 $, Ici Radio-Canada, 10 avril 2016

http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2016/04/10/004-omegas-3-phoques-iles-madeleine-projet-700-000-dollars.shtml

3- Le maire veut la chasse et le statut de réserve pour l'île Brion, Le Soleil, 18 avril 2016

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/201604/18/01-4972573-le-maire-veut-la-chasse-et-le-statut-de-reserve-pour-lile-brion.php

4-Information de la Réserve nationale de faune du Cap-Tourmente

https://www.ec.gc.ca/ap-pa/default.asp?lang=Fr&n=0533BC0A-1

 

Louis Chandonnet, porte-parole en environnement, Équipe autonomiste

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Cours d'économie : bonnes intentions et mauvaises approches de Sébastien Proulx

Le nouveau ministre de l'Éducation, monsieur Sébastien Proulx, a annoncé qu'il mettrait en place des cours d'économie, au secondaire, dès l'automne 2016 (réf. 1). Le principe est excellent et c'est ce que nous prônons depuis longtemps à Équipe autonomiste (réf. 2 à 4). Par contre, tel que présenté, Équipe autonomiste considère que le projet serait un coup d'épée dans l'eau, risquant d'être un échec cuisant. Sébastien Proulx, serait-il en route vers un flop assuré?

Le cours serait donné en secondaire 5. Selon Équipe autonomiste, c'est beaucoup trop tard. La plupart des élèves prennent déjà des décisions économiques depuis quelques années puisqu’un grand nombre travaille au moins durant l'été. C'est aussi trop tard parce que beaucoup décrochent avant d'atteindre ce niveau et c'est justement ces décrocheurs qui en auraient, sans doute, le plus besoin. À Équipe autonomiste, nous suggérons que le cours soit donné en secondaire 2 ou 3 car, déjà en secondaire 3, il commence à y avoir du décrochage scolaire et du monde qui veut aller vers le diplôme d’études professionnelles.

Le cours serait optionnel. C'est une autre erreur grave. Ceux qui choisiront ce cours seront, sans doute, ceux dont les parents les auront sensibilisés à ce sujet. Ces élèves connaîtront déjà le domaine, du moins en partie, et ce sera un cours plutôt facile pour eux. Il y a de grandes probabilités pour que ceux qui en ont vraiment besoin ne le prennent pas. L'économie et les finances personnelles ne sont pas des sujets attirants de prime abord, surtout pour ceux qui ont peu d'argent. Le cours devrait être obligatoire et viser à intéresser tous les jeunes à leurs finances personnelles. À Équipe autonomiste nous avons pour objectif d'aider les gens à être le plus autonomes possible. Le cours devrait porter, entre autres, sur les danger de l'endettement et comporter un volet d’économie familiale afin d’en tirer des trucs et stratégies pour bien gérer un budget et économiser.

Le cours serait rédigé par des fonctionnaires du ministère de l'Éducation. Encore une faute de stratégie annonce Équipe autonomiste. Tous le savent, ces fonctionnaires, même s'ils sont bien intentionnés et travaillants, sont des théoriciens souvent déconnectés de la vraie vie. La majorité d’entre eux ne sont pas retournés dans une classe depuis des lunes. Ils empêtreront le système avec des exigences pédagogiques, forçant à avoir des approches tordues et un langage qu'eux seuls comprennent, aux dires de plusieurs enseignants. Le résultat risque d'aboutir à un cours déconnecté, voire ennuyant et inutile, qui ne servira qu'à grossir théoriquement l'offre de cours possibles et à bien faire paraître ceux qui l'auront mis en place. À Équipe autonomiste, nous suggérons que le cours soit, comme tous les autres, rédigé par les professeurs eux-mêmes, entre eux. La seule tâche du ministère serait de déterminer, avec des personnes du domaine, des gens d'affaires et des parents, une liste d’éléments essentiels à apprendre et de créer un examen unique, de fin d'année, pour vérifier si les élèves ont acquis les connaissances de base. Chaque professeur pourrait ainsi livrer la matière à sa manière ou même inviter des gens du milieu financier à donner des parties de cours. De plus, cette formation économique devrait seulement être une composante d'un programme plus général d'éducation à la citoyenneté, l'objectif étant de sensibiliser les jeunes aux aspects importants de la vie en société incluant l'économie.

Références :

1- L'éducation économique bientôt de retour dans les écoles, 12 avril 2016

http://www.journaldequebec.com/2016/04/12/leconomie-de-retour-dans-les-ecoles

2- Des cours d'économie au secondaire plutôt que l'épargne obligatoire, 27 août 2013

http://equipeautonomiste.ca/?q=node/461

3- Oui pour un cours d'économie au secondaire, 7 mai 2015

http://equipeautonomiste.ca/?q=node/607

4- Instaurer un cours d'économie familiale et de vie citoyenne, 30 mai 2015

http://equipeautonomiste.ca/?q=content/instaurer-un-cours-d-conomie-familiale-et-de-vie-citoyenne

 

Stéphan Pouleur, comité politique

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Invitation à manifester contre le registre des armes de chasse dimanche le 3 avril 2016

Équipe autonomiste invite ses membres et tous les citoyens qui sont contre le gaspillage, à aller manifester avec ce groupe de citoyens qui ont décidé d'agir pour le bien de tous !

Équipe autonomiste a toujours été contre le registre des armes de chasse, car le registres des propriétaires d'armes est amplement suffisant. Plusieurs membres du parti seront présents.

Dimanche 3 avril de 10h à midi, 1150, 107e rue, St-Georges de Beauce

Informations : https://www.facebook.com/events/1647488575514979/

 

Stéphan Pouleur, comité politique

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Procès Ghomeshi : La justice a vaincu le mensonge

Jeudi soir, 24 mars, à l'émission 24/60, quatre féministes féroces et un juriste parlent du lendemain de l'affaire Ghomeshi.  On sent qu'elles sont déçues de l'acquittement  du présumé agresseur.  Julie Miville-Dechêne brandit le nombre de plaintes pour agressions, mais ce qu'elle ne dit pas, c'est combien de ces plaintes sont de faux dossiers qui n'aboutiront pas ou de fausses plaintes portées par des femmes qui exploitent le système judiciaire pour atteindre leurs fins.

Le discours des débattrices porte aussi sur les victimes mal préparées (1).  Allons donc! vous n'allez pas me faire croire que ces femmes n'avaient aucune idée de ce qui les attendait.  Elles n'étaient pas sottes et n'étaient pas des infortunées de la société et les procureurs de la couronne avaient dû faire leur travail.  Elles étaient amoureuses et ont accepté de se prêter à des jeux sexuels plus ou moins acceptables qu'elles ont, par la suite, utilisés pour se venger d'un amour bâclé.  Nos féministes actuelles donnent trop souvent l'impression que les femmes sont parfaites et, surtout, victimes permanentes. Équipe autonomiste se doit de dénoncer cet état d'esprit.

Les femmes et les hommes ont leurs qualités et leurs défauts et, malheureusement, ces hommes et ces femmes payent aussi pour les fautes des autres:  trop d'abus, trop de menteurs et de menteuses, trop de malhonnêteté; on ne peut plus se fier à personne, ni se permettre de croire qui que ce soit sans preuve formelle.  Les médias déforment l'information, des dirigeants pigent dans la caisse, déjouent les lois, profitent de prête-noms, des gens se vautrent dans le travail au noir et que dire d'une publicité qui déclare:  «Si vos enfants vous mentent, mentez-leur aussi.»

Il est heureux que notre justice qui cherche la vérité, demande aux victimes d'agressions de prouver ce qu'elles avancent même si c'est difficile quand c'est la parole de l'un contre la parole de l'autre.  Si le système judiciaire croyait sur paroles ceux et celles qui l'appelleraient à leur secours, il n'y aurait plus de justice et, de nombreux innocents seraient condamnés sur de simples mensonges. Non, les hommes ne sont pas hors de tout blâme et les femmes ne sont pas toutes des anges.  Équipe autonomiste encourage la dénonciation des vraies agressions tout en condamnant les mensonges.

 (1) http://www.journaldemontreal.com/2016/03/27/jian-ghomeshi-le-verdict

 Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Éducation : Ajouter de l'argent n'est pas une solution valable

La source du problème en éducation est un problème de mentalité et non d'argent. D'après un sondage, 86 % des Québécois veulent un réinvestissement "massif" en éducation» (1). Équipe autonomiste déclare que ça prendrait davantage un bon ménage du système éducatif.

Équipe autonomiste est bien consciente que des chaînes humaines s'organisent, des parents revendiquent devant un système dont ils ont de la difficulté à comprendre les méandres mais dont ils constatent la détérioration des bâtiments ou des services aux enfants en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage, mais ce n'est pas avec l'ajout d'argent que va s'améliorer la situation, et encore moins la qualité de la formation.

Le problème est beaucoup plus profond et Équipe autonomiste désire que la population en prenne conscience et en soit informée.  Premièrement, le ministère de l'Éducation est devenu, avec les années, un ballon d'hélium qui ne cesse de gonfler dans une administration qui trouve continuellement de nouvelles raisons d'être au détriment des besoins réels. Équipe autonomiste souhaite redonner aux enseignants la responsabilité de leurs programmes et limiter le rôle du ministère au contrôle du savoir de base, par des examens ministériels par matières.  Équipe autonomiste veut rendre aux enseignants leur rôle d'éducateur et non de "police", dévolu aux agents de sécurité, dans des locaux d'isolation.  Équipe autonomiste veut concentrer les enfants-problèmes dans des classes distinctes pour organiser des formations par du personnel spécialisé aidant réellement ces élèves nécessiteux et permettant aux doués de pouvoir exceller sans être handicapés par les retards des autres.  Équipe autonomiste veut que les diplômes équivalent véritablement à ce qu'ils sont:  des documents officiels confirmant la réussite scolaire d'un étudiant.  Équipe autonomiste veut récompenser le mérite à l'effort et maintenir la discipline.  Elle désire aussi responsabiliser les directeurs d'école, en réformant la méthode de financement, en octroyant des enveloppes budgétaires fermées liées aux besoins de la clientèle:  le directeur devrait ainsi voir à l'entretien des lieux.  Etc.  Une réforme véritable est criante mais le gouvernement en place se contentera sans doute de balayer la poussière sous le tapis en sortant quelques piastres pour calmer la population.

(1) http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/465529/86-pour-cent-demandent-un-reinvestissement-massif

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Dépôt d'un mémoire pour une égalité homme-femme réellement réciproque

Au début de 2016, le Secrétariat à la condition féminine a fait une consultation publique sur l'égalité homme-femme (http://www.scf.gouv.qc.ca/index.php?id=705).

Équipe autonomiste qui prône l'égalité homme-femme dans les deux sens a déposé un mémoire  intitulé " Pour une égalité homme-femme réellement réciproque ".  Le mémoire est disponible à ce lien : http://equipeautonomiste.ca/pdf/MemoireEgaliteReciproque201601.pdf

Le parti y présente des recommandations en rapport avec la condition des hommes, sur la santé l'éducation, la famille et autres sujets.

Pour information : Stéphan Pouleur, agronome. Président d'Équipe autonomiste cell: 418-262-5285.

Comment les libéraux détruisent l'économie du Québec avec leur taxe du carbone

Malgré les recommandations d’experts (rapport p. 20) (1), les libéraux ont implanté, en janvier 2015, la taxe du carbone sur l'essence. Cette taxe est présentement d’environ 4 cents le litre (2), a déjà augmenté (3) et pourrait monter jusqu’à 15 cents. Le but est de forcer les consommateurs à réduire leur consommation d'essence et à ramasser de l'argent dans le Fonds vert pour, supposément, lutter contre les changements climatiques. La réalité est que bien des gens, comme tous ceux qui demeurent en région, ne peuvent pas vraiment réduire leur consommation d'essence. Par contre, une chose est certaine, cette taxe diminue leur pouvoir d'achat. En moyenne, cela peut être d'au moins 80 à 160 $ par famille (20 000 km/an X 10 L/100 km = 2 000 L d'essence X 4 cents le litre = 80 $ par auto par an). À cela, il faut ajouter l'augmentation du coût de transport, de tous les biens de consommation, qui réduit aussi le pouvoir d'achat des consommateurs puisque ce qu'ils achètent coûtent plus cher à cause de la taxe. Toutes ces pertes, de pouvoir d'achat, causées, entre autres, par la taxe du carbone, font en sorte que les consommateurs sont contraints de dépenser moins dans d'autres secteurs, faisant ralentir l'économie.

Quand on pense au Parti libéral du Québec et à son chef, Philippe Couillard, qui promettaient de créer des milliers d'emplois et qu'on les voit imposer des taxes qui nuisent à l'économie, il est facile de conclure à une certaine incohérence. Ajoutons à cela, le fait que l'argent du Fonds vert est actuellement gaspillé n'importe comment, sans aucun contrôle (4), on conclut aisément qu'ils sont irresponsables et irrespectueux envers la population québécoise.

Équipe autonomiste propose d'abolir, tout simplement, la taxe du carbone et de fermer le Fonds vert qui semble être, pour l'instant, une arnaque pour escroquer l'argent des contribuables en leur faisant croire que c'est pour sauver la planète. De plus, Équipe autonomiste propose que l'argent du Fonds vert soit investi dans quelque chose de concret et d'utile pour l’ensemble de la société, comme par exemple, la rénovation d’écoles qui tombent en ruines et qui peuvent affecter la santé d’élèves, d’enseignants et du personnel soutenant l’instruction publique.

Équipe autonomiste tient aussi à distinguer la réalité entre la pollution, le réchauffement climatique et l’environnement, c’est pourquoi elle incite les gens à écouter des documentaires pareils à Carbon Rush (5) et à La tragédie électronique (6).

(1) http://www.politiqueenergetique.gouv.qc.ca/wp-content/uploads/2014/12/Rapport-consultation-energie.pdf

(2) http://www.journaldemontreal.com/2015/11/26/les-plus-taxes-sur-lessence

(3) http://www.journaldemontreal.com/2015/05/03/la-taxe-sur-le-carbone-a-deja-double

(4) http://www.journaldequebec.com/2016/01/13/largent-du-fonds-vert-gaspilles

(5) http://www.lapresse.ca/cinema/festivals-de-cinema/rencontres-internationales-du-documentaire/201211/08/01-4591638-the-carbon-rush-lenvers-des-credits-carbone.php

(6) http://www.yuzu-productions.com/page18/index.html

 

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Registre des armes de chasse au Québec : le faux argument des consultations par les policiers

1- Oui c'est vrai que les policiers du Canada, incluant ceux du Québec, consultent souvent le Registre canadien des armes à feu en direct (RCAFED). En 2014, ils l'ont consulté 16100 fois par jour. À noter que 98 % de ces consultations concernaient le nom (11 800), l'adresse du particulier (3800) ou le numéro de permis (101) (tableau 1). C'est la même proportion qu'en 2011, soit l'année avant l'abolition du registre fédéral de chaque arme de chasse. L'abolition du registre n'a donc eu AUCUN effet sur le nombre ni sur le genre de consultations effectuées par les policiers.

 2- En 2014, le Québec était la province où les policiers ont consulté le moins le registre dans tout le Canada, soient 1086 fois par 100 000 habitants, bien en dessous de la moyenne canadienne de 4615 (tableau 2). C'était aussi le cas en 2010, alors que le Québec était la province qui consultait le moins le registre (réf. 1).

Le Québec est donc la province qui consulte le moins un registre dans lequel 98 % des informations utilisées sont disponibles en tout temps pour les policiers même depuis l'abolition du registre des armes longues. Pourtant le gouvernement, appuyé des trois autres vieux partis, persiste quand même à vouloir créer un registre Québécois à coup de millions de dollars alors que la province est en déficit à chaque année.

Équipe autonomiste dénonce cette décision totalement irrationnelle qui ne servira qu'à faire plaisir à une poignée de groupes de pressions et à enrichir inutilement des entreprises en informatiques. L'énergie et l'argent consacrés à ce registre inutile seraient beaucoup plus utile dans d'autres domaines.

Équipe Autonomiste s'oppose à la création de ce registre des armes de chasse et encourage toute la population à faire pression auprès des élus pour qu'ils abandonnent ce projet soit en signant la pétition actuellement en cours à  https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-5715/index.html  ou en participant aux diverses manifestations qui auront lieu contre ce projet.

Source des tableaux : http://www.rcmp-grc.gc.ca/cfp-pcaf/facts-faits/index-fra.htm

Tableau 1

Nombre moyen de requêtes quotidiennes dans le RCAFED

Type

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

Nom du particulier

6 631

  7 910

10 895

13 067

13 425

13 138

  11 832

Adresse

  2 574

  2 843

  3 176

  4 012

  4 248

  3 808

  3 855

No de série

204

317

308

358

262

239

215

No de permis

142

186

209

218

138

103

101

No de certificat

19

19

16

12

8

6

7

No de téléphone

15

20

40

33

31

35

29

Autre

22

51

85

82

73

80

85

Total

9 606

11 347

14 729

17 782

18 185

17 410

  16 126

Tableau 2

Nombre total de requêtes dans le RCAFED par province (octobre à décembre 2014)

Province/Territoire

Nombre de requêtes en 2014 T4

Requêtes par 100 000 habitants

Alberta

 186 680

 5 121

Colombie-Britannique

 303 951

 6 908

Manitoba

 26 437

 2 188

Nouveau-Brunswick

 44 868

 5 973

Terre-Neuve-et-Labrador

 25 935

 5 040

Territoires du Nord-Ouest

 1 438

 3 468

Nouvelle-Écosse

 23 177

 2 515

Nunavut

  876

 2 746

Ontario

 823 883

 6 411

Île-du-Prince-Édouard

 1 705

 1 216

Québec

 85 864

 1 086

Saskatchewan

 18 325

 1 773

Yukon

 1 938

 5 717

Total

1 545 077

 4 615

Référence 1 : Le registre des armes à feu en chiffres, Sophie-Hélène Lebeuf, 6 décembre 2011. Radio-Canada.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/National/2011/07/11/001-registre-armes-feu.shtml

 

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Stéphan Pouleur, comité politique

 

Manifestation contre le registre des armes à feu

Plusieurs membres d'Équipe autonomiste étaient sur place. On peut même voir dans la vidéo ( http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2016/01/24/001-manifestation-registre-armes-veronyque-tremblay-quebec.shtml ), le chef d'Équipe autonomiste, Guy Boivin qui ne possède pas d'arme à feu, expliquer pourquoi c'est la responsabilité de tous les citoyens de manifester leur opposition au registre. Les vieux partis doivent savoir qu'il y a de la relève qui est réellement à l'écoute de citoyens.

Félicitations aux organisateurs pour cette réussite.

Stéphan Pouleur, comité politique

Ça suffit le gaspillage! Joignez-vous à nous dimanche prochain!

Les membres d’Équipe autonomiste et la population en général sont invités à participer dimanche, le 24 janvier 2016, de 10:00 à 12:00, devant le bureau de circonscription de la députée libérale de Chauveau, madame Véronyque Tremblay, sis au 359, rue Racine, à Québec, afin de dénoncer le projet de loi 64 pour la création d’un registre des armes de chasse. Cette activité est organisée par l'organisme à but non lucratif : " Tous contre un registre québécois des armes à feu " (voir ce lien   https://www.facebook.com/TousContreUnRegistreQuebecoisDesArmesAFeu/info/?tab=page_info )

 

En effet, ce registre s’avérerait inutile car les autorités gouvernementales possèdent déjà les données essentielles et les policiers n’en sentent aucunement le besoin puisqu'ils n'ont à peu près jamais consulté les données sur les numéros de certificat des armes.  De plus, le coût de ce registre est estimé à près de 20 millions de dollars, en partant.  Ce registre ne servirait qu’à donner une image politique compatissante pour galvaniser l’émotivité publique.  Vaut mieux mettre l’argent ailleurs (en thérapie, en accès aux soins, en aide aux détresses psychologiques, etc.).  Aussi de savoir qu’une personne possède une ou deux armes n’empêchera pas un drame si celui-ci doit arriver; avec ou sans arme.  D’enregistrer une arme ne permettra pas de sauver une vie et je vous le répète, les données de toutes les personnes qui sont autorisées à posséder une arme à feu sont déjà détenues par les autorités. 

 

Cette dépense récurrente et futile concerne tout le monde.  Il faut que tous s’impliquent afin de ramener à la réalité concrète l’humeur publique et réveiller nos élus. 

Ça suffit le gaspillage!  Joignez-vous à nous dimanche prochain!

 

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Élections partielles dans Chicoutimi : appel de candidature

Des élections partielles auront lieu prochainement dans Chicoutimi. Équipe autonomiste, un parti créé par des citoyens qui ont à coeur d'améliorer la situation présente et future du Québec, vous offre l'opportunité de prendre parole et de faire la différence en posant votre candidature pour nous sortir du vieux système depuis trop longtemps dominé par des partis qui ne représentent guère nos véritables besoins et nos valeurs profondes. Un vrai changement est nécessaire et encore plus dans la période actuelle.

Si vous voulez agir et faire cette différence en vous impliquant dans votre société, voici les critères de sélection pour présenter votre candidature :

Adhérer aux valeurs du parti ( http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/244 ) et à sa mission ( http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/mission ).

Être motivé à vouloir agir pour le bien de la société.

Expérience en politique non requise : le parti a une équipe pour aider.

Habiter la circonscription; ce qui n’est pas essentiel.

 

Exemples de thèmes à défendre pour cette élection :

- Lutter contre le registre des armes de chasse.

- Protéger nos valeurs occidentales.

- Améliorer la condition des hommes (suicides, itinérance, etc.)

- Instaurer un cours d'éducation à la citoyenneté et réduire l’omniprésence du ministère de l’Éducation.

 

Pour information ou pour proposer votre candidature :

Stéphan Pouleur, coordonnateur tél : 418-262-5285

Courriel : info@equipeautonomiste.ca

Site web d’ÉA : http://equipeautonomiste.ca/

Équipe autonomiste s'oppose au projet de loi 64 sur le registre des armes de chasse

Équipe autonomiste dénonce le projet de loi 64 qui vise à créer un registre québécois des armes d'épaule. Ce registre serait un dédoublement inutile du système de contrôle des propriétaires d’arme de chasse, actuellement en vigueur au Canada, dont les règles sont suffisamment strictes pour protéger la population. Une proposition a, à cet effet, été votée à l’unanimité par les membres de notre parti présents lors du congrès du 19 janvier 2013 (1).

Le gouvernement Couillard, qui a fait des coupes massives à l'aveuglette pour maintenant s'engager dans des gaspillages irréfléchis, démontre une incompétence exemplaire à gouverner et un manque de vision à long terme. De plus, quand on observe son entêtement à créer ce registre malgré le désaccord d'une grande partie de la population (48 % des gens étaient contre et 41 %, pour, en avril 2015 (2)), on se demande si c'est pour tenir une promesse électorale faite aux électeurs ou pour plaire à des firmes informatiques, qui profiteront d'un tel projet, qu'il agit ainsi.

Équipe autonomiste considère qu'il est temps de réduire la taille de l’État québécois et, pour ce faire, il faut d’abord cesser d’y ajouter tout programme inutile, même peu coûteux, dont ce registre. Équipe autonomiste invite la population à signer la pétition contre le registre des armes d'épaule au lien suivant : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-571...

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste et Stéphan Pouleur, coordonnateur

Références :

1-Proposition 63 : Équipe autonomiste s’oppose à la création d’un registre des armes d’épaule au Québec. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/415

2-Sondage Léger sur un registre des armes d'épaule pour le Québec http://www.ledevoir.com/documents/pdf/sondage_avril2015.pdf

Le droit des enfants de connaître leurs origines

En cette Journée Internationale des droits de l'enfant (1), Équipe autonomiste considère que tous les enfants devraient pouvoir connaître leurs origines et demande que les lois soient ajustées en ce sens.

Récemment, le gouvernement du Québec a mis en place, dans les écoles, les cours d’éducation sexuelle pour les enfants du primaire et du secondaire. Les élèves apprendront les différents types de familles cependant aucune mention sur l’importance de l’origine des enfants.

Les lois biologiques dictent que tout enfant provient d’un homme et d’une femme. Le clonage et les manipulations génétiques (parent mitochondrial) étant interdits au Québec, même avec toutes les sortes de pactes possibles pour la conception d’un enfant, celui-ci provient toujours d’un homme (père) et d’une femme (mère). La notion de parent désigne la personne ou les personnes qui élèvent un enfant et portent la responsabilité sociale et financière pour l’amener à l’autonomie, à l’âge adulte. Le père et la mère représentent l’origine (les gènes) et cela ne doit pas être effacé par une sorte d’«hétérophobie» véhiculée actuellement par certains groupes ou idéologie castratrice. Au Québec, la maternité est déterminée par le fait d’accoucher. Cela doit être changé (2). La mère est celle qui fournit l’ovule et non celle qui est porteuse.

Les enfants ont le droit de savoir la pleine vérité sur leurs origines, c'est-à-dire connaître leur père et leur mère, une fois dans leur vie, et leurs ancêtres (généalogie) du fait même. Bien sûr, les lois doivent être adaptées pour protéger les géniteurs contre une responsabilité sociale et financière, voire du harcèlement. En connaissant les origines des enfants, l’État et les citoyens s’assurent d’éviter les risques de consanguinité. Cela est important si deux enfants, provenant d’un même donneur de gamètes, forment un couple. Pour faire un parallèle avec les règles d’éthique en procréation assistée, au Canada et en France, le don de gamètes est limité à 10 afin d’éviter une consanguinité éventuelle.

Équipe autonomiste, dans sa valeur Famille, désire favoriser les liens familiaux et mieux encadrer la procréation dans l’intérêt de l’enfant, inspirée en cela par l’Avis intitulé Éthique et procréation assistée (3). En effet, sous le gouvernement Marois, un comité de 16 personnes (aucune égalité homme-femme) devait se pencher sur les définitions de familles et reformuler des lois pour tenir compte des nouveaux types de famille (4). Équipe autonomiste a des propositions simples, efficaces et claires. Par exemple, Équipe autonomiste est contre l’insémination post mortem, passée un an après le décès, puisqu’elle est incohérente avec le sens naturel de la vie.

 

Références :

1) Journée Internationale des droits de l'enfant http://www.journee-mondiale.com/98/journee-internationale-des-droits-de-...

2) Mère porteuse: l'enfant a le droit de connaître ses origines, dit un expert, Jocelyne Richer, Le Soleil, 8 mars 2015 http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201503/08/01-4850373...

3) ÉTHIQUE ET PROCRÉATION ASSISTÉE : des orientations pour le don de gamètes et d’embryons, la gestation pour autrui et le diagnostic préimplantatoire. 2009. http://www.ethique.gouv.qc.ca/fr/assets/documents/PA/PA-avis-et-errata-F...

4) Lettre de recommandation du Comité consultatif sur le droit de la famille http://www.justice.gouv.qc.ca/francais/publications/rapports/pdf/rapp_pr...

 

Louis Chandonnet et

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Élections partielles du 9 novembre 2015 : Équipe autonomiste lance un appel de candidatures

Beauce-Sud, Fabre et René-Lévesque (nous avons quelqu'un dans Saint-Henri Sainte-Anne)

Équipe autonomiste, un parti créé par des citoyens qui ont décidé d'agir pour améliorer la situation, autant présente que future, au Québec.

Équipe autonomiste, un parti politique provincial qui vise l'autonomie des individus et l'autonomie de la province tout en restant dans le Canada.

Nous, les dirigeants d'Équipe autonomiste, recherchons des candidats pour ces élections partielles.

Nous offrons la chance à des citoyens de se joindre à notre Équipe et de vivre une expérience unique et enrichissante en faisant de la politique sur le terrain.

Pour se qualifier, les candidats doivent adhérer aux valeurs du parti et à sa mission. Ils doivent être motivés à vouloir agir pour le bien de la société. Ils n'ont pas besoin d'expérience en politique. Nous avons une équipe qui les aidera dans leur campagne. Idéalement, nous recherchons des personnes qui habitent les circonscriptions visées, mais ce n’est pas indispensable.

Aux électeurs qui n'en peuvent plus des vieux partis (y compris de la CAQ-EFL) et des politiciens professionnels, vous avez une autre option : Équipe autonomiste. Et ces élections partielles sont une occasion de vous faire entendre de façon différente.

Si vous doutez encore de la pertinence ou de l'utilité d'un parti en développement, regardez comment Québec solidaire a réussi à faire voter à l'unanimité certaines de ses motions.

Pour information ou pour proposer votre candidature :

Stéphan Pouleur, coordonnateur tél : 418-262-5285

Courriel : info@equipeautonomiste.ca

Site web d’ÉA : http://equipeautonomiste.ca/

Refusons les accommodements qui font souffrir les animaux

Acceptez-vous, au Québec, la cruauté contre les animaux? (1) Un projet de loi vient d'être déposé contre la cruauté envers les animaux (2) et pourtant l'abattage halal serait toléré, à cause d'un principe religieux. Où est la logique? On ne veut pas qu'un animal souffre mais quand se pointe une idéologie religieuse (3), contraire aux us et coutumes québécois, on se rétracte. Serions-nous lâches devant l'adversité? Équipe autonomiste valorise les us et coutumes des Québécois et réclame une modification de la Charte des droits et libertés de la personne pour faire en sorte que les droits religieux s'arrêtent là où ils entrent en conflit avec les droits collectifs.

(1) Québec dépose un projet de loi pour mieux protéger les animaux, Radio Canada, 5 juin 2015

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2015/06/05/003-animal-loi-protection-maltraitance-amende-prison.shtml

(2) Loi modifiant le Code criminel (cruauté envers les animaux).

http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/loisAnnuelles/2008_12/page-1.html

(3) La réalité de l'abattage rituel Halal et Casher : souffrance animale, risque pour la santé et business (vidéo), 27 septembre 2014

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2508_abattage_Halal_Casher_souffrance_animale.php

 

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Visages cachés et citoyenneté canadienne, Équipe autonomiste appuie Harper

La Cour d'appel fédérale du Canada a donné raison à une personne qui exige de prêter son serment de citoyenneté canadienne avec le visage caché (1). Cela est inacceptable dans notre société. Accepteriez-vous d'accueillir quelqu’un dans votre maison en ne voyant jamais son visage? Le Canada, c'est notre maison. Pourquoi ouvrir la porte à des inconnus sans voir leur visage? Cela va à l'encontre de nos valeurs canadiennes. Le seul fait d'oser demander de se présenter à visage caché devrait entraîner automatiquement le rejet d'une telle demande de citoyenneté car cela montre clairement que cette personne ne vient pas au Canada pour s'intégrer. L'acceptation de cette pratique sur notre territoire ouvre toute grande la porte à l’imposition de valeurs étrangères et met en danger l'avenir de nos propres valeurs occidentales confrontées à notre très grande tolérance. C'est pourquoi Équipe autonomiste appuie notre premier ministre, monsieur Stephen Harper, dans sa décision de se rendre en Cour suprême dans ce dossier (2) et félicite monsieur Gilles Duceppe qui a demandé à Ottawa d'agir (3). Équipe autonomiste dénonce donc les positions de messieurs Thomas Mulcair et Justin Trudeau qui approuvent les visages cachés au Canada (4 et 5). Contrairement à ce que dit monsieur Mulcair, nous n’avons pas à laisser agir les cours dans un tel dossier car les cours ont à appliquer les lois et les lois se changent quand la volonté politique y est.

 

Aussi la Charte canadienne des droits et libertés surprotègent, dans le vécu des gens, les religions. C’est pourquoi, Équipe autonomiste propose de la modifier. Elle suggère que la protection de la pratique religieuse demeure mais seulement dans la mesure où cette pratique n'entre pas en conflit avec les valeurs de la société canadienne, ni n'entraîne de dépenses spécifiques pour la collectivité. Équipe autonomiste propose aussi que le voile intégral soit interdit partout dans l'espace public comme c'est le cas en France depuis 2010 (6). Équipe autonomiste est confiante que les provinces s'entendront pour ce dossier si grave et qu’elles s'entendront rapidement sur ce point urgent à régler. Pourquoi laisser pourrir les choses? Équipe autonomiste demande aussi à l’Assemblée nationale du Québec de prêcher par l’exemple en changeant sa propre Charte des droits et libertés de la personne. C’est le temps d’agir!

 

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Stéphane Pouleur, comité politique

 

Références

1- La cour rejette un appel d'Ottawa sur le niqab aux cérémonies de citoyenneté, Ici Radio-Canada, 15 septembre 2015

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/09/15/004-cour-appel-federale-serment-citoyennete-canada-niquab.shtml

2-Ottawa porte en Cour suprême la décision de la Cour d’appel fédérale, Le Devoir, 16 septembre 2015

http://www.ledevoir.com/politique/canada/450213/niqab-ottawa-porte-en-cour-supreme-la-decision-de-la-cour-d-appel-federale

3-Le voile intégral autorisé aux cérémonies de citoyenneté, Le journal de Montréal, 15 septembre 2015

http://www.journaldemontreal.com/2015/09/15/le-voile-integral-autorise-aux-ceremonies-de-citoyennete

4-Serment de citoyenneté: Mulcair d'accord avec le port du niqab, La presse, 25 février 2015

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201502/25/01-4847365-serment-de-citoyennete-mulcair-daccord-avec-le-port-du-niqab.php

5- Le port du niqab est un droit pour Justin Trudeau, Ici Radio-Canada, 11 mars 2015

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2015/03/11/004-justin-trudeau-plc-niqab-droits-minorites.shtml

6- Voile intégral: comment s'y prennent les États pour légiférer?, Ici Radio-Canada, 11 mars 2015

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2015/03/11/004-port-voile-integral-pays-lois.shtml

Éduc'alcool mettrait en danger la santé des nouveaux-nés selon Équipe autonomiste

Le trouble du spectre d’alcoolisation fœtale (TSAF) définit un ensemble de problèmes que peut avoir un enfant lorsque sa mère a consommé de l'alcool pendant qu'elle était enceinte (1). Les problèmes peuvent être de légers à très graves (retard mental, moteur, déficit d'attention, de développement, décrochage scolaire, etc.). Au Québec, il naîtrait environ dix bébés par jour avec des séquelles causées par la consommation d'alcool pendant la grossesse selon l'organisme SAFERA situé à Lévis (1). C'est un problème de santé reconnu et il est possible de le prévenir en ne consommant pas d'alcool pendant la grossesse.

Selon Santé Canada, les femmes enceintes et celles qui veulent le devenir, devraient cesser de prendre de l'alcool car il n'y a pas de chance à prendre, puisque l'on ne connaît pas la dose minimale sans danger (2). Par contre, Éduc'alcool est beaucoup plus nuancée et suggère de réduire sa consommation d'alcool et de ne pas s'en faire d'avoir consommé un peu d'alcool à l'occasion (3). La différence entre ces deux positions est plutôt étrange, surtout quand on pense à la pratique courante de faire un retrait préventif des femmes enceintes lorsque, par exemple, elles risquent de respirer des vapeurs de produits chimiques qui pourraient nuire à la santé du futur bébé. Dans ce contexte, on peut se demander comment il se fait que les approches de Santé Canada et d'Éduc'alcool soient si différentes.

Dans le but de comprendre les nuances des conseils d'Éduc'alcool, Équipe autonomiste a consulté leur site Web. Il y est indiqué que cet organisme n'est pas un organisme gouvernemental, qu'il est indépendant et sans but lucratif, mais que la Société des alcool du Québec (SAQ) ainsi que la Régie des alcools, des courses et des jeux en sont membres (4). De plus, on mentionne qu'un des membres du conseil d'administration d'Éduc'alcool provient de la SAQ. On y explique aussi que le financement d'Éduc'alcool vient de la vente d'alcool faite par la SAQ. Ces informations incitent Équipe autonomiste à douter de la neutralité des conseils promulgués par Éduc'alcool au sujet de la grossesse et l'alcool. C'est pourquoi, ce dossier a été présenté lors d'une entrevue à la radio de Lévis, le 3 juin 2015 (5). Suite à cette entrevue, Éduc'alcool a présenté son approche concernant ce dossier (6).

Malgré les explications d'Éduc'alcool, il demeure étrange qu'un organisme financé par la vente d'alcool soit mandaté pour faire de la sensibilisation contre les risques de consommation d'alcool. Comme il en va de la santé des futurs nouveaux-nés et de leur avenir, Équipe autonomiste croit que ce dossier mérite d'être étudié plus en profondeur. C'est pourquoi Équipe autonomiste demande à tous ceux qui le peuvent, de déterminer si nos doutes sont fondés.

Références :

1- Site web de SAFERA

http://safera.net/

2- La consommation d'alcool durant la grossesse selon Santé Canada

http://www.phac-aspc.gc.ca/hp-gs/guide/03_ap-ag-fra.php

3- La grossesse et l’alcool en questions. Recommandations d'Éducalcool.

http://educalcool.qc.ca/alcool-et-vous/famille/la-grossesse-et-lalcool-en-questions/#.VWsHB-nbJ9A

4- Description et mandat d'Éducalcool

http://educalcool.qc.ca/faq/#.VXYvrJVFAkk

5- Présentation du dossier par Stéphane Pouleur à Radio Lévis

http://969fm.ca/?p=1841

6- Réaction d'Éducalcool à Radio Lévis

http://969fm.ca/?p=1847

 

Stéphane Pouleur, candidat d'Équipe autonomiste dans Jean-Talon

Manuel Mathieu, candidat d'Équipe autonomiste dans Chauveau

Couper des postes par attrition, une solution paresseuse et nocive

Les gouvernements du Québec, dont celui du PLQ utilisent depuis longtemps les départs à la retraites (attrition) pour couper des postes dans la fonction publique. Cela veut dire qu'ils ne décident pas des coupures à faire, mais bien qu'ils subissent le hasard des départs à la retraite. Au fil du temps le système devient moins efficace car des postes importants peuvent disparaître alors que des postes superflus peuvent demeurer ouverts et occupés très longtemps. Les gouvernements utilisent cette approche parce qu'ils n'ont pas le courage ni la compétence pour décider de ce qui doit être coupé ou maintenu en place.

À Équipe autonomiste, on suggère de changer de méthode et de CHOISIR ce qui doit être coupé prendre en compte les départs à la retraite. Si un poste est important, on remplace la personne qui part. Si le poste n'est pas important, on le coupe quel que soit l'âge du titulaire du poste. On donne alors à l'employé coupé un délai et un encadrement pour se replacer dans le système. Après ce délai, s'il n'a pas trouvé, il doit quitter. La sécurité d'emploi absolue doit être remise en question dès maintenant.

Bien entendu, les syndicats crieront à cause de la sécurité d'emploi, mais ils doivent être réalistes et accepter d'évoluer. Il en va de l'avenir de notre société.

 

Stéphane Pouleur, candidat d'Équipe Autonomiste dans Jean-Talon

Manuel Mathieu, candidat d'Équipe Autonomiste dans Chauveau

Réprimer les abus des syndicats pour le bien de tous

Actuellement, les syndicats abusent souvent des employeurs, de la société et des syndiqués. Le syndicalisme est maintenant devenu une idéologie mature qui dérape trop souvent. Les syndicats interviennent dans plein de domaines autres que la protection des travailleurs. Par exemple, ils dépensent de l'argent pour influencer le vote (1) , financent des grèves étudiantes, font de la gestion de capital de risque, veulent dicter le contenu des cours à l'école (2) , etc. Ils dépensent beaucoup d'argent des syndiqués sans demander leur avis.

Les syndicats qui ont été d'une grande utilité pour l'évolution des conditions de travail des employés, sont devenus pratiquement une plaie financière et humaine qui nuit à l'avancement de la société. Leur entêtement à vouloir intervenir dans tout et à vouloir gérer leur expansion comme les « multinationales sauvages » qu'ils dénoncent tant, les conduit à se faire détester de plus en plus par la population et même par les syndiqués.

Équipe Autonomiste ne désire pas la disparition des syndicats, mais simplement qu'ils s'en tiennent à leur rôle fondamental. De plus, nous croyons que le gouvernement doit prendre des mesures pour accélérer ce processus de recadrage de leur mandat tel que de les obliger à tenir des votes secrets (3) et à rendre publics leurs états financiers (4) .

Références

1- ÉLECTIONS FÉDÉRALES 2015, La FTQ veut barrer la route aux conservateurs, La Presse, 3 janvier 2015

http://plus.lapresse.ca/screens/64f28dcd-b4c0-4227-9f90-beaf42da4544%7C_0

2- Lectures LGBT pour les écoliers. La CSQ veut voir les écoles et les CPE parler de diversité sexuelle. Le Devoir, 5 août 2014.

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/415180/lectures-lgbt-pour-les-ecoliers

3-Proposition 46 : Exiger que les syndiqués tiennent un vote secret.

http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/70

4- Proposition 47 : Exiger que les syndicats rendent publics leurs états financiers, audités par un vérificateur-comptable.

http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/132

 

Stéphane Pouleur, candidat d'Équipe Autonomiste dans Jean-Talon

Manuel Mathieu, candidat d'Équipe Autonomiste dans Chauveau

Instaurer un cours d'économie familiale et de vie citoyenne

Une des valeurs d'Équipe autonomiste est l'équité entre les génération. Et pour nous, une des composantes de cette valeur est de transmettre des connaissances à nos descendants pour qu'ils deviennent des citoyens adultes autonomes et responsables.

 Le cours d'économie familiale a été aboli en 2009 et son contenu dilué dans les autres matières (1). Nous considérons, comme bien d'autres (2 et 3), que cette erreur doit être corrigée au plus vite et que ce cours doit être remis en place et bonifié d'une section portant sur les connaissances pratiques utiles dans la vie.  En plus de l'économie (familiale et économie en général), nous considérons importants les sujets suivants : certaines lois (lois sur la famille, le divorce, les rôles et obligations des parents et des enfants, lois sur les logements et baux, les armes à feu, etc.), système politique, y compris l'importance de voter, civisme et vie en société, etc.

 Références

1- Requiem pour le cours d'économie en secondaire 5, La Presse, 10 juin 2009

http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/200906/10/01-874210-requiem-pour-le-cours-deconomie-en-secondaire-5.php

2- Pour ou contre un cours d’économie au secondaire ? Mars 2015

http://www.journaldemontreal.com/2015/03/10/pour-ou-contre-un-cours-deconomie-au-secondaire

3- Il faut rétablir les cours d'économie, selon Alain Bouchard de Couche-Tard. 4 mai 2015

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/economie/2015/05/04/003-couchetard-bouchard-cours.shtml

 

Stéphane Pouleur, candidat d'Équipe Autonomiste dans Jean-Talon

Manuel Mathieu, candidat d'Équipe Autonomiste dans Chauveau

Revoir le financement des universités

Actuellement les université sont subventionnées en fonction du nombre d'étudiants inscrits (1). Cela les incite à accepter des gens n'ayant pas les connaissances ou les capacité suffisantes pour réussir dans certains domaines qui ne coûtent pas cher en formation dans le but de financer les domaines qui coûtent plus chers. Ce manque de sélectivité pour l'admission serait peut-être une des causes du taux élevé de décrochage (2). Ainsi, ce mode de fonctionnement cause un gaspillage d'argent pour la société et ne rend pas service aux gens à qui on fait croire qu'ils ont les capacités d’aller à l'université alors que ce n'est pas toujours le cas. Plusieurs d'entre eux seraient certainement meilleurs et plus heureux dans d'autres domaines. Des critères d'admission trop faibles, dévalorisent des domaines qualifiés péjorativement de "sciences molles " comme la sociologie, l'anthropologie, et autres alors que ces domaines sont aussi importants que les autres dans une société équilibrée. Il faudrait plutôt contingenter tous les domaines et financer les universités autrement.

Le financement par nombre d'étudiants inscrits incite aussi les universités à construire des "campus hors campus" pour recruter plus d'étudiants et se faire de la compétition entre elles. Beaucoup d'argent est ainsi gaspillé en construction et entretien de bâtiments pour pas grand chose puisque les étudiants pourraient se rendre sur les campus existants. Avec un financement basé sur des critères autres que le nombre d'inscriptions, les universités pourraient couper beaucoup de gaspillage et concentrer leurs efforts sur la qualité de l'enseignement.

Références

1-Des étudiants proposent de ne plus financer les universités selon le nombre d'inscriptions. Le Soleil, 23 septembre 2013 http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201309/23/01-4692285-des-etudiants-proposent-de-ne-plus-financer-les-universites-selon-le-nombre-dinscriptions.php

2- Pourquoi décroche-t-on à l’université? Le Soleil, 24 février 2013 http://blogues.lapresse.ca/gilbertlavoie/2013/02/24/pourquoi-decroche-t-on-a-luniversite/

Stéphane Pouleur, candidat Équipe autonomiste dans Jean-Talon

Thèmes pour les partielles du 8 juin 2015 dans Chauveau et Jean-Talon

Éducation :  créer des classes spéciales pour les élèves avec des problèmes d'apprentissage graves

                      instaurer un cours d'éducation à la citoyenneté

                      réformer la méthode de financement des universités

Famille :  rectifier les aberrations du système des pensions alimentaires

                 faciliter la garde partagée

 Société :  sévir contre les auteurs de fausses accusations

                  faire respecter nos valeurs occidentales

 Finances publiques :  s'abstenir d'inventer de nouvelles dépenses inutiles

                                        abandonner le projet de registre des armes de chasse

                                        résilier le programme des éoliennes

                                        abattre le carcan du 1% de budget en formation

                                        rénover le financement des organismes communautaires

                                        cesser d'utiliser l'attrition pour couper des postes dans l'État

 Économie :  abolir la taxe carbone sur le prix de l'essence

                       promouvoir l'industrie du phoque

                       réprimer les abus des syndicats

                      alléger les procédures pour les entreprises

Éducation: Créer des classes spéciales pour les élèves en difficultés graves

Pour favoriser l'égalité des chances à l'école, on oblige, depuis plusieurs années, le système d'éducation à intégrer, dans les classes régulières, des enfants avec des difficultés graves d'apprentissage ou de comportement.

La réalité est que cette approche est nuisible pour tout le monde puisque les professeurs réguliers n'ont pas la formation ni le temps pour s'occuper correctement de tous ces élèves trop différents les uns des autres (1). Le résultat est que:  -les élèves en difficultés graves ne reçoivent pas l'encadrement dont ils ont besoin, -les élèves réguliers perdent leur temps car les professeurs ne peuvent donner la matière à un rythme normal, -les professeurs s'épuisent, se découragent et un bon nombre démissionnent. Le système avait prévu de fournir des éducateurs spécialisés pour assister les professeurs, mais ils ne sont pas assez nombreux et il en faudrait pratiquement un par classe. De plus, les éducateurs spécialisés perdent actuellement beaucoup de temps à voyager entre les classes et entre les écoles.

Selon Équipe autonomiste, la vraie égalité des chances est que chaque enfant puisse développer pleinement tout son potentiel. C'est pourquoi, nous proposons la création de classes spéciales avec très peu d'élèves par classe (8 ou 10 s'il le faut) et un technicien en éducation spécialisée en charge de chaque classe. En même temps, on pourrait augmenter de 2 ou 3, le nombre d'élèves par classe régulière étant donnée le retrait des élèves ayant des problèmes trop graves. Cette approche, bénéfique pour tout le monde, permettant d'appliquer vraiment le principe de l'égalité des chances, a déjà été suggérée en 2009 (1), mais il semble que le ministère de l'Éducation s'entête à l'ignorer.

(1) - Élèves en difficulté dans les classes régulières:  non à l'intégration à tout prix.  Avril 2009.

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/200904/14/01-846527-eleves-en-difficulte-dans-les-classes-regulieres-non-a-lintegration-a-tout-prix.php

Stéphane Pouleur, candidat dans Jean-Talon

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Oui pour un cours d'économie au secondaire

Équipe autonomiste est d'accord avec la suggestion de monsieur Alain Bouchard, pour qu’il y ait un cours d'économie au secondaire (1). Il apparaît essentiel de donner une formation en économie aux jeunes, pour qu'ils deviennent autonomes et responsables, comme Équipe autonomiste l'avait déjà proposé en août 2013 (2). Équipe autonomiste suggère aussi des cours d'économie pour les adultes afin de leur permettre de parfaire leurs connaissances et de bien comprendre ces notions souvent oubliées avec le temps.

Pour améliorer les chances de succès d'une telle formation, ce cours ne devrait pas être conçu par le ministère de l'éducation, mais plutôt par des professionnels du domaine qui ont l'habitude de vulgariser cette matière pour que tous puissent comprendre. Peut-être même que des gens d'affaires pourraient venir, à l'occasion, témoigner de leur expérience aux jeunes.

(1)- Il faut rétablir les cours d'économie, selon Alain Bouchard de Couche-Tard, 4 mai 2015
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/economie/2015/05/04/003-couchetard-...
(2)- Des cours d'économie au secondaire plutôt que l'épargne obligatoire, communiqué EA du 27 août 2013
http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/461

Stéphan Pouleur, candidat dans Jean-Talon
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

L'illusion de la parité homme-femme

Dans l’ensemble des conseils d’administration des sociétés d’État au Québec, les femmes représentaient 52,4 % des membres, au 30 novembre 2011 (1), alors qu’elles étaient seulement 27,5 % en 2007; un net progrès grâce à la loi de Jean Charest. Selon l’article La parité, une bataille quasi gagnée (2), du travail reste à faire. Il y aurait 9 des 22 sociétés qui n’auraient pas atteint le minimum de 50 % de femmes dans leur conseil d’administration. À noter qu’il n’y a pas de maximum à ce quota. C’est sans doute pourquoi personne ne s’inquiète du fait qu’il a 6 conseils d’administration, de sociétés, où les hommes sont rendus à moins de 40 %, dont trois à moins de 30 % (prenez la peine de consulter le tableau à la fin dudit article). Le message de l’article insiste seulement sur le manque de femmes, même si elles sont à plus de 40 % dans 8 des 9 conseils encore déficitaires.

Un autre problème, passé sous silence, est l’âge des hommes encore en poste. Comme on engage beaucoup de femmes, en peu de temps, pour atteindre les objectifs, on peut supposer que l’âge moyen des hommes en poste augmente, alors que celui des femmes diminue. Quand ces vieux messieurs prendront leur retraite, il ne restera presque plus d’hommes dans les conseils.

Ce genre d’article cultive donc, auprès de la population, l’idée qu’il manque de femmes alors que c’est faux. Ce sont plutôt les hommes qui sont minoritaires et en baisse dans les sociétés d’État et autres organismes gouvernementaux. Cette approche de parité, sans maximum, est discriminatoire pour les hommes, mais personne ne veut le voir et encore moins le dénoncer comme le fait Équipe autonomiste. À son avis, il est temps que l’égalité homme-femme se fasse DANS LES DEUX SENS, car les hommes ont maintenant une méchante côte à remonter.

Savez-vous que 75 % de la fonction publique du Québec est occupée par les femmes? Madame Françoise David en témoigne (3). C’est frustrant pour une bonne moitié de la population car celle-ci se fait toujours dire que les femmes doivent occuper 50 % des postes. C'est ça l'égalité ? : 75 % de femmes contre 25 % d’hommes. Les groupes féministes semblent toujours nier ce qui ne leur est pas favorable, mais ils demandent toujours plus. C’est la première fois qu’ils mettent l’accent sur les 75 % de femmes, pour l’utiliser cette fois comme argument contre l’austérité de monsieur Philippe Couillard, prétextant l’appauvrissement des femmes. C’est ça qui est important et qu’il faut mettre sous le nez des gens et s’en servir pour ramener l’équilibre. Ce n’est pas en discriminant certains que l’on obtient l’égalité.

(1) https://www.csf.gouv.qc.ca/wp-content/uploads/les-femmes-dans-les-c-a-de...
(2) www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201201/08/01-4483908-l...
(3) https://www.facebook.com/video.php?v=10152956017458566&theater

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste
Stéphan Pouleur, candidat dans Jean-Talon

Abolissons la loi qui incite le gaspillage en formation

Équipe autonomiste propose de faire un ménage en profondeur dans les services de l’État ainsi que les lois qui nuisent aux finances publiques tel que La Loi 90. Cette loi oblige, depuis 1995 (2), un employeur, y compris la fonction publique, dont la masse salariale annuelle est de 1 millions $ et plus, à appliquer la Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d'œuvre ou «loi sur les compétences», communément appelée «loi du 1 %» (1). Cette loi québécoise contraint toutes ces entreprises à consacrer 1 % du million et plus, à la formation de leurs employés (2). Celles qui ne le font pas doivent verser une somme équivalente à Revenu Québec (2). Et les sommes versées s'accumulent (2). Aussi louable soit le but, cette loi n'a pas donné les résultats escomptés et doit être abolie (2), aux dires des ténors patronaux qui veulent des modifications importantes pour recentrer ces efforts sur l'emploi (4). Par contre, les organisations syndicales et le secteur de l'enseignement ne souhaitent pas de modifications (4).

Une hausse des niveaux de formation est souhaitable en autant qu'elle augmente le niveau de performance des entreprises (3) et les niveaux de formation sont accessoires à la productivité (3). Qui dit formation, dit absences du boulot régulier, et doit, par la suite, avoir un impact positif sur la productivité (3). Voilà que suite à l'imposition de la Loi 90 (3), les entreprises québécoises n'ont que peu ou pas augmenté leurs efforts de formation, elles ont plutôt substitué de la formation informelle (ou en cours d'emploi) pour de la formation plus structurée (ou en classe) (3). De plus, il faudrait élaguer en interdisant le recours à des mesures qui ne sont pas manifestement «qualifiantes», comme des colloques et des formations de développement personnel (4).

À la session parlementaire, le gouvernement devait modifier la Loi 90 en resserrant son utilisation (4). Aussi Équipe autonomiste remarque que ladite loi engage encore l’État et l’implique dans une certaine forme de contrôle. Équipe autonomiste considère que cette loi et ses satellites gouvernementaux méritent une réflexion en profondeur, en s’assoyant avec les parties et en cherchant l’avenue qui serait la plus profitable. Une entreprise qui veut rester viable verra à une bonne formation sans que l’État s’en mêle. Non?

1- http://www.csmo-auto.com/employeurs/loi-du-1-en-formation.html
2- http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201409/23/01-4802692-formati...
3- http://www.google.ca/url?url=http://www.cirano.qc.ca/pdf/publication/201...
4- http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201501/...

Stéphane Pouleur, candidat dans Jean-Talon
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Illogisme des décisions financières du gouvernement libéral

Au Téléjournal de Radio-Canada, le 14 avril dernier, on annonçait différents resserrements du programme d'aide sociale et, tout de suite après, l'augmentation salariale du président de la Caisse de dépôt et placement du Québec. C'était pratiquement grotesque, dans une période dite d'«austérité», de pénaliser une bénéficiaire qui a le courage de cohabiter, en louant une chambre, pour l'aider dans son budget, puis d'accorder une augmentation au revenu de monsieur Michael Sabia, de la caisse, pour lui permettre une paye, en 2014, de 2 198 000 $ (1). C'est indécent, voire immoral.

Équipe autonomiste est bien consciente qu'il faut rappeler aux bénéficiaires de l'aide sociale que cette aide n'est pas un droit mais une aide que la société daigne leur verser parce qu'ils ne viennent pas à bout d'être autonomes. Par contre, elle met en doute l'idée qu'une personne mérite plus de deux millions de dollars annuellement pour faire son boulot. Un boulot de pousse-crayon, il faut l'admettre, qui nécessite de la jugeotte mais qui n'en est pas un où il met sa vie en danger, ni celle des autres, nécessitant de fortes assurances-responsabilité. Équipe autonomiste ne peut rien reprocher à monsieur Sabia qui profite d'un système qui a accepté de lui octroyer autant, mais Équipe autonomiste ne peut que sourciller devant un gouvernement qui dilapide ainsi l'argent des contribuables pour ensuite dire candidement: «Va falloir se serrer la ceinture.» Le gouvernement est-il inconscient au point d'ajouter après cela que «Tous doivent faire leur part.»?

Ce contraste me blesse profondément et me laisse pantois devant la bêtise humaine. Faut-il toujours des révolutions, où l'on guillotine les gloutons, pour que les gourmands de ce monde pensent à la justice sociale ou du moins à un certain équilibre? Équipe autonomiste cherche le désengagement de l'État mais dans une certaine logique, tout de même! L'État est supposé être là pour faire la part des choses.

(1) http://affaires.lapresse.ca/economie/services-financiers/201504/14/01-48...

Guy Boivin

Registre des armes à feu : un bordel informatique à éviter

Équipe autonomiste est, depuis longtemps, contre le registre des armes de chasse car c'est un dédoublement d'informations puisque, même sans registre, la police peut savoir qui possède ce type d'armes (réf. 1). Une autre bonne raison d'être contre ce registre inutile, c’est son coût, estimé à 30 millions $ par le Parti libéral du Québec. Ce montant est irréaliste quand on sait que tous les projets, contenant un volet informatique, deviennent des gouffres financiers au gouvernement du Québec (réf. 2).

C'est aberrant de voir le gouvernement couper un peu partout, une journée, et dépenser à l'aveuglette, le lendemain. Et si le gouvernement décidait de faire payer la facture par les propriétaires d'armes à feu, ce serait une catastrophe pour le secteur de la chasse (réf. 3) et l'économie qui en découle. C'est ce genre de décisions émotives et irrationnelles qui, trop souvent, fait grossir la taille de l'État et la dette du Québec depuis des années. Et, le pire, c’est que tous les élus sont unanimement en faveur de ce registre alors que la population est très partagée à ce sujet. C'est à se demander si nos députés veulent enrichir des entreprises informatiques.

Équipe autonomiste appuie les groupes de citoyens et de chasseurs qui tentent de réveiller les élus et encouragent les électeurs à voter différemment aux prochaines élections.

Références
1- Contre le projet de loi 20 sur le registre des armes à feu (de chasse), 17 avril 2013
http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/331
2- Tout le grand ménage à faire selon «Le bordel informatique», 20 mars 2015
http://www.journaldemontreal.com/2015/03/11/que-dit-le-bordel-informatiq...
3- Armes d'épaule: un registre mettrait la chasse en péril, croit la Fédération, 29 mars 2015
http://www.lapresse.ca/le-soleil/vivre-ici/plein-air/201503/28/01-485643...

Stéphan Pouleur, coordonnateur
et Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Note : Nous invitons les citoyens à devenir membres d'Équipe autonomiste ou encore à participer au développement du parti en vue des prochaines élections (http://equipeautonomiste.ca/node/145).

Tarifs d'électricité : assumons nos choix électoraux !

Hydro-Québec vient d'augmenter amèrement les factures d'électricité des citoyens québécois, en grande partie à cause de son support, imposé par le gouvernement, aux éoliennes (1) que même les Européens abandonnent (2).

Vous vouliez élire le Parti libéral du Québec, qui ne fait que poursuivre l'oeuvre du Parti québécois, qui lui-même poursuivait l'ouvrage du Parti libéral du Québec, eh bien! payez maintenant ...

Références
1- http://blogues.lapresse.ca/sciences/2015/03/09/nouvelle-hausse-de-tarifs...
2- http://www.stop-eole-auvergne.com/2013/08/le-debat-europeen-sur-labandon...

Note : Nous vous invitons à devenir membre, à contribuer au financement du parti ou à vous impliquer pour préparer les prochaines élections (http://equipeautonomiste.ca/node/145).

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Manifestations étudiantes à Québec : répressions justifiées et correctes

Équipe autonomiste considère que les policiers de Québec ont fait un bon travail lors des manifestations étudiantes de mardi, le 24 mars, et que les moyens utilisés n'étaient pas exagérés comme le dénonce la Ligue des droits et libertés - section Québec (1). Que les manifestants respectent les règles en donnant leur itinéraire, en restant civilisés sans rien briser, en ne bousculant personne et en ne laissant pas de déchets sur leur passage. Et on verra bien si les policiers «les attaqueront». C'est bien beau les droits et libertés, mais il y a aussi le volet devoirs et responsabilités à considérer.

Fondée en 1963, la Ligue des droits et libertés est un organisme à but non lucratif, indépendant et non partisan, qui vise à faire connaître, à défendre et à promouvoir l’universalité, l’indivisibilité et l’interdépendance des droits (2) contenus dans la Charte internationale des droits de l’Homme donc dans les chartes canadienne et québécoise inspirées d’elle. Fondée en 1994, la section de Québec se spécialise dans l’éducation aux droits auprès des jeunes, en plus d’œuvrer dans les campagnes de sensibilisation, contre la discrimination et l’exclusion sociale (3). Pourquoi la section de Québec se spécialise dans quelque chose de plus pointue (voir sa mission), différant, en cela, de la Ligue mère? Il ne faudrait pas lui donner plus d'importance qu'elle en a, il faudrait peut-être plutôt la rappeler à l'ordre en fonction de la mission première de la Ligue des droits et libertés, car ce n'est pas un droit de ne pas suivre les lois, même si elles nous contrarient. Si la police fait respecter la loi, Équipe autonomiste dit bravo. Par contre, si la police ne respecte pas la loi, là, il y a problème. C'est tout de même comique pour une organisation faisant une manifestation illégale de dire que la police les arrête illégalement ...

1- http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201503/26/01-48555...
2- http://liguedesdroits.ca/
3- http://liguedesdroitsqc.org/a-propos/

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Criminaliser davantage les fausses accusations

Lorsqu'une personne est accusée d'agression sexuelle ou de violence conjugale, sa vie bascule complètement. Cela peut arriver à un professeur ou à un père de famille ou à n'importe qui d'autre. La personne accusée peut se faire arrêter en public et sa réputation est détruite. Elle doit ensuite débourser de grosses sommes pour se défendre. Si elle est vraiment coupable, c'est normal qu'elle subisse les conséquences de ses actes et qu'elle soit sévèrement punie. Par contre, si elle est innocente et victime de vengeance ou autre, sa vie est gâchée inutilement (1). Pourtant, les personnes qui font de fausses accusations sont rarement poursuivies ou punies même si elles ont gâché la vie de quelqu'un intentionnellement (2). Quand on pense que la conduite avec facultés affaiblies, qui est un comportement irréfléchi plutôt que méchant, est un acte criminel considéré comme grave, on se questionne sur la logique de certaines lois.
Pour que cesse les fausses accusations, Équipe autonomiste suggère que les fausses accusations soient considérées comme un acte criminel passible de peines sévères et non plus comme un simple méfait public ou un parjure. Les accusations étant faites par la Couronne, elles ne seront plus aux frais de ceux qui ont subi ces fausses accusations sauf s’ils réclament au civil. Aussi, les fausses accusations devenant un acte criminel plus officiel, elles nécessiteront donc la «mens rea», soit une intention coupable, évitant des peines sévères aux personnes aliénées. Ainsi les gens mal intentionnés y penseront à deux fois avant de gâcher la vie des autres!

(1) http://www.journaldemontreal.com/2013/12/13/le-fleau-des-fausses-denonci...
(2) http://www.justice.gc.ca/fra/pr-rp/lf-fl/divorce/2001_4/p3.html

Louis Chndonnet, candidat dans Richelieu
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Le PLQ ne doit pas détruire nos terres agricoles

Le Parti libéral du Québec (PLQ) veut transférer la gestion du zonage agricole aux municipalités régionales de comté (MRC) et la retirer de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) (réf. 1). La CPTAQ a été créée en 1978, par Jean Garon, pour empêcher les spéculateurs de construire sur les meilleures terres du Québec.

L'Ordre des agronomes du Québec (OAQ) et son président, René Mongeau, s'inquiètent de cette possibilité car les MRC sont en conflits d'intérêts dans ce genre de dossier (réf. 2). Ceci parce qu'elles profitent des développements industriels ou domiciliaires. On a constaté, au cours de l'année passée, à quel point les MRC sont prêtes à sacrifier de bonnes terres agricoles comme dans le cas de l'aéroport de Mascouche (réf. 3) et celui des terres des Soeurs de la Charité dans la ville de Québec. L'agriculture est vitale pour l'économie et aussi pour l'occupation du territoire. De plus, une société doit conserver une certaine autonomie alimentaire si elle ne veut pas devenir dépendante des importations. Seulement 2 % du territoire du Québec est constitué de terres à haut potentiel pour l'agriculture et chaque disparition de ces terres par la construction est irréversible.

La préservation des terres agricoles est une priorité pour Équipe autonomiste car l'équité entre les générations consiste aussi à laisser un environnement de qualité à nos descendants. Le développement économique est important, mais il doit se faire de façon intelligente et prévoyante pour l'avenir. La CPTAQ doit rester en place et même être soutenue. S'il y a certaines lacunes chez cet organisme, nous devons les corriger, mais sans embarquer dans une autre spirale administrative sans fin, comme le propose trop souvent le PLQ.

Références :
1- Les libéraux veulent rouvrir la loi sur le zonage agricole, 5 janvier 2015
http://www.laterre.ca/actualites/politique/les-liberaux-veulent-rouvrir-...
2-Transfert de fonctions de la CPTAQ vers les MRC: les agronomes sur leurs gardes, 14 février 2015
http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/agro-alimentaire/201502/13/01-...
3-Manifestation à Mascouche contre le déménagement de l'aéroport, 13 août 2014
http://ici.radio-canada.ca/regions/montreal/2014/08/23/003-manifestation...

Louis Chndonnet, candidat dans Richelieu
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Équipe autonomiste dénonce l'abolition des mots «père» et «mère»

La commission scolaire de Montréal aurait remplacé la référence aux mots «père» et «mère» par une référence générique aux «parents», afin d’éviter un vocabulaire «discriminatoire» à l’endroit de parents homosexuels (réf. 1). Cela est bien prévenant mais aussi douteux selon Équipe autonomiste. Notre société a accepté que des couples homosexuels puissent adopter des enfants, c'est un fait. Par contre, l'abolition des mots «père» et «mère», pour leur plaire, est une atteinte à la bonne intelligence qui veut que l’on mette les vrais mots sur les vraies choses. C’est comme le discours rapporté, dans ledit article, sur la «théorie des genres» qui, en bout de ligne, nie la vérité des différences innées entre homme et femme. L’égalité absolue des sexes ne sera jamais tout à fait possible car, malgré tous les discours, la majorité féminine restera toujours plus endurante physiquement et la majorité masculine restera toujours plus forte physiquement.

Les homosexuels peuvent faire ajouter des cases sur les formulaires, qui soient en accord avec leur situation de parents différents, s'ils le veulent, mais il est hors de question d'effacer les mots «père» et «mère» qui reflètent la situation réelle des parents. Rendu là, ce n'est plus de l'acceptation des différences et de la diversité mais du nivellement en étouffant ces différences et cette diversité. Si la société accepte la diversité, qu'elle accepte toutes les diversités et qu'elle accepte surtout … de les assumer.

Réf. 1
http://www.journaldemontreal.com/2013/11/20/abolir-le-pere--abolir-la-mere

Louis Chadonnet, candidat dans Richelieu
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Punissons les politiciens lâcheurs et leur parti

Depuis les élections du 7 avril 2014, déjà trois députés ont démissionné pour faire autre chose de plus «intéressant». Une élection partielle coûte plus de 500 000 $ et monopolise l'attention de la population pendant des semaines. On ne peut empêcher quelqu'un de renier sa parole, mais il doit en assumer les conséquences. La population n'a pas à payer pour lui. C'est pourquoi Équipe autonomiste propose les mesures suivantes, lorsqu'un député abandonne ses électeurs, sans motif majeur :
1- le député démissionnaire ne reçoit aucune prime de départ; 2- la fonction de député est offerte au candidat qui avait terminé deuxième lors de l'élection générale précédente; la plupart du temps ce deuxième vainqueur a reçu plus de votes que le gagnant de la partielle suivante; 3- si ce deuxième candidat refuse, des élections partielles sont déclenchées, mais le parti du député démissionnaire ne peut présenter de candidat.
Ainsi, les partis choisiront mieux leurs candidats et les candidats y penseront avant de se désengager.

Louis Chandonnet, candidat dans Richelieu
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Gestion absurde de Couillard: enrichir les médecins au détriment de la faune du Québec

Monsieur Philippe Couillard coupe des agents de la faune pour supposément économiser (réf. 1), alors qu'il a créé un nouveau gaspillage de 140 millions $/ an en octroyant aux médecins 175 à 200 $/ h pour assister à des réunions administratives (réf. 2). Notons que le coût total du ministère de la Faune est de 50 millions $/ an, soit trois fois moins que le nouveau montant versé aux médecins.

Équipe autonomiste est consciente qu’on ne peut exiger, des spécialistes de la santé pas plus que de qui que ce soit d’autre, d’aller bénévolement à des réunions de gestion dans les hôpitaux. C’est pourquoi Équipe autonomiste propose de revoir d’urgence toute l’administration en santé et de réviser les coupures d’agents de la faune, afin de générer une réelle économie, surtout quand on veut préserver la protection de la faune.

Notez bien que, à la fin du texte de référence 1, on mentionne que la faune coûte 7 $ annuels par Québécois, soit environ 50 millions $ par an. Est-ce si cher quand on veut vraiment protéger nos animaux? alors que l’on rafistole un problème de participation à des réunions administratives pour un segment de la population déjà largement pourvu.

1- http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/431...
2- http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2014/04/14/005-medecins-spe...

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Pourquoi prendre une carte de membre d'un parti politique ?

Le fait de prendre une carte de membre encourage un parti dont les idées vous plaisent. Cela lui permet d'amasser des fonds pour payer ses dépenses courantes et celles liées à sa publicité.

Le fait de prendre une carte de membre vous permet de participer à l'évolution des idées de ce parti et vous permet de participer à ses activités. Cela vous permet aussi d'être tout simplement informé.

Le fait de prendre une carte de membre vous rend socialement actif plutôt que végétatif devant les besoins criant de la société. Vous n'êtes plus un élément passif qui subissez les choses mais vous êtes maintenant autorisé à être totalement critique car vous participez.

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Pas de visage caché au Canada

Devenir Canadien doit être un PRIVILÈGE réservé aux gens qui veulent fonctionner COMME NOUS, majorité canadienne, et avec NOUS.

Demander sa citoyenneté canadienne avec le visage caché, comme l'a fait cette femme, la semaine passée (réf. 1), peu importe le prétexte, c'est dire aux Canadiens qu'on rejette leurs valeurs et qu'on ne veut pas s'intégrer. Selon les valeurs d'Équipe autonomiste, l'action de réclamer d’être voilé pour son serment devrait entraîner AUTOMATIQUEMENT l'annulation de sa demande de citoyenneté. C'est pourquoi nous approuvons le premier ministre Harper d'aller en appel et nous encourageons les gens à signer la pétition pour l'appuyer (réf. 2). Nous invitons aussi l’Assemblée nationale du Québec à soutenir cette démarche. Par contre, Équipe autonomiste rappelle que la Charte canadienne des droits et libertés et la Charte des droits et libertés de la personne québécoise sont des lois parmi tant d’autres et que c’est aussi aux parlements de les modifier si nécessaire … et au plus vite!

Réf :
1-http://quebec.huffingtonpost.ca/2015/02/12/ottawa-va-faire-appel-dune-de...
2- http://www.conservative.ca/pcc/ce-nest-pas-la-facon-de-faire-ici/?lang=fr

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste
Louis Chandonnet, candidat dans Richelieu

Nos églises : Un précieux patrimoine culturel à préserver

Je sors d'une assemblée des paroissiens de Saint-Jean-Baptiste, à Québec. L'assemblée de Fabrique présentait leur budget. Si tout va comme prévu, l'église Saint-Jean-Baptiste, qui nécessite pour 8,8 millions de dollars de rénovations essentielles, sera abandonnée. En effet, le 24 mai 2015 serait célébré le dernier office, puis la clé serait mise dans la porte et la bâtisse laissée en une sorte de déshérence. Monument patrimonial, plus personne ne veut payer l'entière facture et la fabrique n'a plus les moyens de le soutenir.

Les Québécois ne semblent pas se rendre compte que les églises au Québec, quelle que soit leur confession, sont les joyaux de leur patrimoine. Elles sont leur trésor comme les cathédrales et les châteaux pour l'Europe. En effet, nos ancêtres ont englouti leurs économies pour construire des lieux d'art exceptionnels pour des édifices originaux bâtis autant en 1800 qu'en 1960. Nos gouvernants doivent faire quelque chose.

Après réflexion, je vous soumets un projet social. Le coeur de tout quartier et de tout village au Québec se trouvait être son église: anglicane, protestante, méthodiste, catholique, etc.; autour de laquelle se groupait les services de base (magasin, bureau de poste, auberge, hôtel de ville). Chacun savait que, là, il était au centre de la place, contrairement aux États-Unis où nous pouvons traverser plusieurs comtés, cantons, villages, sans même nous en rendre compte. De plus, chaque municipalité a besoin d'un centre communautaire où regrouper, au besoin, ses citoyens, pour des activités, des réunions, ... Je propose que le gouvernement provincial adopte une loi, obligeant chacune des municipalités et chacune des villes pour chacun de ses quartiers à ériger ou à prendre en charge au moins une église ayant le plus de valeur patrimoniale possible, qu'une négociation soit faite avec les organismes religieux pour qu'ils poursuivent des activités cultuelles au travers des activités municipales ou de quartier, que ces temples soient ouverts aux touristes et qu'ils soient la fierté de chaque secteur pour des concerts, des spectacles, des conférences, des assemblées, des cours ... Voyez-vous d'autres solutions viables?

Si rien n'est fait pour sauvegarder cet «esprit» de clocher, je me demanderai alors sincèrement si le Québec n'a pas perdu son ... âme!?!

Guy Boivin, Chef d'Équipe autonomiste

Élections dans Richelieu, le 9 mars prochain, on vote Louis Chandonnet Équipe autonomiste

Message du candidat à la population :

Merci aux gens de Sorel-Tracy de m’avoir donné leur appui pour ma candidature. Les 100 signatures requises au Directeur général des élections du Québec ont été déposées et je suis officiellement candidat (voir réf). Plusieurs affiches électorales sont déjà installées dans la circonscription. Merci aussi aux bénévoles qui m'ont aidé malgré le froid intense des dernières semaines.

Équipe autonomiste veut l’autonomie du Québec dans le Canada; nous ne sommes pas souverainistes. Nous sommes plus à droite que la Coalition Avenir Québec, mais pas extrémistes. Plusieurs de nos propositions sont novatrices. En voici quelques-unes :

  • Réduire le nombre d’immigrants à 20 000 par an. Choisir des immigrants qui ont des valeurs compatibles avec celles de notre société.
  • Préserver nos terres agricoles contre les spéculateurs immobiliers.
  • Abandonner la bourse du carbone et la taxe sur l'essence qui en découle.
  • Mettre en place une vraie politique de recyclage basée sur la responsabilisation des consommateurs et sur la valorisation des ressources renouvelables pour réduire l’enfouissement des déchets.
  • Ne pas créer de registre provinciale des armes de chasses et consacrer l’argent ainsi économisé à l'aide en santé mentale.
  • Mettre en place en plan «Phoque» pour stimuler l'économie et préserver la morue.
  • Établir une condition masculine équivalente à la condition féminine et des lois plus justes en droit familial.

Le samedi 21 février, Équipe autonomiste organise un rassemblement au resto-bar le Distingo à Sorel-Tracy, venez faire notre connaissance et jaser de vos préoccupations.

Pour plus de renseignements sur les positions du parti, devenir membre ou, pour participer au changement, consultez la section programme de notre site web.

Réf - Liste des candidats sur le site du DGEQ.
http://www.monvote.qc.ca/partielles/fr/infoCirc_resultats.asp?br=br&brs=...

Louis Chandonnet, candidat Équipe autonomiste

Modifier nos critères d'immigration pour prévenir les cas "Chaoui"

Équipe autonomiste rappelle que la société québécoise est en train de se remplacer par une nouvelle société multiculturelle, à cause du nombre trop élevé d'immigrants qui entrent et qu'elle ne réussit plus à intégrer. De plus, Équipe autonomiste demande à ce que l'immigration soit mieux ciblée vers davantage d'immigrants épousant notre culture, invoquant qu'il est plus facile d'apprendre une langue que de changer de façon de penser.

Équipe autonomiste se questionne aussi sur les choix d'immigrants et l'imam Hamza Chaoui en est un bon exemple. Pour pouvoir se prononcer ainsi sur ses choix de société, ce dernier doit être un immigrant reçu? Pourquoi a-t-il choisi le Québec si celui-ci ne correspond pas à ses valeurs? A-t-il été mal informé lors de son arrivée ou encore avant son arrivée? Les responsables à l'immigration ne doivent-ils pas s'assurer d'antécédents chez les candidats? Ce revendicateur ne l'est sûrement pas devenu une semaine après être arrivé ici?

Il est clair qu'il y a des aberrations à corriger dans notre système d'immigration, surtout quand on compare le cas Chaoui à ceux d'immigrants comme José Pereira (1) et Carl-André Louis (2) et tant d'autres qui se sont bien intégrés à notre société, mais qui sont menacés d'expulsion pour des erreurs administratives ou des règles complexes et changeantes !

(1) http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2012/08/2012...
(2) http://www.beaucemedia.ca/2014/06/19/un-immigrant-menace-dexpulsion

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Élections partielles dans Richelieu : appel de candidature

Prenez la parole!

Équipe autonomiste (ÉA), un parti créé par des citoyens qui ont décidé d'agir pour améliorer la situation au Québec, autant présente que future, recherche un candidat local pour cette élection. Le parti offre la chance à un électeur de vivre une expérience unique et enrichissante, en faisant de la politique sur le terrain.

Pas besoin d'expérience, ni d'être riche. Seulement d'être honnête et motivé à vouloir agir, en adhérant aux cinq valeurs de base du parti et à sa vision. Le reste s'apprend au quotidien et nous avons une équipe pour vous aider.

Idéalement, nous recherchons une personne qui habite la circonscription, ou autour, pour qu'elle puisse bien défendre les enjeux locaux.

Aux électeurs qui n'en peuvent plus des vieux partis (CAQ incluse) et des politiciens professionnels, il y a un autre choix : Équipe autonomiste. Et cette élection partielle est une occasion parfaite pour vous faire entendre de façon … différente.

Pour toute information ou pour proposer votre candidature :

Stéphan Pouleur, coordonnateur tél : 418-262-5285
Courriel : info@equipeautonomiste.ca
Site web d’ÉA : http://equipeautonomiste.ca/

Charte de Bernard Drainville; encore de l'opportunisme néfaste pour tous

Les chartes sur la laïcité du Parti québécois et leurs variantes, dont la plus récente mouture présentée par monsieur Bernard Drainville (1), nous paraissent des approches uniquement opportunistes, sans plus. D’autant que ce dernier projet est farci d’exceptions à tel point qu'il ne reste presque rien du peu de règles présentes dans la version originale. À notre avis, ce dossier ne doit pas être une affaire de lutte entre les partis politiques mais l’affaire de tous, car il en va de la survie même de notre société.

Voici ce qu’Équipe autonomiste avait proposé en mars 2014 pour protéger notre société, et ce point de vue n'a pas changé:

1- ajouter à la Charte des droits et libertés de la personne, un article spécifiant que «la liberté religieuse s’arrête là où les valeurs de la société québécoise sont confrontées»; comme la liberté d’expression s’arrête là où commence la diffamation;
2- réduire l'immigration à environ 20 000 personnes par année;
3- prioriser les immigrants selon leurs valeurs occidentales plutôt que selon leur langue;
4- faire appliquer par les gestionnaires des directives de codes vestimentaires plutôt que de légiférer sur les signes religieux;
5- indiquer clairement que toutes demandes reliées à des croyances ne doivent entraîner aucun coût pour l'employeur ni pour le reste de la société;
6- corriger les lois de discrimination dite «positive» pour empêcher la discrimination contre tout groupe, incluant les hommes, les blancs, etc.
Pour tous les détails : http://equipeautonomiste.ca/?q=es/node/536

(1) http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2015/01/20150115-1034...

Guy Boivin, Chef d'Équipe autonomiste

Taxe du carbone sur l'essence : les vieux partis, tous du pareil au même

Équipe autonomiste demande, aux quatre partis ayant des élus à l’Assemblée nationale du Québec (CAQ-EFL, PLQ, PQ et QS), de respecter la recommandation de la Commission sur les enjeux énergétiques et de cesser leurs magouilles pour nous extorquer de l'argent dans le but de continuer à gaspiller. Cette commission, qui nous a coûté 800 000 $, a dit dans son rapport déposé en février 2014 : «De suspendre l’application du SPEDE jusqu’à ce que d’autres signataires, en particulier l’Ontario, se joignent à l’initiative.» (page 20, réf.). Le SPEDE est le Système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de gaz à effet de serre. De plus, la commission a expliqué que cette taxe nuira à l'économie du Québec.

Espérons que, en 2018, les électeurs se souviendront de cette action unanime des principaux partis, contre les contribuables et contre l'économie. Équipe autonomiste sera là pour leur rappeler.

Réf. : http://www.ledevoir.com/documents/pdf/commissionenjeuxenergetiques2014.pdf

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Équipe autonomiste ne fêtera pas et ne rendra pas hommage à Polytechnique

Oui, Équipe autonomiste compatit avec les victimes et les gens qui ont perdu des proches lors du drame survenu à l’École polytechnique en 1989. Mais il est hors de question d'encourager un soulignement excessif de ce drame et d'en faire un événement annuel. Il y a, dans cette récupération médiatique et ce soutien féministe, une sorte d’acharnement et Équipe autonomiste considère qu’il y a des limites à cultiver la haine et certains préjugés contre les hommes du Québec à cause de l'action posée par un dément, il y a 25 ans. Il est grand temps que le Québec tourne la page et passe à autres choses. Malheureusement, des crimes, il y en a eu et il y en aura toujours, … d’hommes contre des femmes et de femmes contre des hommes … Équipe autonomiste prône davantage la responsabilisation des gens et l’aide pour ceux qui en ont vraiment besoin.

De plus, Équipe autonomiste est totalement contre un registre des armes de chasse. La chasse et la sécurité, en rapport avec les armes à feu, sont suffisamment encadrées actuellement. La chasse est une activité saine, en relation avec la nature, qui fait partie des traditions et de la vie de plusieurs Québécois et nous devons l'encourager et non lui nuire. Si certains veulent améliorer la sécurité dans notre société, qu'ils travaillent plutôt sur la santé mentale que sur des objets possédés par des gens sur lesquels on a déjà enquêté et que l’on a déjà enregistrés pour l’émission de permis de possession d'armes.

Note : N’allez pas croire qu’Équipe autonomiste est un parti misogyne. Elle respecte les femmes autant que les hommes. Elle est contre la violence faite aux femmes tout autant que celle faite aux hommes. Des femmes du parti adhèrent à ses valeurs et principes et elles y ont toujours été les bienvenues.

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

La tribune publique du PLQ ; utile ou poudre aux yeux ?

Équipe autonomiste constate qu'il y a quelque chose de renversant dans la méthode choisie par le Parti libéral pour faire le ménage du gouvernement. Le parti a mis sur pied une tribune appelée Exprimez-vous. Il y a donc des gens à la Commission de révision permanente des programmes qui, dans le cadre de cette tribune, ont recueilli 6 739 commentaires du 2 au 28 septembre 2014 et qui nous font rapport maintenant (1). Le principe de la tribune est louable en soi, histoire de permettre aux citoyens de s'exprimer, mais là où le bât blesse, c'est dans les résultats.

L'aspect positif est que ces 6 739 commentaires obtenus lors de cette première cueillette, montre combien la population considère qu'il est important d'agir et que des solutions existent. Le point faible est que les analystes ont procédé par comparaisons de mots et de groupes de mots utilisés pour faire ressortir des faits saillants. Il est vrai que nous voyons les préoccupations principales de la population, mais cela mène où ? Par exemple, le fonctionnaire qui dénonce la lourdeur des concours d'accès à la fonction publique et propose une solution, ne verra jamais son commentaire apparaître dans les rapports, car il ne fait pas partie de la masse des sujets fréquents. Ainsi, la population ne sera pas informée de sa suggestion, même si elle est efficace pour réduire les dépenses. Par contre, on verra apparaître des extraits de 4 050 phrases qui dénoncent la «Taille de l'État», sans proposer de solution.

On se demande vraiment si ce processus n'est pas une farce coûteuse pour distraire les citoyens pendant qu'ils continuent de payer sans réagir.

Si pour le Parti libéral, c'est ça faire le ménage de l'État, c'est très mal parti ? À Équipe autonomiste, nous prendrions le taureau par les cornes en appliquant, entre autres, tout simplement la plupart des recommandations faites par le Vérificateur général du Québec depuis 10 ans. C'est simple, rapide et peu coûteux. Le travail d'analyse est déjà fait et souvent sur des éléments importants et inconnus de la population.

On ne peut se priver plus longtemps de solutions toutes prêtes et pour lesquelles nous avons payées. Qu'on sorte les rapports du Vérificateur général des tablettes et qu'on embraye au plus vite !

(1) https://revisiondesprogrammes.gouv.qc.ca/toutes-les-actualites/actualite...

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Pétition pour la coparentalité car un enfant a besoin de ses deux parents

Cette pétition est en accord avec les valeurs d'Équipe autonomiste concernant la famille, c'est pourquoi nous vous encourageons à la signer et à la partager. Faites vite : date limite le 22 novembre prochain.
https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-479...

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Célébrons cette Journée internationale des hommes du 19 novembre

Aujourd'hui, c'est la Journée internationale des hommes. «La journée internationale des hommes est un temps pour dénoncer la discrimination à leur encontre dans les domaines de la santé, droit de la famille, l'éducation, les médias ou d'autres domaines et à célébrer leurs contributions positives et leurs réalisations.» (1) Trop souvent au Québec, l'image masculine est dénigrée par un immense pouvoir féministe subventionné pour plus de 147 organismes qui promeuvent fréquemment cette ligne de pensée du mâle méchant versus la femme-victime. Équipe autonomiste vise l'égalité dans les deux sens par l'abolition de mesures discriminatoires, par la transformation du ministère de la Condition féminine pour le ministère de la Condition humaine, par la vérification de tous les lois et règlements québécois afin de s'assurer d'une chance équivalente pour chaque personne et par tant d'autres mesures qui fassent en sorte qu'hommes et femmes, au Québec, aient les mêmes droits et les mêmes pouvoirs.

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_internationale_de_l'homme

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

L'importance d'aller voter aux élections scolaires

Que nous soyons pour ou contre l'abolition des commissions scolaires, nous sommes pris pour vivre avec ce système encore un bout de temps.

Des citoyens ont décidé de s'impliquer dans la gestion de l'éducation des jeunes. Ces citoyens consacrent du temps pour se faire connaître et promouvoir leurs idées. Prenons la peine de nous informer, de choisir le candidat qui nous paraît le meilleur. Pour Équipe autonomiste, boycotter ce vote pour protester contre l'existence des commissions scolaires, comme le recommandent certains élus de la Coalition Avenir Québec-EFL, constitue un manque de respect envers les candidats et une atteinte à la démocratie. C'est aussi un geste plutôt immature et certainement paresseux, en plus d'être un très mauvais exemple pour la population. Que nous le voulions ou non, ne pas voter est aussi un geste politique en soit. Ne pas voter, c'est laisser les autres décider à notre place.

Actuellement, nous avons encore la chance de choisir des citoyens qui verront comment notre argent est dépensé en éducation. Ne laissons pas passer cette chance de dire notre mot. Et si le ministre Bolduc, sur un coup de tête, décidait d'abolir les élections scolaires et de maintenir les commissions scolaires, que diraient les citoyens? Probablement que ceux qui ne votent jamais seraient les premiers à se plaindre qu'on leur enlève leur droit.

Allons voter pendant que nous le pouvons encore. Ensuite, le gouvernement s'occupera de revoir le rôle ou l'utilité des commissions scolaires.

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Élections partielles dans Lévis : L'approche d'Équipe autonomiste pour redresser les finances du Québec

Entrevue disponible à : http://www.versusradio.net/attachment/515477/

Table des matières indiquant le début de chacun des sujets :
2 min 32 : Abandonner la taxe du carbone sur l'essence prévue pour janvier 2015
4 min 32: Les problèmes financiers du Québec sont un symptôme d'un problème de mentalité et non la cause.
5 min 35 : Épurer le gouvernement, mais pas de façon précipitée ni à l'aveugle
8 min 08 : Revoir les procédures d'attribution des subvention aux organismes communautaires, une question de coûts et d'équité
11 min 08 : Utiliser les rapports du Vérificateur général pour identifier des problèmes de gestion de l'État. La création d'un comité de révision des programmes par le Parti Libéral du Québec serait un gaspillage.
12 min 50 : Revoir les dépenses en informatique. Possibilité d'utiliser des logiciels libres.
16 min15 : Éliminer le crédit d’impôt pour cotisations syndicales, une économie de 200 millions par année
19 min 35 : Réduire les pouvoirs excessifs des syndicats
21 min 12 : Notre plan d’action en résumé

Entrevue avec Stéphan Pouleur, comité politique, réalisée le 17 septembre 2014 par Versus radio de Rivière-du-Loup

Élections partielles du 20 octobre dans Lévis: les journalistes informent-ils vraiment les électeurs?

Dans un article du journal Le soleil (1), on prend la peine de dire qu'il y a 11 candidats aux élections partielles, mais on se limite à ne nommer que les 4 candidats des partis qui ont déjà des élus. Est-ce intentionnel ou par négligence? Après, les gouvernements et le Directeur général des élections du Québec se plaignent que le taux de participation est trop bas. C'est peut-être normal que les électeurs ne soient plus intéressés à voter puisqu'on leur fait croire qu'il y a seulement 4 partis qui finalement se ressemblent en bien des points. Équipe autonomiste suggère que les citoyens écrivent à leurs médias (toutes catégories confondues) pour demander de parler de TOUS les candidats. Surtout quand on sait que les médias devraient permettre une visibilité semblable à chacun.

(1) http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201410/13/01-48088...

Stéphan Pouleur, comité politique
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Bolduc frappe encore !

Le ministre Bolduc promet sa subvention à la Fondation pour l'alphabétisation (1). Équipe autonomiste croit qu'il ne comprend pas le problème. Ce n'est pas une subvention à un organisme de sensibilisation qui va corriger le fait que notre système d'éducation produit des milliers d'analphabètes au Québec (2), c'est que les professeurs ne peuvent pas faire leur vrai travail. Par exemple, s'ils demandent des efforts aux élèves, CERTAINS parents se plaindront que leur pauvre "petit pou" n'aime pas ça et qu'il a trop d'activités parascolaires pour faire des devoirs. Les professeurs sont aussi obligés de faire passer des élèves même s'ils n'ont pas acquis les connaissances prévues au programme, car les commissions scolaires veulent avoir de belles statistiques de taux de réussites «supposés». Équipe autonomiste demande que le système d'instruction publique soit revu de fond en comble, en favorisant le rôle de l'enseignant et en diminuant l'omniprésence du ministère de l'Éducation.

(1) http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201410/08/01-48076...
(2) http://www.ledevoir.com/societe/education/330606/l-analphabetisme-au-que...

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Conservatoires : Des dirigeants augmentent leur salaire et congédient des employés

C'est toujours pareil!
Le gouvernement annonce la fermeture de cinq conservatoires. Ensuite, il se rétracte parce qu'il se rend compte que politiquement ce n'est pas vendeur. Le lendemain, la direction du conservatoire s'empresse de couper sept postes de gagne-petit (environ 30 000 $ par année X 7) mais elle ne s'est pas privée pour se voter une augmentation salariale de 17 % (1).

Équipe autonomiste espère que le ministère de la Culture va se dépêcher de réagir et va récupérer cette augmentation ignoble, mais tout le monde sait bien qu'il ne fera rien, que les hauts salariés se pousseront avec la cagnotte et que les sommes accumulées dormiront paisiblement dans leurs comptes de banque personnels pendant que le gouvernement demandera aux sept pauvres maintenant sans emploi, de se serrer la ceinture pour venir en aide à la société.

Cessons de faire confiance aux vieux partis, ils ne le méritent plus.
Dans Lévis, votons pour un nouveau parti, votons Équipe autonomiste.

(1) http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201410/01/01-48054...

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Demande correction aux médias : Équipe autonomiste n'est pas séparatiste

Le journal Le Soleil du 5 octobre 2014 annonce les onze candidats sur la ligne de départ à l'élection complémentaire dans Lévis (1) et y spécifie que «Quatre autres candidats souverainistes s'y présentent soit ... Guy Boivin, de l'Équipe autonomiste». Je crois qu'il est urgent et primordial que ce journal corrige cette information qui porte préjudice au parti Équipe autonomiste. En effet, dans l'opinion publique, les gens associent la souveraineté à l'indépendance quoique nous sachions que ce n'est pas le cas. Il serait sans doute intéressant que vous fassiez un article expliquant que le fédéralisme signifie de rester dans le Canada, dans un état de statu quo, que l'indépendantisme signifie la rupture complète du lien étatique avec le Canada, que le séparatisme signifie la rupture politique du lien avec le Canada, que le souverainisme signifie d'être le plus souverain possible dans les sphères de juridiction octroyées et que l'autonomisme signifie devenir le plus autonome possible dans le Canada. C'est pourquoi nous promulguons l'autonomisme en expliquant que nous cherchons à amener les autres provinces et territoires déjà fédérés (État centralisé) à se confédérer (États mettant ensemble des points d'intérêt) avec le Québec; histoire de proposer une solution au reste du Canada duquel ne viendra jamais d'offre contrairement à ce qui avait été dit aux accords du Lac-Meech et de Charlottetown.

Donc, rapidement, apportez ce correctif afin que les électeurs arrêtent de croire qu'Équipe autonomiste est un autre parti indépendantiste.

Nous vous remercions à l'avance.

(1) http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/la-capitale/201410/04/01-480...

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Priorités d'Équipe autonomiste pour les élections partielles du 20 octobre 2014 dans Lévis

Parce que chaque vote a une plus grande valeur lors des élections partielles,
c'est l'occasion de voter par conviction pour envoyer un message clair aux partis en place

1- Éducation

- Revaloriser le mérite à l'effort en cessant de faire passer des élèves qui n'ont pas acquis les connaissances nécessaires.
Réf.: abolir les «faux diplômes» que sont certaines attestations et certificats d’études secondaires. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/111

- Revaloriser le respect des enseignants
Réf.: décrochage scolaire et qualité de l’enseignement; pas seulement la faute des professeurs. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/337

- Donner une chance égale, à tous les élèves, de développer leur plein potentiel, en acceptant et en respectant le fait que tous n'ont pas les mêmes capacités.
Réf.: offrir des programmes enrichis pour les élèves performants et des programmes spécialisés pour les élèves en troubles d'apprentissage. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/109

2- Famille

- Éliminer les aberrations du système des pensions alimentaires qui incitent les disputes juridiques nuisibles pour les enfants. Nous appuyons la pétition pour revoir les pensions alimentaires.
Réf.: pour l'amour de nos enfants, revoyons la fixation des pensions alimentaires. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/567
Signer la pétition. https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-477...

3- Saine gestion de l'État

- Laisser de l'argent dans les poches des citoyens
Abandonner la taxe du carbone sur l'essence (2,8 cents /L) prévue pour janvier 2015.
Réf.: Équipe autonomiste demande l'annulation de la taxe du carbone sur l'essence. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/534

- Cesser de créer de nouvelles dépenses
Ne pas créer de registre des armes de chasse.
Réf.: Équipe autonomiste s’oppose à la création d’un registre des armes d’épaule au Québec. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/415
Réf.: contre le projet de loi 20 sur le registre des armes à feu. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/331

Utiliser les recommandations du Vérificateur général pour redresser les finances publiques plutôt que de créer de nouveaux comités.
Réf.: octroyer, au Vérificateur général du Québec, les mêmes pouvoirs qu'une commission d'enquête sur les dépenses de l'État, des sociétés d’État et des organismes parapublics. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/67
Réf.: réduire la taille de la fonction publique en révisant ses services, avec l’aide du Vérificateur général du Québec. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/83

- Couper le gaspillage
Éliminer le crédit d'impôt pour cotisations syndicales (200 millions $/an).
Réf.: abolition du crédit pour cotisations syndicales, professionnelles ou autres. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/47

Éliminer le programme des éoliennes (800 millions $/an).
Réf.: Équipe autonomiste a présenté un mémoire sur l'énergie. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/489

Réviser les procédures d'attribution des subventions aux organismes communautaires.
Réf.: subventions aux organismes communautaires: un cancer qui ronge notre système de santé. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/47

Réviser l’informatique gouvernemental.
Réf. : La sous-traitance informatique : un autre gaspillage à éliminer
http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/565
Réf. : Gaspillage et camouflage dans les dépenses informatiques au gouvernement du Québec
http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/321

- Stimuler l'économie
Promouvoir la chasse aux phoques et l'utilisation des produits du phoque.
Réf.: un «Plan Phoque» pour stimuler l'économie. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/493

Réduire la paperasse et les délais administratifs pour les entreprises.

4- Enjeux de la circonscription de Lévis

-Pont-tunnel avec la rive nord
Nous sommes aussi ouverts aux suggestions des électeurs de Lévis

Note: d'autres propositions seront ajoutées pendant la campagne électorale

Pour l'amour de nos enfants, revoyons la fixation des pensions alimentaires

Récemment, Tommy Boisvert, un père de deux enfants, résidant à Sainte-Madeleine, près de Saint-Hyacinthe, a débuté une pétition pour demander au gouvernement du Québec de corriger les failles du système de fixation des pensions alimentaires pour enfants (réf. 1). Ces failles permettraient aux parents malhonnêtes d'abuser des mères et des pères qui veulent le bien-être de leurs enfants.

Voici quelques exemples de failles tirés du site de la pétition (réf. 2):

1-La garde est considérée partagée lorsque le partage du temps de garde se situe dans l'intervalle de 40,1 %-59,9 %. Le calcul de la pension est alors établi en fonction du revenu des parents et de la proportion du temps de garde alloué à chacun. Si le temps de garde dépasse 60 % pour un des parents, la garde est considérée exclusive à celui-ci. Dans la majorité des cas, le parent n'ayant pas la garde, doit alors verser une pension à l'autre parent.

Ces règles conduisent à des décisions parfois absurdes comme dans l'exemple qui suit où pour une augmentation de deux jours de garde en sa faveur, une mère recevra 3162 $/an du père plutôt que de lui payer 157 $/an (estimé selon le calculateur à la réf. 3).

Cas A : Deux enfants. Revenu annuel ; mère = 40 000 $, père = 29 000 $.
Temps de garde ; mère = 218 jours (59,7%), père = 147 jours (40,3%).
Résultats : Garde partagée
La mère doit payer 157 $/an au père

Cas B : Deux enfants. Revenu annuel ; mère = 40 000 $, père = 29 000 $.
Temps de garde ; mère = 220 jours (60,3 %), père = 145 jours (39,7 %).
Résultat: Garde exclusive pour la mère (avec droit de visite prolongée chez le père).
Le père doit payer 3162 $/an à la mère.

2-Les parents, en désaccord sur le temps de garde ou sur la pension, doivent passer devant un juge pour régler leurs différents.

3- Les parents qui ont un revenu brut supérieur à 22 300 $ ne sont pas admissibles à l'aide juridique et doivent payer de leur poche tous les frais d'avocats et de cours.

4-C'est le parent PAYEUR de pension qui doit prouver la valeur du revenu du parent RECEVEUR de pensions puisque le juge utilise seulement le montant fournit par le parent RECEVEUR sans faire de vérification.

5-Les demandes de modification doivent être réglées devant un juge lorsque les parents ne s'entendent pas, entraînant des frais élevés de procès et d'avocats.

Ces règles font en sorte que beaucoup d'énergie et d'argent sont gaspillés en combats juridiques entre les parents séparés plutôt que consacrés au bien-être des enfants.

Équipe autonomiste, pour qui la famille et l'équité entre les générations sont des valeurs fondamentales, considère aussi que ces règles actuelles de fixation des pensions alimentaires nuisent à la qualité de vie et à l'épanouissement des enfants de nombreux parents séparés. En conséquence, Équipe autonomiste félicite monsieur Boisvert pour sa démarche et encourage toute la population à signer rapidement sa pétition sur le site de l'Assemblée nationale (réf. 4).

Références:
1-Pensions alimentaires: un père veut du changement. L'Oeil régional, 6 août 2014
http://www.oeilregional.com/2014/08/06/pensions-alimentaires-un-pere-veu...
2- Explication de la pétition: fixation des pensions alimentaires pour enfants
http://www.petitionpensionalimentaire.econidee.com/
3-Simulateur de calcul de pension alimentaire du Québec de 2012
http://pensionalimentaire.ca/
4-Pétition: Fixation des pensions alimentaires pour enfants
https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-477...

Stéphane Pouleur, responsable du comité politique,
et Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Pas d'aéroport sur des terres agricoles

La ville de Mascouche désire déplacer son aéroport afin que l’endroit existant soit converti en quartier technologique/industriel (réf. 1). La municipalité affirme que c’est un lieu stratégique pour le développement économique de la ville afin de faciliter l’accessibilité de la main-d’œuvre. Cependant, le nouvel aéroport sera construit sur des terres agricoles. De plus, leur quartier fera compétition, dans le domaine aéronautique, avec Mirabel, là où déjà plusieurs terres agricoles sont perdues, et avec d’autres secteurs industriels (ouest/est de l’île de Montréal) qui possèdent déjà un potentiel de développement et une offre en bâtiments suffisants. Y a-t-il une logique à cela? Il est possible de faire plus avec ce que l’on a déjà.

Équipe autonomiste appuie les résidants des terres agricoles pour leur engagement à leur métier (réf. 2 et 3), comme par le passé (réf. 4). La proportion de bonnes terres agricoles au Québec est faible, à peine 2 %. C’est un patrimoine précieux qu’il faut préserver pour nos générations futures. Cela fait partie de la valeur numéro 2 d’Équipe autonomiste: l’équité entre les générations.

Encore une fois:
• Le Québec doit être prévoyant et ne pas détruire ses bonnes terres s’il veut conserver son autonomie alimentaire, du moins pour ses aliments de base, car un peuple affamé est un peuple vulnérable.
• Avec l’augmentation de la population mondiale qu’il faudra nourrir, la préservation des terres productives est primordiale.
• La formation des sols de grande qualité, pour la production agricole, se fait sur des milliers d’années, il est donc immoral de les détruire ou de les enfouir sous de l’asphalte pour des besoins économiques à court terme.
• Équipe autonomiste est pour le développement économique et la prospérité, mais pas à tout prix. Équipe autonomiste considère qu’il est possible de développer sans détruire à l’aveuglette.

Note: Même si ce projet n’est pas encore réalisé et qu’il y a une opposition citoyenne plus que politique, le principe de préserver notre patrimoine de terres fertiles demeure tout aussi pertinent et applicable à d’autres projets.

Références:
1-L’aéroport de Mascouche va déménager
http://ici.radio-canada.ca/regions/montreal/2014/06/10/005-aeroport-masc...
2-Mascouche: déménagement de l'aéroport dénoncé
http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2014/08/20140823-111706.html
3-Aéroport de Mascouche: les opposants sur une bonne piste
http://www.laterre.ca/environnement/aeroport-de-mascouche-les-opposants-...
4-Préserver les bonnes terres agricoles pour le futur
http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/418

Louis Chandonnet
et Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

La sous-traitance informatique : un autre gaspillage à éliminer

Pour en rajouter encore un peu plus dans le dossier du «bordel informatique» au gouvernement provincial (1), il y aurait 3 milliards de dollars juste pour des contrats à des firmes externes, en 2013, en informatique, et ce n'est que pour ce qui est possible de comptabiliser car bien des fois les contrats passent dans les achats de matériels de bureau et de meubles.

Rappelons, comme l'écrivait Richard Perron dans l'article cité (1), que «lorsqu'il est question des contrats de service en sous-traitance en informatique, le frisson de fraîcheur se transforme inévitablement en frisson d'horreur! Et pour cause, car le gouvernement se dit incapable de dévoiler le coût exact des contrats qu'il sous-traite!»

Équipe autonomiste se promet d'ordonner qu'un vrai ménage se fasse au gouvernement avant de demander aux gens de se serrer la ceinture.
(1) http://spgq.qc.ca/default.aspx?page=9&NewsId=634&lang=fr-CA

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

L’instruction de nos enfants souffre

Depuis des années, des réformes et des changements d’idéologies ont reconstruit le système scolaire québécois. Est-ce pour le mieux? Équipe autonomiste en doute. Voici ce que le système en place pense : pour augmenter le nombre de diplômés et diminuer le taux de décrochage, nous réduisons les exigences et nous faisons passer plus de monde(1) (2). Ça prend maintenant un secondaire 5 pour travailler, donnons donc un secondaire 5 à tout le monde! C’est logique? Équipe autonomiste dit: «NON !».

Les jeunes ont besoin d’apprendre et d’acquérir toutes les connaissances que peut leur apporter un diplôme du secondaire, avant d’aller plus avant. Si nous exigeons le secondaire 5, c’est qu’il y a une raison. Si nous faisons passer des jeunes même s’ils n’ont rien compris, nous ne les aidons pas; au contraire, nous leur nuisons, ainsi qu'à la société et aux institutions dont les diplômes perdent toute crédibilité. Nous donnons la possibilité à certains jeunes de travailler, mais les autres ne sont tout simplement pas prêts à poursuivre aux cégeps et aux universités.

Équipe autonomiste propose plutôt de changer la manière d’enseigner pour encourager les plus faibles, avec un service personnalisé, et pour stimuler les plus forts, avec des programmes enrichis, (voir notre proposition 19 au programme du parti). Voici un bon ménage à faire, au niveau de la façon d’apprendre, car il y a plusieurs types d’étudiants dont nous devons tenir compte. Ce n'est pas en nivelant toujours vers le bas, comme le Québec est en train de faire, que la société sortira gagnante. Donnons la chance à nos enfants d’apprendre pour vrai.

(1) http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201406/03/01-47722...
(2) http://www.lapresse.ca/actualites/education/201402/01/01-4734619-faire-p...

Camille Dion-Garneau et Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Gaspillage et incompétence du Parti Libéral du Québec

Le gouvernement offre 600 000 $ (1) pour faire de la recherche sur la violence conjugale faite aux femmes et toujours 0 $ pour la violence psychologique, verbale ou économique faite aux hommes. Ce que dénonce Équipe autonomiste qui vise l’équité entre hommes et femmes, dans les deux sens. De plus, le Parti libéral du Québec prétend ne pas savoir où couper pour équilibrer son budget et il est prêt à gaspiller pour de la recherche sur des choses déjà connues.

(1) http://www.frqsc.gouv.qc.ca/upload/nouvelles/fichiers/AP_VC_violence_con...

Stéphan Pouleur, comité politique et Guy Boivin, chef du parti

Le danger des poursuites-bâillons pour notre société

Dans notre système judiciaire, il y a, entre autres, deux sortes d’abus : les fausses accusations et les poursuites-bâillons. Une poursuite-bâillon et un SLAPP (Strategic Lawsuit Against Public Participation) sont des recours intentés contre une personne ou un groupe afin de limiter la liberté de parole ou pour cacher une vérité inavouable aux yeux du public. Plusieurs pensent que ce genre de poursuite est déposé par de grosses corporations ou une personne riche mais, dans certains cas, de simples citoyens, souvent appuyés par des groupes ayant des intérêts précis, peuvent abuser de notre système de justice.

Prenons le cas du journaliste Mihai Claudiu Cristea[1] qui, en 2012, avait pris une photo d’une femme en niqab, et ce, dans un environnement public, pour écrire une chronique. Il fut poursuivi pour 150 000 $ par cette femme et son mari. Les poursuites-bâillons sont aussi caractérisées par des dédommagements largement surévalués. Le but est de faire peur, pour limiter la liberté d’expression et même restreindre le travail d’une personne dans certains cas.[2]

Le système judiciaire étant coûteux, long et déjà encombré, une personne ordinaire, dans bien des cas, n’a pas les moyens financiers d’accéder à la justice, à moins d’être supportée par des groupes d’intérêts ou un avocat «pro-bono».

Dans un avenir rapproché, les poursuites-bâillons contre l’islam politique et les critiques des dérives islamiques[3] (Charia, normalisation des accommodements) pourraient être plus fréquentes, étant donné que notre immigration est, en grande partie, d’origine arabe musulmane. Cela est valable aussi pour n’importe quelle frange radicale d’une religion. La pression du nombre pourrait inciter des gens modérés à suivre les plus radicaux par peur de représailles.

Équipe autonomiste appuie la liberté d’expression, le respect des valeurs québécoises, et est contre les accommodements qui coûtent de l’argent à la société. Les poursuites-bâillons par des groupes religieux menacent nos valeurs. Nous invitons aussi le Parti libéral du Québec à respecter sa promesse électorale (énoncée au 2ème débat des chefs) de bannir la burqa et le niqab, partout dans la sphère publique.

________________________________________
[1] http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201401/29/01-4733...

[2] http://blogues.journaldequebec.com/dominicmaurais/societe/une-musulmane-...

[3] http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/actual...

Notre liberté d'expression en péril

Monsieur Olivier Kaestlé s'inquiète des enjeux fondamentaux que représente la saga juridique de la militante islamique Dalila Awada (1) pour la sauvegarde de notre vie démocratique et de notre liberté d'expression. Mais madame Awada utilise justement les outils démocratiques et la liberté d'expression qui existent au Québec. Reste à voir si la cour lui donnera raison. N'importe qui peut poursuivre n'importe qui, n'importe quand, reste à prouver ses arguments.

Équipe autonomiste fait confiance à notre système judiciaire et s'avère convaincue que si les lois donnent gain de cause à madame Awada, au détriment de la logique, nos législateurs corrigeront le tir en légiférant correctement. La diffamation n'est pas un dossier facile à gagner. Madame Awada fait comme bien d'autres Québécois, elle tente sa chance pour faire un coup d'argent, et en profite pour se faire du capital politique. Mais ce jeu d'agression victimaire est un couteau à deux tranchants qui risque aussi de lui coûter cher: autant au point de vue de son image entachée que pour celle de sa religion que la population d'accueil finira par maudire si elle ne prend garde. La société québécoise sera muselée que si ses gouvernants ne font pas les lois en conséquence. La cour applique les lois que votent nos députés. Par contre, cet article journalistique et le discours qui l'entoure, rappellent que notre nation a de plus en plus de difficulté à tolérer les différences qu'engendrent le trop gros arrivage d'immigrants aux moeurs différentes et Équipe autonomiste sonne l'alarme, une fois de plus, pour rappeler à nos décideurs que 50 000 immigrants par année, venant de cultures trop dissemblables, entraînent des tensions de plus en plus marquées.

(1) http://www.vigile.net/Quand-le-hijab-devient-baillon

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

L'université doit cesser d'encourager les tricheurs

Ainsi, à l'université Laval (1), un étudiant qui triche risque d'avoir un simple avertissement de ne plus recommencer. Quelle logique tordue ? Si nous comprenons bien ce règlement, un étudiant a le droit de se faire prendre une fois à tricher pendant ses études. Le message est donc clair pour l'étudiant. Il triche tant qu'il peut, en essayant de ne pas se faire prendre. S'il se fait prendre, il a juste un avis de ne plus recommencer. Ainsi, en plus de se faire payer ses études par la société, l'étudiant lui ment sur la qualité de sa formation. Et tant pis pour les étudiants honnêtes qui méritent leurs notes. Après ça, on se questionne et on se surprend des magouilles que la Commission Charbonneau nous fait découvrir.

Équipe autonomiste demande que l'université cesse le papotage et la sensibilisation théorique en renvoyant l’étudiant dès la première tricherie et en rendant public le nom des fautifs. L'exemple est la meilleure sensibilisation qui soit. En tant que payeurs de taxes, nous n'acceptons pas de payer les études de tricheurs et encore moins à endosser leur salaire de professionnels par la suite.

Une des valeurs d'Équipe autonomiste est la responsabilisation; elle considère que chacun doit assumer ses décisions et ses actes. Ainsi, que les étudiants tricheurs perdent leur privilège d'étudier à nos frais et que les universités prennent vraiment action pour décourager la tricherie, AVANT de venir nous demander plus de financement. Et pour les carrés rouges qui exigent la gratuité, il est temps de parler de qualité et d'effort si vous voulez avoir une écoute d'Équipe autonomiste.

1-Université Laval: deux fois plus d'étudiants trichent.
http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201405/06/01-47642...

Stéphan Pouleur et
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Faisons une commission d'enquête sur le gaspillage en informatique au gouvernement

Monsieur Couillard,

Un bon moyen de réduire les dépenses de l'État serait de réduire le gaspillage généré par la mauvaise gestion chronique des projets informatiques de la fonction publique. C'est bien connu que l'informatique au gouvernement du Québec est à la fois un gouffre financier sans fond (1, 2) et une nuisance pour la productivité des fonctionnaires tellement les projets sont mal gérés. Équipe autonomiste vous renvoie aux scandaleux dossiers informatiques du gouvernement (3) et à la saga de SAGIR (4), logiciel qui leur sera imposé dès le 20 mai pour la gestion administrative de leurs permis d'absence et de temps. Vous les outillez mal alors que vous pourriez explorer, par exemple, la possibilité de logiciels libres, puis vous leur reprochez ensuite de ne pas être productifs, voire efficaces. Équipe autonomiste dénonce toute cette mauvaise gestion gouvernementale où une enquête du type de la Commission Charbonneau ferait passer pour des anges les «gens de la construction».

(1) Informatisation des dossiers de santé: un «échec» qui coûte cher, 5 mai 2011
http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201105/04/01-4396227-i...
(2) Un stratagème pour gonfler les prix, 15 avril 2010
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/04/15/015-contrat-hau...
(3) Voir sur Google à «Liste des
fiascos informatiques majeurs au gouvernement du Québec, www.michelleblanc.com/.../Liste-des-fiascos-informatiques-majeurs-au-gou...ébec-1.docx
(4) « Ça chire » encore dans le projet informatique SAGIR, Retour à la case départ après 15 ans de chantier, 20 avril 2014
http://www.journaldequebec.com/2014/04/20/ca-chire--encore-dans-le-proje...

Guy Boivin, Chef d'Équipe autonomiste

Remise en question de la théorie sur le réchauffement

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) vient de publier un nouveau rapport alarmiste sur le réchauffement climatique et demande à toute la planète de dépenser pour réduire les gaz à effet de serre (1). Équipe autonomiste se questionne sur ce genre d'intervention. En effet, nous avons déposé un mémoire, à la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec, qui montrait qu'il n'y a pas de preuve que le climat continuera à se réchauffer et encore moins que les humains sont responsables des changements climatiques (2). Nous admettons qu'il faille contrôler la pollution, incluant celle atmosphérique, mais nous n'endossons pas ce discours affolant et nous nous demandons à qui profitent réellement ces campagnes de peur. Par exemple, certains parlent d'éoliennes, d'autobus électriques, et personne ne semble s'ouvrir à de nouvelles technologies comme l'automobile à l'hydrogène. Équipe autonomiste préfère être méfiante sur les conclusions hâtives et encourage la recherche sur toutes les sources d'énergie alternative dans le but d'en trouver qui soient à la fois rentables et non polluantes.
(1) http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/environnement/2014/04/13/001-climat...
(2) Mémoire présenté par Équipe autonomiste lors de la commission sur les enjeux énergétiques le 30 septembre 2013
http://consultationenergie.gouv.qc.ca/memoires/20130925_174_Equipe_Auton...

Guy Boivin
Équipe autonomiste

Pas de procréation assistée gratuite sans raison médicale

Le programme de procréation assistée, mis en place au Québec en 2010, est admissible pour toutes femmes, seules ou en couple avec un homme ou une femme (réf. 1 et 2), qui décident d'avoir un bébé. Ainsi, le gouvernement paye, avec notre argent, l'insémination artificielle aux femmes fertiles, mais dont la contrainte est de ne pas trouver ou de ne pas vouloir de géniteur masculin connu. Jusqu'à preuve du contraire, l'homosexualité ou la solitude ne sont pas des maladies, il n'est donc pas logique de payer pour ce service. Déjà, lors de son implantation, les spécialistes disaient que le gouvernement allait trop vite (réf. 3). Dans le contexte de réduction de dépenses, il est donc grand temps de corriger les erreurs du passé en faisant le ménage dans ces faux soins de santé.

Références :
1- http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/ariane-krol/201007/14/01-429827...
2- http://www.sante.gouv.qc.ca/programmes-et-mesures-daide/programme-quebec...
3- http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/sante/2010/07/13/001-fecondation-as...

Louis Chandonnet,
et Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Réduire le déficit par de meilleures approches que les coupures d'emplois à l'aveugle

Monsieur Couillard,

C'est trop simple et pas tout à fait correct de geler l'embauche dans la fonction publique (1), tout simplement parce que parfois il est nécessaire de combler certains postes essentiels en embauchant.

Par contre, si vous cherchez où couper:
- récupérez les primes octroyées aux cadres et aux professionnels auxquelles les gagne-petit n'ont pas droit; les mieux nantis sont déjà payés pour faire leur ouvrage et nous savons tous que ces primes sont accordées aux chouchous des décideurs, les autres, ayant beau se «désâmer», n'y toucheront jamais;
- ordonnez aux sous-ministres d'écraser les organigrammes des ministères, pour faire en sorte qu'il y ait moins de niveaux hiérarchiques; les coupures à l'aveugle, en ordonnant une coupe de 3 % générale, ont abouti à des ratios d'encadrement frisant le ridicule; c'est normal, les cadres vont toujours couper par en bas, donc les exécutants sont rendus en manque dans plusieurs secteurs;
- réduisez le nombre de sociétés d'État, d'agences, d'organismes, de commissions, ou fusionnez-les pour réduire le nombre de présidences, vice-présidences, nominations partisanes, etc., souvent liées au pouvoir en place.

En voulez-vous d'autres? Vous avez, ici, un aperçu du programme d'Équipe autonomiste qui se fait une joie de vous en faire part, car Équipe autonomiste travaille, non pour gagner des votes coûte que coûte, mais pour le peuple québécois.

(1) http://www.ledevoir.com/politique/quebec/406419/gel-des-embauches-dans-l...

Guy Boivin, Équipe autonomiste

Est-ce que la violence faite aux enfants vaut moins chère que celle faite aux animaux?

Équipe autonomiste ne peut approuver une attitude comme celle de l'employé de Pont-Rouge envers des veaux (1) (2). Elle s'interroge sur l'agressivité gratuite de cette personne qui a visiblement des problèmes personnels à régler. C'est évident que cette personne n'est pas à sa place. Pourquoi tant de violence contre des victimes innocentes? Équipe autonomiste appuie Mercy for Animals Canada et la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux mais elle se questionne quand les agriculteurs affirment qu'il faudrait investir beaucoup pour adapter leurs installations à l'élevage en groupe (1). N'est-ce pas moins cher de laisser libre cours à des animaux que de construire des enclos? Il y a parfois de ces arguments qui demandent à être confirmés. On me dit que libres, les veaux grossiraient moins vite. Toutefois, un bon agriculteur sait qu'il ne fera pas d'argent avec des veaux malades et battus. Équipe autonomiste est favorable à des lois protégeant les animaux d'élevage. Par contre, les articles de journaux cités titrent «cinq ans de prison» possible pour ce genre de personne alors que des pédophiles peuvent s'en tirer avec moins de deux ans de prison (3). Les priorités à la bonne place, s'il vous plaît.

(1) http://www.journaldemontreal.com/2014/04/21/enquete-criminelle-pour-sauv...
(2) http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/faitsdivers/archives/2014/04/20140422-0...
(3) http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/sherbrooke/archives/2014/02/20...

Guy Boivin
Équipe autonomiste

Nouvelles dépenses faussement en santé : 122 millions/an pour inciter les médecins spécialistes à assister à des réunions

Quelle infamie! Les médecins spécialistes seraient rémunérés pour assister à des réunions dans leurs hôpitaux (1). Premièrement, le montant est outrageant, dans le contexte financier actuel du système de santé, pour une tâche qui va de soi avec l'emploi. Deuxièmement, une personne qui n'assiste pas à une assemblée doit subir les décisions des autres, mais les médecins et leur lobbyisme sont au-dessus de tout ça, tout le monde le sait bien. C'est ainsi qu'ils peuvent faire la pluie et le beau temps, même condamner les médecins immigrants à ne jamais pratiquer au Québec, empêcher l'évolution de la société vers une médecine alternative, préférer que se créent des listes d'attente plutôt que de céder sur leurs chasses gardées. Équipe autonomiste s'inquiète de la tangente qu'amorcent les médecins spécialistes face à l'argent. Elle ne comprend pas cette voracité du gain au détriment de l'honneur de leur profession. La majorité des médecins serait-elle devenue rapace au point de préférer attiser la haine de la population contre leur insatiable cupidité? Équipe autonomiste rappelle qu'une classe moyenne forte est garante d'une stabilité sociale. Moi, être infirmier, je demanderais, à mon tour, des dollars pour assister à une assemblée et, comme eux, d'un montant princier.

(1) http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2014/04/14/005-medecins-spe...

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Le Québec et ses enfants : une société hypocrite et sans coeur

Avant-hier, le 9 avril 2014 (réf.1), on a rapporté le cas d'un homme ruiné parce qu'il doit continuer à payer des pensions alimentaires, même s'il a perdu son emploi, et qu'il a dû verser 50 000 $ de frais d'avocats pour conserver la garde de ses enfants. En plus, suite à de fausses accusations, il a été arrêté par la police, devant ses enfants, dans la cour d'école. Il pense même au suicide, tellement il est découragé de sa lutte contre le système. Il est facile de conclure que cette mésaventure a des conséquences négatives sur la qualité de vie de ses enfants, sur leur motivation à l'école et sur leur développement futur.

On s'attendrait à ce que le gouvernement du Québec analyse le problème et apporte les corrections nécessaires au système, mais il ne fait rien, même si ce genre de cas est fréquent et existe depuis longtemps.

Pourtant, le gouvernement prétend qu'il «place la famille au coeur de ses priorités» (réf. 2). Il a même créé une nouvelle loi, en 2014, pour aider les familles (réf. 3) et il dépense des centaines de millions de dollars pour la solidarité dans notre société (réf. 4). C'est de l'hypocrisie et de l'incohérence pures et simples. Plutôt que de gaspiller nos impôts dans des programmes d'aide aux pauvres et aux familles, le gouvernement devrait cesser de créer des pauvres et de la misère en corrigeant ses lois et procédures injustes qui détruisent la vie des familles et des enfants. En réalité, la famille est un sujet secondaire au Québec puisqu'il n'a même pas été abordé pendant la campagne électorale. Une société, qui ne s'occupe pas de ses enfants, est une société qui court à sa perte.

Comme Équipe autonomiste a, parmi ses valeurs fondamentales, l'équité entre les générations et la famille, le parti propose : 1-d'instaurer la garde partagée automatique; 2-de corriger les aberrations du système des pensions alimentaires; 3-de mettre en place une politique et des lois pour poursuivre et punir sévèrement toute personne qui fait de fausses accusations.

Références :
1-Père de cinq enfants, ruiné par les pensions alimentaires (et les frais d'avocats)
http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/troisrivieres/archives/2014/04...
2-La politique familiale au Québec
http://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/Famille/politique-familiale/Pages/index.aspx
3-Loi sur l'aide aux personnes et aux familles, entrée en vigueur le 1er avril 2014
http://www.canlii.org/fr/qc/legis/lois/rlrq-c-a-13.1.1/derniere/rlrq-c-a...
4 -Le gouvernement du Québec annonce 320 M$ additionnels pour la mise en place de mesures ambitieuses en matière de solidarité - 30 octobre 2013
http://www.fil-information.gouv.qc.ca/Pages/Article.aspx?idMenuItem=8&mo...

Stéphan Pouleur, coordonnateur Équipe autonomiste
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

La FFQ veut imposer des quotas de candidates aux partis politiques

Madame Alexa Conradi, de la Fédération des femmes du Québec, constate (1) que «moins de femmes ont été élues qu'en 2008». Elle déclare que «passer de 33% à 27% [de femmes élues] n'est pas acceptable». Elle réclame que «le PLQ, le PQ et la CAQ [présentent] un nombre égal de femmes et d'hommes». Moi, je vous pose une question et je vous replonge dans la réalité concrète de ce que sont un homme et une femme. Où sont les femmes? Nous avons beau faire des pieds et des mains la gente féminine n'est majoritairement pas attirée par le défi politique, pour toutes sortes de raison, et comme le disait une de nos membres: «Nous préférons les affaires sociales. C'est tout.» Peut-on leur reprocher d'avoir cette préférence? J'ai proposé de fusionner les circonscriptions et, à l'image des conseils de quartier à Québec, d'y faire élire obligatoirement un homme et une femme. Mais une de nos jeunes, à Équipe autonomiste, porte-parole des autres, a repris: «Nous ne sommes pas d'accord pour que des règles obligent des femmes à se présenter. Nous ne sommes pas sottes au point que la loi nous imposent des choix que nous ne voulons pas faire. Nous sommes égales aux hommes et, si nous voulons nous présenter, nous le ferons.» N'a-t-elle pas raison d'invoquer que le mouvement féministe revendicateur, infantilise, d'une certaine façon, les femmes en demandant continuellement des règles d'exception, par rapport aux hommes, pour faire en sorte qu'elles se défendent un tant soit peu?

Madame Conradi en rajoute en invoquant qu'il est «consternant que la première femme à diriger un gouvernement québécois n'ait été première ministre que 18 mois. Sa défaite est inquiétante pour la place des femmes en politique.» Elle, je ne la comprends pas surtout quand on sait que Pauline Marois a sciemment déclenché des élections par appât du gain, pour être majoritaire au parlement. Madame Conradi surenchérit en rappelant que «c'est d'autant plus vrai lorsque l'on constate que l'an dernier six femmes dirigeaient des gouvernements provinciaux et territoriaux et qu'aujourd'hui seulement deux demeurent au pouvoir.» Mais que veut-elle à la fin? Que six femmes dirigent coûte que coûte dans les assemblées à travers le Canada, quitte à imposer une femme à la sixième place qui risquerait de changer l'équilibre? Ça ne sent plus l'équité d'un féminisme sain et moderne mais le cri de l'Amazone. Équipe autonomiste revendique l'égalité dans les deux sens et elle le fait avec ses faibles moyens alors que la Fédération des femmes du Québec est grassement subventionnée, à ce que je sache (2) (3), avec de l'argent venant d'hommes et de femmes du peuple.

(1) http://www.ffq.qc.ca/2014/04/femmes-et-feminisme-en-politique-bilan-miti...

(2) http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2011/04/08/001-financement-...
(3) http://www.gazettedesfemmes.ca/5399/le-financement-des-groupes-de-femmes...

Les médias complices du manque de choix politiques

À l'émission Les coulisses du pouvoir de dimanche, les chroniqueurs soulignaient que les journalistes étaient confrontés à «Toujours les mêmes programmes de partis» et défendaient, un court instant, le rôle des médias dans cette campagne électorale qui s'achève. Je ne soulèverais qu'un point: je déplore, par exemple, que Les coulisses du pouvoir n'aient jamais invité, ne serait-ce qu'une fois, les 15 autres partis, ceci aurait pu être comme panel pour confronter les principaux partis ou pour expliquer leur programme. Cela aurait pu être intéressant, voire enrichissant, d'opposer 19 visions de la réforme de l'éducation ou de la santé. Mais les grands médias se sont contentés surtout des quatre principaux partis, muselant, en très grande part, les autres. Non, les grands médias ne peuvent pas échapper à la culpabilité. Ils ont un pouvoir majeur sur l'information publique et en ne s'intéressant pas aux partis qui n'ont pas de représentant à l'Assemblée nationale, ils les condamnent à rester dans l'ombre.

L'incohérence de certains partis politiques

Équipe autonomiste vous cite un citoyen: «J'utilise toujours Équipe Adrien Pouliot - Parti conservateur du Québec ou Coalition Avenir Québec - Équipe François Legault, au long, quand je parle de ces deux partis. Quand les gens me demandent pourquoi j'utilise ces noms bizarres. Je leur dis que ce sont leurs noms officiels sur le site du Directeur général des élections du Québec (DGE) et c'est vrai. Et là, la porte est ouverte pour démontrer leur incohérence. Ces deux partis prétendent vouloir faire le ménage de l'État et le rendre plus efficace, mais les deux ont les noms les plus compliqués et les plus longs de tous les partis. Ces noms rentrent difficilement dans les formulaires. En plus, s'ils changent de chef, le parti devra changer de nom sur le site du DGE. Encore de la paperasse.» Nous, à Équipe autonomiste, si nous changeons de chef, nous ne changerons pas de nom.

Les gens ont beaucoup dénigré l'Action démocratique du Québec (ADQ) parce que c'était le parti d'un seul homme. Et là, ces deux dérivés de l'ADQ font la même erreur et, en plus, ils l'officialisent en mettant le nom du chef dans le nom du parti. Alors que nous, à Équipe autonomiste, nous avons décidé de mettre l'accent sur «l'équipe pour vrai».

Aussi, il y a incohérence d'images. Ils ont accolé le mot «équipe» avec le nom du chef. Ça fait bizarre et centralisateur. Oui, il y a une équipe, mais elle semble être une équipe qui travaille POUR LE CHEF, et non une équipe qui travaille ensemble pour le bien de la société comme nous à Équipe autonomiste.
Et que penser maintenant du slogan «On se donne Legault» (1)? Que celui qui prétend, que ces partis ne sont pas ceux d'un seul homme, se lève ...

(1) http://journalmetro.com/actualites/national/457570/le-slogan-de-la-caq-j...

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Questionnement sur les privilèges de certaines personnes en santé

Un commentaire de monsieur Sébastien Bovet m'a fait sourciller hier, à l'émission 24/60, il disait que madame Pauline Marois avait rencontré un oto-rhino-laryngologiste pour ses problèmes de voix. J'espère que ce n'est pas vrai et je m'explique. Quand on sait combien c'est long d'obtenir un rendez-vous avec un tel spécialiste, je ne pourrais qu'être offusqué que madame ait passé au-dessus de la liste alors que je venais juste d'apprendre que «les médecins représentent moins de 7% des effectifs du réseau de la santé mais empochent plus de 30% du salaire total» (1), sous prétexte de rattraper leurs confrères canadiens. Moi aussi, j'aimerais passer devant les autres et rattraper le salaire d'un Colombien-britannique car on sait tous qu'ils gagnent plus que nous, vu les prix effarants des choses là-bas. C'est le genre d'irritants qui rendent hargneux les gens à leur égard. J'espère que nos riches médecins et politiciens sont conscients de leur état privilégié! Équipe autonomiste, quoique plus à droite, a tout de même un programme de responsabilité et de justice sociales.

(1) http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2014/04/03/001-augmentation...

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Félicitations et merci à CHYZ FM 94.3 pour son ouverture d'esprit.

Cette station de radio (radio étudiante de l'université Laval) a décidé de bien informer, les électeurs de la circonscription de Jean-Talon, des choix politiques qui s'offrent à eux. Ainsi, tous les candidats inscrits dans cette circonscription ont été invités en entrevue pour présenter leur position sur différents sujets. Du 31 mars au 4 avril à 9:30 le matin, les entrevues passent en ondes à cette station de radio. Les «podcasts» peuvent aussi être écoutés à : http://chyz.ca/category/nouvelles/.

Équipe autonomiste félicite les gens de cette station qui contribuent à une saine démocratie contrairement à certains médias importants qui préfèrent ignorer les partis émergents.

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Finances publiques, les syndicats doivent faire leur part

Les gens qui payent une cotisation syndicale, pendant l'année, reçoivent un rabais de cotisation au moment de faire leur déclaration d'impôt. Ce rabais est remis sous forme de crédit d'impôt que leur accorde le gouvernement. Cela veut dire que le gouvernement prend de l'argent qui est à tout le monde pour le redonner seulement à ceux qui sont syndiqués. Donc, les non-syndiqués financent les syndicats malgré eux parce que le gouvernement a décidé de faire une faveur aux syndicats. Ce cadeau, que le gouvernement fait, constitue une dépense de 200 millions $ par an, soit 25 $ par personne, enfant compris. Équipe autonomiste considère que cette procédure est anormale et injuste. Les non-syndiqués n'ont pas à payer pour un service dont ils ne profiteront jamais. Et, même, qu'ils subiront lorsqu'il y aura des grèves dans ces secteurs.

Équipe autonomiste propose d'abolir ce crédit d'impôt (réf. 1) pour faire économiser 200 millions $ par an à l'État et pour corriger une injustice envers les non-syndiqués. Elle suggère que les syndiqués, qui trouveront que leur cotisation est devenue trop chère sans le crédit d'impôt, n'auront qu'à demander à leur syndicat de baisser les cotisations. Les syndicats clament depuis toujours que, la solidarité, c'est important. Il est maintenant temps qu'ils montrent l'exemple et fassent leur part. La solidarité n'est pas un principe à sens unique.

Référence:
1. Abolir le crédit d'impôt pour cotisation syndicale (proposition votée)
http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/47

Stéphane Pouleur, candidat dans Jean-Talon
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste et candidat dans Taschereau

Résumé du mémoire déposé par Équipe autonomiste sur le projet de loi numéro 60 concernant la charte de la laïcité du Parti québécois

Le Parti québécois (PQ) n'a pas créé le problème des demandes déraisonnables mais il veut l'utiliser pour mousser sa campagne électorale. Le fait que des gens puissent imposer leurs caprices à la majorité, en utilisant leurs croyances et en invoquant les chartes des droits et libertés, est un grave problème pour l'avenir de notre société, c'est pourquoi Équipe autonomiste a, depuis longtemps, une proposition, à ce sujet, dans son programme.

Faits saillants du mémoire :
Le projet de loi 60, du PQ, paraît inutile pour protéger notre société car il n'a aucun effet dans les sphères de la société, externes au gouvernement.
La valeur de l'égalité homme-femme est déjà bien encadrée par les chartes des droits et libertés canadienne et québécoise, mais elle n'est pas respectée dans la pratique puisque, dans plusieurs cas, la condition masculine est totalement ignorée. Il faudrait un ministère de la Condition humaine plutôt qu'un ministère de la Condition féminine.

Le projet de loi no 60 pourrait nuire aux organismes qui font des expositions ou des concerts à caractère religieux.
Les immigrants s'assimilent de moins en moins parce que le seuil d'immigration est devenu trop élevé. Actuellement, par rapport à sa population, le Québec accueille deux fois plus d'immigrants que tout autre pays, incluant les États-Unis et la France. Nous devrions du moins les choisir non pas selon leur langue mais plutôt selon leurs valeurs semblables aux nôtres.

Pour protéger notre société, Équipe autonomiste propose :
1- de corriger les lois de discrimination dite «positive» pour empêcher la discrimination contre tout groupe, incluant les hommes et les blancs;
2- d’ajouter à la charte des droits et libertés de la personne, un article spécifiant que «la liberté religieuse s’arrête là où les valeurs de la société québécoise sont confrontées»; comme la liberté d’expression s’arrête là où commence la diffamation;
3- de réduire l'immigration à environ 20 000 personnes par année;
4- de prioriser les immigrants selon leurs valeurs occidentales plutôt que selon leur langue;
5- de faire appliquer par les gestionnaires des directives de codes vestimentaires plutôt que de légiférer sur les signes religieux;
6- d’indiquer clairement que toutes demandes reliées à des croyances ne doit entraîner aucun coût pour l'employeur ni pour le reste de la société.
Pour consulter le mémoire déposé : Mémoire sur le projet de loi n° 60 (la charte

Équipe autonomiste demande l'annulation de la taxe de carbone sur l'essence

En janvier 2015, entrera en vigueur, au Québec, une taxe de 2,8 cents par litre d'essence, dans le cadre de la lutte contre les gaz à effet de serre (GES), suite à une entente avec la Californie (réf. 1). Cette taxe, qui sera prélevée dans les poches des contribuables, rapportera 500 millions $ par an au gouvernement du Québec. Le rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques, demandé par le Parti québécois, recommande pourtant clairement de suspendre cette entente tant que d'autres signataires n'y auront pas adhéré (réf. 2, p. 20). D'après la commission, cela risque de nous coûter très cher et même de nous faire financer la lutte aux GES faite par la Californie, car nos objectifs de réduction de pollution y sont trop ambitieux, par rapport à ceux de la Californie, et nous devrons racheter des droits d’émission pour respecter l’entente. Le rapport mentionne aussi qu'il n'est pas indiqué, nulle part, à quoi servira ce revenu additionnel qui gonflera les coffres du gouvernement du Québec.

Étant donné les recommandations de la commission de l'énergie et du fait que nous sommes déjà surtaxés au Québec, Équipe autonomiste demande que cette entente soit suspendue dès maintenant.

Équipe autonomiste aimerait aussi savoir quelle est la position des quatre principaux partis québécois sur ce dossier. Nous demandons la collaboration des médias pour questionner ces vieux partis, Coalition Avenir Québec et Québec solidaire inclus.

Équipe autonomiste aimerait aussi savoir pourquoi ce sujet n'a pas été abordé, pendant la campagne, jusqu'à maintenant. Nous soupçonnons que les vieux partis veulent conserver ce revenu pour payer une partie des promesses qu'ils nous font depuis le déclenchement des élections.

Stéphane Pouleur, candidat dans Jean-Talon
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Références
1-La taxe dont personne ne parle.
http://www.lapresse.ca/debats/nos-collaborateurs/pierre-olivier-pineau/2...
2- Roger Lanoue et Normand Mousseau, Coprésidents. 2014. Commission sur les enjeux énergétiques du Québec. MAÎTRISER NOTRE AVENIR ÉNERGÉTIQUE. Pour le bénéfice économique, environnemental et social de tous.
http://www.ledevoir.com/documents/pdf/commissionenjeuxenergetiques2014.pdf

Subventions aux organismes communautaires : un cancer qui ronge notre système de santé

Un total de 463 millions de dollars a été distribué en subventions à 3 600 organismes communautaires en 2011 (réf. 1) par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). En 2003, il y avait 3 100 organismes de ce genre et 30 en 1973. La distribution de subventions paraît bien pour la solidarité sociale, l'aide aux démunis et aux gens qui ont des problèmes. Mais quelle proportion de cet argent se rend vraiment en aide concrète ? Et combien cela nous coûte-t-il pour distribuer cet argent qui vient de nos poches de contribuables ?

Pour estimer la proportion réelle des subventions qui se rendent vraiment en aide, il faut déduire les coûts de fonctionnement de chaque organisme : leurs conseils d'administration ainsi que leurs dépenses (salaires, repas, déplacements, etc.), les frais administratifs (paperasse, comptables, notaire, avocat, publicité, demande de subventions, etc.), les frais de locaux et autres. Ceci multiplié par 3 600.

Pour estimer le coût de distribution de ces subventions, il faut encore considérer les fonctionnaires travaillant dans les agences de santé dans les régions du Québec et dont la tâche est de recevoir et d'analyser ces subventions. À cela s'ajoute les réunions pour répartir ces subventions, la rédaction des lettres d'acceptation ou de refus, etc. Ces tâches ne soignent personne.

En faisant un ménage judicieux de cette industrie de la supposée solidarité, on pourrait facilement couper une grande partie de ces subventions et notre société ne s'en porterait que mieux. Ainsi, les employés qui s'efforcent de bien faire leurs tâches, dans cette chaîne de gaspillage de nos impôts, pourraient se consacrer à des emplois productifs et utiles. Certains pourraient soigner des gens plutôt que de brasser des papiers, alors que d'autres pourraient travailler dans des domaines où l'on manque de main-d'œuvre. Et nos impôts pourraient baisser. À noter aussi que de nombreux organismes communautaires sont sous-utilisés (réf. 2) ou ont des missions plutôt douteuses et assez éloignées des soins de santé (Réf. 3).

Les dépenses en santé ne sont donc pas si incompressibles que le prétendent les élus des vieux partis. Mais, tant que les citoyens continueront de croire en ces politiciens carriéristes dont l'unique but est de garder leur emploi, nous continuerons de «caler» au Québec.

Références :
1. Bulletin d’information concernant les subventions gouvernementales aux organismes communautaires.
http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/bs2066766
2. Rapport du Vérificateur général du Québec à l’Assemblée nationale pour l’année 2008-2009
Tome I
http://www.vgq.gouv.qc.ca/fr/fr_publications/fr_rapport-annuel/fr_2008-2...
3. Centre Femmes d'aujourd'hui
http://santecapitalenationale.gouv.qc.ca/acces-sante/trouver-un-service/...

Stéphane Pouleur, candidat d’Équipe autonomiste dans Jean-Talon et responsable du comité politique
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Réaction au débat : Entre séparation et fédération ; la confédération

Au débat des chefs, hier soir (20 mars 2014), madame Marois répétait: «Non. Il n'y aura pas de référendum tant que les Québécois ne seront pas prêts.» Mais, les Québécois ne seront plus jamais assez prêts car ils ne sont plus que 49 % susceptibles de voter pour l'indépendance (37 % favorables, 12 % indécis) (1) et que l'indépendance du Québec n'est même plus au programme du Parti québécois mais une certaine souveraineté qui parle d'aller chercher le plus de pouvoir possible à Ottawa (2), donc de rester dans le Canada (3). Alors ce parti vous ment ?

Quant au Parti libéral, il a commencé par un discours annonçant la signature de la constitution (4) puis, n'étant pas assez vendeur, il dit maintenant «qu'il ne mettrait ... pas lui-même le dossier sur la table.» (5). Nous mentirait-il à son tour ?

Coalition Avenir Québec n'offre pas de position constitutionnelle, aux vues de son idéologie, préférant mettre l'accent sur l'économie, la santé et l'éducation (6). Il propose donc le statu quo avec Ottawa. Mais le statu quo, c'est la mort de la nation québécoise et son assimilation, lentement mais sûrement; d’un point de vue économique, le statu quo constitutionnel est aussi le pire des choix car c’est celui qui appauvrit le plus le Québec (7).

Québec solidaire prône ouvertement son indépendantisme (8).

Votez pour qu'un candidat d'Équipe autonomiste entre à l'Assemblée nationale, pour lui permettre la visibilité des médias et vous convaincre que son désir d'autonomie est concret, allant jusqu'à la confédération du Québec à la fédération canadienne. Avec Équipe autonomiste, les solutions sont logiques et réalistes. Les solutions constitutionnelles ne viendront pas des autres provinces mais du Québec.

Pire! Pensez que d'ici quatre ans, avec la politique du dernier gouvernement libérale, maintenue par le Parti québécois, il entrera encore au Québec 200 000 immigrants (50 000 par année (9)) donc encore moins d'indépendantistes et encore plus de «Canadiens» au Québec.

Guy Boivin, Chef d'Équipe autonomiste

(1) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/01/20/97001-20140120FILWWW00657-l...
(2) http://mon.pq.org/documents/programme2011.pdf
(3) http://www.vigile.net/Autonomisme-provincial-quebecois
(4) http://www.faitsetcauses.com/2013/03/21/le-quebec-et-la-constitution-en-...
(5) http://www.lapresse.ca/actualites/elections-quebec-2014/201403/15/01-474...
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Coalition_Avenir_Qu%C3%A9bec
(7) http://www.generationdidees.ca/idees/le-statu-quo-constitutionnel-nest-p...
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Qu%C3%A9bec_solidaire
(9) http://www.vigile.net/Le-Quebec-recevra-50-000

L'instruction confiée aux professeurs, mais surtout pas aux municipalités

Avec la demande des municipalités de vouloir s'occuper de l'éducation (réf. 1), les limites de l'illogisme viennent d'être dépassées. Les conseils municipaux deviendraient le lieu de débats pour améliorer l'école. Les commissions scolaires et leur bureaucratie sont déjà trop loin des élèves et déconnectées des besoins des professeurs. Ce sera encore pire avec les conseillers municipaux qui ont déjà de la difficulté à bien gérer les villes. C'est le contraire qu'il faut faire, soit redonner plus de responsabilités aux écoles, aux directeurs et aux professeurs et réduire la taille et les mandats des commissions scolaires.

Stéphane Pouleur, candidat dans Jean-Talon et
Guy Boivin, Chef d’Équipe autonomiste

Référence :
1- http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201403/20/01-47498...

Un vote par conviction n'est jamais un vote perdu

Message aux électeurs,

Beaucoup d'entre vous pensez que voter pour Équipe autonomiste, un parti émergent, c'est inutile et que votre vote sera perdu. C'est FAUX. Chaque vote compte puisque chaque vote nous donne un revenu annuel par la suite. Vous nous dites : «On n'entend pas parler de vous. On ne voit pas de publicité sur vous.» C'est certain car nous sommes tout jeune et notre budget n'est pas énorme. En croyant en nous et en nous donnant votre vote, vous contribuez à augmenter notre budget pour que nous puissions grossir et avoir plus de publicité, donc plus de visibilité et de votes pour les prochaines élections. C'est ainsi que nous deviendrons assez gros pour pouvoir changer les choses.

Ce n'est pas demain matin que nous prendrons le pouvoir, MAIS c'est maintenant qu'il faut commencer à semer nos petites graines pour réussir à changer le Québec. Il faut cesser de voter stratégique en disant : «Si je donne mon vote à Équipe autonomiste, je prive un candidat d'un vote qui pourrait lui permettre de battre un autre que j'apprécie encore moins.» Ce n'est pas avec cette approche «du moins pire» que nous allons améliorer le Québec. C'est seulement en votant par conviction et pour le candidat qui mérite votre vote que vous pourrez y arriver.

Au début, vous allez peut-être sentir que votre vote sert peu, en votant pour nous, mais dites-vous que c'est un investissement à long terme. Vous ne gagnerez peut-être pas vos élections cette fois-ci, mais au moins vous ferez partie de ceux qui auront osé agir. Et, qui sait ?, si plusieurs font comme vous et surprennent les sondeurs, je serai heureuse d’être votre porte-parole pour défendre vos idées à l’Assemblée nationale, donner une visibilité au parti et construire pour que tous ensemble nous fassions bouger les choses.

Camille Dion-Garneau, candidate dans La Peltrie
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Intégrité douteuse de Pauline Marois

Concernant la candidature de monsieur Pierre-Karl Péladeau, madame Marois déclare: «Nous allons appliquer à la lettre les règles d'intégrité.» Comment lui faire confiance alors qu'elle n'a même pas appliqué sa propre loi sur les élections à date fixe? Elle n'a plus de crédibilité.

Ces vieux partis et notre argent : des dinosaures dépassés

Comme à chaque élection, les vieux promettent la lune. Philippe Couillard veut investir 3 milliards de dollars de notre argent, en infrastructures, pour créer des emplois (réf. 1). François Legault veut investir des milliards dans son projet Saint-Laurent (réf.2). Pauline Marois veut injecter 2 milliards pour créer des emplois (réf. 3) et Françoise David demande plus d'argent pour faire vivre les organismes communautaires (réf. 4).

Les vieux partis, vont-ils comprendre un jour que ce n'est pas le rôle de l'État de créer des emplois, mais bien de s'arranger pour faciliter la vie des entrepreneurs qui veulent en créer ? Moins le gouvernement mettra son nez dans la gestion, mieux ce sera. On le sait, demander au gouvernement de gérer de l'argent, c'est comme demander à quelqu'un de transporter du sable sec avec une passoire.

À Équipe autonomiste, nous proposons de simplifier la paperasse et la réglementation pour aider les entreprises à s'implanter plus vite, à réduire la taxe sur la masse salariale en finançant, cette baisse de revenus pour l'État, par la réduction des subventions. À notre avis, moins l'État manipulera notre argent, plus riche la société sera.

Stéphane Pouleur, candidat dans Jean-Talon
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Références :
1- http://actualites.sympatico.ca/nouvelles/politique/couillard-veut-faire-...
2- http://ici.radio-canada.ca/sujet/elections-quebec-2014/2014/03/10/004-ca...
3- http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/economie/2013/10/07/004-quebec-poli...
4- http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/03/07/elections-2014-francoise-davi...

Élections : Équipe autonomiste demande de respecter la loi sur la date fixe

Lettre envoyée par Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Monsieur le lieutenant-gouverneur,

Équipe autonomiste, au nom des citoyens du Québec, vu le coût prohibitif d'une élection, vous demande d'appliquer fermement la Loi sur l'Assemblée nationale (L.R.Q., c. A-23.1) et la Loi électorale (L.R.Q., c. E-3.3) telles que modifiées par la Loi modifiant la Loi électorale afin de prévoir des élections à date fixe (L.Q. 2013, c. 13), sanctionnée le 14 juin 2013 et entrée en vigueur cette même date selon l'article 10 de cette dernière loi. En effet, l'article 6 d'A-23.1 précise que «Chaque législature expire le 29 août de la quatrième année civile suivant celle qui comprend le jour du scrutin des dernières élections générales» et l'article 129 d'E-3.3 ajoute que «les élections générales ... suivent l'expiration d'une législature ... le premier lundi du mois d'octobre de la quatrième année civile suivant celle qui comprend le jour de la fin de la législature précédente». Bien sûr, ces articles spécifient que «Seul le lieutenant-gouverneur peut dissoudre l'Assemblée nationale avant l'expiration d'une législature» (A-23.1) et que «Le présent article n'a pas pour effet de porter atteinte au pouvoir du lieutenant-gouverneur de dissoudre l'Assemblée nationale avant l'expiration d'une législature» mais nous croyons qu'il est grand temps que vous rappeliez à l'ordre cette même Assemblée nationale dont plus spécifiquement le Parti québécois au pouvoir, qui a lui-même fait voter cette loi 13 dans le but disait-on de tenir des élections à date fixe le premier lundi d'octobre, aux quatre ans.

Équipe autonomiste, au nom des citoyens du Québec, vous demande donc, dans l'éventualité où ce Parti québécois vous requérait de déclencher des élections générales demain, de refuser et de solliciter, en vertu des lois qu'eux-mêmes ont fait modifier, les autres partis politiques de former un gouvernement de coalition jusqu'au 29 août 2016. Comptant sur votre professionnalisme et votre rigueur, nous vous adressons, monsieur le lieutenant-gouverneur, nos salutations sincères.

Oui au registre des pédophiles proposé par Ottawa

Les chartes canadienne et québécoise des droits de la personne prévoient que tous et chacun ont droit au respect de leur vie privée, de leur dignité et de leur réputation. Nous avons la chance, dans notre société, d’avoir des droits aussi bien définis et respectés, mais cette chance se retourne parfois contre nous, car au nom de ces chartes, certains cherchent à protéger des personnes qui peuvent être un danger pour les enfants. Nous nous devons de choisir, en tant que société, entre la protection de droits humains coûte que coûte ou la protection de victimes potentielles.

Équipe autonomiste a fait le choix de protéger les enfants et leur avenir en approuvant le projet de loi du gouvernement fédéral pour la création d’un registre public des pédophiles (réf. 1 et 2). Selon nous, la sécurité des enfants doit passer avant la qualité de vie des pédophiles. Ces personnes qui ont brisé la vie d’enfants doivent être conscientes qu’elles sont maintenant considérées comme dangereuses et doivent assumer leurs actes et les conséquences qui s'ensuivent.

Une peine de prison purgée ne garantit aucunement que le criminel ne récidive pas. La pédophilie n’est pas comme un meurtre qui peut être un acte spontané. La pédophilie vient d’un profond désir, difficile à contrôler, qui ne peut disparaître aussi facilement. Un registre des pédophiles serait plus utile qu’un registre des armes à feu pour la chasse et plus logique, car il contiendrait des informations sur des personnes reconnues dangereuses et non sur des objets appartenant à des personnes ayant déjà une autorisation officielle délivrée suite à une enquête de sécurité.

Où sont vos priorités? Pour nous, elles vont en faveur de la protection des enfants. C'est pourquoi Équipe autonomiste approuve et recommande la création d’un registre public des pédophiles mais en autant qu'il ne soit pas étalé «sur la place publique» où tous les «scèneux» et «potineurs» se feront une joie de salir les autres. Cette mentalité n'aide personne, elle fait même «déchéante» dans une société civilisée. Que le registre soit public mais consultable sur justification et que l'information puisée soit contrôlée. Le plus grand tort observé aux États-Unis, c'est que la population a fait souvent de ce registre public un outil de vengeance et de «salissage» éhontés et Équipe autonomiste espère que notre société est au-dessus de ces bassesses sociales.

Références
1- http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/2014/02/20140226-213635.html
2- http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/02/26/ottawa-veut-creer-base-donnee...

Camille Dion-Garneau, candidate éventuelle dans La Peltrie
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Réponse du ministre Bernard Drainville à Équipe autonomiste

Un des objectifs de la mission d’Équipe autonomiste est de renseigner la population pour que les citoyens soient plus autonomes à prendre des décisions par eux-mêmes (réf. 1).
Le 2 novembre 2013, Équipe autonomiste a démarré le Colloque des partis émergents.
Les partis présents ont identifié clairement le problème du manque de visibilité des partis émergents et ont décidé de répéter la formule du colloque.
Le 22 février 2014, a eu lieu un deuxième colloque.
À ce colloque, une solution a été proposée et votée par les six partis présents.
Le 24 février, un projet de loi, pour modifier la Loi électorale et y inclure une solution, a été envoyé aux 125 députés du Québec et au Directeur général des élections du Québec (DGE).
Le 27 février, le ministre Bernard Drainville a accusé réception du projet de loi et s'est engagé à le soumettre au DGE. Il a aussi félicité l’Équipe autonomiste pour la tenue de ce colloque.
Référence : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/mission

Non au PQ qui gaspille nos impôts dans le programme de maternage d'entreprises «Les gazelles»

La province est en déficit grave, mais le Parti québécois, qui ne sait pas où couper, trouve moyen d'inventer un programme d'accompagnement d'entreprises pour les aider à se développer. En effet, la ministre Élaine Zakaïb a lancé le programme des «gazelles» le 24 février 2014 (réf. 1). Des fonctionnaires sont donc payés, avec nos impôts et taxes, pour monter ce programme (protocole, formulaires, informatique, publicité, sélection, etc.)
Ensuite d'autres fonctionnaires, toujours payés par nous, s'occuperont de materner ces entreprises plusieurs années durant. Si le gouvernement veut vraiment aider les entreprises, qu'il diminue la paperasse, la réglementation excessive et les taxes de toutes sortes. Pour le reste, les dirigeants d'entreprises sont assez autonomes et intelligents pour s'arranger sans le gouvernement.

Quand on sait qu'il manque de main-d'oeuvre (réf. 2), ces fonctionnaires seraient beaucoup plus utiles à notre société s'ils consacraient leurs compétences et leurs efforts à travailler dans de vraies entreprises qui produisent des biens réels.

Ce n'est pas les fonctionnaires, le problème dans notre province, mais les gouvernements qui leur demandent de gagner leur vie à faire des choses inutiles ou nuisibles. La solution, pour changer cette situation, est de remplacer ces politiciens professionnels par des citoyens qui veulent faire de la politique pour le bien de la société actuelle et future et non pour leur profit personnel.

Stéphane Pouleur, comité politique, Équipe autonomiste
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Références :
1-http://www.fil-information.gouv.qc.ca/Pages/Article.aspx?aiguillage=ajd&...
2-http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201311/26...

Agissons maintenant pour une saine démocratie

Lors du deuxième Colloque des partis émergents (1), tenu à Montréal le 22 février 2014 (2), les six partis présents, Parti équitable du Québec, Parti Unité nationale, Équipe autonomiste, Parti marxiste-léniniste du Québec, Bloc Pot et Parti des sans parti, ont décidé de demander au Directeur général des élections du Québec d'informer les électeurs de l'existence de tous les partis autorisés, en leur envoyant un prospectus présentant tous les partis, lors d'une élection. Un projet de loi en ce sens a été expédié ce matin à tous les députés de l'Assemblée nationale afin qu'il soit adopté au nom de la démocratie. Équipe autonomiste sollicite tous les journalistes, tous les autres partis émergents ainsi que tous les citoyens à inciter les députés à procéder à l'adoption de ce projet dans les plus brefs délais. Vous trouverez facilement l'adresse de votre député. Sinon, les partis en place s'empresseront de museler la liberté d'expression et d'association en les étouffant sous le couvert et en rangeant aux oubliettes ce projet de loi.

À Équipe autonomiste, nous prônons la responsabilité individuelle et croyons à la liberté de choix. C'est pourquoi un des objectifs de notre mission est d'informer la population pour qu'elle soit plus autonome et puisse prendre des décisions éclairées. Nous croyons que le fait de savoir qu'il y a d'autres choix, que les partis habituels, pourrait intéresser la population à la politique et faire augmenter la participation aux élections. La découverte des autres partis pourrait même inciter des citoyens à s'impliquer en politique.

(1) Partis politiques provinciaux n'ayant pas de député à l'Assemblée nationale.

(2) Reportage et entrevues
Vidéo :
http://fr-ca.actualites.yahoo.com/video/les-partis-%C3%A9mergents-veulen...
Article :
http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201402/...

Encouragements en éducation : Encore tout pour les filles et rien pour les garçons

Monsieur Gérald Fillion,

Je me dois de réagir au nom du parti provincial Équipe autonomiste qui prône la véritable égalité entre les hommes et les femmes. En effet, votre reportage de vendredi «Les filles et les sciences, un duo électrisant» (1) donnait une image d'apitoiement vis-à-vis la gente féminine parce qu'elles sont moins nombreuses en technologie et en science. Vous vous êtes bien gardé de préciser que les femmes sont actuellement majoritaires dans les universités québécoises et canadiennes (2) où elles dominent principalement en lettres, en droit, en médecine, etc., et pourtant il n'y a pas, dans ces domaines, des activités qui encouragent les inscriptions masculines. Je comprends que madame Michèle Thibodeau-De Guire avait une promotion à faire, pour une activité de l'École polytechnique, mais notre parti trouve incorrect que vous embarquiez dans le discours féministe actuel qui veut victimiser les femmes pour qu'elles dominent dans tous les domaines au détriment de l'autre sexe. Il y a moins de femmes dans ces domaines tout simplement parce qu'elles s'y sentent moins attirées comme il y a moins d'hommes en secrétariat ou en nursing. La nature est ainsi faite. Auriez-vous la bonté de rétablir la réalité des faits? Confiant en votre éthique professionnelle qui veut que vous donniez l'information la plus juste à votre auditoire, je me signe en vous en remerciant à l'avance.

(1) http://ici.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7020346#
(2) http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/graphiques/1169.html

Les membres d'Équipe autonomiste en faveur du péage sur les nouveaux ponts

Équipe autonomiste s'est penchée sur la question des péages pour financer le nouveau pont Champlain, à Montréal. À noter qu'il y avait un péage sur le pont Jacques-Cartier jusqu'en 1962 (réf. 1) et sur le pont Champlain jusqu'en 1990 (réf. 2). En novembre dernier, Équipe autonomiste a demandé l'avis de ses membres puisque dans le comité d'organisation du parti, il y avait autant de pour que de contre et des commentaires du genre: «Nous sommes déjà taxés, que les usagers payent, etc.». Ci-joint, le résultat du sondage et les arguments des répondants.
Références :
1- http://grandquebec.com/montreal-histoire/histoire-pont-cartier
2-http://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_Champlain_(Montr%C3%A9al)

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste

Résultat du sondage concernant le péage sur les ponts :
La majorité des membres qui ont répondu est pour le péage.

Arguments pour :

-Utilisateur/payeur.

-Je suis pour l'utilisateur/payeur et je rage de devoir payer ce frais-là alors que je n'utilise pas ce service.

-Que ceux qui l'utilisent paient plus.

-Je paierai pour emprunter les ponts sur lesquels je passe.

-Je suis d'avis que les utilisateurs paient un droit de passage pour financer le nouveau pont Champlain et aussi pour son entretien.

-Nous avons toujours tendance à construire de nouvelles infrastructures, au Québec, en oubliant que nous devrons les entretenir afin qu'elles durent!

-Je suis pour un péage sur les nouveaux ponts.

-Un péage peut être envisagé pour une nouvelle route ou un nouveau pont lorsqu'il y a une route ou un pont alternatif.

-Comme pour les anciens ponts, le péage doit être en place pour un temps déterminé. Et TOUS les utilisateurs devraient payer y compris les cyclistes, piétons, etc.

-La hauteur du tarif doit être celle d'une participation aux frais et non une source de profits.

-En Ontario, il y a aussi une différence de tarifs pour les Ontariens (plaque d'immatriculation de l'Ontario) et les non-Ontariens dans les endroits sujets à tarification.

-Les non-Ontariens paient plus cher que les Ontariens, comme il se doit, sur les routes de l'Ontario.

-C'est une bonne idée, mais j’enlèverais le frais de transport en commun sur nos plaques.

Arguments contre :

-Si on ouvre la porte à ce genre de péage, cela va inciter pour d'autres péages sur d'autres infrastructures.

-Le gouvernement doit mieux gérer les dépenses publiques et financer ce qui est important, dont les routes et les ponts. Il doit couper les dépenses moins utiles et diminuer la lourdeur administrative du système gouvernemental (et pourtant, je travaille au gouvernement!!! mais il faut repenser le système dans certains secteurs, dont celui du système de santé).

-Le fait de retourner en arrière, en faisant débourser de nouveau les utilisateurs du pont en question, n`est pas recevable, parce cela s`ajoute à d`autre taxes de toutes sortes, en pénalisant et en appauvrissant davantage les utilisateurs du pont qui n`ont pas choisi nécessairement d'emprunter ce pont afin de remplir certaines obligations auxquelles ils doivent se plier, soit de travail, d`études, de santé, etc. Je suggérerais, plutôt, d`ajouter une cotisation additionnelle à payer, soit sur le permis de conduire ou l`enregistrement de véhicule de tous les détenteurs de permis de conduire, en autant que l`augmentation soit modérée et égale pour tous les détenteurs de véhicules. Les véhicules tout-terrains et les motoneiges, à l`exception des motos, devraient payer eux aussi cette cotisation additionnelle.

Fractionnement du revenu : Encore un privilège pour les fonctionnaires

Les membres d’un Régime de pension agréé (RPA) peuvent fractionner leurs rentes de retraite du RPA, avec leur conjoint, avant 65 ans alors que le rentier d’un FERR doit attendre 65 ans avant de fractionner. «Dans le cadre du choix conjoint visant le fractionnement du revenu de pension, le pensionné est le particulier qui reçoit un revenu de pension admissible et qui fait le choix d'attribuer une partie de ce revenu à son époux ou conjoint de fait (le cessionnaire).» (1).

Le Centre québécois de formation en fiscalité (CQFF) a tiré à boulets rouges sur les fonctionnaires du ministère des Finances du Canada qui refusent toujours et encore de modifier la règle du 65 ans pour les détenteurs de FERR ce qui les désavantage fortement face aux membres de RPA auxquels participent très majoritairement les employés de la fonction publique. Pour eux, il n’existe aucun test d’âge et plusieurs continuent à travailler ailleurs après avoir quitté leur emploi de fonctionnaire tout en fractionnant leurs revenus de retraite bien avant 65 ans. Plusieurs parlent d’une importante iniquité fiscale, cadeau offert par le gouvernement fédéral ainsi que par l’ensemble des provinces canadiennes aux «pensionnés de moins de 65 ans» de RPA.

Procurer un tel avantage à certains contribuables au détriment d’autres constitue donc un privilège non négligeable, d’autant plus que nous avons pu constater dans la vraie vie plusieurs exemples de membres de RPA, âgés de moins de 65 ans, où les économies fiscales annuelles découlant du fractionnement avec le conjoint atteignaient plusieurs milliers de dollars. Le coût annuel pour les autres contribuables de ce privilège injustifiable accordé se situerait désormais aux environs de 600 millions $ dont 63 millions au Québec (2).

Les fonctionnaires du ministère des Finances du Canada ont les deux pieds dans la malhonnêteté intellectuelle dans ce dossier et font preuve d’aveuglement volontaire, en favorisant indûment les bénéficiaires d’un RPA qui sont issus en grande majorité de la fonction publique. C’est pourquoi le CQFF a, tranquillement mais sûrement, cessé de parler d’iniquité et d’injustice pour plutôt parler de «malhonnêteté intellectuelle», «d’aveuglement volontaire» et de «vol des autres contribuables» de la part des fonctionnaires du ministère des Finances du Canada qui sont bien au courant du problème.

Les autorités fiscales fédérales ont déjà indiqué à quelques reprises qu’elles n’avaient pas l’intention de modifier la Loi sur l’impôt du revenu de façon à permettre le fractionnement des revenus de pension avant l’âge de 65 ans pour tous.

Il faut décrier l’iniquité. Le régime fiscal est censé faire preuve d’une équité à tout le moins irréprochable entre deux contribuables dans des situations similaires et qu’il n’est pas censé exister deux «sortes de contribuables». Le ministère des Finances fédéral est-il prêt à envisager de relever à 65 ans l’âge d’un particulier désirant fractionner sa rente d’un RPA avec son conjoint de façon à ce que tous soient assujettis aux mêmes règles en termes d’équité fiscale? Ce qui équivaudrait à une hausse d’impôt pour ces derniers.

Ou, le ministère des Finances du Canada, est-il prêt à étendre aux prestataires de rentes viagères la règle des 65 ans, pour les rentes d’un REER et les revenus de FERR et de FRV?

Cette question étant de juridiction fédérale, un gouvernement d'Équipe autonomiste demanderait au gouvernement fédéral de corriger la situation, préférablement en étendant la mesure à l'ensemble des citoyens, en essayant de faire front commun avec les autres provinces.
(1) http://www.cra-arc.gc.ca/tx/ndvdls/tpcs/pnsn-splt/menu-fra.html
(2) www.cqff.com/liens/injustice.pdf

Le faux bénévolat de Léo Bureau-Blouin

Lors de la préparation de cette capsule sur le livre blanc de monsieur Léo Bureau-Blouin, un membre d'Équipe autonomiste a retenu que ce député propose un soutien financier pour faire du bénévolat à l'extérieur de la région où le jeune habite. Bien sûr, tout le monde sait que, du bénévolat, c'est gratuit et volontaire, et le soutien financier de l'État semble s'y limiter à un support permettant à ce jeune de vivoter en se rendant dans ladite région. Naturellement, cette expérience permettra au jeune de vivre une aventure et d'avoir quelque chose à inscrire dans son curriculum vitae pour pouvoir se vendre par la suite à un employeur, mais le bénéfice semble bien mince. Ne serait-il pas préférable que ce jeune soit stimulé dans sa région et utilise ce temps pour se trouver du travail, sans tomber sur le bras de l'État? Car, à son retour, dans sa région, le jeune ne sera pas bien plus avancé dans sa carrière. Et, à ce compte-là, il y aurait aussi lieu d'appliquer le principe Bureau-Blouin à ceux de l'aide sociale en santé qui pourraient être obligés de faire des heures non payées pour contribuer à la société et la dédommager pour les sommes reçues. Honnêtement, je ne crois pas que, si le gouvernement offre un léger soutien financier, les jeunes vont se bousculer vers ce bénévolat qu'ils peuvent déjà faire dans leur région si le coeur leur en dit ... et c'est gratuit! Sinon, si le gouvernement se met dans la tête de les salarier en plus, ils deviendront de la main-d'oeuvre à bon marché que les employeurs vont s'arracher pour économiser, boudant les «pseudo-bénévoles» de leur région.

Aidons la famille Picotte à se défendre contre Revenu Québec

Équipe autonomiste ne peut que se porter à la défense de la famille Picotte (1). En effet, cette famille est une nouvelle victime de Revenu Québec. Équipe autonomiste déplore qu'aux yeux de cet organisme le contribuable soit toujours considéré coupable, en partant, alors que le principe de base de notre droit est d'être présumé innocent. De plus, les Picotte ont gagné contre l'organisme devant la Cour du Québec. Ce n'est pas normal qu'un organisme lié à l'État soit une source d'agressivité pure pour les citoyens. Après tout, n'est-ce pas un service public? Pour leur cause, Équipe autonomiste vous encourage à contribuer ... pour faire changer les choses!

(1) http://www.cqff.com/avis_important/2014_01_14_dossier_picotte.pdf

L'Isle-Verte et le manque de respect envers nos aînés

Une des choses qui me dérange beaucoup, dans ce malheur de L'Isle-Verte, se perçoit dans le témoignage du gardien de nuit et préposé aux bénéficiaires de la Résidence du Havre (1), en ce fatidique janvier 2014. Je vous le cite: «il a empêché un résident de sortir à l'extérieur pour fumer une cigarette ... les résidents ne sont pas autorisés à sortir après 23 h». Voyez-vous, nous revendiquons nos droits, à hue et à dia, nous invoquons rapidement la Charte des droits et libertés de la personne et, pourtant, nous sommes les premiers à brimer ces droits aux aînés et encore plus quand ils entrent en résidence. Comme disait ma mère: «En vieillissant, nous perdons alors notre liberté et notre intimité.» Équipe autonomiste lutte pour les droits de tous dont ceux des aînés pour lesquels nous avons la valeur, numéro 2: l'égalité entre les générations, assurer un avenir décent à nos descendants et à nos aînés. Êtes-vous prêts à ce que grand-père traverse la rue pour aller prendre une «brosse» à la brasserie du coin, pire à ce qu'il puisse la prendre chez-lui dans sa chambre, en résidence? ou si la résidence devient une prison où on ne peut même pas fumer dans cette chambre qui est notre logement officiel et que nous payons parfois à gros prix?
(1) http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/faitsdivers/archives/2014/01/20140124-1...

Aider les plus démunis, mais sans déresponsabiliser

Je vous cite David Desjardins dans l'éditorial du journal Voir du 2 février 2012: «Pour la droite, quand l'État ponctionne notre salaire pour le redistribuer en services universels, c'est une forme de contrôle qui nous retire certaines libertés individuelles, ce qui entraîne une déresponsabilisation généralisée qui force le gouvernement à nous materner toujours un peu plus, au détriment de ceux qui se prennent en main.» Pour bien vous faire comprendre ce qui distingue Équipe autonomiste de la droite, c'est qu'Équipe autonomiste épouse cette philosophie mais reste consciente que «nous ne sommes pas tous égaux devant les aléas de la vie. Ni tous libres.» et que, à ce niveau, Équipe autonomiste désire compenser en donnant les outils pour aider les plus démunis. Équipe autonomiste se veut un aidant naturel sans déresponsabiliser chacun.

Joyeux Noël et réflexion du temps des Fêtes

Équipe autonomiste souhaite tous ses voeux traditionnels des Fêtes mais, plus, elle désire que chaque personne prenne conscience du potentiel d'autonomie qu'elle possède. Que 2014 serve à la découverte de ces capacités pour faire avancer les choses et améliorer continuellement notre monde! Pour un engagement collectif!

Quoi faire avec Postes Canada ?

J’ai écouté avec attention, hier, madame Anick Lozier, porte-parole pour Postes Canada. Je confie maintenant différentes questions à nos médias. Postes Canada désirent couper nos facteurs urbains.

J’aimerais connaître le taux d’encadrement chez Postes Canada alors que l’organigramme devrait être passablement simple, le service de base se résumant à prendre des lettres et des colis déposés par des gens, dans un point A, pour les livrer à des points B, C, D; tout le reste ne relevant pas du rôle essentiel de Postes Canada.

J’aimerais connaître le salaire de son président-directeur général, de ses cadres et des facteurs. Est-ce vrai que certains ont droit, en plus, à des primes?

Je comprends aussi l’idée de faire de beaux timbres pour les collectionneurs mais pourquoi s’offrir tout un comité de sélection, des concepteurs graphiques, des illustrateurs, des photographes, des visualistes, pour répondre à un besoin primaire celui d’apposer un collant pour prouver un paiement. Ça coûte combien produire un timbre actuellement? surtout quand on parle de technique holographique, d’autocollants, de formes élaborées, de brillants de Noël?

Savez-vous que le surplus de ces merveilleuses vignettes, qui nous coûtent somme toute assez chères, est jeté purement et simplement au bout d’un an de leurs émissions plutôt que vendu jusqu’à épuisement des stocks?

Savez-vous qu’il y a tout un service de nouveautés philatéliques à Antigonish qui demande encore un bon montant aux contribuables et qui se permet même d’expédier ses ventes à l’unité dans des emballages assez élaborés?

Savez-vous le prix d’une boîte collective installée au bout d’une rue? Avez-vous pensé au nombre de boîtes urbaines qui seront nécessaires, tout d’un coup? Imaginez, un édifice comme le mien qui nécessitera à lui seul 144 cases déjà existantes dans notre hall.

Avez-vous remarquez les publicités payées par Postes Canada, dans nos médias, aux heures de grande écoute ou dans les publications importantes? la modification régulière de la présentation de leurs camions? des boîtes aux lettres recouvertes de logos mode?

Madame Lozier parle des ventes par Internet mais a-t-elle pensé que ce sont surtout les jeunes, habitués à l’informatique, qui s’en servent, que ce sont eux qui ont l’énergie pour aller quérir leurs paquets au comptoir postal, et non les aînés qui seront maintenant pénalisés parce qu’ils utilisent encore les méthodes classiques de paiement par la poste, parce qu’ils font leurs achats de façons conventionnelles?

Après avoir répondu à toutes ces questions, peut-être mettrez-vous en doute, comme moi, la bonne gestion de Postes Canada???

Merci aux électeurs de Viau et d'Outremont

Sincèrement, merci aux électeurs qui ont pris la peine d'aller voter pour Équipe autonomiste aux élections d'hier. C'est la première fois qu'Équipe autonomiste avait des candidats dans ces deux circonscriptions et nous aimerions bien en avoir de nouveau lors des prochaines élections. L'idéal serait d'avoir des candidats habitant actuellement ces circonscriptions. Ainsi, ils pourraient encore mieux défendre à la fois les intérêts locaux et ceux du parti. Si quelqu’un, parmi vous, est intéressé à participer davantage au projet d'Équipe autonomiste, nous vous invitons à communiquer avec nous (message privé Facebook, courriel du parti sur le site Web, etc.)

Guy Boivin, chef d’Équipe autonomiste et candidat d’Outremont
Stéphan Pouleur, candidat de Viau

Pont Champlain ; cesser de parler et agir

Pendant qu'Ottawa, Québec et Montréal (1) s'obstinent sur l'avenir du pont Champlain à Montréal, Équipe autonomiste se questionne s'il ne serait pas plus sage d'entreprendre tout de suite des travaux, comme il fut fait jadis au pont Victoria, en construisant deux voies latérales puis en reconstruisant ensuite les voies centrales, au fur et à mesure, ainsi le pont ne serait jamais complètement fermé à la circulation et finirait par être entièrement refait?

(1) http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201101/12/01-4359601-vers-un-...

Le déficit budgétaire et les complices du ministre des Finances

Le ministre des Finances et de l'Économie du Québec a présenté, hier, la mise à jour économique et financière de son budget (1). On y parle du contrôle des dépenses et que des mesures auraient été néfastes pour la croissance économique. De plus, à différentes émissions télévisées (RDI Économie, 24/60, téléjournaux, etc.), on laissait supposer que le gouvernement ne pouvait plus se permettre de coupures, qu'on était rendu aux fonds de tiroirs. N'y a-t-il qu'Équipe autonomiste qui voit tout le gaspillage éhonté du gouvernement? Comment se fait-il qu'un organisme comme la Régie des installations olympiques existe encore? Que le ratio d'encadrement des Finances soit de 2 employés par cadre? Qu'on ne mette pas la hache dans les Agences de santé? Qu'on paye Télé-Québec qui ne produit plus rien? Que Services Québec n'aboutisse pas avec la centralisation des services publics? Que les dossiers de patients ne soient toujours pas informatisés après des millions de dépenses informatiques? Qu'on crée encore des sociétés d'État (régie ou autres)? Etc., etc. etc. De plus, un rapport propose de faire passer le salaire des députés de 88 000 $ à 136 000 $ par année et l'Assemblée nationale se pourlèche déjà.

Quand les médias se décideront-ils à donner la parole à Équipe autonomiste plutôt que de se faire complices de ces faux prêcheurs! Il y a tout un ménage à faire dans le gouvernement et Équipe autonomiste est fier de le prioriser dans son programme.

(1) http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/communiques/GPQF/Novembre2013/28/c5...

Élections partielles 2013 : Appel aux citoyens pour lutter contre la corruption et soigner la démocratie

Le 9 décembre prochain aura lieu des élections partielles dans Outremont et dans Viau. Comme c'est le cas à chaque partielle, pratiquement dans l'indifférence totale, deux nouveaux députés seront élus par un très petit nombre d'électeurs qui exerceront leur droit de vote. Ensuite la population se plaindra que la politique, c'est de la pourriture, que n'importe qui est élu, que les députés se graissent la patte à nos frais puis partent avec de grosses primes de départ, etc. C'est peut-être vrai, dans certains cas, mais cela est aussi possible parce que les citoyens, par leur indifférence, sont complices de ce phénomène. En effet, si seulement les partis, qui ont les moyens de se payer beaucoup de publicité, peuvent se faire entendre, cela incitera les partis, qui veulent absolument gagner, à se trouver beaucoup d'argent, peu importe la méthode.
Nous, à Équipe autonomiste, nous croyons qu'il est possible de corriger ce problème et nous avons décidé de travailler en ce sens. Mais seuls, nous n'y arriverons pas. Nous ne voulons pas avoir de dettes et nous ne voulons pas embarquer dans la corruption pour nous financer. Ces deux exigences nous empêchent d'avoir du budget pour nous payer de la visibilité qui permettrait de faire connaître le parti et nos candidats.

Solution :

Comme il y a peu de participation aux élections, c'est une occasion idéale pour agir. Que tous les citoyens, qui appuient Équipe autonomiste et leurs candidats, fassent la promotion des candidats d'Équipe autonomiste et de leurs idées.

Ainsi, nous invitons la population à insister auprès des médias (journaux, télévision, radio, etc.) pour qu'ils parlent d'Équipe autonomiste et de son projet pour améliorer la situation du Québec.

C'est le temps de montrer aux vieux partis que vous en avez assez qu'ils se moquent de vous.

Des thèmes que nous avons choisis pour cette élection (pour plus d'information : www.equipeautonomiste.ca).

- Famille :
Implanter une politique pour protéger les enfants, leurs père et mère contre les aberrations du système judiciaire lors d'une séparation et lutter contre l'aliénation parentale.

- Économie :
Réduire les dépenses de l'État par ces approches :
- Ne pas créer de registre québécois des armes de chasse (économie de 5 à 40 millions $)
- Abolir le crédit d'impôt pour cotisations syndicales (économie de 200 millions $ / an)
- Cesser le programme des éoliennes (économie de 800 millions $ / an)
Stimuler l'économie par la promotion du Plan Phoque.

- Société :
Protéger nos valeurs occidentales en refusant les demandes déraisonnables, peu importe la raison.

Critiquer, c'est bien... agir, c'est mieux.

Guy Boivin, chef et candidat dans Outremont
Stéphane Pouleur, candidat dans Viau

Coordonnées :
Équipe autonomiste
110-1055, avenue Belvédère
Québec (Québec) G1S 3G4
Tél. : 581-701-1410
Site Web : www.equipeautonomiste.ca
Facebook : Facebook.com/groups/equipeautonomiste
Twitter : https://twitter.com/Autonomistes

Embargo sur la chasse aux phoques ; Équipe autonomiste approuve Ottawa d'aller en appel

Équipe autonomiste ne peut qu'approuver la volonté du gouvernement canadien de porter en appel la décision de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) (1). En effet, notre parti s'est déjà prononcé en faveur de la chasse aux phoques, sans cruauté et bien réglementée. Notre équipe se demandait même pourquoi nous n'appliquions pas la même recette, à l'encontre de produits européens, puisque leur politique viole les règles qui régissent le commerce international sous prétexte de ménager l'opinion publique de leurs «ouailles»?

(1) http://www.lapresse.ca/actualites/national/201311/25/01-4714326-phoque-l...

La trop grande place du féminisme extrémiste au Québec

Avant-hier, à l'émission 24 heures en 60 minutes, on avait invité deux représentantes d'un nouveau groupe féministe, Pour le droit des femmes du Québec, afin de réagir aux propos de madame Fatima Houda Pépin. Je me suis alors demandé comment un groupe féministe naissant, parmi les nombreux mouvements féministes déjà existants et dont plusieurs sont subventionnés, voire établis par l'État, pouvait accéder à un programme d'aussi grande écoute et aussi notoire que 24/60 alors que des partis politiques émergents, comme Équipe autonomiste, font des pieds et des mains pour réussir un tant soit peu à attirer la moindre des attentions.

Puis à l'écoute de tous les propos liés principalement à la charte de la laïcité et à l'accent mis continuellement sur le manque de femmes ici, l'équivalence de salaire là, etc., je me suis questionné sur notre société. Serait-elle à ce point matriarcale qu'elle en soit venue à épouser, sans discernement, les vues extrémistes de ces groupes?

Équipe autonomiste est consciente du passé féminin québécois et prône l'égalité hommes-femmes, dans les deux sens, contrairement à cette tangente que semble vouloir prendre ces mouvements qui tendent maintenant à se faire amazones et à chercher, non pas l'égalité dans les deux sexes mais la domination du leur, par vengeance sur le passé, obligeant même les femmes, qui n'adhèrent pas au modèle forgé, à entrer dans le rang. Même en féminisme, le fanatisme guette, ne nous faisons pas complice d'excès. Avec Équipe autonomiste, c'est l'égalité dans les deux sens, un point, c'est tout.

Même aux élections partielles chaque vote est important

Dans une indifférence presque indécente, les élections partielles du 9 décembre 2013 ne marqueront certainement pas les pages d’histoire des cahiers de nos enfants, si elles se continuent à ce rythme. Elles ne feront pas, non plus, les manchettes très longtemps, ne serait-ce que pour annoncer la fin de la campagne et en déclarer les vainqueurs que tous n’imaginent encore qu’en deux ou trois couleurs. Chez Équipe autonomiste, nous avons un souhait, le souhait que les Québécois s’éveillent et sortent enfin de leur cauchemar, leur «Jour de la marmotte» et de l’éternel recommencement bicolore. Nous souhaitons que les Québécois cessent enfin de s’imaginer qu’ils ont «gagné» leur élection juste parce qu’ils ont voté de la bonne couleur. Et si la couleur du Québec prenait enfin celle de son peuple?
Les actuelles élections partielles ne seront peut-être pas déterminantes pour l’avenir de la province. Par contre, votre vote est important pour VOUS. Choisissez votre couleur, choisissez votre parti en visitant le site du Directeur général des élections du Québec. Informez-vous sur chacun des partis et leur programme. À court terme, il est fort probable que l’impact de votre vote ne vous soit pas visible. Par contre, la pièce que vous mettrez en place déteindra dans votre milieu, engendrera un mouvement et formera ensuite, avec celles des autres Québécois, une formidable mosaïque.
Équipe autonomiste croit que chacun de nous est en mesure de prendre ses choix personnels. C’est ce qui anime notre parti. C’est ce que nous souhaitons pour le Québec.

Dans Outremont le 9 décembre 2013, c'est Guy Boivin, chef et candidat Équipe autonomiste

Guy Boivin est originaire de la région du Richelieu-Yamaska, vers la baie Missisquoi, au lac Champlain. Il a grandi dans la région maskoutaine, dans cette ville francophone et culturelle qu'est Saint-Hyacinthe, banlieue lointaine de Montréal d'où il est diplômé en techniques juridiques.

Les vicissitudes du marché du travail l'ont amené à travailler, toujours en droit et en bibliothèque, à Saint-Jean-sur-Richelieu, Montréal, Verdun, Baie-Comeau, Saint-Hyacinthe, Lac-Mégantic, Longueuil, Québec, au cours duquel cheminement il a obtenu un diplôme en art puis un diplôme universitaire de premier cycle en gestion de bureau, secteur de l'administration.

Plusieurs années passées dans la fonction publique provinciale, il fut aussi représentant des fonctionnaires non syndiqués au Comité ministériel sur l'organisation du travail du ministère des Finances et administrateur au Conseil de quartier de Montcalm à Québec.

Recherchiste invétéré et généalogiste à l'occasion, il a publié différents ouvrages dont les romans La bonbonnière (2007) et Le temps figé (2012) en collaboration avec le grand écrivain québécois, d'origine allemande, Hans-Jürgen Greif. Par esprit débonnaire, il a abouti en politique. Personne méthodique, minutieuse, responsable et engagée.

Photo : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/boivin_guy
Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=bkNSyzvRQEc&feature=youtu.be
Mission : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/mission
Valeurs du parti : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/244
Communiqués : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/305
Programme : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/book/export/html/43

Dans Viau le 9 décembre 2013; c'est Stéphane Pouleur, candidat Équipe autonomiste

Stéphane Pouleur est agronome et chercheur scientifique dans le domaine des maladies des plantes. Il est originaire de Lavaltrie en banlieue de Montréal et habite à Sainte-Foy depuis 24 ans. Il s’implique dans sa communauté de différentes façons. Depuis plus de 8 ans, il est solliciteur dans son quartier pour la Fondation des maladies du Cœur. En 2008, à titre personnel, il a entrepris des actions qui ont mené à l’arrêt du « déversement » de matériaux de remblayage dans le boisé de l’Université Laval, qui mettait en danger la vie des arbres.

Il a décidé de s’impliquer activement en politique en février 2011 dans l’exécutif de l’ADQ dans Jean-Talon. Sa motivation première était d’influencer ce parti pour qu’il se préoccupe de la condition masculine au Québec qui est en mauvais état. Monsieur Pouleur avait découvert qu’une loi créée pour faire cesser la discrimination en emploi, est en réalité discriminatoire contre les hommes. Lorsque la CAQ a pris le contrôle de l’ADQ, il fonde Équipe Autonomiste avec d’autres citoyens de Québec qui voulaient avoir un parti à leur goût et redresser la situation au Québec. Monsieur Pouleur travaille à développer le parti ÉA et s’occupe du comité politique. L’égalité homme-femme dans les deux sens est son principal cheval de bataille, mais il est aussi très préoccupé par la dette excessive du Québec et par les excès d’interventions du gouvernement dans la vie des citoyens.

Photo : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/25
Mission : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/mission
Valeurs du parti : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/244
Communiqués : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/305
Programme : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/book/export/html/43

Célébrons la Journée internationale de l'homme en ce 19 novembre 2013

Équipe autonomiste encourage toute la population à célébrer cette journée consacrée aux hommes (ref. 1).
De plus, pour ceux qui ne savent pas encore pourquoi une des valeurs fondamentales d'Équipe autonomiste est "l'Égalité homme-femme dans les DEUX SENS", nous vous invitons à participer à la journée de conférences sur la condition des hommes qui aura lieu le 24 novembre prochain à Québec (réf. 2). La porte-parole de cette journée est Madame Lise Bilodeau, fondatrice et présidente de L'Action des nouvelles conjointes et nouveaux conjoints du Québec (ANCQ) (réf. 3).
Veuillez aussi transmettre l'information car cette journée demeure peu connue même si elle existe depuis 1999.
Références :
1- http://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_internationale_de_l%27homme
2- https://www.facebook.com/events/275624959228873/?ref_dashboard_filter=up...
3- http://www.ancq.qc.ca/

Stéphan Pouleur, candidat dans Viau

Un «Plan Phoque» pour stimuler l'économie

Le «PLAN PHOQUE» d'Équipe autonomiste vise à promouvoir la chasse aux phoques et la consommation des produits du phoque pour créer des emplois dans l'Est du Québec, en valorisant une ressource renouvelable et sans danger pour l'environnement.

Les populations de phoques sont en hausse continue et atteignent des sommets à chaque année (réf. 1). Une baisse de la population de phoques pourrait permettre aux stocks de morues de remonter. Il y a de nombreux débouchés pour les produits du phoque, y compris pour la viande qui contient des Omega-3, mais l'Union européenne évoque l'immoralité de tuer des phoques pour boycotter les produits de cette industrie (réf. 2). Cette idéologie extrémiste, de surprotection des phoques, a même conduit des gens à menacer de mort un restaurateur de Kamouraska, parce qu'il sert de la viande de phoque, à son menu (réf. 3).

Équipe autonomiste dénonce cette vision et ce comportement, car les phoques sont des animaux au même titre que les autres et constituent une ressource naturelle à valoriser. La mise en place du «Plan Phoque» ne nécessiterait pas de dépenses de la part des gouvernements. Il s'agirait simplement que les députés, lors de leurs interventions publiques, valorisent cette industrie ou encouragent la population à la consommation de viande de phoque et à l'achat des produits du phoque. Les gouvernements provinciaux et fédéral devraient aussi s'entendre pour exiger de l'Union européenne qu'elle abandonne le boycottage des produits du phoque, menaçant d’appliquer cette même attitude à un produit cher à l’union.

Ce communiqué constitue le lancement officiel du «PLAN PHOQUE» d’Équipe autonomiste qui fait la promotion de cette industrie dès maintenant. Et, en plus, sans utiliser l'argent des contribuables.

Références :
1- http://www.dfo-mpo.gc.ca/fm-gp/seal-phoque/facts-faits/facts-faitsb-fra.htm
2- http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/201311/14/01-4...
3- http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/2013...

Critiquer, c'est bien... agir, c'est mieux!

Constat d'une démocratie malade

Nous avons passé de porte en porte samedi dernier (le 9 novembre) pour nous présenter dans Outremont, ensuite Viau, et les membres d'Équipe autonomiste tenaient à ce que je fasse une capsule dénonçant principalement deux attitudes. La première: des gens refusaient de signer pour que nous puissions nous inscrire, répliquant que, n'étant pas de leur parti, ils ne voulaient même pas que nous puissions nous présenter et que, si leur parti était unique, ça les satisferait. Nous étions obligés de leur rappeler que, dans ce régime totalitaire, ce ne serait peut-être pas leur parti qui serait là. La deuxième, qui nous dérange le plus: plusieurs personnes se font maintenant un point d'honneur de nous dire haut et fort qu'ils ne vont plus jamais voter, d'autres ont dénoncé le Parti québécois et la Coalition Avenir Québec de ne présenter aucun candidat dans Outremont, concluant que s'ils avaient été leur choix, ils ne seraient donc pas aller voter. Le système politique est parfois son propre bourreau!

Désistement du PQ et de la CAQ dans Outremont : une atteinte à la démocratie

En ne présentant pas de candidats contre monsieur Couillard, aux élections partielles du 9 décembre prochain, dans Outremont (réf. 1), le Parti québécois (PQ) et la Coalition Avenir Québec (CAQ) prouvent une fois de plus qu'ils sont vraiment de la philosophie des vieux partis n'ayant aucune considération pour les citoyens. Ce pacte de non-agression ne sert que leur intérêt corporatiste et constitue un acte antidémocratique qui prive les électeurs de pouvoir exprimer leur volonté en votant pour le parti de leur choix. Ainsi, ceux qui ne veulent pas de Philippe Couillard n’auraient que Québec solidaire ou rester chez eux. Dire que ces politiciens se plaignent du faible taux de participation aux élections et du désintérêt de la population pour la politique. Pourtant, il n'y a pas si longtemps, ces mêmes 125 élus ont voté fièrement, à l'unanimité, pour que des bureaux de scrutin soient installés dans les cégeps et les universités justement pour faire augmenter le taux de participation (réf. 2). C'est à se demander s'ils ont de la suite dans les idées.

Équipe autonomiste ne laissera pas la démocratie se faire détruire par ces partis et présentera un candidat dans Outremont. Ainsi les électeurs auront un vrai choix diversifié et auront la chance de montrer aux «vieux partis» qu'il y a des limites à se moquer de la population.
Références
1- http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/11/06/002-outremont-...
2- http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/04/23/etudiants-vote-cegeps-univers...

Critiquer, c'est bien... agir, c'est mieux !

Recul des hommes en politique causé par l'égalité hommes-femmes à sens unique ?

Suite aux élections, le conseil municipal de l'arrondissement d'Outremont est maintenant composé à 100 % de femmes (donc 0 % d'homme) (réf. 1). Bien que ce soit une première dans cet arrondissement, il ne faut pas être surpris puisque déjà au Canada, près de 90 % de la population est gouvernée par des femmes (réf. 2). Équipe autonomiste ne doute pas de la compétence de ces élues car, pour elle, c'est un fait que la compétence n'est pas une question de sexe. Aussi, il est connu que des équipes de travail mixtes sont souvent plus performantes étant donné la complémentarité des visions et des tempéraments des hommes et des femmes. Il faut désormais empêcher que la société ne se retrouve avec un sérieux déséquilibre causé par un manque d'hommes. Bien entendu, personne ni aucun média n'oseront mentionner qu'il faudrait inciter aussi les hommes à aller en politique municipale ou autre. Équipe autonomiste propose d'inciter tout le monde à participer plutôt que d'encourager uniquement les femmes comme c'est le cas actuellement (réf. 3), après tout, les contribuables sont autant des hommes que des femmes, surtout quand on pense à des outils produits grâce à la contribution financière du programme «À égalité pour décider» du Secrétariat à la Condition féminine du gouvernement du Québec. L’égalité homme-femme serait-elle une valeur à sens unique autant au Québec qu'au Canada ?
Équipe autonomiste est le SEUL parti politique provincial qui considère que l'égalité homme-femme doit être dans les deux sens et en a fait une de ses valeurs fondamentales.

1- http://www.journaloutremont.com/nouvelles/100-elections-municipales-2013...
2- http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/01/28/neuf-canadiens-sur-10-kathlee...
3- http://www.reseautablesfemmes.qc.ca/documents/Communique_Rseau_Lancement...

Bilan positif du premier colloque des partis émergents du Québec

C'est dans une ambiance de respect et de curiosité que six partis politiques provinciaux très différents se sont réunis pour présenter leurs projets et leurs idées pour améliorer la situation au Québec. Cette rencontre a été très enrichissante pour les participants qui ont découvert des idées nouvelles et des citoyens qui partagent le même désir d'être des acteurs de la politique provinciale. La journée a passé très vite et, avant la clôture de l'activité, les partis se sont entendus sur la déclaration suivante :

«Monsieur Gilles Noël, Parti Unité nationale
Monsieur Yvan Rodrigue, Parti équitable du Québec
Monsieur Guy Boivin, Équipe autonomiste
Monsieur Pierre Chénier, Parti marxiste-léniniste du Québec
Monsieur Frank Malenfant, Parti des sans-parti
Monsieur Hugô St-Onge, Bloc Pot

Six partis étaient présents, le 2 novembre 2013, à Québec, sur une possibilité de quinze partis, pour le premier colloque des partis émergents du Québec. Nous avons convenu de répéter l’événement le 22 février 2014, à Montréal. Nous sommes tous d’accord pour dire que la population est pénalisée de ne pas connaître les partis émergents qui sont trop souvent oubliés par les médias. Voilà pourquoi nous entreprendrons des démarches pour changer cette situation et améliorer la démocratie au Québec.»

Des pères sciemment privés de leurs enfants pour les Fêtes…. par les mères

Créer une chicane avec son ex, juste avant les Fêtes, est un fléau méconnu et/ou non reconnu au Québec.  En effet, des mères s’organisent pour priver des pères de la présence de leurs enfants quand vient la période de Noël. Voici une excellente entrevue sur ce sujet, de Mme Lise Bilodeau, présidente de l’ANCQ : Entrevue de Mme Lise Bilodeau - nov. 2016  (réf. 1)

Que ce soit avec de fausses allégations de violence, des requêtes en modification de droits d’accès ou tout simplement avec des ultimatums irréalisables, il y a des mères qui ne manquent pas d’imagination pour évincer le père et le priver volontairement de ses droits et privilèges envers ses enfants et du même coup, contribuer à l’éloignement et à la souffrance de ces derniers, qui se voient contraints de se passer de leur père en cette période si significative de l’année, quand ce n’est pas aussi en d’autres temps.  Par contre, le père reste majoritairement l’obligé financier en ce qui a trait au paiement de la pension alimentaire, si chère au cœur la dame.

La position d'Équipe autonomiste est qu'il faille empêcher qu'un des parents puisse décider de priver les enfants du lien parental avec l'autre parent lors de séparation. Actuellement, le système judiciaire semble protéger davantage le parent qui veut priver l'enfant de l'autre parent qui, lui, doit faire maintes démarches et en assumer les coûts pour maintenir le lien avec son enfant. Équipe autonomiste demande d'inverser les rôles pour que ce soit la garde partagée par défaut lorsqu'il y a un conflit susceptible d’aboutir à la cour et que ce soit au parent qui veut la garde exclusive de faire les démarches pour démontrer et prouver hors de tout doute que l'autre parent doit perdre le droit d'être en contact avec son enfant. » (Auteur Stéphan Pouleur, chef du parti) Texte complet ici :  Protection des liens entre les pères et leurs enfants...

Dans notre société dite égalitaire, nous croyons essentiel de promouvoir la garde partagée par défaut lors d’une séparation ou d’un divorce.  Nous sommes convaincus de l’importance de protéger le lien de l’enfant avec ses deux parents et ce, dans son plus grand intérêt et pour un épanouissement équilibré.  Il n’est évidemment pas question d’imposer la garde à un parent qui ne le souhaite pas.  De plus, la compétence parentale de part et d’autre doit être démontrée.

Dans le même ordre d’idées, l’Action pour les nouvelles conjointes et nouveaux conjoints du Québec (ANCQ) organise un événement de sensibilisation sur cette situation particulière de séparation forcée des pères et de leurs enfants, dans la période des Fêtes de fin d’année.  Il s’agit des Pères Noël bleus.  Il en est fait référence dans l’entrevue de Mme Bilodeau, dont le lien est mentionné ci-haut.

Équipe Autonomiste appuie sans réserve le travail et l’implication de cet organisme à but non lucratif, qui œuvre pour une saine et véritable égalité des hommes et des femmes du Québec et qui se soucie réellement du sort de la condition masculine chez nous, que ce soit dans les domaines de la parentalité au masculin, de la justice familiale ou pour contrer le dénigrement des hommes au sein de la communauté Québécoise.

Suzanne Cantin, Porte-parole pour la Famille, Candidate élections partielles 2016 dans Arthabaska

Appuyé par Stéphan Pouleur, chef d’Équipe Autonomistes

Références :

1- Entrevue de Mme Lise Bilodeau - nov. 2016

https://radiox.com/contenu/des-m%C3%A8res-sorganisent-pour-emp%C3%AAcher-les-p%C3%A8res-de-voir-les-enfants-%C3%A0-noel#

2-Équipe autonomiste prône la protection des liens entre les pères et leurs enfants suite à une séparation

http://equipeautonomiste.ca/?q=fr%2Fcontent%2Fquipe-autonomiste-pr-ne-la-protection-des-liens-entre-les-p-res-et-leurs-enfants-suite-une-s

Améliorer l'information, pour des élections vraiment démocratique

Comme bien d'autres, je me suis retrouvé hier devant un bulletin de vote où il y avait, sur cinq candidats au poste de maire, trois personnes dont je ne savais absolument rien. C'est moins pire qu'au élection scolaire où, là, je n'en connaissais vraiment aucun, alors qu'ici j'en connaissais au moins deux. Équipe autonomiste considère que c'est une lacune au niveau de la Loi électorale: le Directeur général des élections devrait joindre avec sa carte à l'électeur un minimum d'information sur chacun pour que le votant puisse faire un choix éclairé. Sinon où est la véritable démocratie?

Si les partis au pouvoir s'inquiètent peu de ces injustices, comme celles des nominations véreuses (1) ou des élections clé en main (2), parce qu'ils ont les moyens financiers pour accaparer les médias, les partis émergents, qui se réunissaient samedi à Québec, eux, en pâtissent et décrient ces écarts, espérant éveiller la conscience sociale à ces problèmes.
(1) http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2010/04/20100417-104700.html
(2) http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/commission-charbonneau/201305...

Réflexion sur l'euthanasie

La ministre Hivon prêche pour l'aide médicale à mourir (1).
Une question d'Équipe autonomiste: «Si le personnel médical met tout à la disposition du mourant pour qu'il mette fin lui-même à ses jours, le fera-t-il?» Moi, je crois que, pour la plupart des gens, la réponse sera non. La mort assistée leur permet de se décharger de cette responsabilité sur le dos d'un tiers. Comment le personnel infirmier ou le médecin vit-il avec ça?
(1) http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201310/20/01-4701669...

La surconsommation de médicaments et les coûts en santé

Équipe autonomiste fait écho au docteur Fernand Turcotte, traducteur du livre Malades d'inquiétude (1). En effet, tout comme lui, nous dénonçons la tendance à la surmédicalisation dans les hôpitaux, les résidences, chez les enfants. Comme lui, nous nous demandons: sommes-nous malades d'inquiétudes? C'est une bonne réflexion à faire pour réduire les coûts dans les services de santé et les services sociaux.
(1) http://www.radio-canada.ca/emissions/christiane_charette/2010-2011/chron...

Autre réflexion sur la non signature de la constitution

Les juristes laissent entendre que le Québec est lié par la Constitution canadienne de 1982 alors que le Québec ne l'a jamais signée. Je comprends qu'il y a une application tacite de cette constitution en attendant que les propositions de réforme (qui ne viendront sans doute jamais) parviennent des autres provinces depuis les négociations de Charlottetown. Équipe autonomiste se pose une question: si le Québec n'a jamais signé la constitution, comment peut-on lui opposer, par exemple, en Cour suprême? Si la constitution lui est vraiment imposée, pourquoi le Québec doit-il la signer? Le Québec n'est-il pas ridicule en jouant le jeu constitutionnel d'une constitution qu'il n'a jamais signé? Équipe autonomiste propose de négocier avec la fédération canadienne, liée par la constitution de 1982, pour devenir avec elle une confédération et inciter les autres provinces à en faire autant. Nous verrons bien ... mais ce serait sûrement une avenue possible pour sauver l'autonomie du Québec et dénouer cette impasse.

Et si on faisait une confédération plutôt qu'une fédération ?

Les Québécois ne sont plus, vive les Canadiens! Voilà ce que je retiendrais de l'article de Paul Journet dans La presse d'hier (1): «l'appui à la souveraineté stagne depuis quelques années sous la barre des 40%, on observe une tendance contraire pour l'attachement au Canada.» Depuis le temps qu'Équipe autonomiste le dénonce, la faible natalité québécoise, le fort taux d'immigration, les Québécois se remplacent eux-mêmes par une autre société. Par contre, monsieur Journet y révèle: «la proportion de francophones qui se disent Québécois plutôt que Canadiens ou Canadiens-Français a augmenté de façon constante: elle est passée de 21% en 1966 à 67% en 2007.» Ce qui suppose qu'un certain message nationaliste persiste. Comme le déclare Équipe autonomiste, nous pouvons être à la fois Québécois et Canadiens. La constitution n'est toujours pas signée (peut-on alors nous l'imposer comme si nous l'avions signée?), que le gouvernement fédéral se sente mal à l'aise de chercher à nous l'imposer ne serait-ce que par la contestation de la loi 99, visons le maximum d'autonomie. Tant qu'à y être, pourquoi ne pas chercher à convaincre les autres provinces de devenir avec nous une véritable confédération comme le voulait la sagesse des Pères de la confédération de 1864 avant qu'on en fasse une fédération intéressée.
(1) http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201310/...

Réduire les interventions de l'État pour améliorer l'éducation

Avez-vous lu l'essai de Diane Boudreau (1), Une éducation bien secondaire, chez Essai libre? Cette enseignante retraitée y dresse un portrait très juste de notre système d'éducation actuel et confirme Équipe autonomiste de vouloir faire une réforme en profondeur de notre système d'éducation, en réduisant au minimum l'implication de l'État, par son ministère interposé, et en remettant l'instruction entre les mains des enseignants, les vrais spécialistes du domaine.
(1) http://www.pouruneécolelibre.com/2013/03/une-education-bien-secondaire.html

Au tour d'Ubisoft de profiter des cadeaux du gouvernement du Québec-

Eh oui! Équipe autonomiste dénonce encore les politiques économiques qui donnent de l'argent aux grosses entreprises déjà rentables. Cette fois, c'est Ubisoft qui profite des largesses du généreux «gouverne-maman» (1).
(1) http://www.journaldemontreal.com/2013/09/30/ubisoft-des-emplois-qui-cout...

Constitution et référendum : le fédéral s'inquiète pour rien

Équipe autonomiste s'étonne que le Parti conservateur fédéral sorte cette question constitutionnelle liée à la loi 99. Outre le silence des partis sur la question, avant que le fédéral ne vienne attiser le feu, le projet d'indépendance du Québec semble irrémédiablement voué à l'échec. Selon les derniers chiffres, aux dernières élections provinciales, environ 47% (dans les faits 40,14%(1)) des électeurs portaient leur choix sur un parti souverainiste (Parti québécois, Québec solidaire, Option nationale, Parti indépendantiste, etc.). Tous les spécialistes politiques savent que lors d'un référendum, la crainte d'un changement réduit encore ce chiffre. De plus, ce ne sont que ceux qui votent pour les partis souverainistes qui sont susceptibles de voter pour l'indépendance. Vous ajoutez à cela 50 000 immigrants (dans les faits 52 000 en 2012) de plus par année, desquels on ne peut espérer que 1% maximum de vote souverainiste et vous avez une diminution constante de la probabilité d'indépendance. Équipe autonomiste est réaliste et préfère proposer la voie de l'autonomisme pour sauver ce qui peut encore être sauvé de la «nation québécoise». Réveillez-vous et posez-vous la question: pourquoi le Parti québécois ne pousse pas davantage sur l'article 1 de son programme.

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lection_g%C3%A9n%C3%A9rale_qu%C3%A9b%...

Le drame des petits-enfants qui sont privés de voir leurs grands-parents

Équipe autonomiste prône pour le droit des grands-parents de voir leurs petits-enfants. À ce sujet, vous pouvez regarder une vidéo de 28 minutes reçue d'une de nos membres (réf. 1). D'autant plus que cette démarche correspond à notre valeur numéro 3 portant sur la cellule familiale: aider les familles à s'occuper de leurs enfants.
1- http://matv.ca/quebec/mes-emissions/100-problemes-1/videos/2686344690001
2- www.grands-parents.qc.ca

Moins d'immigration et plus de sélectivité

Ce qui me dérange dans cet article d'Y a pas de presse (1), concernant le témoignage de Dalila Awada, à l'émission Tout le monde en parle, du 29 septembre dernier, c'est qu'elle affirme que le voile au Québec est purement culturel alors qu'elle est une immigrante de la deuxième génération. À la deuxième génération, sa culture n'est-elle pas québécoise et non plus arabe? C'est ce qui nous fait dire, à Équipe autonomiste, que nous ne venons plus à bout d'assimiler les immigrants parce qu'il en entre trop, que nous voulons réduire leur nombre et sélectionner davantage d'immigrants dont la culture ressemble plus à la nôtre.

Nous ne voulons pas plus de politiques visant à favoriser des minorités dites visibles, des groupes d'immigrants minoritaires. Nous voulons que, une fois reçus, les immigrants deviennent des Québécois traités comme et au même niveau que les autres. Tu es un Québécois, un point, c'est tout, et ta culture fait place à la nôtre ... avec une toute petite pointe d'exotisme!
(1) http://yapasdpresse.blogspot.ca/2013/10/la-belle-dalila-tlmep-plus-quune...

Absence de l'égalité hommes-femmes dans le personnel enseignant au Québec

Le nouveau rapport statistique (1) sur le système québécois en 2010-2011, «Principales statistiques de l'éducation», vient de paraître et révèle que les trois quarts du personnel enseignant permanent sont des femmes (102 752 personnes enseignent au préscolaire, primaire et secondaire, dont 56 184 ont la permanence) et aucun organisme ne fera d'esclandre parce qu'il n'y a pas d'égalité entre hommes et femmes et pourtant, s'il en avait été inversement, les multiples organismes féministes subventionnés par l'État auraient monté aux barricades.

C'est pourquoi Équipe autonomiste veut rétablir l'égalité hommes/femmes, mais dans les deux sens en ordonnant à ces organismes «étatiques» de défendre à la fois les deux sexes qui les payent.
Référence : (1)http://www.mels.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/publications/ref...

Cessons les "crédits cadeaux" annuels de 230 millions en informatique

Équipe autonomiste ne peut s'empêcher de se scandaliser devant une généreuse mesure d'aide gouvernementale aux firmes informatiques, géants de ce monde, comme IBM et CGI (1), alors que le gouvernement semble en pleine crise financière.

Équipe autonomiste préfère descendre dans la hiérarchie et rendre imputable les gestionnaires, tout en leur permettant de choisir entre les logiciels libres et les logiciels existants afin qu'ils soient adaptés aux besoins réels de leurs secteurs de travail.

À quand un vrai ménage du gouvernement? Non pas en ordonnant aveuglément une coupure de x % comme il se fait actuellement. Le cas est flagrant avec les commissions scolaires. Pensez-vous que les décideurs vont ordonner de couper leurs postes par mesures d'économie? Non, ils vont couper tout ce qu'il y a en dessous d'eux quitte à se ramasser avec des ratios d'encadrement rendus aussi absurdes qu'au ministère des Finances et de l'Économie où on frôle les 2 à 4 employés par cadre.

Référence :1- http://plus.lapresse.ca/screens/4726-d610-51e01f6b-827e-5e0bac1c606a|_0

Commission Ménard : Encore du gaspillage de fonds publics

Quel gaspillage! La Commission Ménard commençait à siéger publiquement hier pour tirer quelques enseignements de la crise étudiante du printemps 2012 (1). Trois commissaires à gros prix, des espaces loués, du personnel de soutien, pour donner quoi? Un rapport qui va se retrouver sur une tablette parce qu'on a voulu noyer le poisson en lui donnant un doux appât (une panacée pour faire taire honorablement les étudiants)? Pendant ce temps, le problème des frais de scolarité est loin d'être réglé et les données économiques ne sont pas des plus reluisantes. Oui, Équipe autonomiste veut faire le ménage dans tous ces gaspillages.
(1) http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/yves-boisvert/201309/23/01-4692...

Incohérence et ingérence du PQ concernant l'égalité homme-femme

Concernant les nominations au Conseil du statut de la femme (1), Équipe autonomiste s'étonne des propos de la ministre Maltais niant son ingérence alors qu'elle choisit ce moment précis pour faire ces quatre nominations. Pourquoi ne pas avoir procédé plus tôt ou plus tard?

De toute façon, ce que prône Équipe autonomiste concernant cet organisme, c'est qu'il devienne le Conseil du statut humain au Québec. Pour que hommes et femmes soient également considérés dans les débats financés par l'État. N'est-ce donc pas, justement, une des valeurs de base de la Charte des valeurs québécoises: l'égalité hommes/femmes. Équipe autonomiste, elle, veut que cette valeur s'applique réellement et concrètement, et non pas du bout des lèvres.
(1) http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/09/20/003-reactions-...

Séparer l'enseignement de l'endoctrinement

Une amie sur Facebook a écrit: «Mon grand avait des sujets de discussion bien intéressant ce soir! La peur que les Québécois parlent autre chose que le français, les signes religieux dans les lieux publics, etc.» Elle faisait allusion à certains professeurs qui se font la courroie de transmission des partis au pouvoir. «C'est de l'endoctrinement! Faut que les profs enseignent, ils n'ont pas à endoctriner les enfants! Ça devrait être une cause de congédiement!»

Équipe autonomiste n'est pas favorable à ces situations mais notre parti appuie les professeurs quand ils contestent les programmes trop encadrés qui leur sont imposés par le ministère de l'Éducation. Équipe autonomiste croit à la responsabilisation des enseignants donc, ceux-ci devraient, dans une même institution, faire ensemble leur programme dans un cadre minimal venant du gouvernement, pour s'assurer que chacun des étudiants, dans la province, ait une base commune.

Équipe Autonomiste organise un Colloque des partis émergents

À chaque élection, les citoyens se plaignent de manquer de choix politiques. Pourtant, il existe 19 partis politiques autorisés par la Directeur général des élections du Québec, dont plusieurs nouveaux partis qui se sont ajoutés suite à l’effervescence politique des dernières années. Toutefois, la plupart de ces partis émergents demeurent ignorés des médias et de la population. Équipe Autonomiste étant l'un d'entre eux, a décidé de corriger cette situation en organisant le premier Colloque des partis émergents. Dans les prochains jours, les 14 autres partis n’ayant pas de représentant à l’Assemblée Nationale seront invités à cette journée du 2 novembre prochain à Québec. À cette occasion, chaque parti aura un temps alloué pour se présenter. Ainsi, la population et les médias auront la chance d’apprendre à connaître ces nouvelles options politiques.

Mieux enseigner l'histoire, mais sans l'ingérence du gouvernement

Le Parti Québécois propose une Réforme des cours d'histoire du primaire au cégep en mettant l'accent sur l'histoire nationale du Québec (réf. 1). Équipe autonomiste approuve le principe de vouloir donner davantage de culture aux Québécois, mais considère que ce n'est pas au gouvernement de dicter le contenu des cours. La matière des cours d'histoire devrait être sous la responsabilité des historiens, les méthodes d'enseignement choisies par les enseignants, alors que le ministère se contenterait de s'assurer qu'une base est donnée sans plus. Aussi, Équipe autonomiste se questionne sur la pertinence des cours d'histoire obligatoires au niveau collégial car le bagage culturel de base devrait être acquis au secondaire pour permettre une formation de pointe, une fois rendu à ces niveaux d'instruction.

Référence :
http://www.journaldemontreal.com/2013/09/02/en-vigueur-des-septembre-2014

Améliorer les soins de santé en abolissant l'incompétence et les procédures

Des gestionnaires d'hôpitaux suggèrent de mettre en place un système pour minuter et évaluer le temps que les infirmières consacrent à réaliser chacune de leurs tâches (voir réf. 1). Le fait d'avoir pensé à une telle procédure démontre clairement que ces cadres sont plus préoccupés par la technocratie que par les résultats. Il est évident que cette stratégie vise uniquement à justifier leur emploi et à quémander plus de budget et non à mieux soigner les gens. Cette procédure ralentira davantage le système de santé car il faudra du personnel additionnel pour saisir les données, des réunions pour les analyser, des budgets pour les développer l'informatique, etc. En santé au Québec, il y a déjà trop de personnel dans els bureaux, soit un administrateur ou cadre par personne qui soigne (voir réf. 2). En réalité, le problème est que l'on consacre trop d'argent au système. Pour améliorer les choses, il suffirait, avec l'aide d'une entreprise externe en gestion, de supprimer une bonne partie des postes de cadres dont ceux qui passent leur temps à inventer des procédures. Ainsi, le personnel soignant pourrait mieux faire son travail et on économiserait beaucoup. Ce n'est donc pas seulement dans les salles de bain et les corridors des hôpitaux que le ménage doit être fait, mais bien dans les bureaux de gestionnaires. On pourrait ainsi libérer des locaux pour en faire des chambres pour soigner des patients.

Références :
1-http://www.journaldemontreal.com/2013/08/30/le-travail-des-infirmieres-m...
2-http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201009/27/01-4327179-le-nombre-d...

Équipe Autonomiste en entrevue à propos du projet de Charte des valeurs québécoises

Guy Boivin, chef d'Équipe Autonomiste, était à Versus Radio le 29 août, pour discuter de la position du parti sur le projet de Charte des valeurs québécoises que présentera prochainement le Parti Québécois. Il explique pourquoi les risques d'échec de ce projet sont élevés, autant sur le plan de la définition d'une valeur québécoise que sur son application éventuelle. Il présente aussi quelques pistes de solutions différentes pour résoudre certains problèmes visés par cette Charte. La question de l'intégration des immigrants et de leur nombre (55 000 par an) a aussi été soulevée. Entrevue disponible à ces liens :
1-http://www.radioego.com/ego/listen/14470
2-http://www.versusradio.net/bassaintlaurent/La-Charte-des-valeurs-Quebeco...

Des cours d'économie au secondaire plutôt que l'épargne obligatoire

Deux tiers des Québécois veulent que le gouvernement instaure l'épargne obligatoire car ils doutent que les régimes publics de retraite puissent leur fournir alors un revenu acceptable (voir référence). Donc, les citoyens veulent encore se faire materner par le gouvernement, après ils se plaindront qu'ils payent trop d'impôts. Comment voulez-vous que les gouvernements réduisent leur taille et baissent les impôts si la population demande toujours plus d'interventions de l'État ?

Équipe autonomiste rejette cette approche de l'épargne obligatoire qui déresponsabilise les citoyens. Le parti propose plutôt d'instaurer des cours d'économie au secondaire, de réduire la taxe sur la masse salariale des entreprises pour faciliter leur développement et de baisser les impôts pour augmenter le revenu net des travailleurs. Ensuite chacun fera de son revenu ce qu'il veut et en assumera les conséquences. Rendre les gens autonomes et responsables est un des objectifs de la mission d'Équipe autonomiste.

Référence : Sondage sur la retraite : Pour une épargne personnelle obligatoire.
http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201308/27/01-4683493-sondage...

Oui à un ministère de la condition masculine

En effet, la condition des hommes doit être améliorée au Québec (voir référence chronique de J. Jacques Samson). C'est une des valeurs fondamentales du parti.
La condition des hommes va très mal au Québec. Et nous ne sommes pas contre les femmes ! Cette situation est très grave car cela concerne la moitié de la population. Ce n'est pas une question d'opinion, les données sont là pour le prouver. De nombreuses femmes nous encouragent, car elles aiment les hommes et elles sont inquiètes pour l'avenir de leurs garçons.
Le féminisme tout comme le syndicalisme, et autres mouvements qui étaient nécessaires au départ, sont allés beaucoup trop loin et ils ne veulent pas s'arrêter. Il est grand temps de corriger la situation. Il en va de l'avenir de toute notre société.
Référence :
http://www.journaldequebec.com/2013/08/22/ministre-de-la-condition-mascu...

L'offre de cadeau du Parti québécois à Philippe Couillard dans Viau : encore de la magouille de vieux partis

Madame Pauline Marois a offert à monsieur Philippe Couillard de ne pas présenter de candidat péquiste, contre lui, s'il se présente dans Viau, lors de l'élection partielle qui pourrait être déclenchée bientôt. Cette pratique de laisser le champ libre à un candidat concurrent est une attaque directe à la démocratie et constitue un manque de respect envers les partisans du Parti québécois qui seront ainsi privés d’un choix : pouvoir appuyer leur parti. Ce n'est certainement pas en faisant ce genre d’entourloupette de vieux parti que le Parti québécois va redorer l'image de la politique auprès de la population et faire augmenter le taux de participation. Équipe autonomiste considère que les partis, le moindrement sérieux, ont le devoir de présenter un candidat lors de chaque élection partielle, et encore plus dans le cas d'un parti au pouvoir.

Coûts en santé et primes injustifiées; du ménage à faire

Voici un autre exemple qui amène Équipe autonomiste à dire qu'il faut corriger l'administration patronale et syndicale des centres hospitaliers.

Savez-vous qu'en plus des primes de nuit, de soir, de fin de semaine, il y a les primes de soins critiques? (réf. 1 page 9 et réf. 2) Une inhalothérapeute des soins intensifs ou à l'urgence, qui prend en charge un patient, a droit à une prime de 10 à 13% de sa paie alors que l'inhalothérapeute qui prend en charge le même patient, au bloc opératoire, n'a droit à rien parce que le patient qui entre directement, en urgence, à la salle d'opération n'est pas considéré en soins critiques!?!

Références:

1-http://www.spsicd.qc.ca/documents/journal_oct_2011.pdf
2-http://www.hebdosregionaux.ca/bas-st-laurent/2013/06/06/victoire-des-inf...

Félicitations à monsieur Daniel Beaulieu pour son implication citoyenne en politique municipale

Équipe autonomiste félicite monsieur Daniel Beaulieu pour sa vaillance et sa détermination car il a décidé de s'impliquer activement en politique malgré les scandales et le désabusement de la société envers les politiciens de tous niveaux. Monsieur Beaulieu agit selon ses convictions et participe au développement de sa ville en créant un nouveau parti municipal : l'Alliance de Québec (voir la référence ci-dessous); un parti qui véhicule ses valeurs et sa vision sur la gestion d'une ville.

Sa stratégie pour développer une opposition solide, afin d’inciter le maire Labeaume à être encore meilleur, semble très louable puisqu'elle a fait ses preuves aux niveaux provincial et fédéral quand nous avons eu des gouvernements minoritaires face à de vraies oppositions. (Le gouvernement minoritaire du Parti québécois n'a pas actuellement de véritable opposition.) Aussi, plusieurs éléments du programme du nouveau parti Alliance de Québec sont compatibles avec la vision d'Équipe autonomiste. Par exemple : - contrôler strictement les dépenses et réduire la dette de la ville; - choisir des solutions réalistes et peu coûteuses (autobus à essence moins polluants) et non des solutions idéalistes et exorbitantes (écolo bus); - utiliser la compétence comme premier critère d'embauche et non la discrimination dite «positive» qui est une forme vicieuse de discrimination; - rendre les élus imputables envers les citoyens.

Équipe autonomiste encourage fortement la population à devenir des acteurs qui participent au développement et à l'amélioration de leur société, et ce, à tous les échelons politiques. D'abord, Équipe autonomiste incite les électeurs à bien s'informer pour choisir le parti et les représentants qui ont des idées semblables aux leurs, en les aidant ensuite à se faire connaître et à réaliser le projet de société qu'ils ont entrepris. La démocratie vise à donner le pouvoir aux citoyens en leur permettant de participer à la saine gestion de leur société. Cet objectif est possible, mais seulement si les citoyens s'impliquent. Ce qui n'est présentement pas le cas pour une majorité. Plusieurs se plaignent, mais trop peu font vraiment quelque chose pour changer la situation.

Critiquer, c'est bien ..., agir, c'est mieux!

ref: http://www.lapresse.ca/le-soleil/dossiers/elections-municipales/election...

Protégeons nos enfants et leurs pères contre les failles du système judiciaire québécois

Actuellement, notre système judiciaire permet à des femmes de détruire la vie de leurs enfants et de leur ex-conjoint sans être punies. Ainsi, lorsqu'une femme dépose une plainte de violence conjugale, les policiers sont OBLIGÉS d'arrêter l'homme sans se poser de question, que la plainte soit fondée ou non, car c'est la procédure exigée par la politique d'intervention en matière de violence conjugale en vigueur depuis 1995 (réf. 1). Ainsi, à chaque année, des milliers de pères innocents se font arrêter devant leurs enfants et emprisonner injustement, suite à de fausses accusations, alors que les responsables de ces fausses déclarations demeurent impunies (réf. 2). Les conséquences psychologiques pour les enfants et leurs pères sont très graves et se répercutent sur toute leur vie (réf. 3).
Tout comme la violence conjugale est inacceptable et que chaque cas est un cas de trop, la destruction des vies de ces pères et de ces enfants est tout aussi inacceptable et chaque cas est aussi de trop. Dans une société qui prétend valoriser la famille et qui prône l'égalité homme-femme, ce fléau est inadmissible et doit cesser. Pour Équipe autonomiste, il est urgent de revoir et de corriger cette politique sur la violence conjugale pour empêcher que ces injustices, et les drames qui en découlent, continuent de se produire. Le système judiciaire ne doit plus permettre que l'on arrête des gens sur de simples déclarations et il doit faire en sorte que les personnes qui font de fausses accusations soient poursuivies et punies sévèrement. Il en va de l'avenir de nos enfants et de notre société toute entière.

Références :

  1. http://maisons-femmes.qc.ca/wp-content/uploads/2012/03/politique-1995-vi...
  2. Seul contre le système judiciaire/ Quand un système conçu pour protéger les gens devient une arme contre eux. Par Jean-François Guay, Summum, août 2013, no 108 : 38-40. Résumé : «La mise en place de mesures extrêmement sévères pour prévenir la violence conjugale envers les femmes a entraîné un innocent dans la spirale du système judiciaire. Nous nous penchons sur l'histoire de Simon.»
  3. Dictature affective. Documentaire de Karina Marceau sur l’aliénation parentale (lorsqu’un parent dénigre l’autre parent pour que leur enfant en vienne à le détester) (52 min) : http://video.telequebec.tv/video/13233/dictature-affective

Choisissons les immigrants selon leurs valeurs et non selon leur langue

Pour choisir les immigrants, le Parti québécois veut mettre encore plus d’importance sur le parler français (réf. 1). Équipe autonomiste désapprouve cette décision et considère que c'est plus facile d'enseigner le français à un immigrant qui a les mêmes valeurs que les nôtres que de changer la mentalité d'un immigrant francophone s'il a des valeurs OPPOSÉES aux nôtres. Le parti Équipe autonomiste a une proposition à ce sujet (réf. 2). De plus, nous n’acceptons pas d’être traités de racistes parce que nous avons cette vision de l'immigration. Ce n'est pas une question de race, mais d'idéologie. Nous dénonçons cette stratégie d'essayer de culpabiliser les gens en les traitant de racistes comme l’a fait la ministre Diane de Courcy (réf. 3). Les citoyens du Québec, et aussi du Canada, doivent se tenir debout contre ceux qui veulent détruire notre société libre que nos ancêtres ont bâtie avec tant d’acharnement.

Références

  1. http://www.ledevoir.com/politique/quebec/383486/les-nouveaux-arrivants-n...
  2. http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/126
  3. Immigrants : le français avant les valeurs?, par Lise Ravary, Le journal de Québec, 23 juillet 2013, page 14

Limiter les abus d’heures supplémentaires obligatoires exigées au personnel infirmier

À l'Hôtel-Dieu de Lévis, l’habitude des gestionnaires, d’administrer avec des heures supplémentaires obligatoires non planifiées et un manque de personnel chronique, a rendu à bout le personnel soignant (réf. 1). La Direction des ressources humaines affirme que «l'hôpital travaille depuis quelques mois avec le syndicat pour remédier à la situation» (réf. 2). Quelques mois? Pendant ce temps, on demande candidement aux travailleurs de faire du temps supplémentaire sans se soucier des employés et de leur famille qui écopent, ni se préoccuper de l’impact sur la qualité des soins donnés aux patients. Du temps supplémentaire ne devrait être exigé que pour un dépannage ponctuel.

Équipe autonomiste considère que les patrons et syndicats sont irresponsables de ne pas s’occuper en priorité du soin des patients et de la qualité de vie des employés et de leur famille (la famille, valeur no 3 d’Équipe autonomiste). Ce n’est plus le temps de parler mais d’agir et de trouver des solutions maintenant. Si c’est une question de budget, qu’ils coupent le surplus de cadres et qu’ils engagent du personnel soignant, ou bien que les cadres insouciants travaillent sur le plancher pour compenser le manque de personnel (on doit être responsable de ses décisions et de ses actions, c’est la valeur no 1 d’Équipe autonomiste). Est-ce que les conventions collectives sont tellement rigides que l’hôpital ne veut pas ouvrir de nouveaux postes? Assouplissons les conventions collectives. Au Québec, les syndicats aussi doivent être remis à leur place au plus vite, car les abus constituent une plaie qui mènera notre système de santé et notre société tout entière à la ruine. Préserver la qualité de notre société, pour le futur, est aussi une question d’équité entre les générations (valeur no 2 d’Équipe autonomiste).

Des discussions pour quelques mois encore? Ça fait combien d'années qu'on nous annonce ça? et pourtant rien n'a vraiment changé. Oui, Équipe autonomiste veut faire un vrai ménage dans tout ça. Reste à savoir si la population est aussi déterminée que notre parti.

Références
1-http://www.radio-canada.ca/regions/quebec/2013/07/14/002-infirmiers-ras-...
2-http://www.radio-canada.ca/regions/quebec/2013/07/15/003-hotel-dieu-levi...

Invitation à participer à la consultation publique sur l’immigration au Canada

Équipe autonomiste encourage ses membres et ses sympathisants, ainsi que tous les citoyens, à participer à une consultation organisée par Citoyenneté et Immigration Canada. Le 31 août 2013 est la date limite pour répondre au questionnaire en ligne. Le parti n'ayant pas encore de position officielle sur le nombre d'immigrants que nous devrions recevoir au Québec ou au Canada, il laisse le libre choix aux membres d’exprimer leurs positions. Toutefois, comme un des principes d’Équipe autonomiste est «S’informer pour bien décider», nous encourageons les gens à prendre connaissance des références et des faits suivants AVANT de compléter le questionnaire :

Faits :
Le Québec reçoit présentement 55 000 immigrants par année. Par rapport à la taille de sa population, c’est DEUX FOIS PLUS que la France et les États-Unis qui sont des pays reconnus parmi les plus accueillants au monde. À 27 000 immigrants par année, nous serions encore parmi les plus accueillants au monde.

Le Québec et le Canada ne parviennent pas à intégrer correctement les immigrants.
Les immigrants ne réussissent pas à faire vérifier leurs diplômes ni leurs compétences, dans des délais raisonnables, et beaucoup gagnent leur vie dans des emplois sans rapport avec leur formation.

Références pour défaire les préjugés :

  1. Vidéo (6 minutes) d’une entrevue de monsieur Mario Dumont avec un coauteur du livre «Le remède imaginaire». Livre qui défait les croyances selon lesquelles l’immigration : 1- diminue l’âge de la population; 2- constitue un apport économique important; 3-prévient la pénurie d’employés : http://www.youtube.com/watch?v=3yXyNLAfNk4
  2. Vidéo (50 minutes) d’une conférence d’un coauteur du livre «Le remède imaginaire» pour en savoir plus : http://www.youtube.com/watch?v=8yK63U9ynxc
  3. Réflexion sur l’immigration intitulée «Immigration : où allons-nous ?», (seulement une page à lire) publiée dans l’opinion du lecteur en 2012 : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/414
  4. Étude sur l’opinion des Canadiens (incluant les Québécois) concernant l’intégration des immigrants et le multiculturalisme : http:// www.cic.gc.ca/francais/pdf/recherche-stats/2012-por-multi-imm-fra.pdf

Informations et questionnaire pour participer à la consultation publique sur l’immigration (durée 30 à 45 minutes) : http://www.cic.gc.ca/francais/ministere/media/communiques/2013/2013-06-2...

Soyez un acteur du changement et participez au développement de votre société.
Critiquer, c’est bien, … agir, c’est mieux !

Préserver les bonnes terres agricoles pour le futur

En référence à l’article http://www.newswire.ca/fr/story/1174679/gaspillage-des-terres-agricoles-..., Équipe autonomiste appuie l’Union des producteurs agricoles contre le projet de gare dans la municipalité de Mirabel.-La proportion de bonnes terres agricoles au Québec est faible, à peine 2 %. C’est un patrimoine qu’il faut préserver pour nos générations futures. Cela fait partie de notre valeur 2, L’équité entre les générations.

  • Le Québec doit être prévoyant et ne pas détruire ses bonnes terres s’il veut conserver son autonomie alimentaire, du moins pour ses aliments de base, car un peuple affamé est un peuple vulnérable.
  • Avec l’augmentation de la population mondiale qu’il faudra nourrir, la préservation des terres productives est primordiale.
  • La formation des sols de grande qualité, pour la production agricole, se fait sur des milliers d’années, il est donc immoral de les détruire ou de les enfouir sous de l’asphalte pour des besoins économiques à court terme.
  • Équipe autonomiste est pour le développement économique et la prospérité, mais pas à tout prix. Équipe autonomiste considère qu’il est possible de développer sans détruire à l’aveuglette.

Note : Même si ce projet a été mis en veilleuse pour une période indéterminée, le principe de préserver notre patrimoine de terres fertiles demeure tout aussi pertinent et applicable à d’autres projets.
http://www.laterre.ca/environnement/le-projet-de-gare-mirabel-deraille/

Le mythe défait : Québécois et Canadiens ont la même vision des accommodements déraisonnables - Information

Contrairement au message véhiculé par les médias et par de nombreux politiciens, les Québécois et les Canadiens ont une vision pas mal similaire sur l’intégration des immigrants et sur les accommodements. En effet, en 2006, 77 % des Canadiens considéraient que les immigrants devraient s’adapter complètement à la culture canadienne (fig. 31 p. 25, dans Soroka et Robertson 2010). Concernant les accommodements, en 2009, 62 % des Canadiens et 74 % des Québécois ne voulaient pas modifier les lois et les normes pour répondre aux besoins des minorités (fig. 32 p. 26 dans Soroka et Robertson 2010). Évidemment, l''intégration passe par un niveau d'immigration raisonnable. Présentement, par rapport à sa population, le Québec accueille deux fois plus d'immigrants que tout autre pays du monde, incluant les États-Unis et la France.
Référence : Stuart Soroka et Sarah Roberton. 2010. Étude documentaire de la recherche sur l’opinion publique canadienne concernant le multiculturalisme et l’immigration pour la période 2006-2009. Citoyenneté et immigration Canada. 46 pages. http://www.cic.gc.ca/francais/pdf/recherche-stats/2012-por-multi-imm-fra...

Informer pour responsabiliser !

Contribuer au parti, c'est construire l'avenir

Nous vous disions combien votre soutien était important. Il l'est d'autant plus financièrement. Savez-vous qu'un 20 $, devient pour nous un 70 $? Tout simplement parce que le Directeur général des élections du Québec verse deux fois et demie ce que vous payez. Donc, il n'y a pas de petits montants.
Aidez-nous à vous bâtir une option, pour les prochaines élections.
Nous continuons sans relâche à développer une alternative solide pour le Québec.
Pour en savoir plus et pour faire une contribution : http://equipeautonomiste.ca/?q=fr/node/344
Merci d'avance pour votre aide et votre soutien.

Multiculturalisme et discrimination à Montréal- Information

La « discrimination positive » prônée par le parti Vision Montréal de Louise Harel : C’est encore de la « discrimination tout court » contre les groupes qui ne sont pas visés par ces lois de supposée accès à l’égalité en emploi.

http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201105/24/01-4402376-la-fonct...

Couper en santé et améliorer les services

Un bon endroit où couper, en santé, serait dans l’administration des services. Nous sommes une des provinces où le nombre de gestionnaires par employés soignants est le plus élevé au Canada. Il y a de nombreux «dédoublements» de postes administratifs dans l'organigramme du système de santé.

En 2010-2011, seulement dans les agences de la santé et des services sociaux, 2 983 personnes (incluant les cadres) étaient à l'emploi pour administrer notre réseau, une augmentation de 248 personnes depuis 2008-2009. Et cela est sans compter ceux qui gèrent déjà dans les hôpitaux mêmes. En effet, en vertu de la Loi sur les services de santé et les services sociaux, article 340, les agences sont instituées pour exercer les fonctions nécessaires à la coordination de la mise en place des services de santé et des services sociaux pour chaque région, particulièrement en matière de financement, de ressources humaines et de services spécialisés. Mais n’est-ce donc pas déjà le rôle du ministère de la Santé et des Services sociaux qui occupe au moins deux tours d’administration sur le chemin Sainte-Foy, à Québec?

Équipe autonomiste veut faire un bon ménage en profondeur de toute l’administration gouvernementale. Chose que les autres partis n’ont pas le courage d’entreprendre.

Références :
1- http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2012/06/20120613-2324...
2- http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201009/27/01-4327179-le-nombre-d...

Obliger les syndicats au vote secret

Équipe autonomiste dénonce certaines méthodes syndicales de scrutin, en faveur de la grève dans la construction, qui ressemblaient trop à ce qui s'est parfois vécu dans les assemblées d'étudiants pour le carré rouge: des convocations sommaires où l'on s'assurait que les gens présents fassent passer le vote. Équipe autonomiste s'objecte contre les méthodes d'intimidation et de harcèlement et veut obliger à des règles qui forcent, du moins dans ces décisions majeures, à une convocation en bonne et due forme et à un vote secret.

Décourager l'effort, même dans la cueillette des fraises

Est-ce que le Québec cherche à diminuer la productivité et à décourager les gens de faire des efforts? À partir de 2014, les cueilleurs de fraises recevront le salaire minimum peu importe la quantité de fraises qu'ils auront récoltée (réf. 1). Imaginez la démotivation pour cette femme qui réussissait à faire 27 $ de l’heure, en étant productive; elle sera limitée à 10,15 $ de l’heure. Et imaginez la joie du «traîne-bottines» qui se faisait 4 $ de l’heure et qui recevra, lui aussi, le salaire minimum. Logiquement, les producteurs risquent la faillite, dirions-nous. Eh bien non! car le Parti québécois a tout prévu. Il veut faire une loi pour obliger les organismes publics à acheter les produits agricoles québécois (réf. 2 et 3). Ainsi, les producteurs pourront s’entendre et vendre à gros prix dans un marché garanti et ce sera encore le payeur de taxes qui écopera.

Notez bien:
Le Parti libéral a préparé le projet de loi sur le salaire minimum pour la cueillette des fraises.
Le Parti québécois va laisser cette loi s'implanter.
C'est aussi lui qui forcera l'achat des produits agricoles, rendus à vils prix.
Ce sont Coalition Avenir Québec et Québec solidaire qui se rallieront comme d'habitude.
Et les électeurs québécois, aux prochaines élections, voteront probablement à 98 % pour ces quatre partis, pour ensuite se plaindre d’eux.

Équipe autonomiste, valorisant le mérite à l’effort, s’oppose à l’instauration du salaire minimum pour la cueillette des fraises. Le parti s’oppose aussi à la création de lois pour forcer les organismes publics à acheter québécois au détriment des prix.

Références
1-http://affaires.lapresse.ca/economie/201306/13/01-4660931-les-producteur...
2-http://www.ledevoir.com/politique/quebec/378470/aliments-produits-au-que...
3-http://blogues.lapresse.ca/gilbertlavoie/2013/05/17/la-souverainete-alim...

Stimuler la participation au vote par l’ajout de référendums lors des élections

Devant la diminution de la participation des électeurs au scrutin, Équipe autonomiste a pensé joindre aux élections générales l'obligation de tenir, en même temps, un référendum sur un sujet d'actualité, par exemple, pour ou contre l'euthanasie. Sans obliger au vote, cette méthode attirerait sans doute certains qui se vantent aujourd'hui de ne plus aller voter et permettrait à la société de donner son opinion.

Turban au soccer : La lâcheté de la Fédération du Québec!

La Fédération de soccer du Québec a finalement permis le port du turban sur les terrains de soccer.

Le Québec a choisi d'être laïque donc si une personne demande à porter un turban pour jouer au soccer alors que la règle est de ne pas avoir de chapeau au jeu, le responsable se doit de lui demander pourquoi il ferait exception. La réponse sera: «Pour un principe religieux.» Alors la réplique doit être: «Désolé! le Québec est laïque et la règle s'applique pour tous. Celui qui choisit d'y déroger doit assumer son choix.» Alors, demain, mon neveu pourra jouer avec une casquette puisque le port du chapeau est maintenant permis et si on lui répond que le seul chapeau permis est le turban, il pourra contester car on lui cause un préjudice en lui refusant le même droit qu'à un autre dans un Québec laïque, porter un chapeau au jeu.

Dans les années 1960 et 1970, les Québécois se sont empressés massivement de jeter par-dessus bord tout ce qui était catholique, aujourd'hui ils s'«à-plat-ventrissent» devant les religions revendicatrices de peur de passer pour xénophobes. Ici, le refus du turban au jeu n'est pas de la xénophobie mais de la justice sociale envers tous.

Oui aux élections à date fixe, mais le dimanche

Équipe autonomiste approuve l'idée du Parti québécois de tenir les élections à date fixe. Par contre, le scrutin devrait se dérouler un dimanche. Ce serait plus facile pour tout le monde et moins coûteux; plus facile pour trouver des locaux et du personnel et les élèves ne manqueraient pas une journée d'école. Équipe autonomiste a une proposition à l’étude sur ce sujet mais envisage de tenir des élections plutôt aux cinq ans, histoire de pouvoir mener à terme un bon plan quinquennal. De plus, à ce projet de loi 3, le fait de permettre au premier ministre d'avoir le pouvoir discrétionnaire de demander au lieutenant-gouverneur de déclencher des élections, avant la date prévue, n'enlèvera rien aux calculs partisans déjà existants, s'il n'y a pas une pénalité liée à cette anticipation. Il faut aussi se demander ce que cette nouvelle loi prévoit lorsqu'un gouvernement tombera (décès, démission, minorité renversée). Faudra-t-il attendre ladite date fixe? Idéalement, ne vaudrait-il pas mieux dire que le directeur général des élections doit automatiquement déclencher des élections pour le dimanche du premier mois suivant la fin d'un gouvernement qui, lui, ne peut dépasser son mandat de cinq ans à moins d'une élection le reconduisant? C'est à réfléchir.
Référence :
http://www.ledevoir.com/politique/quebec/380859/des-elections-a-date-fix...

L’euthanasie, une question complexe

Suite au dépôt hier du projet de loi sur l'euthanasie, les partis d'opposition se sont empressés de répondre séducteurs pour leur électorat. Équipe autonomiste, elle, ne s'était pas encore positionnée et plutôt que de se précipiter, elle a préféré soumettre ce point à ses membres car la question n'est pas si simple. Que l'on parle de suicide assisté ou de sédation palliative terminale, le but reste le même: l'euthanasie.

Contrairement à ce que monsieur Claude Leblond croit, avec cette nouvelle étape législative, la personne ne prend pas personnellement les décisions qui la concerne car, oui, elle décide de mourir mais elle délègue l'odieux du geste à un tiers, à savoir un médecin ou un employé médical, en contradiction avec son serment d'Hippocrate de sauver des vies. S'enlever la vie est un suicide mais enlever celle d'un autre est un homicide. Socialement, il faut correctement se poser la question, après la plus grande victoire du vingtième siècle, celle d'avoir vaincu en très grande partie la douleur: «Sommes-nous en train de pelleter, dans la cour du voisin, notre problème.» Plutôt que d'agir seul, nous chargeons la société de procéder. Voilà pourquoi, Équipe autonomiste requiert ses membres et ses très prochains membres à se prononcer en toute conscience, avant d'inclure ce point à son programme. Avis aux intéressés, le vote se tiendra dans un futur forum.
Référence
http://www.ledevoir.com/politique/quebec/380549/le-gouvernement-marois-d...

Non au turban au soccer

Équipe autonomiste félicite le Parti québécois et la Fédération de soccer du Québec pour leur position concernant le port du turban au soccer. Les citoyens du Québec, quelles que soient leur origine et leurs croyances doivent respecter les règlements et lois en vigueur sur le territoire québécois. Pour pratiquer un sport, une activité, occuper un emploi, chacun doit respecter la tenue vestimentaire demandée.

Cette réaction est basée sur la proposition suivante d'Équipe autonomiste, qui a été votée, à 72 % en faveur, par les membres du parti lors d’un congrès: «Reconnaître les limites du multiculturalisme et affirmer notre identité face aux requêtes exagérées faites au nom de convictions personnelles (accommodements dits «raisonnables») qui empiètent sur nos libertés individuelles et collectives.» Le Québec est une société où la liberté individuelle est une valeur fondamentale. Chacun peut avoir des pratiques qui correspondent à ses valeurs et à ses convictions personnelles, à condition que ces pratiques respectent les règles collectives; que ces pratiques ne briment pas les libertés des autres citoyens; que la personne qui a une pratique particulière n’oblige pas les autres à faire comme elle ou à payer pour elle.

Le ministre Maxime Bernier dit que «Les joueurs québécois ont le droit de porter un signe religieux qui n'affecte pas la sécurité du sport.»; si ma mémoire est bonne, il n'y a pas si longtemps, on interdisait le port d'une chaînette à laquelle pouvait se suspendre une breloque, comme une croix, parce qu'accrochant, qu'en est-il d'un turban? voire, d'un voile? N'oublions pas que le soccer se joue aussi avec des coups de tête. Quelles seront les règles lorsque le ballon bifurquera sur une boule de tissu?

Mais poussons la réflexion plus loin, le port d'un vêtement dit «religieux» n'est qu'une affaire humaine: y a-t-il un seul dieu qui se soucie des vêtements que nous portons? sinon pourquoi nous ferait-il naître nus! La majorité des Québécois n'adhèrent pas à ces démonstrations publiques, que ces gens portent ce qu'ils veulent dans leurs résidences ne regardent qu'eux mais dès qu'ils sortent, c'est autre chose. Aussi, comme député, si je me présente à la Chambre des communes avec une casquette, on me la fera enlever, même si c'est ma religion, alors qu'on tolère un turban, c'est inacceptable. Rappelons-le, un vêtement «religieux» est une affaire d'«hommes».

Renouvellement d'autorisation du parti

Bonne nouvelle : Équipe autonomiste a reçu son autorisation officielle du Directeur Général des Élections du Québec pour une deuxième année. Le parti continue son développement et se prépare pour les prochaines élections.

Compléments à l’article « Vous êtes coupables » de Jean-Marc Léger

En complément à l’article « Vous êtes coupables » de Jean-Marc Léger, paru le 14 mai 2013, en page 15 du Journal de Québec. Un membre d'Équipe autonomiste suggère d'ajouter les éléments suivants :

1-Dans la section IMPLIQUEZ-VOUS, on pourrait ajouter :
« Quand vous ne contribuez pas financièrement aux partis politiques qui défendent vos idées, vous êtes coupables. »

2-Comme la politique, c’est l’affaire de tous, on pourrait ajouter la section suivante, destinée aux intervenants publics :
« INFORMEZ
Quand vous êtes un média (télévision, journaux, radios, ou autres) et que vous ignorez les partis politiques émergents ou marginaux, vous êtes coupables.
Quand vous êtes une maison de sondage et que vous omettez d’inclure les petits partis dans vos sondages, vous êtes coupables. »

Critiquer c’est bien,… agir c’est mieux !

Corruption, contributions aux partis politiques, et indifférence des électeurs

Les gens sont très préoccupés par la Commission Charbonneau et se scandalisent de la corruption et des magouilles faites à leurs frais. Ils ont raison, mais cela relève du passé et a été fait avec d’anciennes règles qui n’existent plus. Pendant ce temps, les gens négligent de regarder ce qui se déroule présentement sous leurs yeux et qui aura une influence sur leur avenir.

La réalité d’aujourd’hui
Dans la course aux contributions, actuellement en cours, au 16 mai 2013 (source : le site du Directeur général des élections du Québec (DGE)), c’est le Parti québécois (PQ), supposément si détesté, qui mène le bal avec 4012 donateurs, suivi du controversé Québec Solidaire (QS) avec 833 dons, puis des libéraux (PLQ) (459), de la Coalition Avenir Québec (CAQ-EFL) (327), d’Option nationale (ON) (124), du Parti vert (PV) (48), du Parti marxiste-léniniste (PML) (34), du Parti conservateur du Québec (PCQ) (32) puis d’Équipe autonomiste (ÉA) (13).

Beaucoup de gens prétendent être «écoeurés» des vieux partis, être «écoeurés» de payer; ils disent vouloir du changement. À voir les résultats des contributions, c’est difficile à croire. Par contre, c’est aussi facile de comprendre pourquoi les gens entendent peu parler dans les médias d’Équipe autonomiste ou d’autres partis émergents. Comment se faire connaître avec si peu de budget? Aussi, d’après les chiffres, c’est à croire que les électeurs qui se disent plus à droite que d’autres sont meilleurs en paroles qu’en action.

Pourquoi contribuer à un parti politique?
Que cela plaise ou non, c’est un fait que pour fonctionner et se faire connaître, les partis politiques, qui sont comme des entreprises vendeuses d’idées, ont besoin d’argent. C’est un fait aussi que ceux qui ont plus d’argent ont de meilleures chances de réussir. Le système de financement des partis politiques, grâce aux contributions venant des électeurs, vise à inciter les partis à aller vers les électeurs pour leur expliquer leur programme et les convaincre de les aider financièrement à le réaliser. En contrepartie, les électeurs ont le pouvoir de dire ce qu’ils pensent et ce qu’ils veulent, aux partis qui viennent les voir. Après discussions, l’électeur a le choix de contribuer ou non à ce parti politique et les partis savent ce qu’ils doivent faire pour avoir la faveur des donateurs. Le processus de contribution constitue donc une occasion pour les électeurs d’influencer les partis politiques à tout moment entre les périodes électorales et non seulement le jour du scrutin. Dans ce contexte, l’indifférence des électeurs, face au financement des partis politiques, force ces derniers à se tourner vers un financement plus illicite comme celui auprès d’entreprises qui demanderont «un retour sur l’investissement».

Depuis 2010, les noms de tous les donateurs sont publics, ceci dans un but de transparence. Quand une personne donne légalement à un parti, elle s’affiche, elle se «mouille». Contribuer, c’est donc avoir le courage de ses convictions car nous montrons aux autres quel parti nous encourageons. Cela peut aussi être un message aux autres partis. En plus de leur donner de l’argent, c’est aussi une manière d’améliorer leur popularité. Plus un parti a de donateurs, plus les médias ont de probabilités d’en parler.

Nouvelles règles de contribution, nouvelle astuce de prête-noms
Les règles de contribution aux partis politiques sont changées depuis le 1er janvier 2013. Ces changements bouleversent la manière de recueillir des fonds et ce sont les partis qui s’adapteront le plus vite qui en tireront profit. Voici les plus importants changements (consulter le site du DGE pour les précisions) : 1-Le maximum par donateur est fixé à 100 $ par année (par rapport à 1 000 $ auparavant); il faut donc trouver plus de donateurs; 2-Il n’y a plus de crédit d’impôt sur les contributions; cela est plus démocratique puisque le coût net est le même pour tous, que l’on paie de l’impôt ou non; par exemple, auparavant, un 100 $ de contribution avait un coût net de 15 $ pour un payeur d’impôt, mais de 100 $ pour un sans-emploi ou une personne à faible revenu non imposables; 3-Pour compenser la perte de revenus causée par la limitation à 100 $ par donateur, le DGE bonifie les contributions que reçoivent les partis politiques; il ajoute 2,50 $ par dollar de contribution pour le premier 20 000 $, puis 1,00 $ par dollar pour le 200 000 $ suivant. Ce nouveau système permet aux partis de convaincre plus facilement les gens qui ne paient pas d’impôt de contribuer. À la limite, ça s ‘avère plus facile de trouver des prête-noms à qui on remet du comptant en leur demandant de le verser au parti. Par exemple, un 10 $ comptant donné à un prête-nom deviendra 35 $ une fois passé par le DGE.

Pour comprendre l’effet de levier de la bonification faite par le DGE, faisons l’hypothèse que l’ensemble des donateurs d’un parti a donné 10 $. En moyenne, le montant réel est beaucoup plus élevé, mais nous le réduisons pour les besoins de la démonstration. En argent, le résultat de la course aux contributions serait le suivant : PQ, 110 240 $ pour 4 012 donateurs; QS, 29 155 $ pour 833 donateurs; PLQ, 16 065 $ pour 459 donateurs; CAQ-EFL, 11 455 $ pour 327 donateurs; ON, 4 340 $ pour 124 donateurs; PV, 1 680 $ pour 48 donateurs; PML, 1 190 $ pour 34 donateurs; PCQ, 1 120 $ pour 32 donateurs; et Équipe autonomiste, 455 $ pour 13 donateurs.

Critiquer, c’est bien, … agir, c’est mieux.
On parle de changement et de mouvement de droite au Québec mais les faits montrent le contraire. On pourrait même dire que c’est une droite «fantôme» ou virtuelle. Cette affirmation ne vise pas à dénigrer ces gens, mais plutôt à les éveiller. La crédibilité, ça se développe. Nous l’avons vu précédemment, avec seulement 10 $ par donateur, nous pouvons faire beaucoup si le nombre y est. Pour ceux qui veulent vraiment du changement au Québec, contribuez à Équipe autonomiste. Et si vous hésitez entre le PCQ et l’Équipe autonomiste, donnez 10 $ à chaque, car le DGE permet de donner 100 $ à chacun des 19 partis autorisés. Ensuite, au fil du temps, vous verrez lequel de ces deux partis sera le plus à votre goût et, une fois dans l’isoloir, vous ferez bien le choix que vous voudrez. L’important, c’est d’agir maintenant car, après la prochaine élection, il sera trop tard pour vous plaindre à nouveau.

Bonne réflexion à tous!

Qu’on le veuille ou non, on a les politiciens que l’on mérite !

Voici ce que j’ai reçu ce matin. Sans pointer du doigt aussi sévèrement, cet article de Jean-Marc Léger (voir référence à la fin du communiqué) décrit assez bien la vision d’Équipe d’autonomiste, de la politique et du rôle des citoyens.

"Vous êtes coupables.
À force d’agir en innocents, les électeurs sont les vrais coupables.

Quand vous votez pour un maire à plusieurs reprises malgré les odeurs de scandale qui entourent son administration; vous êtes coupables.
Quand vous décidez de ne pas aller voter et que vous laissez une minorité choisir pour la majorité; vous êtes coupables.
Quand vous vous laissez manipuler par les beaux discours et les promesses électorales qui sont rarement suivis d’actions concrètes; vous êtes coupables.

RÉFLÉCHISSEZ
Quand vous baissez les bras et que vous dites qu’on n’y peut rien et qu’il y aura toujours de la corruption en politique; vous êtes coupables.
Quand vous racontez que les partis politiques sont tous pareils; vous êtes coupables.
Quand vous affirmez que tous les politiciens s’en mettent plein les poches; vous êtes coupables.

AGISSEZ
Quand vous ne payez pas tous vos impôts; vous êtes coupables.
Quand vous travaillez ou payez au noir; vous êtes coupables.
Quand vous ne voulez pas faire votre part et que c’est toujours la faute des autres; vous êtes coupables.

IMPLIQUEZ-VOUS
Quand vous ne prenez pas le temps de vous informer sur les programmes électoraux, de visiter les sites internet des partis politiques ou d’assister à une assemblée publique; vous êtes coupables.
Quand vous ne vous impliquez pas dans un parti politique pour faire valoir vos choix et vos priorités; vous êtes coupables.
Quand vous ne vous investissez pas dans une cause pour faire avancer la société; vous êtes coupables.

DÉCIDEZ-VOUS
Quand vous dites que les gens de gauche sont uniquement des rêveurs ou que ceux de la droite sont seulement des profiteurs; vous êtes coupables.
Quand vous dites que c’était mieux dans le temps et que les jeunes sont des incapables; vous êtes coupables.
Quand vous n’êtes pas capables de décider si le Québec est une province ou un pays; vous êtes coupables.

ACCEPTEZ
Quand vous n’acceptez pas qu’un politicien fasse des erreurs; vous êtes coupables.
Quand vous n’acceptez pas qu’un politicien avoue qu’il ne sait pas et qu’il n’a pas toutes les solutions; vous êtes coupables.
Quand vous n’acceptez pas qu’un politicien vous dise la vérité, car cela implique d’accepter une hausse de taxes et une coupure de services; vous êtes coupables.

CHANGEZ
À moins que le maire ne soit d’une probité exemplaire et qu’il ait de grandes réalisations tout en respectant son budget, il est préférable de changer l’administration en place après deux mandats. Il arrive souvent que le pouvoir corrompt après huit ans de pouvoir.
Gilles Vaillancourt a été élu maire à six reprises. En 2009, il a reçu l’appui de 61 % des électeurs et fait élire 21 conseillers sur 21. Aucune opposition ne lui résistait. Un philosophe anglais disait que le pouvoir corrompt et que le pouvoir absolu corrompt absolument.

Réfléchissez, agissez et changez. Alors, nous cesserons d'avoir les politiciens que nous méritons et nous aurons ceux que nous souhaitons.
Les politiciens ne sont que la conséquence de vos choix. Vous en êtes la cause.
Fais toujours attention à un politicien qui affirme qu’il veut ton bien, parce qu’il a raison. Au final, il l’aura tout ton bien."

Référence :
LÉGER, Jean-Marc, « Vous êtes coupables », Le Journal de Québec, le mardi 14 mai 2013, Vol. XLVII No 70, p. 15.
ou (http://www.journaldemontreal.com/2013/05/13/vous-etes-coupables)

Dénonciation des pédophiles et danger des condamnations hâtives

Maître Bellemare parle d'un geste civique, la mise en garde affichée contre un présumé pédophile à Charlesbourg (voir références à la fin du texte), mais est-ce un geste civilisé? N'est-ce pas davantage une attitude très far-west? Quand on sait qu'un geste civilisé est doté d'une civilisation, d'une culture plus élaborée que la moyenne, sommes-nous au raz des pâquerettes où les citoyens jouent un rôle social de justicier? Nous avons un système très élaboré et des cours de justice qui répondent à des normes strictes dont notre société plus avancée a voulu se doter pour protéger des fausses accusations. Lorsque le présumé sera accusé, socialement nous agirons mais, en attendant, n'est-ce pas aux citoyens d'être tout simplement plus vigilants, de surveiller davantage ses propres enfants? Les sondages actuels montrent une tendance à condamner sans procès. Méfiez-vous d'être un jour mis innocemment au pilori! Équipe autonomiste veut davantage responsabiliser les gens donc quand un présumé coupable de pédophilie rôde dans votre secteur, informez-en vos enfants, expliquez-leur la situation, ne les laissez pas seuls sur les chemins, la clé dans le cou, guettez plus, mais, de grâce, évitez la paranoïa.

Références :
1-Nouvelles TVA: (vidéo)
http://medias.tva.ca/stations/cfcm/nouvelle/268176.wm

2-Journal de Québec:
http://www.journaldequebec.com/2013/05/08/-un-geste-civique

3-Le Soleil: (aucune mention de Me Bellemare dans cet article)
http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/2013...

4-Manchette TVA:
http://tva.canoe.ca/stations/cfcm/nouvelle/20130506.html

5-(Sondage TVA:
http://tva.canoe.ca/stations/cfcm/resultats.html
6 mai 2013
Des affiches posées pour dénoncer un présumé pédophile à Charlesbourg. Êtes-vous d'accord avec ce genre d'initiative personnelle?
OUI 79%
NON 21%
Nombre de votes : 3622)

Décrochage scolaire et qualité de l’enseignement; pas seulement la faute des professeurs

Au Québec, pour diminuer le décrochage scolaire et améliorer la qualité de l’éducation, on injecte toujours plus d’argent, on réduit la taille des classes, on diminue les exigences de passage et on voudrait évaluer sévèrement la performance des professeurs (proposition de François Legault aux élections de 2012). Jusqu’à maintenant ces stratégies n’ont rien donné. Et si une partie du problème était du côté des parents ? Pas tous, mais un assez grand nombre, pour nuire au système. Peu de gens osent poser cette question, surtout pas les politiciens en place. Ils ont bien trop peur de perdre de précieux votes... de popularité. Toutefois, si on analyse objectivement les témoignages de professeurs, autant dans notre entourage que dans les médias (voir références à la fin du texte), il est clair que l’éducation (ou plutôt l’instruction) est souvent peu valorisée par les parents. Des parents qui ne se gênent pas pour amener leur famille en vacances dans le sud pendant la période scolaire, pour faire rater les cours, la journée du vendredi, pour toutes sortes de raisons dont celle d’arriver tôt au chalet. En plus, de nombreux parents voudraient éliminer les devoirs car cela nuit à la pratique de sports et aux activités de la famille.

Et si plus de parents faisaient leur part pour favoriser la réussite scolaire de leurs enfants, peut-être que l’éducation nous coûterait moins chère, que le taux de succès serait plus élevé et que la formation serait meilleure ?

La valeur no 3 d’Équipe autonomiste concerne la cellule familiale. Un des sous-objectifs de celle-ci est d’inciter les parents à s’occuper de leurs enfants pour en faire des adultes autonomes et responsables qui contribueront à la société. Reste à trouver comment atteindre cet objectif. Comme la mission du parti est de travailler en équipe avec la population pour améliorer la situation au Québec, nous invitons la POPULATION (pas seulement les spécialistes cachés dans les bureaux du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport) à lui faire des propositions en ce sens (cela peut être fait par le courriel du parti sur le site Web, sur la page Facebook, etc.).

Références:
1-L’école facultative, par Jean-François Roberge, professeur au primaire depuis 15 ans, sur la Rive-Sud, La Presse du 4 mai 2013, section débats, p. A 29.
http://www.pressdisplay.com/pressdisplay/fr/viewer.aspx

2-L'omertà parentale, par Pierre-Yves McSween, comptable professionnel agréé, professeur d'administration au cégep régional de Lanaudière et chargé de cours à HEC Montréal, La Presse, 27 février 2013, p. A15.
http://www.lapresse.ca/debats/nos-collaborateurs/pierre-yves-mcsween/201...

3-Les parents-rois s'installent à l'école «C'est le règne du "Moi, mon enfant"», par Marie-Andrée Chouinard, LE Devoir, 17 février 2013
http://www.ledevoir.com/societe/education/131550/les-parents-rois-s-inst...

Plan Nord et plantes vertes : Le PQ coupe d’un bord et gaspille de l’autre

868 000 000$ pour le Nord pendant que l'on coupe sur l'entretien des plantes au Sud. Aujourd’hui, certains fonctionnaires provinciaux ont reçu un avis leur disant que l’entretien des plantes serait sous la responsabilité des employés à compter du 1er juin prochain, ceci dans le but de mieux utiliser les fonds publics, et pourtant l'on constitue un autre organisme d'État: le Secrétariat pour le développement nordique. Équipe autonomiste, qui vise à réduire l'État, considère que ce nouveau département aurait bien pu s'intégrer dans ce qui existe déjà dans les ministères touchés.

Unissons-nous pour faire abolir le cours d’éthique et culture religieuse

Le cours d’éthique et culture religieuse, créé et rendu obligatoire par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, suscite beaucoup de désapprobation autant des professeurs qui l’enseignent que des parents dont les enfants le subissent. Selon les dires, cette formation ne serait qu’un cours d’accommodements raisonnables, faisant la promotion du multiculturalisme au détriment de la culture québécoise. Équipe autonomiste a, dans son programme, une proposition (no 25) à l’étude, qui vise à abolir ce cours et à le remplacer par autre chose. Équipe autonomiste prône la culture générale mais dans le respect, entre autres, de notre valeur 5, «Le maintien et le respect des us et coutumes des Québécois». Récemment, un citoyen motivé et convaincu, monsieur Karl Poirier, a invité le parti à signer la pétition qu’il a mise en ligne sur le site de l’Assemblée nationale. Comme cette action est dans le sens de l’orientation du parti, nous invitons nos membres et la population à signer cette pétition au lien https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-380.... Équipe autonomiste félicite monsieur Karl Poirier pour son implication envers la société parce que …
… Critiquer, c’est bien, agir, c’est mieux !

Impliquez-vous !

En 2010, la population québécoise n’a alloué, aux activités bénévoles et communautaires, que 18 min par jour (0,3 heure de sa journée) sur un total de 5,5 h de temps libre par jour. « Le temps imparti aux activités bénévoles et communautaires est … plus important chez les personnes de 55 ans et plus que chez les jeunes. » Informations tiré d’un rapport de l’Institut de la statistique du Québec, http://www.stat.gouv.qc.ca//publications/conditions/pdf2013/coupdoeil_so...,

Aussi, le taux de participation aux activités bénévoles et communautaires, indique que seulement 10,5 % des Québécois y ont alloué du temps pour l’année 2010 (http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/famls_mengs_niv_vie/Emploi_te...,)

C’est ce qui fait dire que seulement 10 % des gens prennent le «train» (au sens figuré) et que parmi ceux qui le prennent seulement 2 à 3 % vont y être actifs.

Désirez-vous faire partie de ce 2 à 3 % ou même l’augmenter? Équipe autonomiste vous en offre l’opportunité.

Des choix pour l’électeur : s’impliquer ou… se plaindre sans rien faire

Le nombre de citoyens possédant une carte de membre de parti politique, au Québec, n’était que d’environ 130 000, au 31 décembre 2011, soit moins de 2,2 % des électeurs. Cela montre que la majorité de la population préfère démissionner plutôt que s’impliquer. Pourtant, ce sont souvent eux, ces citoyens qui sont les mieux placés, de par leurs connaissances dans leur domaine de travail et leur expérience de vie, pour trouver des solutions applicables permettant d’améliorer la situation du Québec.

Les électeurs, plutôt que de participer, préfèrent laisser la place à des politiciens « professionnels » dont plusieurs n’ont pour seul but que de garder le pouvoir et se remplir les poches ainsi que celles de leurs «amis». De plus, au moment de voter, un devoir et aussi une responsabilité, de nombreux électeurs ne se donnent même plus la peine de réfléchir à leur candidat. Ils font leur choix aussi sérieusement qu’on achète une auto de dépannage : un petit coup pied sur les pneus, un coup d’œil sur la couleur, une écoute légère des boniments du vendeur et, surtout, un grand espoir de ne pas tomber sur un citron pour cette fois. Un peu comme à la loterie.

Les citoyens se plaignent de l’incompétence et de la malhonnêteté des politiciens. Toutefois, il est clair que le dégoût de la population pour la politique et les politiciens fait en sorte que des gens compétents et honnêtes hésitent à se lancer en politique, sachant bien qu’ils seront considérés comme de la pourriture avant même de commencer. La société n’a-t-elle pas les politiciens qu’elle mérite ? Les électeurs déplorent le manque de choix politiques. Ils n’ont jamais eu autant de choix qu’à la dernière élection, pourtant ils ont décidé de voter « stratégique » et de s’en tenir aux « grands partis » et d’ignorer les partis émergents. Ainsi, le désintéressement et l’individualisme généralisés, d’une majorité désabusée face à la politique, font en sorte qu’il est facile pour des petits groupes de pression bien organisés d’influencer, en leur faveur, les pantins qui prétendent nous gouverner mais qui, en réalité, ne pensent qu’à leur ambition personnelle. L’état actuel de la politique est donc malheureusement le reflet de sa société.

À Équipe autonomiste, nous croyons que cela peut changer car nous sommes convaincus que les citoyens ont le pouvoir de corriger la situation, mais aussi le devoir de le faire. C’est une responsabilité de tous : s’impliquer en politique, de près ou de loin, parce qu’il en va de l’avenir de notre société, de nos enfants et de nos vieux jours. Et nous sommes convaincus qu’un nouveau parti peut faire la différence. Le seul fait de véhiculer des idées neuves et d’aller prendre des votes aux anciens partis peut les influencer à changer leur comportement et leur vision. Ils agiront pour acquérir des votes et garder à tout prix leur position, comme ils le font actuellement lorsqu’ils ignorent leur propre programme et parlementent sans même faire un semblant de débat.

Nous pensons que les citoyens ont la capacité de modifier la politique, mais que cela sera possible que s’ils y mettent des efforts. Le manque de temps est une défaite habituellement peu valable, ce serait plutôt une question de choix personnel, de motivation, d’autonomie, si l’on se fie aux chiffres de Statistique Québec qui démontrent le taux de passivité d’action. Choisir entre « se plaindre et ne rien faire » ou « travailler et prendre les rênes en main ».
Comment peut-on s’impliquer en politique ? Il faut commencer par s’informer sur les dix-neuf partis politiques autorisés au Québec, choisir celui dont les idées correspondent le plus à notre vision et, au moins, l’encourager. On peut prendre une carte de membre, lui faire une contribution, en faire la promotion dans son entourage, et même trouver des moments et de l’énergie pour s’y impliquer.
Le seul moyen pour que la politique fonctionne à notre goût, c’est d’y participer.
Critiquer, c’est bien, mais agir, c’est mieux !

Le Québec et le respect des pères - Information

Au Québec, depuis 2002, un père a 1 an pour faire reconnaître sa paternité, alors qu’une femme peut poursuivre le géniteur de son bébé pendant 30 ans. Est-ce vraiment ça l’égalité homme-femme ?
Voir : http://www.radio-canada.ca/actualite/enjeux/reportages/2003/030902/pater...

Contre le projet de loi 20 sur le registre des armes à feu (de chasse)

Équipe autonomiste dénonce le projet de loi 20 qui vise à créer un registre québécois des armes à feu, suite à l’abolition, en 2012, du registre fédéral des armes de chasse (le registre des autres types d’armes est demeuré en place). Ce registre québécois serait un dédoublement inutile du système de contrôle des propriétaires d’arme de chasse actuellement en vigueur au Canada, dont les règles sont suffisamment strictes pour protéger la population. En effet, pour posséder ce type d’armes, il faut réussir un cours et subir une enquête de la Gendarmerie royale du Canada qui démontre que le possesseur n’est pas dangereux. Le permis (PPA, anciennement AAAF), ensuite obtenu, doit être présenté à chaque achat d’armes ou de munitions. Le registre fédéral des titulaires de ce permis demeure accessible pour les policiers, même sans registre québécois. L’enregistrement de chacune des armes est donc inutile. Il ne pourra empêcher des gens fous et n’aura aucun effet sur les armes illégales. Ce sera tout simplement un tentacule de plus à notre gigantesque pieuvre gouvernementale qui, en plus de nous coûter cher, occupe beaucoup d’employés qui pourraient être plus utiles dans des entreprises contribuant au réel développement économique de notre province.

Il est temps de réduire la taille de l’État québécois et, pour ce faire, il faut d’abord cesser d’y ajouter tout programme inutile, même peu coûteux. Équipe autonomiste est l’un des deux seuls partis à être contre le registre des armes de chasse au Québec. Une proposition a, à cet effet, été votée à l’unanimité par les membres de notre parti, présents lors du congrès du 19 janvier 2013.
Équipe autonomiste encourage ceux qui sont contre le registre à transmettre leurs commentaires au gouvernement du Québec à : https://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/commentaire.html?type... .

Contre les campagnes de « salissage »

Il est essentiel de nous objecter tous pour dénoncer la campagne de «salissage» qu’entreprend le Parti conservateur du Canada contre monsieur Justin Trudeau. Ce n’est pas dans la tradition canadienne de procéder d’une telle façon. Cette manière de faire est une copie conforme de procédés états-uniens alors que nos coutumes nous distinguaient honorablement de ce voisin du sud. Cette forme de campagne ignoble ajoute au cynisme déjà grandissant de la population envers la classe politique: en la tolérant, nous ne faisons qu’ajouter au dégoût de la population. Ce qu’encourage ici monsieur Harper éclabousse tous les partis. Habituellement, un parti fait sa campagne sur le dos des autres quand il n’a rien à offrir. Est-ce le problème du Parti conservateur du Canada?

Contre l’imprudence au volant ; cessons la mollesse

Les conducteurs continuent de faire des «textos» au volant, ou d'autres activités distrayantes, malgré les risques élevés que cela comporte. Des campagnes publicitaires généralement «douces» ont été tentées, mais sans grand succès malgré leurs coûts parfois élevés. Équipe autonomiste croit que pour responsabiliser les gens, il faudrait leur montrer la vérité sans détour, même si cela peut choquer. Comme un des objectifs du parti est d’informer les citoyens pour les rendre plus autonomes dans leurs décisions et leurs actions, nous suggérons la stratégie suivante : présenter dans les écoles, à partir du secondaire I, et à la télévision, des publicités comme celle assez crue qui a eu du succès en Angleterre en 2009. Voir : http://www.youtube.com/watch?v=R0LCmStIw9E . Faudra-t-il aussi renforcer les conséquences jusqu'à les rendre semblables à celles de l'alcool au volant: 1° interdiction de conduire pendant un an; 2° saisie du véhicule pendant un an; 3° saisie et vente du téléphone ou de l'accessoire de distraction; 4° amende notoire pour le conducteur; 5° points d'inaptitude élevés? Déjà que le parti demande l'amendement du «no fault», pour que la personne assume les conséquences de sa négligence.

Réflexion sur la place du français au Québec

Beaucoup de gens se demandent si le Québec doit devenir une province officiellement bilingue ou si elle doit demeurer francophone en continuant d’y protéger le français ? Comme il est évident que le contexte nord-américain, où le Québec est entouré d’anglophones, combiné au faible taux de natalité des francophones et au faible taux d’assimilation des immigrants vers le groupe francophone font en sorte que le libre choix, entre le français et l’anglais, mènera vers la disparition du français à plus ou moins brève échéance. La question devrait être reformulée. En réalité, il s’agit simplement de choisir entre : a) éliminer le français au plus vite pour se simplifier la vie ou b) protéger notre langue française pour maintenir notre culture qui lui est liée. La langue n’est pas seulement un moyen de communication, c’est aussi le reflet de notre culture et un véhicule pour la transmettre aux générations futures.

Selon Équipe autonomiste, le maintien du statut francophone de la province, pour protéger la langue, est compatible avec le bilinguisme des citoyens et le respect des anglophones.

L’argument en faveur de l’élimination du français, selon lequel la langue française est l’obstacle au développement économique du Québec, nous paraît peu valable. En effet, quand il y a de l’argent à faire, les entreprises ne se formalisent pas de la langue. Nous n’avons qu’à penser aux usines qui déménagent aux Indes ou au Mexique. Notre problème de croissance économique semblerait découler plutôt de la bureaucratie trop élevée, des pouvoirs excessifs des syndicats, des impôts astronomiques, des taxes aux entreprises trop abondantes, d’une mentalité bloquant les projets de développement, etc. Nous croyons donc que si nous corrigeons ces irritants, le fait de protéger le français ne sera plus une excuse pour expliquer la faible croissance économique du Québec.

Bien entendu, si nous décidons de protéger le français, il faudra que nous nous organisions pour l’enseigner correctement et rendre la population fière de sa langue autant pour l’utiliser régulièrement que pour en maintenir la qualité. Maintenir une langue ou une culture est, avant tout, un projet de société auquel tous doivent participer, ce n’est pas un principe théorique imposé par des lois. Dans ce cas-ci, les lois servent à appuyer les «efforts» de la population et à la soutenir.
Le débat reste ouvert : nous protégeons le français et notre culture ou nous l’effaçons au plus vite pour passer à autre chose ?

Équipe autonomiste pour la liberté d’association des étudiants

Actuellement, monsieur Laurent Proulx est en procès pour revendiquer la liberté d’association des étudiants. Équipe autonomiste considère que cette demande est légitime et que le monopole des associations étudiantes doit cesser. C’est pourquoi le parti encourage monsieur Proulx à poursuivre sa lutte et lui souhaite de réussir. De plus, selon Équipe autonomiste, la Confédération des syndicats nationaux (CSN), ou tout autre syndicat, ne devrait pas se mêler de ce dossier et, surtout, ne devrait pas dépenser l’argent des syndiqués pour défendre le monopole des associations étudiantes. Le mandat de base des syndicats est de protéger leurs travailleurs contre les abus de leurs employeurs et ils devraient s’en tenir à ça.
Référence : http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2013/04/20130403-1955...

Les faiblesses du Projet Saint-Laurent de la Coalition Avenir Québec

Il n'y a pas de mal en soi à vouloir stimuler l'économie, mais là où le Projet Saint-Laurent, de la Coalition Avenir Québec, titille Équipe autonomiste c'est sur ses conséquences au niveau des terres agricoles. Déjà que ces dernières sont menacées par l'urbanisation, pourquoi ne pas davantage développer un «plan laurentien» et établir les entreprises dans l'axe non cultivable juste à l'orée de ce qui devrait être priorisé pour nourrir les Québécois. De plus, ce Projet Saint-Laurent n'est qu’une intrusion supplémentaire, de l'État, dans l'entreprise privée et ... encore des subventions ... Subventions payées avec de l’argent que le Québec n’a pas et dont la distribution est souvent discutable. Justement, la ministre des Affaires municipales de l'époque, madame Nathalie Normandeau, avait décrié les coûts trop élevés de la coopérative L'escalier à Québec, subventionnée à 100% par le gouvernement. Des logements en béton, mur à mur, d'un luxe que le monde ordinaire ne peut pas se payer et réservés à la discrétion de quelques décideurs.
Il existe bien des exemples de ce genre qui portent Équipe autonomiste à douter du système des subventions.

Équipe autonomiste dénonce la discrimination exigée par le Conseil du statut de la femme (CSF) dans l’industrie de la construction

Le CSF veut forcer les entreprises en construction du Québec à avoir un minimum de 3 % de femmes (donc un maximum de 97 % d’hommes) dans leurs effectifs sous peine de les empêcher d’obtenir des contrats du gouvernement. En pratique, cela signifie que, pour respecter cette exigence, les employeurs devront refuser la candidature d’hommes qui se présenteront, même s’ils sont très compétents, et recruter des femmes à tout prix même moins compétentes. Cela est tout simplement de la discrimination, non seulement légalisée mais obligatoire. Dans une société où l’on prône l’égalité homme-femme, cela n’a pas de sens. L’égalité et l’absence de discrimination doivent être dans les deux sens. Si on appliquait cette exigence du CSF pour les emplois où il n’y a pas assez d’hommes, selon le même principe de quotas, il faudrait ailleurs refuser des femmes compétentes et embaucher obligatoirement tout homme qui postulerait. Est-ce que cela serait moralement acceptable et approuvé par la société? Sans doute que non.
Le CSF défend des principes discriminatoires et Équipe autonomiste considère qu’il est grand temps d’abolir cet organisme coûteux et parfois nuisible pour l’avancement de notre société.

Qu'est-ce que l'autonomisme?

Je vous citerai le début de l'article Autonomisme au Québec de Wikipédia:
«L'autonomisme s'oppose au souverainisme québécois, puisqu'il prône le maintien d'un lien entre le Québec et le Canada. Il diffère aussi du fédéralisme québécois puisqu'il revendique une décentralisation importante des pouvoirs vers le Québec.»
Il faut savoir que le fédéralisme cherche à centraliser le pouvoir vers Ottawa alors que la volonté des provinces, en 1864, était de créer une confédération d'où la désignation «Pères de la Confédération», chose que les politiciens de l'époque se sont empressés de faire bifurquer dans leur intérêt personnel. N'oublions pas qu'une confédération place le pouvoir dans les provinces qui mettent en commun que ce qu'elles veulent.
Équipe autonomiste prône donc l'autonomisme et elle détient une carte maîtresse à cet effet.
Tant que la constitution canadienne n'est pas signée par le Québec, cette constitution lui est appliquée tacitement à défaut d'autre chose. Le Québec attend toujours des propositions devant venir des autres provinces, depuis Meech, pour accommoder le Québec. Équipe autonomiste est bien consciente que ces offres ne viendront jamais car la fédération canadienne n'y voit aucun intérêt. De plus, Équipe autonomiste sait qu'il n'y a plus suffisamment d'«indépendantistes» car le souverainisme s'y maintient, depuis 1995, à environ 40 % et qu'au regard des tout derniers sondages, les souverainistes seraient entre 30 et 32 % soit un «appui en chute libre». Aussi le vote souverainiste pâtit de la hausse de la proportion de non-francophones qui représentent aujourd'hui 20 % de la population (8 % d'anglophones et 12 % d'autres langues). Cet électorat est à 80-90 % contre la souveraineté. Chiffre à l'appui, une sociologue à l'université de Montréal montre que, depuis 1976, traditionnellement, quand le Parti québécois revient au pouvoir, l'appui à la souveraineté baisse (voir http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/09/04/les-quebecois-sont-il...). Équipe autonomiste est donc prête pour une action concrète afin de régler, pour le Québec, la question constitutionnelle. Ce que le Québec aimerait, à mon avis, c'est une confédération à la fédération canadienne pour ensuite convaincre les autres provinces de leur intérêt à se confédérer eux-mêmes. Comment procéder? J'ai ma réponse et je vous la réserve si vous y montrez un intérêt.

Équipe autonomiste approuve l'abolition du crédit d'impôt aux Fonds des travailleurs par Ottawa

L'abolition par Ottawa du crédit d'impôt pour l'achat d'actions du Fonds des travailleurs est une excellente nouvelle car ce n'est pas le rôle des syndicats de gérer du capital de risque. Équipe autonomiste considère que le Québec devrait suivre l'exemple d'Ottawa et aussi abolir ce crédit d'impôt. Depuis ses débuts, Équipe autonomiste développe des propositions qui visent à recadrer le rôle des syndicats dans leur mandat original, soit uniquement la protection des travailleurs. De plus, cette subvention déguisée est une concurrence déloyale pour des entreprises privées qui gèrent du capital de risque. Bien sûr, Équipe autonomiste n'est pas indifférente à l'aide qu'apportait le fonds aux petites et moyennes entreprises et elle est convaincue que des règles facilitatrices compenseront ce changement.

Petite enfance et cafouillage du PQ dénoncé par Équipe autonomiste

Je ne comprends pas. Le gouvernement Marois exige des compressions chiffrées à 56,2 millions$ au réseau des garderies: 37,9 millions$ aux Centres de la petite enfance, mieux connus sous le nom de «garderies à 7$», et 18,3 millions$ en retrait de subventions offertes aux garderies privées. Pourtant, dans son programme et lors de la dernière campagne électorale, le Parti québécois clamait fort: «Un enfant, une place: création de 15 000 nouvelles places à 7$.» Est-ce à dire que cette promesse électorale serait une fois de plus un leurre à électeurs?

Aussi, la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport annonce la maternelle à 4 ans en milieu défavorisé. Je m'objecterais à une telle décision pour différentes raisons. Premièrement, nous nous retrouvons déjà avec différents choix concurrents et confondants, créant certaines injustices: pourquoi des garderies, des maternelles, des centres de la petite enfance? Pourquoi ne pas régler le tout en un seul réseau? Avez-vous pensé aussi que ces enfants qui ont eu le privilège de commencer plus tôt leur instruction, aboutiront dans une classe où, tout à coup, ils devront attendre que ceux qui n'ont pas joui de la maternelle, pré-maternelle, CPE éducatifs ou autres, les rattrapent, selon notre système actuel.

Équipe autonomiste veut à sa troisième valeur, la cellule familiale, aider les familles à s'occuper de leurs enfants. Équipe autonomiste veut aussi restreindre le rôle de l'État. Équipe autonomiste veut aussi aplanir les injustices comme celle de permettre une garderie subventionnée à une travailleuse régulière au détriment d'une infirmière de nuit qui, elle, n'y a pas droit. Équipe autonomiste veut favoriser les petites et moyennes entreprises et être coordonnatrice pour aider à leur démarrage si nécessaire. Équipe autonomiste avait parlé de laisser libre les parents et de procéder par déduction d'impôts à la source par enfant. Voici une proposition à l'étude, au parti:

Proposition 33 : Réformer le financement des CPE et des garderies en milieu familial.
««Abolir le système de financement direct aux CPE et la gestion des subventions aux garderies en milieu familial par les CPE. Offrir une aide financière directement aux parents à l’aide de réductions sur les retenues à la source.
Le parent désirant demeurer à la maison pourra recevoir un remboursement seulement si l'autre parent travaille, tout en s’assurant que le parent demeurant à la maison ne soit pas prestataire de l'aide sociale. L'objectif de ce programme est de permettre à tous les parents d'utiliser, ou non, les services d'une garderie privée de son choix, en tout temps. La vérification de la qualité des services continuera de relever du gouvernement.»»
L'imposition de l'école à 6 ans avait été voulue parce que, à cet âge, les enfants sont davantage autonomes et que leur esprit est prêt à assumer cette scolarité. Il faut aussi penser qu'en imposant l'école, il faut prévoir le transport et qu'en bas de 6 ans cela devient très délicat. Non, je ne suis pas prêt à adhérer à ce choix péquiste.

Gaspillage et camouflage dans les dépenses informatiques au gouvernement du Québec

Un outil créé pour permettre aux citoyens de suivre «l’évolution des dépenses du gouvernement en toute transparence» servirait en réalité à désinformer la population sur l’état réel des finances publiques, selon un article du journal Le devoir paru le 15 mars 2013, intitulé «Québec accusé de désinformation numérique». Extrait de l’article : «Les manipulations identifiées et confirmées au Devoir ciblent le "Tableau de bord sur l’état de santé des projets en ressources informationnelles" qui, depuis sa création en mai dernier, laisse entendre que 96,6 % des projets informatiques et numériques du gouvernement sont réalisés, implantés ou rodés sans aucun dépassement de coûts, problème de gestion ou besoin d’être modifiés.» http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/373360/quebec-accu.... Des sources près du Secrétariat du conseil du trésor (SCT) confirment, à Équipe autonomiste, l'authenticité de ce qui est avancé dans l'article. Sauf que ce ne serait pas les politiciens qui tenteraient de cacher la situation mais bien des dirigeants de l'appareil bureaucratique qui espèrent protéger les intérêts particuliers de certains informaticiens et consultants. Selon les mêmes sources, le montant publié par le SCT, évaluant les dépenses informatiques gouvernementales à 2,6 milliards $, serait consciemment sous évalué. Ces véritables dépenses informatiques seraient de trois à quatre fois plus élevées et pour une bonne partie sans aucun bénéfice tangible ni pour l'État, ni pour les citoyens. Les coûts annuels de ces projets seraient de 8 à 10 milliards $ et non de 2,6 milliards $ comme le SCT le laisse croire. Les fonctionnaires cachent l’information sur les coûts de projets informatiques et le Conseil du trésor manipule les données pour faire croire que les dépenses publiques vont bien.

Équipe autonomiste tient à informer les citoyens pour les rendre autonomes dans leurs choix. Équipe autonomiste, elle, a eu une proposition voulant que le Grand livre comptable de l'État soit rendu public quotidiennement, des données ouvertes brutes, pour que les contribuables sachent où va exactement leur argent

Invitation à célébrer la première année d’Équipe autonomiste

Hier encore, la commission Charbonneau a montré à quel point les principaux partis politiques sont à la merci des entreprises qui financent une bonne part de leurs campagnes électorales, permettant d’obtenir le pouvoir, pratiquement coûte que coûte et certainement au détriment de bons services à la population. La révélation de ces pratiques douteuses combinée aux promesses non tenues par les partis, une fois rendus au pouvoir, font en sorte que depuis plusieurs années une grande majorité d’électeurs ne croit plus en notre démocratie. Beaucoup de citoyens sont découragés des vieux partis et des politiciens sans conviction et assoiffés de pouvoir. Ainsi, ils se rendent souvent voter par devoir, mais sans motivation, sachant bien qu’ils se feront avoir une fois de plus à chaque élection.

Nous étions aussi de ces citoyens déçus d’un système rempli de mensonges et de promesses non réalisées. Toutefois, plutôt que de nous apitoyer sur notre sort et de nous désintéresser de la politique, nous avons choisi de retrousser nos manches et de relever le défi de créer notre propre parti politique. Un parti à notre goût, pour savoir pour qui voter. Un parti fondé sur des valeurs que nous considérons essentielles pour l’avenir du Québec, tout en restant dans le Canada. Un parti qui vise à travailler avec les citoyens, en fonction de leurs compétences et de leur expérience, pour trouver des solutions qui permettront d’améliorer la situation de la province et de léguer, aux descendants, la société qu’ils mériteront en fonction des efforts que nous leur apprendrons à fournir.

Au début, beaucoup de gens ont considéré notre projet comme voué à l’échec. Mais nous sommes là et le parti fêtera son premier anniversaire d’autorisation officielle le 21 mars prochain. La majorité silencieuse a maintenant une voix pour se faire entendre. Une voix discrète pour l’instant, mais une voix qui pourrait grandir grâce à la participation, petite ou grande, de chacun. Nous vous invitons à venir vous informer sur le parti ou encore sur la façon utilisée pour réaliser ce projet, car aucun de nous n’avait de véritable expérience politique auparavant. La plupart des dirigeants d’Équipe autonomiste sera sur place pour un échange amical.

Jeudi, le 21 mars prochain, au Dooly’s Henry IV, local 190, 2600 Saint-Jean Baptiste, Québec, à partir de 17 :00 h. Bienvenue à tous.

Réflexion sur le changement d’heure

Pour montrer l'irrationalité des gens, on a décidé de changer l'heure plutôt que d'adapter les heures d'activité (travail, école, etc.) en conséquence; eh oui! l'humain a préféré forcer la nature en modifiant l'heure réelle. De nos jours, il ne semble plus y avoir qu'une seule raison pour avancer l'heure et elle est commerciale: «en 1986, le lobby du barbecue et celui de l'industrie des pépiniéristes aux États-Unis avaient réussi à convaincre le gouvernement de devancer au début d'avril la période de l'heure d'été pour prolonger le plaisir des activités à l'extérieur.» (http://www.aide-internet.org/site/index.php?option=com_content&view=arti...) À l'heure avancée, on profite d'une plus longue période d'ensoleillement en soirée, alors que l'heure normale permet de jouir d'un peu de luminosité le matin. Alors cessons de changer l'heure et, trois choix s'offrent à nous: gardons l'heure normale, adaptons nos horaires en commençant plus tôt les activités et en les terminant plus tôt ou prenons l'heure normale des Maritimes. Le Québec pourrait très bien justifier ce dernier choix puisqu'une très grande partie de la province jouxte cette région.

L’anglais à l’école

Voilà que le gouvernement veut rendre les cours d'anglais intensif au primaire facultatifs et madame Malavoy renchérit en argumentant qu'il faudrait que les jeunes apprennent d'abord correctement leur français avant d'être immerger dans une deuxième langue. Équipe autonomiste propose, dans son programme, que l'immersion anglaise commence dès la première année scolaire, pendant que les enfants sont des éponges et qu'ils absorbent sans difficulté la matière. Équipe autonomiste réplique que si les jeunes ne savent pas correctement leur français, c'est qu'il y a des failles dans son enseignement et qu'il serait peut-être temps de demander des comptes au ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport qui se plaît à planifier les programmes.

Le français

Le Conseil supérieur de la langue française est préoccupé par la régression du français comme langue unique de travail (voir http://www.radio-canada.ca/nouvelles/acces/suite.asp?lien=http://www.rad...). Équipe autonomiste aussi se questionne sur la régression du français. Est-ce normal qu'un Québécois francophone, sur le territoire du Québec, puisse être contraint de parler une autre langue que le français dans tout espace public (dans le sens d'accessible, ouvert à tous, par opposition à privé dans le sens de réservé à des personnes spécifiques), autrement que si son travail l'y oblige à cause de contacts avec des personnes de nations étrangères? Après tout, il est chez lui dans une province dont la langue officielle est le français? Quand on sait qu'au moins 49% des Québécois sont considérés analphabètes fonctionnels et que 800 000 Québécois seraient analphabètes (voir http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=1754), ne faut-il pas les protéger et les aider?

Devrait-on abolir le Conseil du statut de la femme du Québec ?

Le Conseil du statut de la femme a été créé en 1973 dans le but d’améliorer la condition des femmes au Québec. Ensuite, s’est ajouté le poste de ministre déléguée à la condition féminine, puis le Secrétariat à la condition féminine. Au fil du temps, l’expression «Égalité homme-femme» s’est ajoutée dans le discours de revendication des femmes, mais plus spécifiquement des féministes. Encore hier, le 7 mars, le Collectif du 8 mars, dirigé par la FFQ (Fédération des femmes du Québec), a réclamé à la première ministre la création d’un vrai ministère de la Condition féminine car les femmes subiraient encore trop de discrimination et que l’égalité serait loin d’être atteinte. Ce collectif a aussi réclamé plus de budget pour subventionner les groupes de promotion des droits des femmes ainsi que plusieurs autres choses (http://www.ffq.qc.ca/2013/03/une-rencontre-historique-menottee-par-les-p...). Si on se fie au message véhiculé dans les médias en général, la situation des femmes serait encore préoccupante. Mais qu’en est-il au juste de la situation des femmes et des hommes au Québec en 2013 ?

Voici quelques éléments de réflexion :
1-Les femmes occupent plus de 58 % des postes de la fonction publique provinciale, mais on persiste à engager toujours plus de femmes pour respecter les lois sur la représentativité.

2-Les femmes représentent 53 % des cadres des sociétés d’État, elles sont à plus de 40 % dans 21 des 22 sociétés d’État dont 6 à plus de 60 %, mais on considère qu’il reste du travail à faire car elles doivent être à plus de 50 % partout.

3-Les filles sont majoritaires dans presque toutes les facultés des universités et le taux de décrochage des garçons est beaucoup plus élevé que celui des filles, mais on continue à faire des programmes exclusivement pour encourager les filles à poursuivre leurs études (Chapeau les filles, Les filles et les sciences un duo électrisant, etc.)

4-Lors des séparations, les hommes ont souvent beaucoup de difficultés à avoir une garde partagée de leurs enfants qui sont ainsi privés de connaître leur père.

5-Les hommes subissent autant de violence conjugale que les femmes, mais on persiste à le nier et à maintenir en place un comportement qui incite à faire croire que seules les femmes en subissent. Ainsi, les élus et les médias considèrent toutes les plaintes de violence conjugales comme des actes de violence, alors qu’une bonne proportion ne conduit à aucune condamnation.

6-La manière de calculer les pensions alimentaires fait en sorte que plusieurs payeurs sont souvent pénalisés et en viennent à vivre dans des conditions précaires.

7-Il y a beaucoup plus d’hommes itinérants que de femmes.
8- Le taux de suicides des hommes est 4 fois plus élevé que celui des femmes.

9-Le gouvernement verse, en subventions, 51 millions $ par année aux organismes communautaires d’aide ou de promotion des droits des femmes et 3 millions $ pour ceux qui aident les hommes. Ceci même si les hommes ont d’énormes besoins non comblés.

10-Les médias présentent des publicités dégradantes pour les hommes car c’est le seul groupe qui n’est protégé par aucune loi.

11-Il existe au moins 8 journées pour les femmes, ainsi que le mois d’octobre au complet, alors que la seule journée qui existe pour les hommes n’est pas soulignée par nos gouvernements.

Suite à ces observations, il apparaît évident que l’on doit se questionner sérieusement sur l’utilité du Conseil du statut de la femme (CSF) et sur celui des autres organismes et structures ayant les mêmes buts. Ne serait-il pas plus pertinent de remplacer ces organismes par un Conseil québécois du statut des humains qui serait composé à parité d’hommes et de femmes ? Déjà au printemps 2012, Lise Ravary, qui est pourtant féministe, avait suggéré d’abolir le CSF http://quebec.huffingtonpost.ca/lise-ravary/ffq-femmes-quebec_b_1328066.... . De plus, lors d’un sondage effectué par le Réseau Liberté Québec, les membres s’étaient prononcés à 91 % pour l’abolition du CSF et des autres organismes du genre (voir p. 16 http://liberte-quebec.ca/wordpress/wp-content/uploads/RLQ_Sondage2012.pdf ).

Nous considérons que ce sujet mérite une sérieuse réflexion puisqu’il concerne 50 % de la population et qu’il a des retombées sur l’ensemble de notre société. L’égalité homme-femme, oui, mais dans les deux sens. C’est pourquoi, une des valeurs fondamentales du parti Équipe autonomiste est « L’égalité homme-femme dans les deux sens ».

Discrimination contre les hommes

(Lettre à Pauline Marois, première ministre, envoyée le 6 mars par Guy Boivin)

Madame Marois,

Ce n'est vraiment pas correct et Équipe autonomiste tient à dénoncer la situation. Vous vous prépareriez à exclure les hommes non accompagnés d'une femme lors de l'allocution que vous prononcerez sur votre vécu de femme, demain le 7 mars. Soyez davantage avisée comme première ministre et représentante de toute la société québécoise. En effet, ces attitudes d'exclusion, tout comme celle du 8 mars, Journée internationale des femmes, où, après la marche, la soirée sera réservée aux femmes, sont inacceptables de la part du gouvernement et de ses représentants car elles endossent justement ce que la société dénonce l'inégalité hommes-femmes. De participer à ces événements sexistes vous fait complice de cette idéologie qui n'a plus sa raison d'être. Dans notre société québécoise, nous visons à ce que hommes et femmes atteignent l'égalité, il ne faut donc pas exclure les hommes alors que vous voulez l'égalité, vous n'êtes pas gérante d'un club privé qui peut se permettre ce genre d'écart.

Références :
1- Information sur l’activité du 7 mars
À la veille du 8 mars, Pauline Marois compte exclure les hommes non accompagnés d'une femme lors de l'allocution qu'elle prononcera sur son vécu de femme...
a-Discours de Pauline Marois : interdit aux hommes seuls http://blogues.journaldequebec.com/dominicmaurais/2013/02/23/
b-Pauline Marois : gare aux hommes seuls !
http://olivierkaestle.blogspot.ca/2013/02/pauline-marois-gare-aux-hommes...

2- Information sur l’activité du 8 mars 2013
a-Féminisme sans homme, pourquoi ?
http://blogues.journaldemontreal.com/sophiedurocher/actualites/feminisme...
b-Annonce de l’activité : http://www.reseauforum.org/grille-calendrier/node/7023

L’immigration est-elle trop élevée au Québec ?

Nous avons appris qu’un nouveau livre est sorti hier mentionnant que le Québec reçoit trop d’immigrés par année (voir essais de Tania Longpré). C’est ce que dit Équipe autonomiste depuis ses débuts, non pas parce que le parti est contre l’immigration, mais parce qu’il faut réussir à les intégrer, ce qui est impossible avec un nombre si élevé. Déjà à l’été 2012, certains de nos membres avaient rédigé un texte en se sens. Voir ci-après.

Immigration : où allons-nous ?
(Publié dans la section opinion du lecteur du journal Le Soleil du 21 juillet 2012)
Rédigé par Peter Frost et co-signé par Maryse Belley et Stéphan Pouleur

    L’an dernier, le Québec a accueilli près de 54 000 immigrants. C’est un record. Le dernier pic de cette ampleur remonte à l’arrivée des réfugiés hongrois en 1956. Mais cette hausse-là n’a duré qu’une seule année. La montée actuelle s’inscrit dans une tendance qui dure déjà depuis une décennie.

    Avant l’an 2000, nous recevions généralement entre 20 000 et 30 000 immigrants par année; c’était moins dans les faits, car beaucoup d’entre eux partaient ensuite pour une autre province. Or, depuis le tournant du siècle et surtout depuis l’élection de Jean Charest, le niveau monte progressivement et dépassera bientôt les 60 000. En même temps, les immigrants tendent de plus en plus à rester ici.

    C’est un record aussi dans un autre sens. Par rapport à sa population totale, le Québec accueille chaque année plus d’immigrants que tout autre pays du monde, y compris les États-Unis. Oui, nous sommes distincts à ce point-là.

    Pourquoi cette hausse ? On invoque d’abord le vieillissement de la population et, plus particulièrement, la détérioration du rapport de dépendance. Il s’agit là de l’équilibre entre donneurs et receveurs : d’une part, ceux donnant plus à l’État en taxes qu’ils en reçoivent en services ou en prestations et, d’autre part, ceux recevant plus de l’État qu’ils y donnent. Puisque les personnes âgées se retrouvent parmi les receveurs, et qu’elles deviennent de plus en plus nombreuses, il y a lieu de s’inquiéter.

    Mais l’immigration rajeunit très peu la population. Supposons que le Québec n’ait pas accueilli de 1971 à 2006 un seul immigrant. Le Québécois moyen aurait eu, donc, 41 ans en 2006. En réalité, il a eu 40 ans.

    Même ce rajeunissement, si petit soit-il, n’améliore pas le rapport de dépendance. Rappelons que les immigrants, tout comme les personnes âgées, ont recours à l’aide de l’État. Si on considère ceux qui sont arrivés entre 2001 et 2006, on constate un taux de chômage près de quatre fois supérieur à celui des autres Québécois. Ce taux demeure presque deux fois supérieur même chez les immigrants établis depuis 1991-1995.

    Là-dessus, les Québécois se culpabilisent. Pourtant, le Québec fait bonne figure relativement à d’autres pays d’accueil. Les immigrants connaissent des taux de chômage beaucoup plus élevés en Europe de l’Ouest qu’ici. Chez notre voisin du sud, leur taux de chômage est plus bas, mais leurs salaires le sont aussi, avec pour conséquence qu’ils donnent toujours moins à l’État qu’ils en reçoivent (dans ce cas, par le crédit d’impôt pour les faibles revenus).

    Pour cela, il n’existe pas de solution miracle. Le problème n’est pas qu’une méconnaissance de la langue. La méconnaissance est souvent plus large. En bref, tout immigrant doit passer par un apprentissage pendant lequel il est moins productif que les autres. C’est le cas des réfugiés qui avaient travaillé en famille selon un horaire très variable. Rendus ici, ils doivent s’habituer à travailler 50 semaines par année, selon un horaire fixe et dans une grande organisation aux rapports sociaux plutôt froids. C’est tout une transition à faire.

    Si l’immigration fait peu pour rajeunir la population et encore moins pour améliorer le rapport de dépendance, il reste une autre raison souvent évoquée : le besoin de combler des pénuries de main-d’œuvre.

    Cette raison est-elle valable ? D’abord, si une pénurie se produit dans un domaine d’emploi, il y aura également une hausse du salaire moyen par rapport aux autres domaines. Ce signe avant-coureur est pourtant largement absent là où on crie à la pénurie. L’un de ces crieurs est le Conseil québécois du commerce de détail; cependant, les salaires augmentent un peu moins vite dans ce domaine que dans les autres pris ensemble. C’est le même constat chez les aides familiaux et les travailleurs de la restauration, alors que leurs employeurs réclament un plus grand volume d’immigration.

    Il existe effectivement certains domaines, l’industrie minière par exemple, où les salaires grimpent devant le manque de travailleurs, mais ce sont des cas spéciaux. De plus, une pénurie de main-d’œuvre n’est pas la fin du monde. Il y a même à long terme des effets bénéfiques : amélioration des salaires et des conditions de travail; hausse de la productivité par l’automatisation, par l’élimination des emplois peu payants et par la rationalisation des méthodes de travail. Gardons nos craintes plutôt pour le contraire, soit un surplus de main-d’œuvre.

    Donc, pourquoi hausser le niveau d’immigration ? Passons d’abord à une autre question. Qui en profite ? À celle-ci, on peut répondre sans difficulté, car plusieurs groupes d’intérêt y trouvent leur compte. Tout employeur aime voir les CV s’empiler sur son bureau. Tout vendeur désire agrandir son marché sans aucun effort de sa part. Tout agent immobilier veut plus d’acheteurs, ainsi que tout promoteur immobilier. Ce sont surtout eux qui font pression pour augmenter la population à n’importe quel prix. Et ce prix tombe sur nous, l’ensemble de la société.

Informations complémentaires :
1-Québec - population - 8 000 000, - immigrants admis (2011) - 54 000
2-États-Unis - population - 314,000 000, - immigrants admis (2010) - 1 043 000
3-France - population - 65 437 000, - immigrants admis (2008) - 211 000
Sur le plan démographique, les États-Unis sont 39 fois plus grands que le Québec. Si son niveau d'immigration avait été proportionnellement le même, le Québec aurait admis moins de 27 000 immigrants sur une base annuelle (au lieu de deux fois ce nombre).

Toujours sur le plan démographique, la France est plus de 8 fois plus grande que le Québec. Si son niveau d'immigration avait été proportionnellement le même, le Québec aurait admis moins de 27 000 immigrants sur une base annuelle (au lieu de deux fois ce nombre).

C'est peut-être par coïncidence que les États-Unis et la France reçoivent proportionnellement le même niveau d'immigration. Mais il n'existe nulle part dans le monde un pays qui admet autant d'immigrants que le Québec par rapport à sa population.

Frais de scolarité

3% d'indexation, Équipe autonomiste ne peut que se scandaliser que le Parti québécois ait menti en campagne électorale pour obtenir les votes des étudiants en parlant du gel des frais de scolarité et qu'hier il a été très clair que l'augmentation était déjà en boîte. Mentir pour obtenir le pouvoir, est-ce la première fois que nous voyons ça? Ça reste tout de même inacceptable et c'est pourquoi il nous faut sans faute dénoncer.

Liberté de religion

Monsieur Harper lance le Bureau de la liberté religieuse (Le devoir, 2013-02-20), Équipe autonomiste s'en inquiète. Quel sera donc le mandat clair de cet organisme? Serait-ce encore du gaspillage? La valeur 5 d'Équipe autonomiste dit: «5-Le maintien et le respect des us et coutumes des Québécois. Les Québécois doivent être fiers de leur langue, leurs valeurs, leurs traditions, leur manière de vivre et doivent se tenir debout devant les demandes déraisonnables venant de groupes de pression quels qu’ils soient.»

Ledit bureau aura-t-il le mandat d'imposer au Canada la polygamie puisqu'elle est permise chez certains juifs et islamistes et qu'elle fait partie de la liberté religieuse quoique criminalisée en sol canadien? Le bureau donnera-t-il l'aval au réseau pro-charia de l'imam Foudil Selmoune de Brossard? La liberté religieuse en est une de second niveau puisqu'elle se doit avant tout de respecter les coutumes et us locaux. Ne vaudrait-il pas mieux investir des sommes dans un Bureau des droits humains égaux? Déjà le Québec y est fautif en favorisant les filles au détriment des garçons dans différents programmes scolaires dont celui d'amener des filles vers les sciences. Une porte-parole disait que cette «discrimination positive» permettait aux filles d'être dans tous les domaines alors que tous savent qu'au Québec aucune fille n'est empêchée d'aller dans les sciences. À quand les programmes pour inciter les garçons à devenir secrétaire particulier ou nageur synchronisé?

Les désavantages des coupures aveugles

Voilà un autre bon exemple de ce qui se passe quand on ordonne aveuglément des coupures, le recteur de l'université Laval parle maintenant, entre autres, de fermeture envisagée, les soirs et les fins de semaine, du super PEPS (Le soleil, 2013-02-22) pour atteindre l'objectif, fixé par l'État, de compressions de 36 millions $. Rappelons que ce même journal avait publié le 12 mars 2011 que la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport avait décrié l'augmentation du salaire du recteur de 100 000 $ en un an. Le fait de se laver les mains en mettant le fardeau sur les épaules des autres, l'odieux des choix, a conduit le gouvernement a des situations aussi aberrantes que des ratios d'encadrement de deux et quatre employés par gestionnaire dans certains ministères, tel le ministère des Finances et de l'Économie pour ne nommer que celui-ci. Avez-vous déjà vu un gestionnaire ordonner la coupure de son poste ou la diminution de son salaire pour atteindre un objectif de réduction? On préfère couper dans les services. C'est ce que dénonce Équipe autonomiste: à quand un ménage intelligent des dépenses?

Équipe autonomiste ne fusionnera pas avec le Parti conservateur du Québec

Dans les médias, on mentionne que le Parti conservateur du Québec (PCQ) et Équipe autonomiste (ÉA) sont similaires et qu’ils devraient se fusionner. Récemment, des membres du PCQ ont aussi approché ÉA pour discuter de fusion. ÉA a décidé de mettre fin aux incertitudes dès maintenant: nous ne ferons pas à nos membres ce que les dirigeants de l’Action démocratique du Québec ont fait aux leurs en vendant le parti à la Coalition Avenir Québec. La «non-fusion» a même été intégrée aux statuts du parti, plus précisément à l'article 4 que je vous joint ici: «4. Tous les membres en règle d’Équipe autonomiste, siégeant sur une instance ou sur un comité, prêtent d’office serment de confidentialité, indiquant qu’ils ont pris connaissance de ce règlement statutaire, du code d’éthique et de déontologie, de la mission, des objectifs et des valeurs du parti, qu’ils ne promulgueront pas la fusion du parti, qu’ils ne divulgueront pas le contenu des discussions tenues lors de réunions et assemblées non publiques d’Équipe autonomiste ainsi qu’une clause de loyauté envers les autres membres et le parti, et ce, pendant sa participation et au-delà advenant son départ du parti. Le parti compte confirmer ce serment par écrit dès que possible.» ÉA est un jeune parti (il aura 1 an, le 21 mars 2013) peu connu, c’est vrai. ÉA et le PCQ ont certains points communs en rapport avec l’économie, c’est aussi vrai. De plus, les deux partis veulent vraiment redresser la situation au Québec. Cependant, la vision et les valeurs des deux partis sont différentes.

Certains considèrent ÉA à droite. C’est possible, mais nous n’avons pas choisi d’être à droite par idéologie. Ce sont certaines de nos idées qui font qu’on nous classe à droite. En réalité, nous sommes un parti d’idées et de solutions, pas un parti d’étiquettes. Nous proposons des solutions que nous croyons valables pour redresser le Québec, peu importe qu’elles soient de droite ou de gauche. De toute façon, cette classification semble avoir beaucoup perdu de son sens de nos jours. À ceux qui ne voient pas de différence entre les deux partis, nous suggérons de bien lire les valeurs d’ÉA et de les comparer à celles du PCQ avant de conclure. Vous constaterez des différences importantes ne serait-ce que notre position constitutionnelle d'autonomisme et notre volonté d'égalité homme-femme dans les deux sens.

ÉA, tout comme le PCQ, prône le libre marché, la concurrence et le libre choix mais, pour nous, sans anarchie. Tout comme le PCQ, ÉA dénonce le monopole des syndicats et celui des associations étudiantes et voudrait que les gens puissent choisir plus librement. Aussi, c’est reconnu, la concurrence est bénéfique car elle incite au dépassement et à l’innovation. ÉA considère que ces principes sont aussi applicables en politique. Le PCQ en absorbant ÉA voudrait-il créer son monopole de la droite?

C’est pour ces raisons qu’ÉA ne fera pas de fusion avec le PCQ quelque soit le nouveau chef que ce parti élira. Les électeurs, dont nous faisons aussi partie, en ont soupé des magouilles organisées par les politiciens dans le seul but de prendre le pouvoir, de le garder ou simplement de soutirer des votes. Nous préférons laisser le choix aux électeurs pour qu’ils puissent décider librement à quel programme donner leur adhésion.

C’est facile quand c’est l’argent des autres

Pourquoi ramener continuellement d'anciens politiciens, pour leurs propos, alors que de nouveaux partis ne demandent qu'à être entendus? Bien sûr, monsieur Parizeau n'a pas tort lorsqu'il affirme que la gratuité scolaire, dans les universités, est une avenue possible. Ça ne prend pas la tête à Papineau pour l'affirmer. Par contre, il faut maintenant apporter une solution réaliste. C'est pourquoi Équipe autonomiste s'explique quand il s'oppose à la gratuité dans les universités. Premièrement, il faut que quelqu'un paye et d'en faire payer une juste part aux étudiants les oblige à réaliser qu'il n'y a rien de gratuit, de là, aussi, l'effort pour ne pas s'encroûter sur des bancs d'école.

Équipe autonomiste veut responsabiliser les gens et son discours dénonce ceux qui parasitent. Ce qui m'amène à parler de la suspension du sénateur Brazeau avec solde. Le sénat qui exclue un de ses membres, plutôt que de le tolérer au «travail», ne devrait-il pas se partager la facture entre eux plutôt que de la refiler au bon peuple? Puisque c'est une décision qui leur est personnelle. Le sénateur Brazeau ne peut être exclu par la société car il n'est pas encore condamné. Nous le payons, donc qu'il «travaille», et sa présence au «boulot», contrairement à certaines situations où il est préférable de le retirer préventivement, n'entraîne aucun conflit d'intérêts.

Ce qui m'amène à conclure par une philosophie qu'Équipe autonomiste ne veut jamais appliquer. Et je l'écris en pensant à la facture des vaisseaux militaires commandés par le gouvernement fédéral. Nos élus gèrent de façon irresponsable notre argent alors que si c'était personnellement que l'un d'eux s'achetait un bateau, il verrait un peu plus sagement à la dépense, voire à la livraison dans les délais, etc. Mais ce n'est pas leur argent propre, donc, encaisse Brazeau, c'est le peuple qui paye! Allez à l'université gratis, moi qui suis simple ouvrier à Saguenay, je paierai, en plus de mon cours spécialisé en bois ouvré de 7000$ qu'aucun des hauts gradés n'acceptera de défrayer pour m'aider!?!

Ah! c'est facile quand c'est l'argent des autres ...

Faire cesser le règne de l'ignorance

Quand nous regardons nos élus prendre des décisions en fonction de l'opinion publique, sans se donner la peine de s'informer sur la réalité des faits, il clair que notre société vit sous le règne de la doxa, c'est-à-dire l'empire de l'ignorance tel que décrit par Jean Laberge (p. 104 dans son livre Le devoir à l'éducation). Le taux élevé d'analphabètes fonctionnels au Québec, la pratique de nombreux médias qui préfèrent cultiver les préjugés plutôt qu'informer objectivement, le tout combiné à l'obligation du système scolaire de distribuer des diplômes à des étudiants qui ne les méritent pas toujours, dans le seul but d'atteindre des quotas de performance, contribuent à entretenir ce règne de l'ignorance.

Pour faire cesser ce règne et une gouvernance selon l’opinion publique, Équipe autonomiste a décidé qu’un des objectifs de sa mission serait d’informer la population. C’est pourquoi, le parti s’est fixé comme règle de conduite de montrer l’exemple et de s’informer avant de prendre position. Ainsi, il arrivera que le parti retardera de se prononcer sur certains sujets tant qu’il n’aura pas rassemblé assez d’informations fiables pour prendre une décision éclairée. Un cas vécu récemment, la position d’Équipe autonomiste sur le registre québécois des armes à feu. Nous avons travaillé ce dossier et nous avons même assisté aux conférences, à ce sujet, tenues à Drummondville, ce week-end, en lien avec l'Association canadienne des propriétaires d'armes à feu. Nous nous fiions jusqu'alors aux informations disponibles dans les médias basées sur le sensationnalisme et l'émotivité. Certains confrères ont démontré, avec preuves à l’appui, que l’enregistrement des armes d'épaule, dont les fusils de chasse, n’aura aucun effet sur la sécurité et sera très coûteux, d'autant plus que ses informations sont déjà accessibles, par les policiers, grâce aux demandes nécessaires de permis de possession et d'acquisition d'armes. Nous sommes maintenant clairement contre un tel registre et nous tenons à ce que la population soit correctement informée.

Dans ce but d’informer, le parti désire organiser régulièrement des conférences ouvertes au public sur différents sujets d’actualité. Ces activités ne visent pas à financer le parti, mais simplement à renseigner les citoyens. Une telle activité d’information aura lieu à Québec, le 9 mars prochain, et portera sur les sujets suivants : le multiculturalisme, par Daniel Laprès; l’éducation, par Jean Laberge; le féministe et la condition des hommes, par Gilbert Claes. Nous invitons les citoyens et les journalistes à venir y assister en grand nombre. Réservez votre place.

Maintenir la recherche en santé et couper le financement aux syndicats, propose Équipe autonomiste

Pour réduire les dépenses du gouvernement, le Parti québécois veut couper 10 millions $ dans les fonds de recherche en santé. Équipe autonomiste considère que, avant de couper dans ce secteur stratégique, il serait plus pertinent de couper ailleurs pour ne pas nuire au futur de la province. Par exemple, le gouvernement pourrait économiser plus de 200 millions $ annuellement en abolissant le crédit d’impôt pour cotisation syndicales et professionnelles. Cette proposition a été appuyée à 73 % par les membres du parti lors du congrès du 19 janvier 2013.

Certains diront que cette économie sera aux frais des syndiqués. Ce ne sera pas le cas si les syndicats diminuent le prix des cotisations du même montant. Pour absorber cette baisse de revenus, les syndicats n’ont qu’à cesser de financer des activités autres que la protection des droits des travailleurs. Depuis le temps que les syndicats clament qu’il faut redistribuer la richesse, il serait temps qu’ils fassent leur part. Avec des revenus de près d’un milliards $ par année, disons que ce ne sont pas les plus pauvres de la province. Dans le cas des cotisations professionnelles, Équipe autonomiste considère qu’elles procurent des avantages concurrentiels qui compensent amplement ce qu’elles coûtent.

Équipe autonomiste dénonce la discrimination contre les garçons du secondaire

Équipe autonomiste a appris que, à Québec la semaine dernière, on a refusé, à des garçons du secondaire III, de s’inscrire (date limite le 1er février 2013) à des ateliers d’information sur les professions scientifiques (Programme : Les filles et les sciences : un duo électrisant) sous prétexte que c’était exclusivement réservé aux filles (voir description de l’incident en bas de page). Équipe autonomiste considère cette pratique totalement inacceptable. Équipe autonomiste pense alors au taux de décrochage des garçons et au fait que notre société est supposément contre la discrimination et pour l’égalité. Et si on faisait une telle activité exclusivement pour les garçons, que diraient les groupes féministes et les médias?

Nous considérons ce cas très grave et représentatif de la condition masculine au Québec. Il faut réveiller la population à ces injustices faites au nom d'un rattrapage dépassé. L’avenir de nos jeunes en dépend, autant pour les filles que pour les garçons.

Description de l’incident (information recueillie par Équipe autonomiste)

Lors d’un cours de science (15 filles et 15 garçons) en secondaire III, dans la région de Québec, une femme vient faire la promotion du programme « Les filles et les sciences : un duo électrisant » pour inciter les élèves à s’inscrire à la journée d’information du 16 février 2013 qui se tiendra à l’université Laval. À la fin de la présentation, un garçon demande s’il peut s’inscrire car lui et deux amis sont intéressés par les sciences. L’animatrice lui dit que non car c’est réservé exclusivement aux filles. Un autre élève lève la main et dit : «C’est sexiste ce principe-là.» L’animatrice et la professeure sourient et n’en parlent plus.

Le garçon, déçu de ne pouvoir participer à la journée d’information sur les sciences, raconte les faits à sa mère qui communique avec l’école pour vérifier si son fils a vraiment bien compris. L’enseignante confirme que c’est exclusif aux filles et qu’il n’y a pas de journée d’information prévue pour les garçons.

Des vérifications ont montré que cette activité existe depuis 1998 dans le but d’inciter les filles du secondaire à se diriger en sciences. L’objectif est louable, mais dans notre société supposée être contre la discrimination, est-ce normal de ne pas offrir l’équivalent aux garçons ? Surtout si on considère que les garçons décrochent, beaucoup plus que les filles, de l'école. De plus, c’est un manque de délicatesse flagrant que de présenter cette belle activité à tous les élèves et ensuite de dire aux garçons qu’ils ne peuvent y aller car c’est seulement pour les filles. C’est vraiment injuste envers les garçons car ils n’auront pas accès à plein d’information que les filles auront.

Information au site : http://www.lesfillesetlessciences.ca/

Équipe Autonomiste approuve le jugement de la cause Lola contre Éric

Équipe autonomiste se réjouit du jugement de la Cour suprême, dans la cause Lola contre Éric, car cela laisse aux couples la liberté de choisir le genre d'union qu'ils veulent avoir et d'en assumer la décision. À noter que le parti avait une proposition pour protéger les Québécois en cas d'un jugement défavorable. Voir la proposition 35.

Équipe Autonomiste dit oui aux droits de scolarité modulés

Équipe autonomiste est en accord avec ce principe d’ajuster les droits de scolarité en fonction des coûts de formation à l’université. En effet, les membres ont voté à 64 % pour la proposition « Libéraliser les droits de scolarité à l’université », lors de son congrès de samedi dernier, 19 janvier 2013, à Lévis.

Équipe Autonomiste contre un registre Québécois des armes d’épaule

Ce matin, ma capsule porte sur le vote (à 100 %) de la proposition d'Équipe autonomiste contre le registre des armes d'épaule (fusils de chasse). En effet, lors de son congrès à la chefferie, tenu samedi dernier, où j'ai été reconduit comme chef, Équipe autonomiste a voté pour qu'il n'y ait plus de registre des armes d'épaule puisque l'application de la Loi sur les armes à feu prévoit qu'un particulier qui souhaite acquérir des armes sans restriction doit suivre le cours de sécurité dans le maniement des armes ou réussir les examens pour obtenir les Permis de possession et d'acquisition d'armes, de la Gendarmerie royale du Canada. Il y a alors une sorte de dédoublement de l'information puisque l'on procède à la vérification des antécédents et qu'il y a vérification continue de l'admissibilité pendant la validité du permis. Les possesseurs d'armes sont donc déjà sur des listes. De plus, les détenteurs doivent présenter leur permis pour acquérir des munitions. Le registre fait savoir qui possède des armes; il n'est pas nécessaire de connaître leur quantité. Tout cela concerne ce que l'on appelle les armes dites d'épaule (les fusils de chasse). Comme prévu, le registre des armes à autorisation restreinte et prohibés devrait demeurer, selon les souhaits d'Équipe autonomiste qui déplore que la population ne soit pas mieux informée sur toutes ces subtilités, dans ce genre de dossier. Car Équipe autonomiste aussi croit anormal qu'une personne autre qu'un militaire, un policier ou un armurier, voire un collectionneur, possède un fusil d'assaut chargé. Dans ce contexte, Équipe autonomiste pense que le registre des armes d'épaule devient superflu et ne sert, actuellement, qu'à obtenir du capital politique auprès de gens sensibles au souvenir de tueries que la tenue du registre n'empêchera pas de répéter. C'est pourquoi, Équipe autonomiste compte envoyer au moins un délégué à la rencontre d'information, d'échange et d'orientation de Tous contre un registre québécois des armes à feu, qui se tiendra à Drummondville, le 9 février 2013.

Équipe autonomiste a élu officiellement son chef.

C'est samedi le 19 janvier à Lévis, région Chaudière-Appalaches, que s'est tenu le congrès de la course à la chefferie. C'est un groupe de membres convaincus et enthousiastes qui ont élu, par acclamation, monsieur Guy Boivin, jusque là chef intérimaire et candidat dûment inscrit pour cette course. Une rétrospective des activités, réalisées par notre jeune parti, a été présentée ainsi que des objectifs pour 2013. Les participants ont aussi eu la chance de voter sur des propositions, qui seront ajoutées au programme, et de discuter de sujets d'intérêt. Les membres sont repartis pleinement satisfaits de leur journée et motivés à continuer le travail amorcé il y a près d'un an déjà.

Voir le discours de monsieur Boivin sur YouTube.

Budget du PQ

Contrairement aux autres partis, Équipe autonomiste ne se dit pas contre le budget Marois, déposé hier, pour le principe de s'opposer. En effet, Équipe autonomiste cherche le positif et considère que d'avoir un budget équilibré est louable en soi. De plus, le vérificateur général pourrait aller dans les sociétés d'État, chose qui est déjà dans les propositions de notre parti. Par contre, Équipe autonomiste s'inquiéterait davantage de deux points dans ce budget: les coupures gouvernementales de 2 % annuellement et la hausse d'électricité.

Dans le premier cas, Équipe autonomiste déplore cette méthode de coupes directives qui fait en sorte que les administrations finissent toujours par couper dans les exécutants. Saviez-vous qu'à l'époque, quand je travaillais au ministère des Finances, le ratio d'encadrement était d'environ quatre employés par cadre. Il est évident, quand on demande à une gestion de faire des coupures, que le gestionnaire ne coupera pas son poste mais ceux de ses subalternes, ce qui conduit à des situations aussi aberrantes que des ratios de quatre employés par cadre. De plus, quand des coupures fonctionnent par «attrition», les services essentiels dans lesquels s'enchaînent les départs finissent par être en danger. C'est pourquoi Équipe autonomiste parle de ménage dans le système étatique afin que les coupures soient logiques et non ordonnées à l'aveugle.

Aussi, l'augmentation des coûts d'électricité préoccupe Équipe autonomiste. Vous n'êtes pas sans savoir que ces coûts affectent directement les plus pauvres de notre société. Effectivement, qui ont les logements les plus mal isolés si ce ne sont les plus démunis parce qu'ils ne peuvent s'offrir mieux. Équipe autonomiste espère que le gouvernement aura pensé à cette dure réalité.

Poteau au milieu de la route après des travaux du ministère des Transports.

Voyez! un autre exemple contre lequel Équipe autonomiste veut s'insurger.

À Johnville en Estrie, un poteau se retrouve au milieu de la route 251 après des travaux du ministère des Transports. Équipe autonomiste peut comprendre un certain malentendu entre le ministère et Hydro-Québec, mais Équipe autonomiste ne peut admettre que les gestionnaires de cette ineptie restent impunis.

En effet, Équipe autonomiste veut responsabiliser les administrateurs et espère sincèrement que le gouvernement aura rappeler à l'ordre les responsables de ces deux départements pour cette stupidité qui peut avoir des conséquences extrêmement graves.

Contrats, collusion et corruption

Pour réagir à l'article intitulé Lutte à la collusion et la corruption dont vous trouverez le texte ci-dessous, j'attirerai votre attention sur la phrase «Nous avons fait adopter pas moins de 10 lois concernant l'industrie de la construction et sur le financement des partis politiques». Voilà où le bât blesse et où les anciens partis dérapent, Équipe autonomiste veut faire le ménage des lois et ne se vanterait sûrement pas d'en avoir créé dix de plus. Déjà que la population se plaint des imbroglios et des lourdeurs administratives. De notre part, nous compléterions les lois, intégrerions les éléments pour faire en sorte que les lois et règlements régissant un domaine spécifique soient facilement retrouvables pour ce domaine.

Concernant les contrats, Équipe autonomiste comprend difficilement pourquoi le gouvernement ne s'applique pas les règles qui régissent tous les citoyens. Si vous contractez pour l'asphaltage de votre cour, vous allez faire un contrat clair avec un entrepreneur. Si l'entrepreneur ne respecte pas ses délais ou le montant fixé, vous allez invoquer votre contrat. Vous allez négocier pour que le tout colle au maximum à ce que vous avez signé. Vous allez vous assurer que la cour soit faite correctement. Après quoi, s'il y a lieu, vous allez réclamer les sommes qui vous sont dues. Pourquoi ça ne fonctionne pas ainsi pour le gouvernement? Pourquoi le gouvernement n'invoque pas son contrat? Est-il si compromettant? Pourquoi, les dépassements de coûts sont maintenant annoncés, bien souvent, dès le début des travaux, sans que le gouvernement ne négocie quoi que ce soit? Pourquoi, après tous ces dépassements, le gouvernement ne prend pas de recours judiciaires contre ces entrepreneurs, après les travaux? Nous avons une preuve de plus du laxisme gouvernemental. Qu'est-ce que ça donne une loi de plus, si le gouvernement n'utilise déjà pas les lois existantes?
Finalement, nous ne sommes pas contre la lutte à la collusion ou à la corruption de cet article mais nous sommes contre la réduction des contributions politiques de 1000$ à 100$ qui tuerait les petits partis qui bûchent déjà contre les plus gros. Mais ça, c'est du déjà dit.

--------------

Lutte à la collusion et la corruption - Les propositions de l'opposition officielle

QUÉBEC, le 29 oct. 2012 /CNW Telbec/ - Monsieur Robert Dutil, leader parlementaire de l'opposition officielle, Monsieur Guy Ouellette, porte-parole de l'opposition officielle en matière de Travail, et monsieur Sam Hamad, porte-parole de l'opposition officielle pour le Conseil du trésor, ont réitéré leur volonté de lutter rigoureusement contre la collusion et la corruption et ont formulé, à l'attention du gouvernement, des pistes de solutions à mettre de l'avant au cours de la prochaine session parlementaire.

« Au cours des dernières années, comme gouvernement, nous avons mis en place des mesures importantes pour lutter contre la collusion et la corruption dans l'industrie de la construction. Nous avons fait adopter pas moins de 10 lois concernant l'industrie de la construction et sur le financement des partis politiques. Nous avons mis en place l'escouade Marteau, l'Unité anticollusion du ministère des Transports, l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ainsi que la Commission Charbonneau. Le Parti québécois a, pour sa part, décidé d'aborder ce dossier sous l'enseigne de la partisanerie et du gain politique à court terme. Maintenant, nous demandons au gouvernement de faire son travail avec sérieux », a déclaré monsieur Hamad.

Lutte à la collusion et la corruption

Le gouvernement a manifesté son désir de resserrer les règles en matière d'octroi de contrats publics. Comme nous l'avons proposé en campagne électorale, nous travaillerons de façon constructive afin de bonifier les lois actuelles en vue de nous donner les meilleurs outils pour barrer la route aux entrepreneurs malhonnêtes. En ce sens, nous croyons qu'un projet de loi visant à améliorer la loi 35 devra contenir minimalement les points suivants :
• Tout entrepreneur accusé d'une infraction criminelle grave, de fraude ou d'une infraction à une loi fiscale ou à la loi électorale ne pourrait plus avoir le privilège de soumissionner sur des contrats du gouvernement liés à la construction, à l'informatique, aux contrats en communications et en fournitures de services. Ces dispositions devraient s'appliquer à tous les ministères, instances publiques et parapubliques, aux Sociétés d'État et à toutes municipalités du Québec;
• Toute entreprise ayant un lien avec un dirigeant ou un actionnaire avec une participation, même minimale, dans celle-ci et qui est accusé d'infraction criminelle grave ou de fraude perdrait le privilège de soumissionner sur des contrats du gouvernement liés à la construction;
• Toute personne ou toute entreprise qui est en processus pour obtenir une licence et qui est accusée d'une infraction criminelle grave ou de fraude verrait le traitement de sa demande suspendu;
• Tout dirigeant ou actionnaire d'une entreprise qui est reconnu coupable d'infraction criminelle grave ou de fraude perdrait le droit de soumissionner sur des contrats publics;
• Des actes criminels supplémentaires à la liste des infractions prévues à la loi 35 tels que la corruption, l'abus de confiance, l'extorsion, le complot, la fabrication de faux documents et de documents contrefaits, la complicité, la corruption d'un titulaire de charges publiques, la fraude envers le gouvernement, etc;
• Les pouvoirs d'enquête de la Régie du Bâtiment du Québec seraient élargis notamment pour mieux alimenter l'UPAC.
• La mise en place d'un processus de suspension lorsqu'un maire est accusé d'avoir commis des actes criminels à la suite de gestes posés dans le cadre de ses fonctions.

« La loi 35 adoptée en décembre 2011 a prouvé son efficacité. Plus de 150 entreprises ont perdu le droit de soumissionner sur des contrats publics 7 mois à peine après son adoption. L'UPAC a procédé, au cours des derniers mois, à plusieurs perquisitions et arrestations. Nous croyons qu'il est nécessaire d'aller plus loin. La lutte à la corruption exige un effort permanent et il est maintenant temps de franchir une autre étape », a soutenu monsieur Ouellette.

Financement des partis politiques

La plus grande réforme dans le domaine du financement des partis politiques, depuis la réforme du gouvernement de René Lévesque en 1977, a été pilotée par le Parti libéral du Québec en 2010. Elle a permis, entre autres, la divulgation de l'identité de tous les donateurs et l'abaissement du plafond des contributions politiques de 3000 $ à 1000 $ suivant ainsi les recommandations du Directeur général des élections du Québec. Cette réforme a été adoptée par la grande majorité des parlementaires ce qui signifie donc que les partis de l'opposition ont voté en faveur des mesures proposées par notre gouvernement.

Nous avons aussi adopté plusieurs lois qui sont venues resserrer les règles de financement tant au provincial qu'au municipal :
• La Loi sur l'éthique et la déontologie en matière municipale (109)
• La Loi anti-prête-noms en matière de contribution électorale (113)
• La Loi augmentant les pouvoirs de contrôle du Directeur général des élections du Québec (114)
• La Loi sur le financement des partis politiques (118)
• La Loi sur le processus électoral (119)
• La Loi sur les courses à la direction des partis politiques (120)
L'opposition officielle est ouverte à aller encore plus loin pour resserrer les règles qui régissent le financement des partis politiques. Par contre, que ce soit pour l'abaissement du maximum de contribution individuel aux partis politiques ou encore pour le plafonnement des dépenses électorales, nous voulons que ces réformes soient faites sur des bases sérieuses et non partisanes. En ce sens, nous croyons qu'il est impératif que ces changements s'appuient sur des consultations et des expertises. Nous croyons également qu'une nouvelle modification du financement des partis politiques devra aussi toucher le financement des partis politiques municipaux et non pas uniquement se limiter au provincial.

« Le financement des partis politiques est une question importante qui est au cœur de notre vie démocratique. Il ne suffit pas de vouloir faire bonne figure et de répéter sur la place publique que nous voulons abaisser le financement des partis politiques à 100 $. Il faut documenter de telles propositions. Il faut s'assurer que les gestes que nous posons aujourd'hui n'auront pas pour effet de créer des problèmes plus grands pour l'avenir », a conclu monsieur Dutil.

Santé, enfin, le gouvernement commence à réagir!

Il y avait hier un reportage télévisé sur le traitement des cataractes et les émoluments des ophtalmologistes. On y mettait l'accent sur un problème de paiement incohérent du gouvernement.

Équipe autonomiste a basé une grande partie de sa dernière campagne électorale sur le véritable ménage à faire dans les services de l'État. Voilà un nouvel exemple des incohérences de la grosse machine nationale. Et cela soulève cette terrible question, les fonctionnaires exécutants font bien leur ouvrage puisque les paiements se font en bonne et due forme, mais où se trouve la gestion? Comment peut-on avoir continué à payer le traitement des cataractes sans jamais qu'un petit drapeau se lève quelque part dans le système pour voir ce qui avait changé?

Trouvez-vous ça normal que ce soit les journalistes qui réveillent à chaque fois le gouvernement? Équipe autonomiste considère que non et c'est dans ce sens qu'elle désire, lorsqu'elle sera élue, vraiment s'attaquer à cette gangrène qui tue l'État: la mauvaise gestion.

Madame Marois annonce des places en garderie.

La position d'Équipe autonomiste est tout à fait différente car elle trouve que c'est bien injuste pour les parents qui travaillent de soir ou de nuit ou pour les parents qui préfèrent garder ou faire garder par de la parenté ou une connaissance. Avec le régime de madame Marois, ils paieront par leurs impôts pour les enfants des autres en plus de payer pour les leurs qui ne seront pas dédommagés.

Une des propositions d'Équipe autonomiste est d'abolir le système de financement direct aux CPE et la gestion des subventions aux garderies en milieu familial mais d'offrir une aide financière directement aux parents à l'aide de réductions sur les retenues à la source. Le parent désirant demeurer à la maison pourra recevoir un remboursement seulement si l'autre parent travaille, tout en s'assurant que le parent demeurant à la maison ne soit pas prestataire d'aide sociale.

L'objectif de ce programme est de permettre à tous les parents d'utiliser, ou non, les services d'une garderie privée à leur choix, en tout temps. La vérification de la qualité des services de garderie continuerait de relever du gouvernement.

Jour du souvenir

En ce férié fédéral du Jour du souvenir, Équipe autonomiste ne peut passer sous silence la cérémonie, dimanche, au monument du soldat inconnu à Ottawa. Équipe autonomiste reconnaît le courage des militaires et les remercie pour leur énergie déployée afin de protéger nos territoires et d'aider au maintien de la paix dans le monde. Par contre, sans vouloir réduire la valeur de cette mère désignée pour représenter toutes les mères canadiennes, honorée de la croix d'argent et porteuse d'une gerbe en leur nom, Équipe autonomiste déplore que son mari, pendant ce temps, voire le père du combattant, était noyé dans la foule anonyme comme si un père n'avait pas de sentiment, n'était pas, lui aussi, éploré. C'est ce que dénonce Équipe autonomiste dans sa valeur numéro 4, égalité dans les deux sens entre homme et femme. Nous aimerions que la société développe un automatisme conforme aux normes actuelles. Aussitôt qu'il y a un prix pour un homme qu'il y en ait un pour une femme, aussitôt qu'il y a une mère porteuse d'une gerbe, qu'il y ait un père porteur, etc.

Parlant de souvenir, l'ex-maire de Laval a cherché une forme de pitié avant de démissionner, invoquant sa santé affectée. Il a fini par quitter mais qu'en est-il des millions qu'il a empochés, la société se souviendra-t-elle qu'elle doit lui réclamer ce qu'il a indûment encaissé? Tout comme pour le maire de Montréal, Équipe autonomiste désire rendre imputables nos administrateurs, en descendant les responsabilités dans la hiérarchie mais en demandant aussi des comptes à ceux qui sont salariés en fonction de tâches décisionnelles afin qu'ils assument quand vient le temps. Ce n'est pas pour rien que leurs revenus sont plus élevés, ils ont un rôle de répondant à jouer.

Élections à date fixe

Équipe autonomiste approuve l'idée du projet de loi visant des élections à date fixe, cette date actuelle servant d'abord et avant tout l'intérêt partisan et non l'intérêt démocratique.

Par contre, différentes questions restent à régler pour nos membres. Ne serait-il pas préférable d'avoir des élections au bout de cinq ans de gouvernement, pour permettre de bons plans quinquennaux et avoir davantage de vision à long terme? Aussi, n'est-ce pas se tirer dans le pied que de préciser le 26 septembre 2016, le Parti québécois sera peut-être le premier a regretté, en 2014, si la santé de sa chef décline et l'oblige à une course à la chefferie? On ne connaît pas l'avenir. Il serait donc plus prudent de préciser qu'au bout de quatre ans et dix mois et demi de gouvernance, le Directeur général des élections déclenche automatiquement des élections provinciales si aucunes éventualités ne l'a obligé a en déclenché plus tôt: démission, révolution, renversement, décès, etc.

Équipe autonomiste préfère avoir une vision large de l'avenir plutôt que restrictive.

Le maire de Montréal démissionne. Quelle drôle de réaction?

Le maire avait le moyen de se relever les manches et de passer à l'action pour prouver qu'il n'était pas au courant et qu'il veut vraiment que l'administration de sa ville soit propre. Il a toute une année pour redresser les choses avant les élections ... mais il démissionne!?!

Équipe autonomiste, au contraire, est un parti qui veut vraiment se relever les manches et qui veut passer au crible les services gouvernementaux. Équipe autonomiste compte sur vous pour l'aider dans cette avenue, en le faisant connaître au grand public.

Journée internationale de l'homme

Comme Équipe autonomiste prône l’égalité homme-femme dans les DEUX SENS (valeur fondamentale no 5), le parti, après avoir été l'initiateur, encourage maintenant ses membres et leur entourage à aller assister aux conférences d’information sur la condition masculine au Québec qui seront présentées le 18 novembre prochain au Manoir du Lac-Delage (http://www.journeeinternationaledelhommequebec.ca/ dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de l’homme qui aura lieu le lendemain, partout dans le monde, depuis 1999.
Sujet des conférences :
-La situation des pères suite à une séparation et les aberrations du système de pensions alimentaires (Lise Bilodeau, ANCQ)
-Pour mettre fin au tabou : rapport d’enquêtes sur la violence conjugale contre les hommes (Denis Laroche)
Vidéo des préjugés sur la violence conjugale au Québec http://www.facebook.com/video/video.php?v=2346457254931#!/video/video.ph...
Rapport de Denis Laroche
http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/conditions/pdf2007/ViolenceH_F20...
-Les lois sur l’accès à l’égalité en emploi : de la discrimination légalisée contre les hommes (Stéphan Pouleur)

Financement des écoles privées et des écoles publiques - Les libéraux défendent la liberté de choix des parents québécois.

Madame Francine Charbonneau, porte-parole de l'opposition officielle, le 16 octobre 2012, n'a fait que répéter la position d'Équipe autonomiste, en concluant que «Sous prétexte que l'on veut éliminer la sélection des élèves sur la performance, on décourage ceux qui visent l'excellence. Pourtant, même les écoles publiques ont des mesures de sélection pour les programmes internationaux, les écoles alternatives ou encore les programmes enrichis.» En effet, Équipe autonomiste prône même qu'il faudrait que le système scolaire public retourne à l'ancienne division des étudiants pour continuer à encourager nos meilleurs éléments à avancer allègrement. Sous prétexte de vouloir intégrer les enfants handicapés ou plus lents, le système actuel augmente l'embauche d'enseignant spécialisé pour un ou deux étudiants par classe et pénalise les élèves plus performants en les nivelant vers le bas. Équipe autonomiste propose davantage des classes scindées mais des activités communes intégrantes.

Par contre, Équipe autonomiste ne suit pas le discours de madame Charbonneau quand elle dit que «Le gouvernement doit agir pour la collectivité, mais toujours en laissant aux personnes la liberté de faire les choix qui leur conviennent. Les orientations que propose la ministre auront pour conséquence de restreindre le droit des parents de faire le choix de l'école où ils envoient leurs enfants.» Toute législation gouvernementale vient brimer le droit de quelqu'un, quelque part, même si elle accorde des droits pour d'autres en retour. Équipe autonomiste est bien consciente de ça et ne désire légiférer que pour l'essentiel, poussant les citoyens et les entreprises vers l'autonomie. D'où l'idée d'entreprendre un bon ménage de l'État, de ses services à ses lois.

Monsieur Bernard Drainville annonce la réduction de 1000 $ à 100 $ maximum

Monsieur Bernard Drainville, ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, a annoncé hier la réduction de 1000 $ à 100 $ maximum de don par année par membre.

Équipe autonomiste s'insurge contre ce projet car cette réduction limiterait encore plus la possibilité de financement des partis émergents et favoriserait, une fois de plus, les grands partis déjà établis qui reçoivent la plus grande part des subventions annuelles liées aux votes obtenus lors de la dernière élection générale.

Déjà qu'Équipe autonomiste se penche sur la modification de la Loi électorale. Différentes avenues sont envisagées comme la disparition du remboursement des dépenses électorales et leur paiement par le Directeur général des élections pour en limiter les frais et donner une chance à toutes les opinions d'être entendues équitablement.

Recul de la condition des femmes au Québec et l’étrange silence de la FFQ et d'autres

Les faits : Héma-Québec accepte des accommodements demandés par des musulmans : pas de vêtements à manches courtes, ni de jupes, ni de bijoux pour les infirmières. Le personnel féminin d’Héma-Québec doit avoir une attitude modeste envers les hommes musulmans, soit de ne pas les regarder dans les yeux. De plus, il doit y avoir un paravent pour séparer les femmes des hommes (écouter l’entrevue plus bas).

Selon Équipe autonomiste, l’acceptation d’une seule de ces demandes constitue un recul de la condition des femmes au Québec. Si la Fédération des femmes du Québec (FFQ), le ministère de la Condition féminine, le Conseil du statut de la femme et le Secrétariat à la condition féminine avaient le moindrement de convictions et de cohérence, ils dénonceraient avec vigueur ces demandes inacceptables et déraisonnables au Québec, en 2012. Le silence de ces organismes sur cet événement, qui va à l’encontre de l’égalité homme-femme, est une honte et met en doute leur utilité. Équipe autonomiste, qui prône l’égalité homme-femme dans les deux sens, a une proposition (votée au congrès) qui vise justement à refuser de telles demandes qui vont à l’encontre des valeurs de notre société moderne. Vote no 11 sur proposition 38 (www.equipeautonomiste.ca).

EXCLUSIF: Héma-QC y va d'accommodements raisonnables pour promouvoir la collecte de sang dans les communautés musulmanes et juives. (18 octobre 2012 à 17:36).
http://www.fm985.ca/audioplayer.php?mp3=150104