Abolir les élections partielles

Lors du départ d’un député, peu importe la raison, l’Assemblée nationale offrirait le poste au candidat arrivé en deuxième place lors de l’élection générale précédente. Ceci jusqu’à l’utilisation complète de la liste des candidats. Chaque élection partielle coûte à l’État environ 600 000 $ et le taux de participation est déplorable. Il nous apparaît donc pertinent de couper cette dépense et d’obliger les partis à prendre conscience de l’impact de ces départs.