Couper des postes par attrition, une solution paresseuse et nocive

Les gouvernements du Québec, dont celui du PLQ utilisent depuis longtemps les départs à la retraites (attrition) pour couper des postes dans la fonction publique. Cela veut dire qu'ils ne décident pas des coupures à faire, mais bien qu'ils subissent le hasard des départs à la retraite. Au fil du temps le système devient moins efficace car des postes importants peuvent disparaître alors que des postes superflus peuvent demeurer ouverts et occupés très longtemps. Les gouvernements utilisent cette approche parce qu'ils n'ont pas le courage ni la compétence pour décider de ce qui doit être coupé ou maintenu en place.

À Équipe autonomiste, on suggère de changer de méthode et de CHOISIR ce qui doit être coupé prendre en compte les départs à la retraite. Si un poste est important, on remplace la personne qui part. Si le poste n'est pas important, on le coupe quel que soit l'âge du titulaire du poste. On donne alors à l'employé coupé un délai et un encadrement pour se replacer dans le système. Après ce délai, s'il n'a pas trouvé, il doit quitter. La sécurité d'emploi absolue doit être remise en question dès maintenant.

Bien entendu, les syndicats crieront à cause de la sécurité d'emploi, mais ils doivent être réalistes et accepter d'évoluer. Il en va de l'avenir de notre société.

 

Stéphane Pouleur, candidat d'Équipe Autonomiste dans Jean-Talon

Manuel Mathieu, candidat d'Équipe Autonomiste dans Chauveau