Et si on faisait une confédération plutôt qu'une fédération ?

Les Québécois ne sont plus, vive les Canadiens! Voilà ce que je retiendrais de l'article de Paul Journet dans La presse d'hier (1): «l'appui à la souveraineté stagne depuis quelques années sous la barre des 40%, on observe une tendance contraire pour l'attachement au Canada.» Depuis le temps qu'Équipe autonomiste le dénonce, la faible natalité québécoise, le fort taux d'immigration, les Québécois se remplacent eux-mêmes par une autre société. Par contre, monsieur Journet y révèle: «la proportion de francophones qui se disent Québécois plutôt que Canadiens ou Canadiens-Français a augmenté de façon constante: elle est passée de 21% en 1966 à 67% en 2007.» Ce qui suppose qu'un certain message nationaliste persiste. Comme le déclare Équipe autonomiste, nous pouvons être à la fois Québécois et Canadiens. La constitution n'est toujours pas signée (peut-on alors nous l'imposer comme si nous l'avions signée?), que le gouvernement fédéral se sente mal à l'aise de chercher à nous l'imposer ne serait-ce que par la contestation de la loi 99, visons le maximum d'autonomie. Tant qu'à y être, pourquoi ne pas chercher à convaincre les autres provinces de devenir avec nous une véritable confédération comme le voulait la sagesse des Pères de la confédération de 1864 avant qu'on en fasse une fédération intéressée.
(1) http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201310/...