Illogisme des décisions financières du gouvernement libéral

Au Téléjournal de Radio-Canada, le 14 avril dernier, on annonçait différents resserrements du programme d'aide sociale et, tout de suite après, l'augmentation salariale du président de la Caisse de dépôt et placement du Québec. C'était pratiquement grotesque, dans une période dite d'«austérité», de pénaliser une bénéficiaire qui a le courage de cohabiter, en louant une chambre, pour l'aider dans son budget, puis d'accorder une augmentation au revenu de monsieur Michael Sabia, de la caisse, pour lui permettre une paye, en 2014, de 2 198 000 $ (1). C'est indécent, voire immoral.

Équipe autonomiste est bien consciente qu'il faut rappeler aux bénéficiaires de l'aide sociale que cette aide n'est pas un droit mais une aide que la société daigne leur verser parce qu'ils ne viennent pas à bout d'être autonomes. Par contre, elle met en doute l'idée qu'une personne mérite plus de deux millions de dollars annuellement pour faire son boulot. Un boulot de pousse-crayon, il faut l'admettre, qui nécessite de la jugeotte mais qui n'en est pas un où il met sa vie en danger, ni celle des autres, nécessitant de fortes assurances-responsabilité. Équipe autonomiste ne peut rien reprocher à monsieur Sabia qui profite d'un système qui a accepté de lui octroyer autant, mais Équipe autonomiste ne peut que sourciller devant un gouvernement qui dilapide ainsi l'argent des contribuables pour ensuite dire candidement: «Va falloir se serrer la ceinture.» Le gouvernement est-il inconscient au point d'ajouter après cela que «Tous doivent faire leur part.»?

Ce contraste me blesse profondément et me laisse pantois devant la bêtise humaine. Faut-il toujours des révolutions, où l'on guillotine les gloutons, pour que les gourmands de ce monde pensent à la justice sociale ou du moins à un certain équilibre? Équipe autonomiste cherche le désengagement de l'État mais dans une certaine logique, tout de même! L'État est supposé être là pour faire la part des choses.

(1) http://affaires.lapresse.ca/economie/services-financiers/201504/14/01-48...

Guy Boivin