Le faux bénévolat de Léo Bureau-Blouin

Lors de la préparation de cette capsule sur le livre blanc de monsieur Léo Bureau-Blouin, un membre d'Équipe autonomiste a retenu que ce député propose un soutien financier pour faire du bénévolat à l'extérieur de la région où le jeune habite. Bien sûr, tout le monde sait que, du bénévolat, c'est gratuit et volontaire, et le soutien financier de l'État semble s'y limiter à un support permettant à ce jeune de vivoter en se rendant dans ladite région. Naturellement, cette expérience permettra au jeune de vivre une aventure et d'avoir quelque chose à inscrire dans son curriculum vitae pour pouvoir se vendre par la suite à un employeur, mais le bénéfice semble bien mince. Ne serait-il pas préférable que ce jeune soit stimulé dans sa région et utilise ce temps pour se trouver du travail, sans tomber sur le bras de l'État? Car, à son retour, dans sa région, le jeune ne sera pas bien plus avancé dans sa carrière. Et, à ce compte-là, il y aurait aussi lieu d'appliquer le principe Bureau-Blouin à ceux de l'aide sociale en santé qui pourraient être obligés de faire des heures non payées pour contribuer à la société et la dédommager pour les sommes reçues. Honnêtement, je ne crois pas que, si le gouvernement offre un léger soutien financier, les jeunes vont se bousculer vers ce bénévolat qu'ils peuvent déjà faire dans leur région si le coeur leur en dit ... et c'est gratuit! Sinon, si le gouvernement se met dans la tête de les salarier en plus, ils deviendront de la main-d'oeuvre à bon marché que les employeurs vont s'arracher pour économiser, boudant les «pseudo-bénévoles» de leur région.