Le vote par Internet : une boîte de Pandore à garder fermée

Mardi, 27 juillet, 2021 - 18:00

Version audio

La question du vote par Internet revient sur le tapis à chaque élection (réf. 1). Doit-on être pour ou contre cette pratique ? Pour répondre, nous devons d’abord identifier les éléments nécessaires pour une élection valide, acceptable pour tous. Lors du vote, il faut confirmer l’identité de l’électeur, vérifier s’il est sur la liste électorale, le faire voter et contrôler pour qu’il ne puisse pas voter deux fois. Ensuite, le nombre de bulletins de vote doit correspondre au nombre de votants. De plus, il est essentiel que la procédure évite tout lien entre l’électeur et son vote. Finalement, il faudra pouvoir recompter, s'assurant que tout concorde (réf. 2).

Avec le vote par Internet, nous pouvons, en théorie, garantir l’identité de l’électeur à moins que celui-ci donne ou vende son vote à quelqu’un d’autre. Aussi, nous pouvons détecter si un électeur veut voter deux fois. Pour la traçabilité, nous ne pouvons certifier à 100 % son effacement. Les systèmes informatiques sont des boîtes noires dans lesquelles tout peut se passer malgré les belles promesses de ceux qui les gèrent. Uniquement sur ce dernier point, la possibilité d’erreurs ou de tricheries sèmera le doute sur la validité des résultats, minant ainsi la confiance des électeurs envers le système électoral; confiance qui n’est déjà pas très élevée.  

Certains prétextent que l’on pourrait économiser de l’argent avec le vote par Internet. Nous pouvons en douter sachant ce qui arrive lorsque nous associons informatique et gouvernement : coûts démesurés, délais infinis et qualité médiocre; il est facile d’imaginer le désastre que cela donnerait avec le volet électoral. D’autres allèguent, pour appuyer le vote électronique, que le taux de participation augmenterait. La réalité est toute autre, si les gens n’ont pas le cœur d'accomplir ce devoir, alors que, dans la pratique, ils peuvent se déplacer et voter pendant plusieurs jours, c’est qu’ils n’en voient pas l’importance et qu'ils n'agiront pas davantage informatiquement. Si les politiciens sont déçus d'une faible participation, ils doivent plutôt se questionner sur leurs propres comportements. Voter est un acte sérieux et important, Internet et l’informatique le dénatureront.

Pour toutes ces raisons, Équipe Autonomiste est totalement contre la mise en place du vote par Internet, des bulletins de vote électroniques ou même d'un comptage des votes mécanique Tenons l’informatique loin du vote et la démocratie s’en portera mieux. 

 

1- Vote par Internet: une occasion ratée, Antoine Robitaille, Le Journal de Québec, 23 mars 2021

2- Le vote par Internet n’est pas la solution, Marc Dufour, Le Devoir, 13 janvier 2018