L'illusion de la parité homme-femme

Dans l’ensemble des conseils d’administration des sociétés d’État au Québec, les femmes représentaient 52,4 % des membres, au 30 novembre 2011 (1), alors qu’elles étaient seulement 27,5 % en 2007; un net progrès grâce à la loi de Jean Charest. Selon l’article La parité, une bataille quasi gagnée (2), du travail reste à faire. Il y aurait 9 des 22 sociétés qui n’auraient pas atteint le minimum de 50 % de femmes dans leur conseil d’administration. À noter qu’il n’y a pas de maximum à ce quota. C’est sans doute pourquoi personne ne s’inquiète du fait qu’il a 6 conseils d’administration, de sociétés, où les hommes sont rendus à moins de 40 %, dont trois à moins de 30 % (prenez la peine de consulter le tableau à la fin dudit article). Le message de l’article insiste seulement sur le manque de femmes, même si elles sont à plus de 40 % dans 8 des 9 conseils encore déficitaires.

Un autre problème, passé sous silence, est l’âge des hommes encore en poste. Comme on engage beaucoup de femmes, en peu de temps, pour atteindre les objectifs, on peut supposer que l’âge moyen des hommes en poste augmente, alors que celui des femmes diminue. Quand ces vieux messieurs prendront leur retraite, il ne restera presque plus d’hommes dans les conseils.

Ce genre d’article cultive donc, auprès de la population, l’idée qu’il manque de femmes alors que c’est faux. Ce sont plutôt les hommes qui sont minoritaires et en baisse dans les sociétés d’État et autres organismes gouvernementaux. Cette approche de parité, sans maximum, est discriminatoire pour les hommes, mais personne ne veut le voir et encore moins le dénoncer comme le fait Équipe autonomiste. À son avis, il est temps que l’égalité homme-femme se fasse DANS LES DEUX SENS, car les hommes ont maintenant une méchante côte à remonter.

Savez-vous que 75 % de la fonction publique du Québec est occupée par les femmes? Madame Françoise David en témoigne (3). C’est frustrant pour une bonne moitié de la population car celle-ci se fait toujours dire que les femmes doivent occuper 50 % des postes. C'est ça l'égalité ? : 75 % de femmes contre 25 % d’hommes. Les groupes féministes semblent toujours nier ce qui ne leur est pas favorable, mais ils demandent toujours plus. C’est la première fois qu’ils mettent l’accent sur les 75 % de femmes, pour l’utiliser cette fois comme argument contre l’austérité de monsieur Philippe Couillard, prétextant l’appauvrissement des femmes. C’est ça qui est important et qu’il faut mettre sous le nez des gens et s’en servir pour ramener l’équilibre. Ce n’est pas en discriminant certains que l’on obtient l’égalité.

(1) https://www.csf.gouv.qc.ca/wp-content/uploads/les-femmes-dans-les-c-a-de...
(2) www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201201/08/01-4483908-l...
(3) https://www.facebook.com/video.php?v=10152956017458566&theater

Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste
Stéphan Pouleur, candidat dans Jean-Talon