Petite enfance et cafouillage du PQ dénoncé par Équipe autonomiste

Je ne comprends pas. Le gouvernement Marois exige des compressions chiffrées à 56,2 millions$ au réseau des garderies: 37,9 millions$ aux Centres de la petite enfance, mieux connus sous le nom de «garderies à 7$», et 18,3 millions$ en retrait de subventions offertes aux garderies privées. Pourtant, dans son programme et lors de la dernière campagne électorale, le Parti québécois clamait fort: «Un enfant, une place: création de 15 000 nouvelles places à 7$.» Est-ce à dire que cette promesse électorale serait une fois de plus un leurre à électeurs?

Aussi, la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport annonce la maternelle à 4 ans en milieu défavorisé. Je m'objecterais à une telle décision pour différentes raisons. Premièrement, nous nous retrouvons déjà avec différents choix concurrents et confondants, créant certaines injustices: pourquoi des garderies, des maternelles, des centres de la petite enfance? Pourquoi ne pas régler le tout en un seul réseau? Avez-vous pensé aussi que ces enfants qui ont eu le privilège de commencer plus tôt leur instruction, aboutiront dans une classe où, tout à coup, ils devront attendre que ceux qui n'ont pas joui de la maternelle, pré-maternelle, CPE éducatifs ou autres, les rattrapent, selon notre système actuel.

Équipe autonomiste veut à sa troisième valeur, la cellule familiale, aider les familles à s'occuper de leurs enfants. Équipe autonomiste veut aussi restreindre le rôle de l'État. Équipe autonomiste veut aussi aplanir les injustices comme celle de permettre une garderie subventionnée à une travailleuse régulière au détriment d'une infirmière de nuit qui, elle, n'y a pas droit. Équipe autonomiste veut favoriser les petites et moyennes entreprises et être coordonnatrice pour aider à leur démarrage si nécessaire. Équipe autonomiste avait parlé de laisser libre les parents et de procéder par déduction d'impôts à la source par enfant. Voici une proposition à l'étude, au parti:

Proposition 33 : Réformer le financement des CPE et des garderies en milieu familial.
««Abolir le système de financement direct aux CPE et la gestion des subventions aux garderies en milieu familial par les CPE. Offrir une aide financière directement aux parents à l’aide de réductions sur les retenues à la source.
Le parent désirant demeurer à la maison pourra recevoir un remboursement seulement si l'autre parent travaille, tout en s’assurant que le parent demeurant à la maison ne soit pas prestataire de l'aide sociale. L'objectif de ce programme est de permettre à tous les parents d'utiliser, ou non, les services d'une garderie privée de son choix, en tout temps. La vérification de la qualité des services continuera de relever du gouvernement.»»
L'imposition de l'école à 6 ans avait été voulue parce que, à cet âge, les enfants sont davantage autonomes et que leur esprit est prêt à assumer cette scolarité. Il faut aussi penser qu'en imposant l'école, il faut prévoir le transport et qu'en bas de 6 ans cela devient très délicat. Non, je ne suis pas prêt à adhérer à ce choix péquiste.