Protégeons nos enfants et leurs pères contre les failles du système judiciaire québécois

Actuellement, notre système judiciaire permet à des femmes de détruire la vie de leurs enfants et de leur ex-conjoint sans être punies. Ainsi, lorsqu'une femme dépose une plainte de violence conjugale, les policiers sont OBLIGÉS d'arrêter l'homme sans se poser de question, que la plainte soit fondée ou non, car c'est la procédure exigée par la politique d'intervention en matière de violence conjugale en vigueur depuis 1995 (réf. 1). Ainsi, à chaque année, des milliers de pères innocents se font arrêter devant leurs enfants et emprisonner injustement, suite à de fausses accusations, alors que les responsables de ces fausses déclarations demeurent impunies (réf. 2). Les conséquences psychologiques pour les enfants et leurs pères sont très graves et se répercutent sur toute leur vie (réf. 3).
Tout comme la violence conjugale est inacceptable et que chaque cas est un cas de trop, la destruction des vies de ces pères et de ces enfants est tout aussi inacceptable et chaque cas est aussi de trop. Dans une société qui prétend valoriser la famille et qui prône l'égalité homme-femme, ce fléau est inadmissible et doit cesser. Pour Équipe autonomiste, il est urgent de revoir et de corriger cette politique sur la violence conjugale pour empêcher que ces injustices, et les drames qui en découlent, continuent de se produire. Le système judiciaire ne doit plus permettre que l'on arrête des gens sur de simples déclarations et il doit faire en sorte que les personnes qui font de fausses accusations soient poursuivies et punies sévèrement. Il en va de l'avenir de nos enfants et de notre société toute entière.

Références :

  1. http://maisons-femmes.qc.ca/wp-content/uploads/2012/03/politique-1995-vi...
  2. Seul contre le système judiciaire/ Quand un système conçu pour protéger les gens devient une arme contre eux. Par Jean-François Guay, Summum, août 2013, no 108 : 38-40. Résumé : «La mise en place de mesures extrêmement sévères pour prévenir la violence conjugale envers les femmes a entraîné un innocent dans la spirale du système judiciaire. Nous nous penchons sur l'histoire de Simon.»
  3. Dictature affective. Documentaire de Karina Marceau sur l’aliénation parentale (lorsqu’un parent dénigre l’autre parent pour que leur enfant en vienne à le détester) (52 min) : http://video.telequebec.tv/video/13233/dictature-affective