Équipe Autonomiste contre un registre Québécois des armes d’épaule

Ce matin, ma capsule porte sur le vote (à 100 %) de la proposition d'Équipe autonomiste contre le registre des armes d'épaule (fusils de chasse). En effet, lors de son congrès à la chefferie, tenu samedi dernier, où j'ai été reconduit comme chef, Équipe autonomiste a voté pour qu'il n'y ait plus de registre des armes d'épaule puisque l'application de la Loi sur les armes à feu prévoit qu'un particulier qui souhaite acquérir des armes sans restriction doit suivre le cours de sécurité dans le maniement des armes ou réussir les examens pour obtenir les Permis de possession et d'acquisition d'armes, de la Gendarmerie royale du Canada. Il y a alors une sorte de dédoublement de l'information puisque l'on procède à la vérification des antécédents et qu'il y a vérification continue de l'admissibilité pendant la validité du permis. Les possesseurs d'armes sont donc déjà sur des listes. De plus, les détenteurs doivent présenter leur permis pour acquérir des munitions. Le registre fait savoir qui possède des armes; il n'est pas nécessaire de connaître leur quantité. Tout cela concerne ce que l'on appelle les armes dites d'épaule (les fusils de chasse). Comme prévu, le registre des armes à autorisation restreinte et prohibés devrait demeurer, selon les souhaits d'Équipe autonomiste qui déplore que la population ne soit pas mieux informée sur toutes ces subtilités, dans ce genre de dossier. Car Équipe autonomiste aussi croit anormal qu'une personne autre qu'un militaire, un policier ou un armurier, voire un collectionneur, possède un fusil d'assaut chargé. Dans ce contexte, Équipe autonomiste pense que le registre des armes d'épaule devient superflu et ne sert, actuellement, qu'à obtenir du capital politique auprès de gens sensibles au souvenir de tueries que la tenue du registre n'empêchera pas de répéter. C'est pourquoi, Équipe autonomiste compte envoyer au moins un délégué à la rencontre d'information, d'échange et d'orientation de Tous contre un registre québécois des armes à feu, qui se tiendra à Drummondville, le 9 février 2013.