Équipe autonomiste dénonce l'abolition des mots «père» et «mère»

La commission scolaire de Montréal aurait remplacé la référence aux mots «père» et «mère» par une référence générique aux «parents», afin d’éviter un vocabulaire «discriminatoire» à l’endroit de parents homosexuels (réf. 1). Cela est bien prévenant mais aussi douteux selon Équipe autonomiste. Notre société a accepté que des couples homosexuels puissent adopter des enfants, c'est un fait. Par contre, l'abolition des mots «père» et «mère», pour leur plaire, est une atteinte à la bonne intelligence qui veut que l’on mette les vrais mots sur les vraies choses. C’est comme le discours rapporté, dans ledit article, sur la «théorie des genres» qui, en bout de ligne, nie la vérité des différences innées entre homme et femme. L’égalité absolue des sexes ne sera jamais tout à fait possible car, malgré tous les discours, la majorité féminine restera toujours plus endurante physiquement et la majorité masculine restera toujours plus forte physiquement.

Les homosexuels peuvent faire ajouter des cases sur les formulaires, qui soient en accord avec leur situation de parents différents, s'ils le veulent, mais il est hors de question d'effacer les mots «père» et «mère» qui reflètent la situation réelle des parents. Rendu là, ce n'est plus de l'acceptation des différences et de la diversité mais du nivellement en étouffant ces différences et cette diversité. Si la société accepte la diversité, qu'elle accepte toutes les diversités et qu'elle accepte surtout … de les assumer.

Réf. 1
http://www.journaldemontreal.com/2013/11/20/abolir-le-pere--abolir-la-mere

Louis Chadonnet, candidat dans Richelieu
Guy Boivin, chef d'Équipe autonomiste