Équipe autonomiste ne fusionnera pas avec le Parti conservateur du Québec

Dans les médias, on mentionne que le Parti conservateur du Québec (PCQ) et Équipe autonomiste (ÉA) sont similaires et qu’ils devraient se fusionner. Récemment, des membres du PCQ ont aussi approché ÉA pour discuter de fusion. ÉA a décidé de mettre fin aux incertitudes dès maintenant: nous ne ferons pas à nos membres ce que les dirigeants de l’Action démocratique du Québec ont fait aux leurs en vendant le parti à la Coalition Avenir Québec. La «non-fusion» a même été intégrée aux statuts du parti, plus précisément à l'article 4 que je vous joint ici: «4. Tous les membres en règle d’Équipe autonomiste, siégeant sur une instance ou sur un comité, prêtent d’office serment de confidentialité, indiquant qu’ils ont pris connaissance de ce règlement statutaire, du code d’éthique et de déontologie, de la mission, des objectifs et des valeurs du parti, qu’ils ne promulgueront pas la fusion du parti, qu’ils ne divulgueront pas le contenu des discussions tenues lors de réunions et assemblées non publiques d’Équipe autonomiste ainsi qu’une clause de loyauté envers les autres membres et le parti, et ce, pendant sa participation et au-delà advenant son départ du parti. Le parti compte confirmer ce serment par écrit dès que possible.» ÉA est un jeune parti (il aura 1 an, le 21 mars 2013) peu connu, c’est vrai. ÉA et le PCQ ont certains points communs en rapport avec l’économie, c’est aussi vrai. De plus, les deux partis veulent vraiment redresser la situation au Québec. Cependant, la vision et les valeurs des deux partis sont différentes.

Certains considèrent ÉA à droite. C’est possible, mais nous n’avons pas choisi d’être à droite par idéologie. Ce sont certaines de nos idées qui font qu’on nous classe à droite. En réalité, nous sommes un parti d’idées et de solutions, pas un parti d’étiquettes. Nous proposons des solutions que nous croyons valables pour redresser le Québec, peu importe qu’elles soient de droite ou de gauche. De toute façon, cette classification semble avoir beaucoup perdu de son sens de nos jours. À ceux qui ne voient pas de différence entre les deux partis, nous suggérons de bien lire les valeurs d’ÉA et de les comparer à celles du PCQ avant de conclure. Vous constaterez des différences importantes ne serait-ce que notre position constitutionnelle d'autonomisme et notre volonté d'égalité homme-femme dans les deux sens.

ÉA, tout comme le PCQ, prône le libre marché, la concurrence et le libre choix mais, pour nous, sans anarchie. Tout comme le PCQ, ÉA dénonce le monopole des syndicats et celui des associations étudiantes et voudrait que les gens puissent choisir plus librement. Aussi, c’est reconnu, la concurrence est bénéfique car elle incite au dépassement et à l’innovation. ÉA considère que ces principes sont aussi applicables en politique. Le PCQ en absorbant ÉA voudrait-il créer son monopole de la droite?

C’est pour ces raisons qu’ÉA ne fera pas de fusion avec le PCQ quelque soit le nouveau chef que ce parti élira. Les électeurs, dont nous faisons aussi partie, en ont soupé des magouilles organisées par les politiciens dans le seul but de prendre le pouvoir, de le garder ou simplement de soutirer des votes. Nous préférons laisser le choix aux électeurs pour qu’ils puissent décider librement à quel programme donner leur adhésion.