Résumé du mémoire déposé par Équipe autonomiste sur le projet de loi numéro 60 concernant la charte de la laïcité du Parti québécois

Le Parti québécois (PQ) n'a pas créé le problème des demandes déraisonnables mais il veut l'utiliser pour mousser sa campagne électorale. Le fait que des gens puissent imposer leurs caprices à la majorité, en utilisant leurs croyances et en invoquant les chartes des droits et libertés, est un grave problème pour l'avenir de notre société, c'est pourquoi Équipe autonomiste a, depuis longtemps, une proposition, à ce sujet, dans son programme.

Faits saillants du mémoire :
Le projet de loi 60, du PQ, paraît inutile pour protéger notre société car il n'a aucun effet dans les sphères de la société, externes au gouvernement.
La valeur de l'égalité homme-femme est déjà bien encadrée par les chartes des droits et libertés canadienne et québécoise, mais elle n'est pas respectée dans la pratique puisque, dans plusieurs cas, la condition masculine est totalement ignorée. Il faudrait un ministère de la Condition humaine plutôt qu'un ministère de la Condition féminine.

Le projet de loi no 60 pourrait nuire aux organismes qui font des expositions ou des concerts à caractère religieux.
Les immigrants s'assimilent de moins en moins parce que le seuil d'immigration est devenu trop élevé. Actuellement, par rapport à sa population, le Québec accueille deux fois plus d'immigrants que tout autre pays, incluant les États-Unis et la France. Nous devrions du moins les choisir non pas selon leur langue mais plutôt selon leurs valeurs semblables aux nôtres.

Pour protéger notre société, Équipe autonomiste propose :
1- de corriger les lois de discrimination dite «positive» pour empêcher la discrimination contre tout groupe, incluant les hommes et les blancs;
2- d’ajouter à la charte des droits et libertés de la personne, un article spécifiant que «la liberté religieuse s’arrête là où les valeurs de la société québécoise sont confrontées»; comme la liberté d’expression s’arrête là où commence la diffamation;
3- de réduire l'immigration à environ 20 000 personnes par année;
4- de prioriser les immigrants selon leurs valeurs occidentales plutôt que selon leur langue;
5- de faire appliquer par les gestionnaires des directives de codes vestimentaires plutôt que de légiférer sur les signes religieux;
6- d’indiquer clairement que toutes demandes reliées à des croyances ne doit entraîner aucun coût pour l'employeur ni pour le reste de la société.
Pour consulter le mémoire déposé : Mémoire sur le projet de loi n° 60 (la charte