Revoir le financement des universités

Actuellement les université sont subventionnées en fonction du nombre d'étudiants inscrits (1). Cela les incite à accepter des gens n'ayant pas les connaissances ou les capacité suffisantes pour réussir dans certains domaines qui ne coûtent pas cher en formation dans le but de financer les domaines qui coûtent plus chers. Ce manque de sélectivité pour l'admission serait peut-être une des causes du taux élevé de décrochage (2). Ainsi, ce mode de fonctionnement cause un gaspillage d'argent pour la société et ne rend pas service aux gens à qui on fait croire qu'ils ont les capacités d’aller à l'université alors que ce n'est pas toujours le cas. Plusieurs d'entre eux seraient certainement meilleurs et plus heureux dans d'autres domaines. Des critères d'admission trop faibles, dévalorisent des domaines qualifiés péjorativement de "sciences molles " comme la sociologie, l'anthropologie, et autres alors que ces domaines sont aussi importants que les autres dans une société équilibrée. Il faudrait plutôt contingenter tous les domaines et financer les universités autrement.

Le financement par nombre d'étudiants inscrits incite aussi les universités à construire des "campus hors campus" pour recruter plus d'étudiants et se faire de la compétition entre elles. Beaucoup d'argent est ainsi gaspillé en construction et entretien de bâtiments pour pas grand chose puisque les étudiants pourraient se rendre sur les campus existants. Avec un financement basé sur des critères autres que le nombre d'inscriptions, les universités pourraient couper beaucoup de gaspillage et concentrer leurs efforts sur la qualité de l'enseignement.

Références

1-Des étudiants proposent de ne plus financer les universités selon le nombre d'inscriptions. Le Soleil, 23 septembre 2013 http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201309/23/01-4692285-des-etudiants-proposent-de-ne-plus-financer-les-universites-selon-le-nombre-dinscriptions.php

2- Pourquoi décroche-t-on à l’université? Le Soleil, 24 février 2013 http://blogues.lapresse.ca/gilbertlavoie/2013/02/24/pourquoi-decroche-t-on-a-luniversite/

Stéphane Pouleur, candidat Équipe autonomiste dans Jean-Talon