Proposition 2 : Abolition du crédit pour cotisations syndicales, professionnelles ou autres.

Abolition du crédit pour cotisations syndicales, professionnelles ou autres.

• Les sommes d’argent économisé seront remises aux contribuables sous forme de baisse d’impôts.

• Les indemnités versées par un fonds de grève demeureront non imposables.

Explications : Choisir de travailler pour une entreprise dans laquelle les travailleurs doivent être syndiqués est une décision individuelle et le poids financier de ce choix revient entièrement à l’individu. La population entière n’a pas à payer pour ce service qui profite seulement aux syndiqués. L’abolition de ce crédit d’impôt permettrait à l’État d’économiser 200 millions $ par an.

Le crédit d’impôt pour cotisations professionnelles a été créé car cette dépense obligatoire est considérée comme essentielle pour gagner un revenu. Toutefois, un ordre professionnel permet à un individu d’exercer une profession en limitant la concurrence. Il contrôle, d’une certaine façon, l’offre. Cette situation crée une pression positive sur les salaires et sur les autres avantages qui compensent amplement le coût de la cotisation.

Pour : 73%
Contre : 27%